Récitals mozartiens

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 23 août 2017, 18:35

Le récital Sutherland est, quant à lui, un mystère. Comme pour le Wagner paru l'année précédente, on peut supposer que la chanteuse l'a conçu comme une espèce d'album de souvenirs des airs de Mozart qu'elle aimait. Donc on n'aura pas les Elettra, Vitellia, Giunia, Aspasia et autres héroïnes seria espérées. Au lieu de ça, après un alleluja absurdement séparé du reste de son motet (vocalises d'une grande vocalisatrices, mais en rien exaltation religieuse), l'auditeur aura le droit à des airs classiques qui demandent avant tout fermeté des attaques, beauté immaculée du timbre, jeunesse éperdue et/ou pureté instrumentale. Incapable d'offrir tout cela à ce stade de sa carrière, Sutherland est piégée dans des tessitures et des personnages qui ne l'avantage pas du tout et je crois que c'est son plus mauvais disque de studio (la prise de son est des moins flatteuses, à moins que réellement la chanteuse ait été en méforme). Malgré les efforts d'articulation et ses qualités habituelles de justesse et de largeur (la fin du grand air de la comtesse impressionne quand même, avec trille parfait), malgré quelques moments prenants (une minute ravissante de dialogue avec le violon dans l'air du Re Pastore, Bonynge n'y est pas pour rien), malgré un je ne sais quoi de mélancolique dû sans doute au timbre et même à son vieillissement audible, celui qui voudra écouter Suzanne, la comtesse, Chérubin (!) ou Pamina passera son chemin. Ce qu'un disque Mozart de Sutherland aurait pu être à ce stade de sa carrière pourtant s'entend pendant 10 minutes, celles du grand "ch'io mi scordi di te ?", absolument réussi (malgré les dentales très anglo-saxonnes et très perceptibles) : ce n'est pas la nostalgie tendre de l'adieu, mais la grande scène d'opéra. Installée, les épaules carrées, dans la tessiture plutôt grave de la pièce, la chanteuse s'ébroue et brame, avec une véhémence surprenante, orne sont discours d'appogiatures et de cadences parfaitement construites et phrasées et emporte la partie, soutenu par la direction de son époux : le piano martèle un peu, mais il va avec le reste et a une sonorité ravissante.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2772
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Récitals mozartiens

Message par raph13 » 24 août 2017, 06:48

Pour Mozart, j'adore les récitals Popp, Moffo, Gruberova, Studer, Moser, Blake et M.Price déjà cités.
J'y rajoute le récital de Sandrine Piau, les deux récitals de Bartoli (surtout "Mozart Portraits"), le disque de Kozena avec Rattle, le récital de Susan Graham (avec également des airs de Gluck), celui de Frittoli, celui de la jeune Garanca, le récital Te Kanawa/Davis, le "Mozart Héroïnes" de Dessay et je pense que celui de Florez à venir devrait me plaire :)
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

marcelin duclos
Alto
Alto
Messages : 307
Enregistré le : 15 oct. 2013, 17:27

Re: Récitals mozartiens

Message par marcelin duclos » 24 août 2017, 15:05

Vous me permettrez de faire dans les vieilleries , mais n'oublions pas le récital de Stich -Randall , et celui encore plus méconue de Jacqueline BRUMAIRE.....

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 24 août 2017, 20:20

Stich-Randall, je compte justement le réécouter bientôt. A sa manière, il est indispensable. Brumaire, je ne savais pas.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Macbetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 154
Enregistré le : 14 juil. 2006, 23:00
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Macbetto » 24 août 2017, 21:09

Pour ceux qui ne sont allergiques au chanteur, il y a ce disque que j'aime beaucoup



Image

robertram
Soprano
Soprano
Messages : 84
Enregistré le : 03 déc. 2012, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par robertram » 24 août 2017, 21:24

Pour les amateurs de contre-ténor, il y a le récital OVNI d'Arno RAUNIG (éd.Divertimento) consacré pour moitié à des airs de Salieri (et je le préfère dans ces derniers), la moitié Mozart comportant le motet KV 165 ("Esultate jubilate"), "Il padre adorato", "Cara, lontano ancora" et "Parto ma tu ben mio".

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 25 août 2017, 08:38

Ah je pensais que j'avais Schreier, dans un coffret hommage (c'est un de mes ténors favoris) mais en fait non ... merci pour la suggestion, alors.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 25 août 2017, 10:01

Énième écoute ce matin du récital de Stich-Randall (pour EMI). Pour moi, c'est parfait. On se demande comment quelqu'un peut tout réussir et aussi bien comprendre cette musique. Certes, je suis (j'ai toujours été) très sensible au timbre de Stich-Randall, à sa fascinante "incapacité congénitale au legato" (Kaminski), à son émission si particulière et à son absence de vibrato. Avec elle, j'ai toujours l'impression (un peu comme avec Deutekom) que quelque chose de hors du commun (sur le plan vocal, j'entends) est en train de se produire. Mais surtout, il est difficile de ne pas être conquis aussi bien par les suspensions de l'air de Pamina, ses pianissimos éthérés et extatiques, la reprise de l'air de la comtesse, sur le souffle, parfaitement conduite, la vélocité et le franchise des attaques dans "Ah se in ciel, benigne stelle" (dans ce qui reste pour moi la version de référence de cet air virtuose, un peu abstraite, presque géométrique, mais absolument fascinante), le ton intensément mélancolique et rêveur des deux airs d'Ilia, et, partout, les récitatifs, toujours extraordinaires et mobiles, puissamment caractérisés, avec un italien enchanteur, pas naturel, mais pas anglo-saxon non plus ... sans parler des détails de phrasé et de diction qui font le prix d'un tel disque et du confort de studio (le ton absolument désespéré et en même temps rempli de honte du récitatif juste avant le "Per Pieta" est, par exemple, magistral et s'entend mieux qu'en live). Un très beau récital, un peu oublié aujourd'hui, c'est dommage.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 851
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par Peleo » 25 août 2017, 10:36

Tout à fait. J'aime aussi beaucoup son Exultate jubilate.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 25 août 2017, 10:46

Et sa Fiordiligi (studio et live), et sa comtesse avec Rosbaud et sa Donna Anna (pas avec Rosbaud, où elle est vraiment en difficulté et à moitié hystérique, en plus, mais le live avec Gencer en Elvira est très bien) ... et les quelques lieder de Mozart qu'elle a enregistrés. Elle est passée de mode (voir le guide Massin de Mozart ou une grande partie des ASO, souvent sévères avec elle), mais je continue de penser qu'elle était une grande artiste et une véritable personnalité vocale.

Edit : cependant, elle a été pas mal représentée dans le coffret Diapason consacré aux opéras de Mozart et quelqu'un comme Ivan Alexandre (qui avait écrit une magnifique nécrologie pour la revue) est fan. La roue tourne, sans doute.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 15 invités