Récitals mozartiens

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2787
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Récitals mozartiens

Message par raph13 » 31 août 2017, 19:44

Peleo a écrit :
31 août 2017, 19:32
Dans quel disque se trouve l'air d'Elvira par Callas ?
Dans le récital dont parle aroldo : Mozart, Beethoven & Weber Arias qui date de 1963.
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 31 août 2017, 19:50

Je l'ai mis en lien. http://www.warnerclassics.com/shop/333, ... ias-1963-4

Le disque peut s'écouter proprement et intégralement sur youtube.

Et je suis d'accord avec ralph : c'est dans l'air d'Elvira (même si j'ai justement trouvé que le récitatif était un peu trop tempétueux) que j'ai préféré Callas aussi. Parfois, cet air ressemble à un beau monument de concert (on en parlait en filigrane dans le fil sur Te Kanawa), là, ça n'est absolument pas le cas. Et la couleur du grave est vraiment encore très belle.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 852
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par Peleo » 02 sept. 2017, 21:01

Merci.
Je l'ai dans le coffret de ses enregistrements studio mais j'étais persuadé qu'elle n'y chantait que Donna Anna.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 03 sept. 2017, 08:37

Je pense que c'est meilleur que Donna Anna (là, vraiment, particulièrement dans Non mi dire, je trouve ça douloureux).
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 09 sept. 2017, 08:10

Réécoute du récital Stader pour DG dirigé par Paumgartner. Je suis toujours étonné quand Stader chante Mozart et ses pièces les plus virtuoses, parce qu'elle n'est pas la plus agile des vocalistes ("Voi avete un cor fedele" est savonné à plus d'un endroit), que le registre aigu est toujours un peu tendu (elle fait ce qu'elle peut avec "Vorrei Spiegarvi") et qu'on a parfois l'impression que les airs demandent techniquement un peu plus que ce qu'elle peut donner. Et pourtant, c'est magnifique et à chaque fois qu'elle phrase, je me dis que c'est comme ça qu'il faut chanter cette musique. Elle a vraiment l'art de conjuguer un legato parfait et confortable et pourtant, une tension, un mouvement, une énergie qui font qu'on tend l'oreille constamment. Du coup, même les pièces difficiles sont ravissantes à écouter, parce que, malgré les traits esquissés, tout est toujours construit et vivant à la fois (et, dans les vocalises le moins baroques, la sonorité est toujours magnifique). Elle ne sacrifie d'ailleurs jamais son confort à la musique et préfère (avec la bénédiction du chef) se lancer avec le tempo exigé plutôt que de s'arranger d'un ralentissement salvateur. Entre ses qualités évidentes de timbre, de diction, d'éloquence et de rayonnement, je sauve tout du récital, hors les airs d'Illia, taillés trop grands, ce qui l'oblige à modifier légèrement son émission immaculée et, partant, sa parfaite intonation.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 09 sept. 2017, 10:35

Pas grand chose à dire du récital de studio (EMI) de Battle, dirigé par Prévin : minutage chiche (quelle fainéante, quand même !), programme peu original (quelle idée de mettre, au milieu, le motet), habituelles qualités (timbre ravissant et grain délicat, avec le petit voile qui passe toujours dessus, joli contre-ut à la fin du motet, charme immédiat ...), habituels défauts (vilain suraigu dans Vorei Spiegarvi, vocalises pas toujours très nettes, impression que la voix est toujours un peu limitée et diction très anglo-saxonne) et habituelles singularités (un peu de langueur, quelque chose d'un peu mutin, même au milieu du drame). Si on aime (c'est mon cas), on y verra du charme, sinon ... on peut passer son chemin.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 701
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Oylandoy » 09 sept. 2017, 11:32

Quelqu'un connait-il le coffret de cinq disques vinyle ci-dessous (je l'ai acheté en 1980-81) et a-t-il été réédité en CD ?
ImageImage
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 09 sept. 2017, 13:26

Je crois que ça correspond à ça

https://www.amazon.fr/Mozart-Concert-Ar ... B0025DD3OK

Te Kanawa + Berganza, c'est plutôt pour me faire fuir, donc je n'ai pas testé.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 09 sept. 2017, 13:36

J'oublie que je voulais dire deux mots du deuxième récital Mozart de Hendricks (EMI, dirigée par Ion Marin). C'est un pur produit de studio, qui permet à Hendricks de tenter des airs héroïques pour lesquels elle n'était pas naturellement dotée. Je trouve le résultat extrêmement attachant (comme souvent avec elle, finalement). Les techniques d'enregistrement ne peuvent simplement pas lui offrir des graves qu'elle n'a absolument pas et elle retrouve quasiment sa voix parlée dès que ça s'aventure un peu bas sur la portée. Dès lors, le premier air de Fiordiligi est une gageure impossible à relever, même si j'aime plutôt, précisément, ces sons là chez elle. Dans le même air, on constate à nouveau cette incapacité (ou ce refus ?) du staccato (l'anti Stich-Randall, en quelque sorte). Tout est porté par une même mouvement fleuri et gracieux. Ce que j'ai surtout apprécié, c'est un sens musical très sûr, qui lui fait adopter un grand ton, soit mélancolique, soit quasiment baroque, dans les récitatifs comme dans les airs. Du coup, par exemple, le "Zeffiretti Lunsighieri" d'Ilia a exactement le poids attendu pour ce rôle de tragédienne (et la tension vocal dû aux limites vocales d'Hendricks le sert plutôt bien dans cette optique). Les récitatifs, malgré l'italien discutable, sont toujours animés et emportés avec de beaux accents (sa manière de dire l'ultime "morte" avant Or Sai Chi l'onore", par exemple). Et ses aigus ont rarement aussi bien sonné que dans ce disque (y compris un suraigu triomphal dans "Al desio di chi t'adora" - la seule fois où je l'ai entendue aussi éclatante, c'était pour Le Retour de Tobie de Haydn, sous la baguette de Dorati, et son contre-ré).
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 701
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Oylandoy » 09 sept. 2017, 14:37

aroldo a écrit :
09 sept. 2017, 13:26
Je crois que ça correspond à ça

https://www.amazon.fr/Mozart-Concert-Ar ... B0025DD3OK

Te Kanawa + Berganza, c'est plutôt pour me faire fuir, donc je n'ai pas testé.
Merci !
Ils ont rajouté Winbergh, Fischer Dieskau, Corena, amusant.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 22 invités