Page 3 sur 6

Re: Les disques PBZ

Posté : 19 juil. 2017, 13:49
par Polyeucte
Ouf1er a écrit :
19 juil. 2017, 13:33
(PS : il semble bien que la version originale de FAUST fasse l'objet d'une publication CD... à suivre).
C'est dans la logique... mais vu que ce n'est pas indiqué sur la brochure (comme pour la Nonne qui je suppose sera enregistrée comme cette année Le Timbre d'Argent par la suite en studio)... je préfère rester discret!

Mais ça me rassure tout de même ce que tu dis!

Re: Les disques PBZ

Posté : 19 juil. 2017, 23:42
par aroldo
Je réécoute certains passages du disque portrait consacré à Dubois. Le sommet du coffret, pour moi, c'est le quatuor avec piano. Le mouvement lent est féérique et donne une idée assez précise de la perfection en musique.

Re: Les disques PBZ

Posté : 20 juil. 2017, 06:33
par houppelande
Oui, toute la musique de chambre de Dubois est à redécouvrir. Le quatuor avait été déjà très bien enregistré, avec le non moins sympathique quintette avec piano, chez ATMA Classique par nos cousins canadiens, chez qui, comme aux Etats-Unis d'ailleurs, Dubois est resté plus populaire (notamment par son oratorio les Sept Paroles du Christ en croix, encore régulièrement donné et enregistré) qu'en France :
https://www.atmaclassique.com/fr/albums ... lbumid=299
Je recommande aussi les deux autres disques de musique de chambre parus chez le même éditeurs (trios, sonates etc.)

Re: Les disques PBZ

Posté : 20 juil. 2017, 09:49
par DieFeen
[par aroldo » 18/07/2017 15:25
Oui, je suis absolument d'accord avec vous sur les problèmes de distribution, qui m'ont d'ailleurs davantage gêné pour Le Mage (ça n'est pas du tout mon genre d'être gêné par la légèreté d'une voix, mais là, vraiment, pour le rôle titre, j'avais l'impression d'y entendre Charles Burles.) C'est sans doute pour ça que c'est mieux passé en écoutant Les Barbares, où "'ensemble" et l'orchestre comptent davantage que les individualités (mais la mezzo était vraiment effrayante). Je ne donne pas les noms, je ne connais pas très bien tous ces gens qui sont encore en vie et en activité ...]

Je viens de reprendre Le mage. Quel plaisir !
Pour ce qui me concerne, la clef réside dans l'acte III où l'on sent Werther très proche avec des accords qui appellent déjà Charlotte ; Werther est créé en 1892 et Le mage l'année précédente, si je ne me trompe pas. Mais l'écriture du premier précède celle du Mage de quatre années et cela s'entend très nettement.
Dans le IV, nous sommes plongés dans Thaïs. A partir de là, les envolées s'enchaînent. Cela étant, vocalement, ce n'est sans doute pas la distribution idoine, j'en conviens et Anahita est carrément dans le dur à la fin du IV ; mais ne boudons pas notre plaisir de pouvoir entendre l’œuvre dans son intégralité :-)

Re: Les disques PBZ

Posté : 20 juil. 2017, 09:51
par aroldo
@ Houppelande. En revanche, il faut que je réécoute plus attentivement "la symphonie française" parce que j'ai trouvé ... un peu banal en fait (or je ne crois pas que ça soit le cas, d'après ce que le lis partout).

Merci pour les conseils. Dans le livret d'accompagnement il parle du quintette avec piano (non enregistré dans le coffret) en disant que l'andante (ou est-ce l'adagio ?) est un des sommets de la production de Dubois.

Dubois est un auteur de musique religieuse attardé au XXème siècle, je crois que ça n'aide pas pour sa popularité en France.

Re: Les disques PBZ

Posté : 20 juil. 2017, 10:15
par aroldo
Je suis convaincu de réécouter Le Mage, plus attentivement, malgré les problèmes de distribution et en constatant votre enthousiasme, je dois vraiment avoir loupé quelque chose.

Re: Les disques PBZ

Posté : 31 juil. 2017, 22:57
par DieFeen
aroldo a écrit :
19 juil. 2017, 23:42
Je réécoute certains passages du disque portrait consacré à Dubois. Le sommet du coffret, pour moi, c'est le quatuor avec piano. Le mouvement lent est féérique et donne une idée assez précise de la perfection en musique.
Je suis impressionné par sa Symphonie N° 2. Volontairement, je ne relis pas le riche livret d'accompagnement -lecture vieille plus d'un an-, mais j'entends presque du Brahms, celui de l'Ouverture tragique et la Symphonie N° 1 ; serait-ce cela aussi qui aurait nui à sa postérité ?...
Impressions demain pour le Quattuor avec piano.

Re: Les disques PBZ

Posté : 02 août 2017, 09:09
par DieFeen
aroldo a écrit :
19 juil. 2017, 23:42
Je réécoute certains passages du disque portrait consacré à Dubois. Le sommet du coffret, pour moi, c'est le quatuor avec piano. Le mouvement lent est féérique et donne une idée assez précise de la perfection en musique.
Féérique, je ne sais pas, mais quatuor envoûtant c'est certain !
Je retrouve aussi des types d'accords -surtout en mineur- et des sonorités très proches de celles du meilleur de Schubert, à la fois sombres et sans issues même si Dubois est moins obsessionnel, bien sûr :wink:

Quant au CD de musique religieuse (Messe pontificale et quelques motets), autre totale découverte, l'impression générale dégagée des Motets est celle d'une succession d'exercices de styles, canons, fugues, d'une écriture qui allie en part égale le contrepoint et l'harmonie. C'est vraiment très plaisant et on en sort béni d’optimisme :D
La Messe pontificale (1895) est plus grandiloquente -plus lyrique ?- en ce sens qu'elle ne cache rien de son époque de réaffirmation d'un catholicisme conquérant à l'image de toutes ces églises néo-gothiques -voire néo-romanes ou néo-byzantines- qui poussèrent comme des champignons dans nos villes et campagnes au sein d'une république lui étant pourtant de plus en plus hostile. Paradoxe, dans le notice d'accompagnement du coffret, Alexandre Dratwicki précise que son écriture remonte justement au milieu du 2nd Empire (1860) et de sa religion officielle sans que rien ne dénote justement avec son année de publication.

Il faut redécouvrir Dubois ! Qui pour évoquer le magnifique enregistrement -AMHA- du Paradis perdu ? On peut juste signaler d'emblée qu'une partie de la critique n'a pas pu -su ?- apprécier cette publication en raison -dit-elle- de la réduction de la formation orchestrale...

Re: Les disques PBZ

Posté : 02 août 2017, 09:16
par Polyeucte
DieFeen a écrit :
02 août 2017, 09:09
Il faut redécouvrir Dubois ! Qui pour évoquer le magnifique enregistrement -AMHA- du Paradis perdu ? On peut juste signaler d'emblée qu'une partie de la critique n'a pas pu -su ?- apprécier cette publication en raison -dit-elle- de la réduction de la formation orchestrale...
Il faut avouer que cette réduction (enfin plutôt recomposition) est assez déroutante au début.
Et un peu frustrante surtout quand on sait que depuis l'enregistrement la partition d'orchestre a été retrouvée et donc on pourrait actuellement enregistrer la version "originale".

Mais oui, c'est un oratorio assez magnifique. ça fait longtemps que je ne l'ai pas écouté par contre.

Re: Les disques PBZ

Posté : 02 août 2017, 10:20
par aroldo
Je note alors : je ne connaissais pas du tout Dubois avant ce disque, même pas la musique d'orgue.

Quid des deux autres "portraits" PBZ ?