les plaisirs coupables

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Efemere
Baryton
Baryton
Messages : 1686
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: les plaisirs coupables

Message par Efemere » 26 juil. 2017, 19:39

micaela a écrit :
26 juil. 2017, 19:06
Pas de variété française, des artistes à la retraite, et pas (ou peu) de spectacle live, ça te fait tout de même un horizon musical assez limité.
Gwyneth Jones, c'est très bien , Scotto aussi, mais il existe aujourd'hui des artistes fort intéressantes qui ont le même répertoire.
Ne pas s'étonner du déclin de l'opéra : si une majorité du public réagit comme ça, les artistes peuvent songer à la reconversion...
Ce n'est pas donné à tout le monde d'aller voir des spectacles live.
Et parce qu'on est français ou qu'on vit en France, on doit écouter ou connaître la variété française ? (Perso., je n'y connais rien en variété française – j'ai ainsi dû regarder qui chantait  « Quand on n'a que l'amour » qui me disait vaguement quelque chose).
Ah bon, tu as toi un horizon musical large ? Écoutes-tu par ex. du rock, du jazz, de la soul, du reggae, du folk, du hip-hop, du rap, de la techno, de l'électro, et je ne sais quoi d'autre ?
Je ne vois pas le « problème » de (ne) s'intéresser (qu') à l'opéra et-ou à des artistes d'autrefois.
Fin du HS.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1748
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: les plaisirs coupables

Message par aroldo » 26 juil. 2017, 19:56

Je ne pense pas que "la majorité du public réagi[sse] comme ça". La plupart ressemble plutôt à Micaela, donc je ne me sens pas responsable du "déclin de l'opéra".

Par ailleurs, c'est curieux de penser que le corpus de la musique "savante" puisse être limité. Il me semble, au contraire, vertigineux, aussi large que la littérature. Je découvre des continents de musique chaque année et je suis toujours sidéré par ce qui me reste à connaître.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

DieFeen
Alto
Alto
Messages : 432
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: les plaisirs coupables

Message par DieFeen » 26 juil. 2017, 20:50

micaela a écrit :
26 juil. 2017, 19:06
Pas de variété française, des artistes à la retraite, et pas (ou peu) de spectacle live, ça te fait tout de même un horizon musical assez limité.
Gwyneth Jones, c'est très bien , Scotto aussi, mais il existe aujourd'hui des artistes fort intéressantes qui ont le même répertoire.
Ne pas s'étonner du déclin de l'opéra : si une majorité du public réagit comme ça, les artistes peuvent songer à la reconversion...
C'est certain que si tous les publics de France font montre d'une telle radicalité, faut pas s'étonner si l'industrie du disque, déjà moribonde mais qui survit grâce aussi à des personnes comme nous, mette définitivement la clef sous la porte.
Il en est pour tous les goûts et certains artistes vivent aussi des enregistrements...
Après faudrait voir aussi à définir le terme "déclin" :mrgreen:

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1392
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: les plaisirs coupables

Message par Adalbéron » 26 juil. 2017, 21:23

DieFeen a écrit :
26 juil. 2017, 17:40
jerome a écrit :
11 juil. 2017, 09:20
Mais ce plaisir là n'a rien de coupable! :)
Bibliquement parlant, tout plaisir n'est-il pas coupable en soi ? :wink:
Cette remarque aurait pu conduire au Moyen Âge à la convocation d'un concile pour 6 semaines.

C'est vrai qu'il n'y a que la joie qui puisse être pure, glorieuse et sainte. Tout le reste n'est que perpétuelle délectation de l'oeuvre du Malin.

On trouve tout de même parfois le plaisir en Dieu (cf. sainte Thérèse) :
– « Songez que ce que j’écris ici est à peine un point du tableau que je pourrais mettre sous les yeux ; je me suis bornée à ce qui était nécessaire pour faire comprendre la nature de cette vision de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et celle de ce langage céleste que Dieu adresse à l’âme. Mais dire ce que l’on éprouve lorsque le Seigneur nous révèle ses secrets et nous dévoile ses perfections adorables, je ne le puis. C’est un plaisir tellement élevé au-dessus de tous ceux que la pensée peut concevoir ici-bas, qu’il nous inspire, à juste titre, une souveraine horreur pour les plaisirs de la vie, qui tous ensemble ne sont que de la fange. La jouissance de ces plaisirs fût-elle assurée pour une éternité, il répugnerait de les mettre, si peu que ce soit, en comparaison avec les joies dont nous parlons ; et Dieu cependant ne donne par là qu’une goutte du grand fleuve de délices qu’il nous prépare. »

– « Si l’on est debout, les genoux fléchissent, on tombe sur soi-même, et l’on peut à peine respirer. On laisse seulement échapper quelques soupirs, très faibles, parce que toute force extérieure manque, mais très vifs par l’intensité de la douleur.
Tandis que j’étais dans cet état, voici une vision dont le Seigneur daigna me favoriser à diverses reprises. J’apercevais près de moi, du côté gauche, un ange sous une forme corporelle. Il est extrêmement rare que je les voie ainsi. Quoique j’aie très souvent le bonheur de jouir de la présence des anges, je ne les vois que par une vision intellectuelle, semblable à celle dont j’ai parlé précédemment (cf. chap.27). Dans celle-ci, le Seigneur voulut que l’ange se montrât sous cette forme : il n’était point grand, mais petit et très beau ; à son visage enflammé, on reconnaissait un de ces esprits d’une très haute hiérarchie, qui semblent n’être que flamme et amour. Il était apparemment de ceux qu’on nomme chérubins ; car ils ne me disent pas leurs noms. Mais je vois bien que dans le ciel il y a une si grande différence de certains anges à d’autres, et de ceux-ci à d’autres, que je ne saurais le dire. Je voyais dans les mains de cet ange un long dard qui était d’or, et dont la pointe en fer avait à l’extrémité un peu de feu. De temps en temps il le plongeait, me semblait-il, au travers de mon cœur, et l’enfonçait jusqu’aux entrailles ; en le retirant, il paraissait me les emporter avec ce dard, et me laissait tout, embrasée d’amour de Dieu.
La douleur de cette blessure était si vive, qu’elle m’arrachait ces gémissements dont je parlais tout à l’heure : mais si excessive était la suavité que me causait cette extrême douleur, que je ne pouvais ni en désirer la fin, ni trouver de bonheur hors de Dieu. Ce n’est pas une souffrance corporelle, mais toute spirituelle, quoique le corps ne laisse pas d’y participer un peu, et même à un haut degré. Il existe alors entre l’âme et Dieu un commerce d’amour ineffablement suave. Je supplie ce Dieu de bonté de le faire goûter à quiconque refuserait de croire à la vérité de mes paroles. Les jours où je me trouvais dans cet état, j’étais comme hors de moi ; j’aurais voulu ne rien voir, ne point parler, mais m’absorber délicieusement dans ma peine, que je considérais comme une gloire bien supérieure à toutes les gloires créées.
»

(Vie de sainte Thérèse écrite par elle-même)
« Dans l'édifice de la pensée, je n'ai trouvé aucune catégorie sur laquelle reposer mon front. En revanche, quel oreiller que le Chaos ! » — Cioran

DieFeen
Alto
Alto
Messages : 432
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: les plaisirs coupables

Message par DieFeen » 26 juil. 2017, 21:27

Adalbéron a écrit :
26 juil. 2017, 21:23
DieFeen a écrit :
26 juil. 2017, 17:40
jerome a écrit :
11 juil. 2017, 09:20
Mais ce plaisir là n'a rien de coupable! :)
Bibliquement parlant, tout plaisir n'est-il pas coupable en soi ? :wink:
Je supplie ce Dieu de bonté de le faire goûter à quiconque refuserait de croire à la vérité de mes paroles. Les jours où je me trouvais dans cet état, j’étais comme hors de moi »
(Vie de sainte Thérèse écrite par elle-même)
J'ai cru reconnaître quelqu'un...

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2165
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: les plaisirs coupables

Message par micaela » 26 juil. 2017, 21:53

DieFeen a écrit :
26 juil. 2017, 20:50
micaela a écrit :
26 juil. 2017, 19:06
Pas de variété française, des artistes à la retraite, et pas (ou peu) de spectacle live, ça te fait tout de même un horizon musical assez limité.
Gwyneth Jones, c'est très bien , Scotto aussi, mais il existe aujourd'hui des artistes fort intéressantes qui ont le même répertoire.
Ne pas s'étonner du déclin de l'opéra : si une majorité du public réagit comme ça, les artistes peuvent songer à la reconversion...
C'est certain que si tous les publics de France font montre d'une telle radicalité, faut pas s'étonner si l'industrie du disque, déjà moribonde mais qui survit grâce aussi à des personnes comme nous, mette définitivement la clef sous la porte.
Il en est pour tous les goûts et certains artistes vivent aussi des enregistrements...
Après faudrait voir aussi à définir le terme "déclin" :mrgreen:
Je parlais du déclin , disons, économique : moins de public, moins de spectacles, moins de moyens, des salles qui ferment, etc...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7929
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: les plaisirs coupables

Message par jerome » 26 juil. 2017, 23:04

En même temps on s'en cogne grave de la variété, du rock, du jazz, de la soul, du reggae, du folk, du hip-hop, du rap, de la techno, de l'électro, ... que je ne vais même pas qualifier pour éviter toute polémique.
Ici c'est un forum d'art lyrique et aimer l'opéra, ça c'est avoir un champ musical très large et artistiquement élevé quel que soit le support de cet amour (disque, scène, concert, dvd, chanteurs d'hier et/ou d'aujourd'hui quelle importance ? Chacun trouve son bonheur là où il a envie!)

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2165
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: les plaisirs coupables

Message par micaela » 27 juil. 2017, 00:12

Le problème, c'est aussi que le forum est en train de se transformer en forum sur le passé : voir l'évolution de la partie "autour des CD" est en train de se transformer en chronique des discographies des artistes d'il y a plus de 30 ans, et pas grand chose d'autre.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

DieFeen
Alto
Alto
Messages : 432
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: les plaisirs coupables

Message par DieFeen » 27 juil. 2017, 00:15

micaela a écrit :
27 juil. 2017, 00:12
Le problème, c'est juste que le forum est en train de se transformer en forum "historicisant" (pardon pour le néologisme) : les fils artistes qui marchent sont ceux sur Scotto et Jones, la partie "autour des CD" est en train de se transformer en chronique de ce qui s'est édité avant les années 90 , comme si tout ce qui s'est fait en matière de lyrique depuis 25/30 ans ne comptait pas.
C'est sûr que les récentes publications PBZ datent au moins des années 1960.... Vous n'avez qu'à apporter votre contribution sur le fil dédié : elle sera sans doute la bienvenue :wink:

Macbetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 148
Enregistré le : 14 juil. 2006, 23:00
Contact :

Re: les plaisirs coupables

Message par Macbetto » 27 juil. 2017, 01:56

micaela a écrit :
27 juil. 2017, 00:12
Le problème, c'est aussi que le forum est en train de se transformer en forum sur le passé : voir l'évolution de la partie "autour des CD" est en train de se transformer en chronique des discographies des artistes d'il y a plus de 30 ans, et pas grand chose d'autre.

Mais personne ne vous oblige à venir traîner par ici, vos commentaires relèvent d'une forme de "talibanisme" bien outrecuidante à mon sens. Kaufmann ne suffit pas à vous occuper là haut?

C'est tout à fait du style " je m'emmerde dans mon bac à sable" alors je veux empêcher les petits copains de jouer dans le leur. A quand la censure?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 16 invités