Discographie de la Médée de Cherubini

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 25 avr. 2005, 11:59

J'ai enfin écouté la Médée de G. Jones (Decca, 1968).
Vocalement magnifique (un régal, ce sont ses heures de gloire), mais preuve que si on a dans le rôle une chanteuse dont l'articulation n'a pas le mordant et la pulsation nécessaire, eh bien ça ne marche pas. L'intensité de Jones est purement vocale, les mots sont constamment flous et sa déclamation assez molle.

Il faut dire que la direction de Gardelli est d'une tiédeur coupable. A l'acte III, c'est extrêmement décevant : aucun nerf. Pour le coup, on a l'impression que Jones est entravée par le chef. La comparaison avec Serafin est édifiante (je ne parle même pas de Bernstein, bien sûr).

Sinon, Cossotto m'a paru disciplinée mais un peu indifférente, Lorengar absolument splendide, et j'aime beaucoup le ténor (Prevedi, si je n'estropie pas son nom).

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 25 avr. 2005, 14:26

bajazet a écrit :J'ai enfin écouté la Médée de G. Jones (Decca, 1968).
Vocalement magnifique (un régal, ce sont ses heures de gloire), mais preuve que si on a dans le rôle une chanteuse dont l'articulation n'a pas le mordant et la pulsation nécessaire, eh bien ça ne marche pas. L'intensité de Jones est purement vocale, les mots sont constamment flous et sa déclamation assez molle.

Il faut dire que la direction de Gardelli est d'une tiédeur coupable. A l'acte III, c'est extrêmement décevant : aucun nerf. Pour le coup, on a l'impression que Jones est entravée par le chef. La comparaison avec Serafin est édifiante (je ne parle même pas de Bernstein, bien sûr).

Sinon, Cossotto m'a paru disciplinée mais un peu indifférente, Lorengar absolument splendide, et j'aime beaucoup le ténor (Prevedi, si je n'estropie pas son nom).
Vocalement très beau et de haute tenue,
Dirigé au métronome et manquant de vie...
Bon sang mais c'est bien sûr, oui c'est bien entendu :
Un enregistrement de ce cher Gardelli !

X

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1660
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 25 avr. 2005, 15:11

Xavier a écrit :
Vocalement très beau et de haute tenue,
X
C'est vrai que très souvent quand je repère un enregistrement dont le casting titille mon imagination il est à la baguette !
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 16 mai 2005, 21:15

Je réécoute la Médée (en allemand) d'Inge Borkh (Berlin, direction Gui, publié par Ponto). Suthaus est épouvantable (et faux surtout), mais Borkh est quand même fantastique, et plus précise que Rysanek, plus tranchante aussi, et on voit bien le pont jusqu'à Elektra, évidemment !

En plus, on entend les enfants hurler en coulisse quand elle les tue. Frisson garanti.

Ce qui est génial au demeurant, c'est le calme hiératique, effrayant, de Borkh dans le dernier face-à-face avec Jason. La dame a tout compris de l'affaire, j'ai l'impression ?

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1660
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 16 mai 2005, 21:18

Que c'est beau dit comme ça : je visualise l'affiche de Mucha avec la divine Sarah en Médée ....
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
philopera
Ténor
Ténor
Messages : 936
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par philopera » 24 mai 2005, 19:00

la Medea de Rysanek maintenant sur le net !

Cliquer ici : http://www.radiostephansdom.at/

Avatar du membre
Josquin
Ténor
Ténor
Messages : 886
Enregistré le : 25 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Josquin » 24 mai 2005, 19:30


Avatar du membre
Fred34
Messages : 41
Enregistré le : 03 mai 2005, 23:00

Message par Fred34 » 17 juin 2005, 20:22

philopera a écrit :la Medea de Rysanek maintenant sur le net !Cliquer ici : http://www.radiostephansdom.at/
Etant en verve ce soir (merci à mon double) je reprens ce fil abandonné depuis quelques semaines. A sa lecture, j'ai eu le besoin impérieux d'écouter la version Tamar/ Mobardo/ Forunillier.
En Médée (Medea) il y a en premier Callas, Maria et Callas. Lieu commun, mais les choses vont mieux lorsqu'elles sont dites. Ma préférée reste Bernstein 53 :Jumpy: . J'ai ensuite à la maison les versions Sass, Jones, Gencer et j'ai écouté récemment (merci mon double :wink: ) Rysanek. De ces quatre dames, je place Sass en tête, talonnée par Jones. Sass pour l'intelligence du mot (décidement) et puis son Jason est Luchetti ( :coeur2: :coeur2: ). Très belle version. Jones et Rysanek sont dand la même catégorie: celles qui ont la voix, mais ne comprennent pas tout ce qu'elles disent. Reste Gencer, grosse déception pour moi. IL m'a semblé que le role était écrit dans ses pires notes :cry: :cry:
Reste la version francaise, car Médée est francais que diable. Gorr et ses extraits sont intéressants. j'aime trop LA SUBLIME RITA pour la dénigrer ici :coeur2: :coeur2: Il faut écouter ce disque. Et puis Miss Tamar vint...... version avec les dialogues parlés (ce qui surpend :? :? ) mais il faut écouter cette version. Lombardo est superbe, Courtis est royal, et Ciofi si jeune est attachante....A connaître ne serait ce que pour les coupures par rapport à la version Callasienne. Reste le cas de Miss Verrett. Je suis trop verrettophile poue être objectif. Je vous confirme que cette production (198???) était superbe. décors et costumes magnifiques. Je pense n'en avoir loupé qu'une seule représentation, et suis suffisement fan de Shirley pour vous dire qu'elle fut inégale. Mais les jours où elle fut superbe.....Car elle fut superbe, n'en déplaise à certains. elle ne parlait pas français, certes, mais en verrett, mais son sens de la tragédie, du drame, son sens du mot (verretien :wink: ) sont dans la lignée de Gluck. Car Médée n'est pas Medea. Il y a de lèrères (??) nuances. Mais pour moi éternel optimiste, la plus belle Médée est celle que je n'ai encore pas vue.
PS: je vous recommande aussi le disque de J Barstow qui reprend quelques scènes finales dont celle de Médée en français non coupée (comme dans la version avec Tamar qui est magnifique). le cas Mazzola (à Montpellier) sera évoqué ultérieurement.

Poliuto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 227
Enregistré le : 27 avr. 2005, 23:00

Message par Poliuto » 17 juin 2005, 20:49

J'adore Rysanek ,mais hélas sa Medea vient trop tard.Elle chante faux les 3/4 du temps !De plus,Medea n'est pas cousine de Salome ou de Elektra.

Reste seule et indétronée :CALLAS.En priorité la version Bernstein ,mais sa prise de rôle en 53 avec Guichandut;dir:V.Gui montre déjà qu'elle a tout compris au personnage.
A oublier Jones(sans âme);Gencer ;Caballe ,Olivero (hors style) et pourtant je les adore.Sass (voix abimée).

OK pour Borkh ,assez géniale ,et proche de la réussite de ses Elektra.

En version française ,rappeler vous Plowright à Lyon.C'était pas mal et bien mieux que Tamar.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 23 invités