Cristina Deutekom

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1705
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 04 juin 2005, 09:27

Justement : au niveau de l'émission c'est pour le moins bizarre !
Comment est-ce qu'elle arrive vocalement à l'effet "peau-rouge-la-main-sur-la-bouche"
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 08 juil. 2005, 21:32

Je suis en train d'écouter Deutekom dans Elena des Vespri siciliani : elle est vraiment bluffante !

Non seulement elle chante le bolero avec des piqués et des doubles croches comme personne (ça aide la technique "peau-rouge tyrolien" !) mais aux premiers actes elle montre des trésors de dramatisme vcal avec un puissance du médium et une richesse de grave à en remontrer à tous les spinto verdien à gros moyens.


Face à elle, un des plus brillants des Arrigo : Franco Bonisolli qui soit dit en passant chante, comme Gedda (c'est à dire comme à peu près personne...) La brezza aleggia avec ses deux strophes (contrairement à Gedda), le tout couronné d'une vocalise au ré qui met la salle en transe !!!

X

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20857
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 09 juil. 2005, 12:58

bajazet a écrit :Une réminiscence soudaine ?
Deutekom a chanté Lucia à Orange à la fin des années 70. Sylvie de Nussac (qui avait un style très singulier, pour le moins) écrivit alors qu'elle y était "pathétique comme une machine à laver".
.

oui, ce fut la première Lucia d'Orange le 16 juillet 1977 avec G. Aragall, R. Massard, A. Ferrin, etc...

Elle avait chanté le même rôle à Avignon l'année précédente.

Elle a aussi chanté Norma à Nîmes en 1983

en France elle s'est surtout produite à Nice (Puritani, Lucia, Leonora)

A Paris, je n'ai trouvé que :
18, 21, 25, 28 novembre, 11, 14, 19, 23, 27 décembre, 2 janvier 1974
I Vespri siciliani
N. Santi / J. Dexter
P. Glossop, F. Bonisolli/ W. Ochman (déc.), R. Soyer, C. Deutekom, R. Raimondi

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1288
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Message par offenbach » 22 mars 2006, 23:25

Quelqu'un a-t-il déjà entendu le "Sempre libera" de Deutekom? On dirait la Reine de la Nuit qui s'est mise à Verdi.
D'ailleurs, comment fait-elle ses vocalises étranges? C'est toujours d'une précision redoutable (parfois plus précis que les vocalises "orthodoxes"), mais étrange.

opera-tic
Alto
Alto
Messages : 298
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par opera-tic » 23 mars 2006, 23:51

Xavier a écrit :Je suis en train d'écouter Deutekom dans Elena des Vespri siciliani : elle est vraiment bluffante !

Non seulement elle chante le bolero avec des piqués et des doubles croches comme personne (ça aide la technique "peau-rouge tyrolien" !) mais aux premiers actes elle montre des trésors de dramatisme vcal avec un puissance du médium et une richesse de grave à en remontrer à tous les spinto verdien à gros moyens.


Face à elle, un des plus brillants des Arrigo : Franco Bonisolli qui soit dit en passant chante, comme Gedda (c'est à dire comme à peu près personne...) La brezza aleggia avec ses deux strophes (contrairement à Gedda), le tout couronné d'une vocalise au ré qui met la salle en transe !!!

X

Pouvez-vous me donner les références de cet enregistrement des Vespri ?

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2810
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par raph13 » 25 mars 2006, 11:33

Moi ce qui me gène chez Deutekom c'est sa façon de vocaliser (surnommée "bi-ba-bo" par les italiens). Mais si j'arrive à faire abstraction de ça, c'est vrai qu'on se trouve face à une grande chanteuse.
Son Armida m'a vraiment impressionée, on dirait réellement un extra-terrestre, sa voix fait penser à celle d'une magicienne d'un autre monde. Toutefois, je lui préfère Callas dans ce rôle, il manque à Deutekom ce grain de folie et cette sensualité que l'on ne trouve que chez la divina.
Sa Lucia ne m'a pas tellement emballé, l'accent est surtout mis sur la virtuosité, le personnage est laissé de côté.
La grande scène du 1er acte de la Traviata et la scène finale de la Sonnambula n'offrent pour moi aucun intérêt par elle, si ce n'est que l'on retrouve sa technique très particulière.
Sa Norma est intéressante, le côté divin/céleste est très bien rendu dans "Casta diva" et le duo "O rimembrenza" avec Troyanos est une merveille.
Quant à sa reine de la nuit, elle rejoint un peu la conception d'Edda Moser, c'est à dire la création d'un personnage impressionant et impitoyable. Mais là encore sa technique me gêne.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1705
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Cristina Deutekom

Message par aroldo » 15 juil. 2017, 13:58

Je continue, comme Circée/Sylvana Mangano dans Ulysse, de ressusciter les morts, n'allant pas créer un troisième fil sur Deutekom (il y en a eu un second au moment de son décès).

Après l'avoir réentendue dans ces Vespri dont parlait - en 2005 ! - Xavier (de fait, elle et Bonisolli y sont le plus souvent éblouissants) j'ai continué avec le cd Gala Verdi (extraits d'Attila et des Brigands). Le son des deux captations est un peu lointain mais sans fritures. L'Odabella live est supérieure à l'Odabella de studio, d'abord parce qu'on est toujours impressionné d'entendre une chanteuse se sortir crânement de l'air d'entrée, ensuite parce qu'elle peut faire montre de ce qu'elle fait le mieux et les suraigus, interdits par Gardelli, sont vraiment impressionnants. Il y a plusieurs éléments qui méritent le respect (des vocalises et des traits virtuoses extrêmement bien articulés) ou l'intérêt (les "r" roulés à la fin de certains mots italiens qui disent bien des choses sur la violence du personnage) même si l'impression est quelque peu générique (décidément pas ébloui, malgré les nuances, par son très bel air du I - ou du II si on considère le prologue comme un premier acte).

Le meilleur, dans les Masnadieri, pour moi, c'est vraiment la direction (un certain Michelangelo Veltri, je ne connaissais pas) : puissante, dramatique, enflammée même, avec l'épreuve du duo-valse extrêmement intelligemment remportée : on dirait que Francesco et Amelia tournoient dans une danse infernale, c'est très beau. Même si elle n'a pas le grand ton mélancolique de Sutherland - je pense que ça n'est pas pour rien que son premier air n'est pas donné dans la sélection - Deutekom fait preuve des mêmes qualités que dans Attila (avec peu, ou pas, de vocalises ba-bo-bi-bu d'ailleurs). Malgré un trille pas exceptionnel, outre les appogiatures précises et les suraigus interminables que je mentionnais, elle fait preuve d'une ardeur théâtrale, d'un engagement, qui sont communiqués à toute la troupe (on retrouve Manuguerra, plus habité qu'en studio pour le duo). Pas une sylphide romantique à la Jenny Lind, plutôt une amoureuse qui n'a pas froid aux yeux (et, après tout, cette lecture du personnage est parfaitement autorisée par le livret).

C'est dommage que le Bal Masqué dirigé par Muti ne se trouve plus, je suis à peu près certain que le grand bien qu'on en lit partout est mérité.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8915
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Cristina Deutekom

Message par jerome » 16 juil. 2017, 03:49

Il y a celui-là:

Image

altini
Ténor
Ténor
Messages : 885
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Cristina Deutekom

Message par altini » 16 juil. 2017, 07:16

aroldo a écrit :
15 juil. 2017, 13:58

Le meilleur, dans les Masnadieri, pour moi, c'est vraiment la direction (un certain Michelangelo Veltri, je ne connaissais pas) : puissante, dramatique, enflammée même, avec l'épreuve du duo-valse extrêmement intelligemment remportée :

Veltri était un chef argentin mort en 97 à 57 ans. Excellent chef verdien. Beaucoup de fougue et de dynamisme. Ton appréciation est tout à fait exacte. On l'a souvent vu à Marseille et à Avignon dont il a été le directeur de l' Opéra pendant une saison.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1705
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Cristina Deutekom

Message par aroldo » 16 juil. 2017, 12:47

@ Altini. Merci pour ces compléments. Il a vraiment un "geste" très sûr (à comparer avec la version Gavazzeni que j'attends).

@ Jérôme : j'ai cherché aussi cette version du coup, mais c'est également, a priori, introuvable. Ca a été réédité dans "Jan Derksen sings Verdi II" (Ponto), je crois, mais ça ne se trouve plus non plus (je regrette, j'aurais dû l'acheter à l'époque, il y avait en plus l'intégralité du MacBeth avec Pauline Tinsley, en plus).
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 25 invités