My Fair Lady - Farrell/Carsen - Châtelet, déc.2010

Avatar du membre
Saint-Antoine
Alto
Alto
Messages : 465
Enregistré le : 31 oct. 2006, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Message par Saint-Antoine » 15 déc. 2010, 15:33


Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21922
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 21 déc. 2010, 15:11

My Fair Lady
Musique Frederick Loewe
Livret et lyrics Alan Jay Lerner


Direction Kevin Farrell
Mise en scène Robert Carsen
Dramaturge Ian Burton
Décors Tim Hatley
Costumes Anthony Powell
Chorégraphie Lynne Page

Eliza Doolittle Sarah Gabriel
Henry Higgins Alex Jennings
Mrs. Higgins Margaret Tyzack
Colonel Pickering Nicholas Le Prevost
Alfred Doolittle Donald Maxwell
Mrs. Pearce Jenny Galloway
Freddy Eynsford-Hill Ed Lyon
Harry, Charles Geoffrey Abbott
1st Cockney John C. Bernard
Zolthan Karpathy, 3rd Cockney Simon Butteriss
Mrs Higgins’s maid Anna Cottis
George the Bartender Steve Devereaux
Jamie Jeremy Finch
4th Cockney Philip James Glenister
Mrs Eynsford-Hill Jane How
Mrs Hopkins, Maid Frances Jeater
2nd Cockney Graham Stone
Queen of Transylvania, Maid Nuala Willis

Orchestre Pasdeloup
Choeurs du Châtelet
12 décembre 2010



L’action débute devant l’Opéra royal de Londres à l’issue d’une représentation d’Aïda (ou du Crépuscule des Dieux…). On connaît la suite de cette intrigue picaresque tirée du Pygmalion de George Bernard Shaw (donné à Paris en 1993 à Hébertot avec Sophie Marceau et Lambert Wilson) et popularisée par le film de George Cukor (1964). Cette piéce inspira aussi un film français assez oubliable et oublié Lola Zipper (1991 ) avec Arielle Dombasle.
Robert Carsen s’est contenté d’en décaler l’époque d’une décennie, de la veille de la Première Guerre mondiale à l’orée de la Seconde. Il est assez curieux d’apprendre que sa production marque la création de la version originale de cette comédie musicale emblématique en France et qu’elle sera, lors de sa reprise en juin prochain, le premier musical présenté à Saint-Pétersbourg.
Toute la scénographie découle de l’impeccable et marmoréenne sobriété de cette façade immaculée du Covent Garden qui trouve son prolongement à la fois dans la rotonde bibliothèque du Professeur (inspirée aussi par une photo d’une séance de travail entre le librettiste et le compositeur reproduite page 72 du programme) et dans le salon de sa mère où trône un marbre de Brancusi, Bird in Space. Cette atmosphère apollinienne manque un tantinet de folie puisque même les élégantes des courses d’Ascot se sont interdites toute excentricité vestimentaire, c’est dire…A l’amidon du goût parfait, les adeptes du genre préfèrent un zeste de clinquant et de lâcher prise voire une vraie bonne dose de kitsch coloré et de débridé crânement assumé. Tout ceci nous est refusé. Comme si les bonbons anglais étaient tout blancs !
Mais un tel chef d’œuvre servi avec autant de moyens et de métier ne peut que séduire. D’autant que la distribution réunit la fine fleur du théâtre britannique. Il suffirait de préciser qu’Alex Jennigs a obtenu pour ce rôle d’Henry Higgins le Laurence Olivier Award du meilleur acteur de comédie musicale 2003 et que Margaret Tyzack qui joue sa mère a tourné sous la direction de Stanley Kubrick, Stephen Frears ou de Woddy Allen pour avoir une idée de l’excellence qui prévaut ici. Lui, tout à sa rage d’expérience, oublie avec le plus parfait égocentrisme que contrairement aux diérèses et aux diphtongaisons, les jeunes filles ont des bleus à l’âme. Elle incarne l’élégance du cœur et l’ouverture d’esprit de la gentry éclairée.
En Eliza, Sarah Gabriel brille par un timbre frais et une belle musicalité. Elle ne maintient pas toujours le même niveau d’intensité vocale mais se montre plus vraie que nature en fille des rues avant de porter sa robe d’apparat au grand bal d’ambassade avec la plus sûre distinction. Son père est campé avec beaucoup de truculence cockney par le baryton écossais Donald Maxwell, bien connu des amateurs d’opéra. Tandis que le savant hongrois dévoyé de la suite de la reine de Transylvanie, Zoltan Karpathy, semble sorti d’un album d’Hergé.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10866
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 21 déc. 2010, 15:15

Devant l'enthousiasme général, je me suis rendu au guichet pour acheter des places mais il ne reste que des dernières catégories (et pas les meilleures sièges dans ces catégories), je ne verrai donc pas ce spectacle.

Doit-on classer ce fil de discussion dans "Représentations", sachant que ce n'est pas de l'opéra ? Va-t-on parler aussi de Mamma Mia et de Hairspray sur ODB ?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21922
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 21 déc. 2010, 15:21

tuano a écrit :Devant l'enthousiasme général, je me suis rendu au guichet pour acheter des places mais il ne reste que des dernières catégories (et pas les meilleures sièges dans ces catégories), je ne verrai donc pas ce spectacle.

Doit-on classer ce fil de discussion dans "Représentations", sachant que ce n'est pas de l'opéra ? Va-t-on parler aussi de Mamma Mia et de Hairspray sur ODB ?
Oui, je viens de replacer ce fil dans représentations car je ne le retrouvais pas pour poster mon petit CR. Je pense que c'est plus pratique.
Mais le débat reste ouvert...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paco
Basse
Basse
Messages : 8470
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 21 déc. 2010, 15:41

tuano a écrit : Va-t-on parler aussi de Mamma Mia ?
pour l'instant c'est archi comble, comme pour My fair lady

veniziano
Alto
Alto
Messages : 493
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Message par veniziano » 21 déc. 2010, 17:51

Quand est il de la retransmission annoncée sur CLASSICA pour le 17 décembre, alors qu'il y eu en fait, un reportage sur Romy Schneider????

Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 991
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Message par pingpangpong » 21 déc. 2010, 19:46

Les logos de France 2 et 3 figurent dans le programme et c'est de ce côté plutôt que d'Arte que nous pourrions espérer une diffusion tv.

Pour ceux qui ont vu le spectacle, vous ne trouvez pas que la voix d'A.Jennings est très proche de celle de Rex Harrison dans le film de Cukor ?
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10866
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 22 déc. 2010, 00:56

PlacidoCarrerotti a écrit :Très bon spectacle avec un excellent casting (dont un clone vocal de Rex Harrison)

wababelooba
Ténor
Ténor
Messages : 979
Enregistré le : 30 déc. 2009, 00:00
Contact :

Message par wababelooba » 23 déc. 2010, 18:31

tuano a écrit :
PlacidoCarrerotti a écrit :Très bon spectacle avec un excellent casting (dont un clone vocal de Rex Harrison)
Eh bien moi, je l'ai presque trouvé meilleur que Rex Harrison.
Magnifique comédien, encore plus précis dans les calages du parlé-chanté de ses airs
que l'illustre créateur du rôle.
Et Sarah Gabriel est effectivement parfaite, même si l'immense Audrey Hepburn
reste inoubliable en Eliza.
Mais l'une chante ,l'autre pas ( comme disait Rivette).

Superbe soirée qui démontre qu'une oeuvre peut être à la fois raffinée à la limite du dandysme et parfaitement populaire.
Et comme Carsen nous la joue "Total Respect", c'est GB Shaw qui triomphe.
Ce qui est amplement mérité.

wababelooba
Ténor
Ténor
Messages : 979
Enregistré le : 30 déc. 2009, 00:00
Contact :

Message par wababelooba » 23 déc. 2010, 18:31

tuano a écrit :
PlacidoCarrerotti a écrit :Très bon spectacle avec un excellent casting (dont un clone vocal de Rex Harrison)
Eh bien moi, je l'ai presque trouvé meilleur que Rex Harrison.
Magnifique comédien, encore plus précis dans les calages du parlé-chanté de ses airs
que l'illustre créateur du rôle.
Et Sarah Gabriel est effectivement parfaite, même si l'immense Audrey Hepburn
reste inoubliable en Eliza.
Mais l'une chante ,l'autre pas ( comme disait Rivette).

Superbe soirée qui démontre qu'une oeuvre peut être à la fois raffinée à la limite du dandysme et parfaitement populaire.
Et comme Carsen nous la joue "Total Respect", c'est GB Shaw qui triomphe.
Ce qui est amplement mérité.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités