Bélingard devient danseur étoile

Avatar du membre
Lanou
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 160
Enregistré le : 06 nov. 2004, 00:00

Bélingard devient danseur étoile

Message par Lanou » 29 mars 2007, 00:00

Le Danseur Jérémie Bélingard vient d'être nommé étoile à l'issue du Don Quichotte.

Je compte faire bref, je n'ai pas vu cette représentation et attendrait dimanche pour m'en faire une idée plus précise. J'accuse toutes les responsabilités de mes propos et n'en rend aucunment responsable les modérateurs et propriétaires du forum.
Je pense que l'on signe là la mort de la danse classique à l'Opéra de Paris. Quelle mouche a bien pu piquer le directrice de la danse, qui ne semble plus avoir la totale maîtrise de ses moyens? Mortier n'est même pas venu sur scène, lui qui aime ce genre de protocoles n'a pas du approuver... Mme Lefèvre a bien fait d'inviter le Kabuki, "chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité", la danse classique survivra bientôt grâce à cet appendice de gloire qu'on devra lui décerner pour qu'elle ait droit de survie en France, à l'étranger. Tout le monde n'en a rien à faire, les 26 casse noisettes à venir rassureront tous les pessimistes de la terre. a procéder ainsi, on se paie notre tête, et avec l'annonce de la saison prochaine, je crois que je tiens plus que jamais à la démission de b. Lefèvre


Après courte réflexion, car il y a beaucoup à dire, et je ne dormirai pas cette nuit non plus, mais pas pour les mêmes raisons qu'après le soirée Thibaukt Oud Braham, Mme Lefèvre ne soutient-elle pas mordicus, qu'un danseur étoile doit être polyvalent? Il me semble que les dernière étoiles masculines nommées dérogent à la règle et soient plus amateurs de contemporain, ou néoclassique que du Petipa à la papa. L'inverse ne serait-il donc pas possible?: un danseur classique uniquement, voilà du révolutionnaire!!
Ce n'est pas honteux d'être premier danseur, tout le monde n'est pas étoilable, mais il me paraît qu'aujourd'hui, il ne faille décevoir aucun danseur, et remplir les quotas d'étoile vacantes à venir
En tout cas, un forum existe aussi pour ses "coups de gueule", et je ne me fonds personnellement pas dans l'enthousiasme de chacun, et ne félicite aucunement un danseur qui, pour moi, n'est pas méritable de porter ce titre prestigieux.

Il semblerait que dans la salle, quelques "mécontentements" aient eu lieu et aient obligé la directrice de la danse de sommer la salle de faire un peu plus de calme...
Gioir!
Sempre libera degg'io
Follegiare di gioia in gioia
Vo'che scorra il viver mio
Pei sentieri del piacer.

Avatar du membre
esther
Alto
Alto
Messages : 349
Enregistré le : 02 mars 2007, 00:00
Contact :

Re: Le ballet de l'Opéra et sa décadence...Bélingard Etoile

Message par esther » 29 mars 2007, 00:11

Lanou a écrit :Le Danseur Jérémie Bélingard vient d'être nommé étoile à l'issue du Don Quichotte.

Je compte faire bref, je n'ai pas vu cette représentation et attendrait dimanche pour m'en faire une idée plus précise.

Il semblerait que dans la salle, quelques "mécontentements" aient eu lieu et aient obligé la directrice de la danse de sommer la salle de faire un peu plus de calme...
Je ne comprends pas la teneur du message:
1) vous nous n'étiez pas mais vous racontez ce qui s'y est passé
2) qu'avez vous contre Bélingard?

Avatar du membre
Lanou
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 160
Enregistré le : 06 nov. 2004, 00:00

Message par Lanou » 29 mars 2007, 00:24

1-Les nouvelles vont vite avec le téléphone et internet...Je ne fais que transmettre la manière dont il semblerait que cela se soit passé, et je n'en pas assuré, mais a priori, je fais confiance, donc...


2-Ma deuxième partie est un coup de gueule contre la galvaudage du titre d'Étoile: Bélingard ne sera jamais un grand danseur classique, et cette nomination vient confirmer le fait que l'Opéra de Paris compte désormais avant tout promouvoir les danseurs qui dansent superbement bien le contemporain, comme Bélingard, que j'appréciais jusqu'alors, malgré ses blessures assez conséquentes, et qui nous l'ont privé de lui pendant un certain temps.
A côté de ça, vous avez un Dieu de la Danse, Emmanuel Thibault, qui, à l'aide de Myriam Ould Braham, a enflammé Bastille lundi dernier, et qui ne sera probablement jamais nommé, car il a fait sien le répertoire classique et le défend avec autant d'ardeur qu'il ne serait jamais capable de le faire avec du contemporain.
c'est une honte de se fout.. de la gue.... du monde de nommer un danseur que je considère (et nombre de gens autour de moi) loin d'être exceptionnel; bref, c'est l'Anna Netrebko au masculin et en danseur: très beau, et très vide.
Gioir!
Sempre libera degg'io
Follegiare di gioia in gioia
Vo'che scorra il viver mio
Pei sentieri del piacer.

Avatar du membre
Joyce-DiDonato
Soprano
Soprano
Messages : 78
Enregistré le : 16 mars 2007, 00:00
Localisation : Paris - Londres
Contact :

Message par Joyce-DiDonato » 29 mars 2007, 16:16

Voici un message bien vindicatif à l'égard de Brigitte Lefèvre et Jérémie Belingard.

Je suis très surprise de voir une critique qui doit dans ce cas aller plus loin y compris sur la chorégraphie et la mise en scène de Noureev. Il me semble que chaque danseur a sa particularité, que de toute façon il ne pourra faire l'unanimité, surtout pour un danseur comme Belingard qui est un danseur très athlétique, très physique. On voit quand même dans ses interprétations, tout le travail qu'il y'a eu et toute la maîtrise qu'il possède. Pour cela je me refère également à son interprétation dans Air de Teshigawara. Le danseur est au service du chorégraphe également et c'est une douce alchimie entre l'attente et l'interprétation. Juger un danseur sur une représentation, cela parait réducteur. Que l'on dise qu'ensuite il y'a des étoiles à nommer et que l'on prend qui on peut, cela va s'en dire, car le ballet de l'Opéra a vocation a en nommer régulièrement Il est possible que nous travsersions une phase de transition mais il ne faut pas attendre de chaque danseur qu'il soit un Baryshnikov.


Il me semble qu'il ne faille pas reprocher au ballet de l'Opéra de Paris son modernisme en général, même si récemment en inscrivant à son répertoire les oeuvres de Forsythe, des yeux se sont équarquillés de surprise. Justement, l'Opéra évolue avec son temps et propose un registre très varié, où chacun pourra y trouver son bonheur. Que Belingard soit plus à son avantage dans un registre moderne plutôt que classique cela est certainement vrai (avec de grosses nuances) mais il n'en démérite pas moins. Le ballet évolue aussi au rythme également où les chorégraphes le font évoluer et cela doit-être un perpétuel renouveau.

Bien à vous

Joyce
Con amores, la mi madre
con amores me dormi.
Asi dormida soñaba
lo que el corazòn velaba,...

Avatar du membre
esther
Alto
Alto
Messages : 349
Enregistré le : 02 mars 2007, 00:00
Contact :

Message par esther » 29 mars 2007, 16:24

Joyce-DiDonato a écrit :Il me semble que chaque danseur a sa particularité, que de toute façon il ne pourra faire l'unanimité, surtout pour un danseur comme Belingard qui est un danseur très athlétique, très physique. On voit quand même dans ses interprétations, tout le travail qu'il y'a eu et toute la maîtrise qu'il possède. Pour cela je me refère également à son interprétation dans Air de Teshigawara.


Il est possible que nous travsersions une phase de transition mais il ne faut pas attendre de chaque danseur qu'il soit un Baryshnikov.

Je suis d'accord avec Joyce ! Je me souviens aussi à présent d'avoir vu Belingard dans Le jeune homme et la mort de Roland Petit en 2005 et son interprétation était de grande qualité.

abaris
Basse
Basse
Messages : 3381
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 29 mars 2007, 16:26

esther a écrit :
Joyce-DiDonato a écrit :Il me semble que chaque danseur a sa particularité, que de toute façon il ne pourra faire l'unanimité, surtout pour un danseur comme Belingard qui est un danseur très athlétique, très physique. On voit quand même dans ses interprétations, tout le travail qu'il y'a eu et toute la maîtrise qu'il possède. Pour cela je me refère également à son interprétation dans Air de Teshigawara.


Il est possible que nous travsersions une phase de transition mais il ne faut pas attendre de chaque danseur qu'il soit un Baryshnikov.

Je suis d'accord avec Joyce ! Je me souviens aussi à présent d'avoir vu Belingard dans Le jeune homme et la mort de Roland Petit en 2005 et son interprétation était de grande qualité.
Est-ce qu' une prestation de grande qualité suffit pour qu'un danseur mérite le titre d'étoile ? J'en doute.

Avatar du membre
Joyce-DiDonato
Soprano
Soprano
Messages : 78
Enregistré le : 16 mars 2007, 00:00
Localisation : Paris - Londres
Contact :

Message par Joyce-DiDonato » 29 mars 2007, 16:41

abaris a écrit :
esther a écrit :
Joyce-DiDonato a écrit :Il me semble que chaque danseur a sa particularité, que de toute façon il ne pourra faire l'unanimité, surtout pour un danseur comme Belingard qui est un danseur très athlétique, très physique. On voit quand même dans ses interprétations, tout le travail qu'il y'a eu et toute la maîtrise qu'il possède. Pour cela je me refère également à son interprétation dans Air de Teshigawara.


Il est possible que nous travsersions une phase de transition mais il ne faut pas attendre de chaque danseur qu'il soit un Baryshnikov.

Je suis d'accord avec Joyce ! Je me souviens aussi à présent d'avoir vu Belingard dans Le jeune homme et la mort de Roland Petit en 2005 et son interprétation était de grande qualité.
Est-ce qu' une prestation de grande qualité suffit pour qu'un danseur mérite le titre d'étoile ? J'en doute.
Une prestation de grande qualité ? certainement pas une seule !
Alors comment attribuer le titre d'étoile ?

-> Une constance dans la qualité de l'interprétation, un registre large, une technique indéniable, une virtuosité et un talent au service de la chorégraphie. Enfin, encore plus important, une étoile est un ou une artiste et à ce titre apporte quelque chose à cet art. Et c'est peut-être pour cela, pour le risque aussi de (savoir) faire des interprétations plus contemporaines que Belingard le mérite. Et je ne vois pas comment on peut reprocher la polyvalence d'un danseur, au contraire !

Alors dans ce cas presque toute nomination peut-être sujette à controverse. Il y'en a certainement qui trouveront qu'en 1997 José Martinez n'aurait pas dût être nommé étoile comme Romoli ou Pech.

Après Ganio en 2004, Don Quichotte a encore une fois porté chance !
Con amores, la mi madre
con amores me dormi.
Asi dormida soñaba
lo que el corazòn velaba,...

abaris
Basse
Basse
Messages : 3381
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 29 mars 2007, 16:51

Et bien, quitte à paraître vieux jeu et réac, je pense comme Lanou que le titre d'Etoile de l'Opéra de Paris doit être réservé aux danseurs exceptionnels qui défendent la tradition classique de cette troupe.

Avatar du membre
Joyce-DiDonato
Soprano
Soprano
Messages : 78
Enregistré le : 16 mars 2007, 00:00
Localisation : Paris - Londres
Contact :

Message par Joyce-DiDonato » 29 mars 2007, 17:01

abaris a écrit :Et bien, quitte à paraître vieux jeu et réac, je pense comme Lanou que le titre d'Etoile de l'Opéra de Paris doit être réservé aux danseurs exceptionnels qui défendent la tradition classique de cette troupe.
Oui vous êtes vieux jeu. :lol: et très réac :D
Non, sans vouloir vous prendre à contre-pied, une étoile est un danseur du ballet de l'Opéra de Paris. Ce n'est pas un danseur classique du ballet de l'Opéra mais le meilleur danseur du ballet qui n'a pas encore ce statut.

Après, cela revient à la même dénomination lorsque la peinture impressioniste a fait ses débuts, entre le salon officiel de Paris soutenu par les beaux-arts et le salon des refusés. L'art ne peut-être pas être confiné que dans un domaine dit "classique" car dans ce cas, il n'y a ni évolution, ni reconnaissance pour des artistes novateurs (ou si 100 ans après leur mort). Je pense que nous avons une étoile qui est moderne dans le sens ou il ne maîtrise pas que le registre classique et qu'il est ouvert à une interprétation contemporaine qui fait de lui un artiste complet.

Bien à vous

Joyce
Con amores, la mi madre
con amores me dormi.
Asi dormida soñaba
lo que el corazòn velaba,...

Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1547
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par jeanch » 29 mars 2007, 17:06

Vous mélangez bien beaucoup de choses Joyce. Le grade de premier danseur à l'opéra de Paris récompense déjà un talent certain de danseur. Celui d'étoile doit montrer quelque chose d'encore supérieur : le charisme, la grâce, la virtuosité sans faille. Peu importe le répertoire mais une maison comme l'opéra de Paris est garante d'une tradition, qu'on le veuille ou non, et une étoile doit se montrer capable de porter haut cette tradition.
Après Ganio en 2004, Don Quichotte a encore une fois porté chance !
Une terrible erreur que la nomination de M. Ganio à ce grade quand on voit que 4 ans après, il ne semble toujours pas avoir acquis de réelle personnalité ni mûri son art.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités