Roméo et Juliette, Opéra de Paris

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 655
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 28 juin 2005, 09:20

doudou a écrit :Par son physique Elisabeth maurin a toujours été très bonne dans les roles juvéniles. Elle a été nommée Etoile dans Casse-Noisette (Clara) !
Oui, mais elle est aussi une superbe actrice, très dramatique : sa Giselle, au moment où elle comprend la trahison du prince, m'avait vraiment bouleversée, ce qui n'avait pas été le cas des autres danseuses que j'ai vues dans le rôle. Et évidemment sa juliette est magnifique : la scène où elle est écartelée entre son père et sa mère les yeux écarquillés, se rebellant, puis acceptant le mariage avec Pâris était d'une intensité incroyable, notamment le moment où son père la giffle : on sentait vraiment que tout son monde s'écroulait et qu'elle décidait à ce moment de mourir.
Kat.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 28 juin 2005, 09:27

Kat a écrit : Oui, mais elle est aussi une superbe actrice, très dramatique.
Je crois que c'est la première fois à un ballet que je me suis fais réflexion sur les talents d'actrice (ou acteur) d'une danseuse (ou d'un danseur)!

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 655
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 28 juin 2005, 09:30

David-Opera a écrit :
Kat a écrit : Oui, mais elle est aussi une superbe actrice, très dramatique.
Je crois que c'est la première fois à un ballet que je me suis fais réflexion sur les talents d'actrice (ou acteur) d'une danseuse (ou d'un danseur)!
Alors dans ce cas regarde le DVD de Roméo et Juliette capté il y a plusieurs années à l'ONP avec Manuel Legris et Monique Loudières : c'est pour moi la Juliette absolue !
Kat.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 28 juin 2005, 09:38

Tu n'es pas la première à m'en parler.
C'est enregistré!

wagneriano
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 204
Enregistré le : 28 nov. 2004, 00:00
Localisation : Rome (Italie)

Message par wagneriano » 28 juin 2005, 15:34

Kat a écrit :Je reviens juste de Roméo et Juliette avec une merveilleuse et bouleversante E. Maurin (à deux jours de la "retraite" hélas !) et un très beau B. Pech en Roméo. Le reste de la distribution était éblouissant avec rien moins que L. Hilaire en Tybalt et E. Thibault en Mercutio.
La direction d'orchestre de K. Rhodes avait fait l'objet de discussions : certains la trouvaient fantastique, d'autres mauvaise, trop lourde... Mon impression, après un gros moment de doute au 1er acte, est finalement très favorable à défaut d'être totalement convaincue. En effet, si les "pesanteurs" de la partition (notamment la célèbre séquence du début du bal des Capulets) sont encore accentuées au point d'en devenir étouffantes, j'ai beaucoup apprécié le travail sur le lyrisme, la passion (superbe scène du balcon). Certains moments étaient réellement d'une grande délicatesse (sérénade précédant la découverte du corps de Juliette, scène de Roméo et juliette du début de l'acte III, le choix du poison toujours à l'acte III) et la tension palpable (combat de Tybalt et Roméo, scène du poison).
Je n'ai pas vu de décalage entre la fosse et la scène et pas noté de couacs...
Donc au final, une bonne surprise, relayée par la formidable interprétation des danseurs.
Mercredi, je retournerai voir ce Roméo, pour dire adieu à E. Maurin :cry: .
Kat.
Lundi soir j'étais débarqué à Bastille un peu prévenu à l'égard de M. Rhodes, mais dès le début du spectacle j'ai du changer d'avis. Avantout, il a demontré d'avoir une pleine maitrise de la gigantesque partition de Prokofief (qu'il avait eu soin d'apprendre par coeur). Et à partir de la 1ère partie, le chef d'orchestre s'est livré à un lyrisme tout à fait charmant, du genre Stokowski première manière. Je ne sais pas si Vello Pahn, qui manie parfaitement la thècnique de la direction d'orchestre mais qui dans Cendrillon m'était paru un peu hésitant, aurait le meme approche.

Après la mort de Mercuzio, Rhodes a pris des tempi un peu trop ralentis (peut-etre à la demande des danseurs). J'ai aussi remarqué quelques coupures, surtout dans la 1ère partie, mais cela arrive souvent avec les ballets.

1000 fois bravo aux danseurs, y compris à B. Pech, qui en tant que remplaçant au dernier minute de Manuel Legris était un peu tendu, et à Joshua Hoffalt, à son début à Paris. Bravo aussi au tout jeune Florian Magnenet, qui hier soir n'avait qu'un role tout à fait secondaire (il était l'un des serviteurs des Capuleti).

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 655
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 28 juin 2005, 18:13

wagneriano a écrit : Après la mort de Mercuzio, Rhodes a pris des tempi un peu trop ralentis (peut-etre à la demande des danseurs). J'ai aussi remarqué quelques coupures, surtout dans la 1ère partie, mais cela arrive souvent avec les ballets.
Les tempi de la mort de Tybalt étaient effectivement nettement plus lents que ceux pratiqués par Pähn, mais pour la suite les tempi étaient les mêmes, voire plus rapides (scène du tombeau).
Les coupures de la partition étaient les mêmes que lors des saisons précédentes.
A signaler pour les amoureux de Prokofiev et du ballet, la parution en Cd du Roméo et Juliette dirigé par Rojdestvensky, chez Melodya.
Kat.

abaris
Basse
Basse
Messages : 3381
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 29 juin 2005, 23:08

Je reviens de la représentation extraordinaire de ce soir, qui a vu Elisabeth Maurin faire ses adieux à la scène.

Pendant près de trente minutes - je n'ai plus de voix -, une partie du public de la Bastille a acclamé l'immense danseuse pour lui témoigner sa gratitude et son admiration.
Je crois que beaucoup seraient volontiers restés à applaudir jusqu'à l'heure du dernier métro.
En tout cas un grand moment d'émotion.

Ce grand moment a été précédé d'une sublime représentation de Roméo et Juliette, un des fleurons du répertoire de l'ONP. Cette production - dont il existe un superbe DVD - est une pure splendeur : somptuosité des décors et costumes, inventivité constante de la chorégraphie (la plus belle, peut être, créée pour ce théâtre par Noureev).

Bravi multiples pour le corps de ballet et surtout l'orchestre de l'ONP, magnifique de sonorités, et superbement dirigé par Kevin Rhodes.

Magnifique couple Roméo et Juliette de B. Pech et E. Maurin.


Un des sommets de la saison, une représentation bouleversante à plus d'un titre.

wagneriano
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 204
Enregistré le : 28 nov. 2004, 00:00
Localisation : Rome (Italie)

Message par wagneriano » 29 juin 2005, 23:20

abaris a écrit :Ce grand moment a été précédé d'une sublime représentation de Roméo et Juliette, un des fleurons du répertoire de l'ONP. Cette production - dont il existe un superbe DVD - est une pure splendeur : somptuosité des décors et costumes, inventivité constante de la chorégraphie (la plus belle, peut être, créée pour ce théâtre par Noureev).

Bravi multiples pour le corps de ballet et surtout l'orchestre de l'ONP, magnifique de sonorités, et superbement dirigé par Kevin Rhodes.

Magnifique couple Roméo et Juliette de B. Pech et E. Maurin.


Un des sommets de la saison, une représentation bouleversante à plus d'un titre.
Tout à fait d'accord avec toi. 1000 fois mieux que Cendrillon (j'ai raté la Belle au bois dormant et donc je ne peux pas faire d'autres comparations).

N'oublie pas Josua Hoffalt, que j'ai trouvé d'une rare élégance (du genre Jean-Guillaume Bart d'il y a 15 ans).

abaris
Basse
Basse
Messages : 3381
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 29 juin 2005, 23:25

Oui, Hoffalt bien sûr mais aussi Laurent Hilaire, que j'aime beaucoup, et que j'ai eu beaucoup de plaisir à revoir ce soir.

La Belle au Bois Dormant est aussi un très beau spectacle, un brin gâché, cet hiver, par une direction d'orchestre plutôt informe.

doudou
Baryton
Baryton
Messages : 1073
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par doudou » 29 juin 2005, 23:29

abaris a écrit :Je reviens de la représentation extraordinaire de ce soir, qui a vu Elisabeth Maurin faire ses adieux à la scène.

Pendant près de trente minutes - je n'ai plus de voix -, une partie du public de la Bastille a acclamé l'immense danseuse pour lui témoigner sa gratitude et son admiration.
Je crois que beaucoup seraient volontiers restés à applaudir jusqu'à l'heure du dernier métro.
En tout cas un grand moment d'émotion.
C'était beau.
C'était émouvant.
J'ai pleuré comme une madeleine.
:crybaby:
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités