Noverre et Rodolphe - Ballets - Niquet - Favart 12/2012

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12640
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Noverre et Rodolphe - Ballets - Niquet - Favart 12/2012

Message par PlacidoCarrerotti » 22 déc. 2012, 14:07

Je suis sorti enchanté de ce spectacle.
D'abord à cause de la découverte de l'art de Noverre, inventeur du bammet-pantomime qui précède l'invention du grand ballet romantique.
Ensuite, parce que la troupe est excellente (bon, ok, ce n'est pas non plus très difficile à danser).
La musique de Jean-Joseph Rodolphe est très intressante, surtout celle de Médée dont l'ouverture vaut celle de Cherubini, c'est dire.
Et puis, côté production, c'est assez épatant puisqu'il s'agit d'une tentative de reconstitution des toiles peintes et de la "machinerie" (destruction de l'ile d'Armide et incendie du palais de Créon), c'est un voyage dns le temps.
Le public a été poli après le premier balle (Renaud et Armide) et franchement enthousiaste près le second (Médée et Jason) accueilli par des applaudissements en rythme jusqu'au tombé de rideau final.

Il ne reste que 2 représentations (dont une ce soir) et c'est assez vide. Dommage.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Christopher
Baryton
Baryton
Messages : 1964
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 22 déc. 2012, 21:17

qui y va demain dimanche ?

faustin
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Pleins feux sur le grand chorégraphe du XVIIe siècle

Message par faustin » 25 déc. 2012, 17:44

Image

BALLETS DE NOVERRE

Ballets d’action sur des arguments de Jean-Georges Noverre
Musique de Jean-Joseph Rodolphe

Direction musicale Hervé Niquet
Chorégraphie Marie-Geneviève Massé
Mise en scène Vincent Tavernier
Décors Antoine Fontaine
Costumes Olivier Bériot
Lumières Hervé Gary
Danse compagnie de l’éventail
Orchestre Le concert spirituel


RENAUD ET ARMIDE
Armide Sabine Novel
Renaud Noah Hellwig

MEDEE ET JASON
Médée Sarah Berreby
Jason Adrian Navarro
Créüse Emilie Brégougnon
Créon Daniel Housset

Production exécutive : Centre de musique baroque de Versailles
Production déléguée : Palazetto Bru Zane- Centre de musique romantique française
Production déléguée associée Opéra Comique



Un spectacle admirable entre tous, un spectacle qui devrait faire date. Le Centre de musique baroque de Versailles qui a pour but de redécouvrir et valoriser le patrimoine français des XVIIe et XVIIIe siècles en est le producteur exécutif. Le Palazetto Bru Zane- Centre de musique romantique française situé à Venise est producteur délégué et l’Opéra Comique producteur délégué associé.

Le spectacle a l’ambition immense de faire revivre l’œuvre d’un des plus grands chorégraphes français, Jean-Georges Noverre, un des plus grands créateurs du siècle des lumières et le genre qu’il imagina, le ballet d’action.

Le spectateur est comblé . C’est bien d’un spectacle total qu’il s’agit. Les chorégraphies sont admirables, les costumes sont merveilleux, les décors absolument magnifiques. 1h40 de bonheur !

Renaud et Armide, qui date de la période lyonnaise de Noverre est d’inspiration baroque, le ballet déploie devant les yeux du spectateur ébloui l’univers merveilleux, noble, chevaleresque du Tasse.

Médée et Jason, le ballet le plus célèbre de Noverre joué dans quantité de villes européennes introduit dans la danse l’inspiration romantique. Il met en scène la violence des sentiments qui tient une place plus importante que les maléfices de la magicienne.

Les deux ballets sont sur une musique de Jean-Joseph Rodolphe.

J’ai assisté à la rencontre qui rassemblait les principaux responsables de ce spectacle. La chorégraphe, Marie-Geneviève Massé a bien expliqué qu’il ne s’agissait pas d’une reconstitution comme on a pu le faire, par exemple pour les chorégraphies de Nijinski, celle-ci est impossible, il n’y a aucune notation de la chorégraphie. Le ballet est l’œuvre de la chorégraphe si talentueuse qui a suivi son inspiration. Elle écrit : « je me suis efforcée d’utiliser le vocabulaire chorégraphique contemporain de Noverre sans anticiper sur ce qui s’est fait après lui ».

Dubitatif, j’ai posé la question: et cette figure où les danseuses formant un cercle ont les jambes en l’air, est-ce possible au XVIIIe siècle ?

Parfaitement, m’a-t-elle répondu.

Elle affirme trouver son inspiration dans la comédie musicale américaine.

Antoine Fontaine qui a réalisé les décors a donné des explications sur sa démarche qui est celle d’un restaurateur des décorations et des transformations à l’ancienne. Il applique à la reconstitution des décors la même démarche que celle des musiciens baroques à la musique.

C’est lui qui avait signé les décors de Cadmus et HermionedeLully, L’amant jaloux de Grétry, Amadis de Gaule de Jean-Chrétien Bach. Comme on le faisait jadis, il ne s’interdit pas de réutiliser des éléments d’un spectacle à l’autre.

À l'étonnement de certains, il est le seul décorateur en Europe à rester fidèle aux procédés anciens.

Il faire revivre le théâtre à machines qui permet les changements à vue si important dans les spectacles baroques avec disparition dans les cintres, les dessous et les coulisses.

Antoine Fontaine donne une vie nouvelle à ces machineries anciennes qui peuvent faire surgir un décor d’en bas et qui n’existent plus qu’à Garnier (on a vu l’apparition du tribunal de Pluton dans Hippolyte et Aricie) et à la Salle Favart.

Costumes et décors utilisent l’atelier de teinture naturelle de l’Opéra comique. Les pigments anciens permettent de parvenir à une palette de couleurs bien plus riche et plus profonde que la gamme obtenue par les colorants synthétiques.

Il y a dans ce spectacle admirable cohérence entre les décors, les éclairages, la mise en scène, les costumes et la chorégraphie.

Deux représentations au Théâtre Royal de Versailles, seulemen t trois à l’Opéra Comique, c’est vraiment très peu et je le regrette. Je suis absolument convaincu que s’il y avait eu une plus longue série, le bouche à bouche aurait fait que la salle aurait pleine à craquer et on aurait plus parlé que de ça à Paris

Faustin

Avatar du membre
Christopher
Baryton
Baryton
Messages : 1964
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 25 déc. 2012, 17:50

oui effectivement un très beau ballet, visuellement ravissant, tout est beau à voir. mais c'est si rare le ballet baroque sur nos scènes parisiennes hélas.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12640
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 25 déc. 2012, 22:47

C'est amusant d'afficher les "Ballets de Noverre" alors qu'absolument rien ne sudiste de la chorégraphie de Noverre
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 519
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Message par houppelande » 26 déc. 2012, 13:55

PlacidoCarrerotti a écrit :C'est amusant d'afficher les "Ballets de Noverre" alors qu'absolument rien ne sudiste de la chorégraphie de Noverre
On a fait sécession pour moins que ça. C'est sûrement un coup du correcteur d'orthographe.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12640
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 26 déc. 2012, 14:01

houppelande a écrit :
PlacidoCarrerotti a écrit :C'est amusant d'afficher les "Ballets de Noverre" alors qu'absolument rien ne sudiste de la chorégraphie de Noverre
On a fait sécession pour moins que ça. C'est sûrement un coup du correcteur d'orthographe.
Hé Hé. "ne subsiste" en effet :wink:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19587
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 26 déc. 2012, 17:16

PlacidoCarrerotti a écrit :C'est amusant d'afficher les "Ballets de Noverre" alors qu'absolument rien ne sudiste de la chorégraphie de Noverre
et que la partition a subi bien des révisions de la part de Niquet.

Oui, on passe un beau moment. C'est kitsch mais plaisant
CR à suivre
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

faustin
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Plaisant oui, kitsch, pas du tout

Message par faustin » 26 déc. 2012, 20:53

JdeB a écrit :
PlacidoCarrerotti a écrit :
C'est amusant d'afficher les "Ballets de Noverre" alors qu'absolument rien ne sudiste de la chorégraphie de Noverre
et que la partition a subi bien des révisions de la part de Niquet.

Oui, on pase un beau moment. C'est kitsch mais plaisant
CR à suivre
Kitsch? Pas du tout. Il y a la splendeur et la grâce de la danse du XVIIIe siècle et contrairement à ce qu'affirme la très malicieuse Marie-Geneviève Massin des emprunts à d'autres styles, d'autres époques, qui introduisent une touche de fantaisie tout à fait bien venue. Elle ne s'est pas laissée enfermer dans un classicisme austère.

Faustin

faustin
Basse
Basse
Messages : 2875
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

Correction

Message par faustin » 26 déc. 2012, 20:55

Marie-Geneviève Massé

Faustin

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités