Callas à la Manufacture des Abbesses

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 9318
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 23 août 2012, 09:09

C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 598
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Leyla » 23 août 2012, 09:46

tuano a écrit :C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...
Quand elle achève cette interview douloureuse et menée de façon assez sotte et non professionnelle par Caloni, rien moins qu'un spécialiste, Callas dit en effet se sentir "complètement inutile" en ce que personne ne lui demande conseil. Mais elle arrange la vérité, sur ce point comme sur d'autres. En fait, elle n'avait plus le ressort pour répondre à des propositions qui lui étaient effectivement faites, qu'elle faisait mine d'accepter pour y renoncer ensuite.

rossini
Alto
Alto
Messages : 324
Enregistré le : 28 mars 2007, 23:00
Localisation : 15 rue du bourg neuf 65400 argeles - gazost
Contact :

Message par rossini » 23 août 2012, 10:29

Leyla a écrit :
tuano a écrit :C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...
Quand elle achève cette interview douloureuse et menée de façon assez sotte et non professionnelle par Caloni, rien moins qu'un spécialiste, Callas dit en effet se sentir "complètement inutile" en ce que personne ne lui demande conseil. Mais elle arrange la vérité, sur ce point comme sur d'autres. En fait, elle n'avait plus le ressort pour répondre à des propositions qui lui étaient effectivement faites, qu'elle faisait mine d'accepter pour y renoncer ensuite.
1) Caloni que j'ai eu le plaisir de rencontrer , etait bien plus professionnel que d'autres qui sevissent encore aujourd'hui. 2 ) il faut savoir que si l'interview se termine ainsi , ce n'est pas volontairement , mais tout simplement parce que Caloni n'avait plus de cassettes pour enregistrer !!!! Qu'elle arrange la verité , ma foi , nous le faisons tous plus ou moins. Mais elle en dit aussi beaucoup quand elle dit que Liebermann , est un bon compositeur mais enfin , ce n'est pas un Verdi ou un Puccini. Quand elle dit " ou est ce que ça coute cher les decors ?? Le Fausyt de Lavelli , Lavello , je ne sais plus comment il s'appelle , ce sont des echafaudages , de la fezrraille , et des draps...Si ça coute si cher , pourquoi on en met" ?? OU " j'ai ete dans les diners avec Betencourt ( le mari de Liliane , et ancien ministre), ces gens là ils savent tout , ils ont des idées sur tout..." Et tant d'autres vérités..........
Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant , et que quoi que demain l'on fasse ,on pourra m'oter cette vie , mais on n'eteindra pas mon chant . Louis Aragon .Les yeux d'Elsa .paris . 1942

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 598
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Leyla » 23 août 2012, 10:43

rossini a écrit :
Leyla a écrit :
tuano a écrit :C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...
Quand elle achève cette interview douloureuse et menée de façon assez sotte et non professionnelle par Caloni, rien moins qu'un spécialiste, Callas dit en effet se sentir "complètement inutile" en ce que personne ne lui demande conseil. Mais elle arrange la vérité, sur ce point comme sur d'autres. En fait, elle n'avait plus le ressort pour répondre à des propositions qui lui étaient effectivement faites, qu'elle faisait mine d'accepter pour y renoncer ensuite.
1) Caloni que j'ai eu le plaisir de rencontrer , etait bien plus professionnel que d'autres qui sevissent encore aujourd'hui. 2 ) il faut savoir que si l'interview se termine ainsi , ce n'est pas volontairement , mais tout simplement parce que Caloni n'avait plus de cassettes pour enregistrer !!!! Qu'elle arrange la verité , ma foi , nous le faisons tous plus ou moins. Mais elle en dit aussi beaucoup quand elle dit que Liebermann , est un bon compositeur mais enfin , ce n'est pas un Verdi ou un Puccini. Quand elle dit " ou est ce que ça coute cher les decors ?? Le Fausyt de Lavelli , Lavello , je ne sais plus comment il s'appelle , ce sont des echafaudages , de la fezrraille , et des draps...Si ça coute si cher , pourquoi on en met" ?? OU " j'ai ete dans les diners avec Betencourt ( le mari de Liliane , et ancien ministre), ces gens là ils savent tout , ils ont des idées sur tout..." Et tant d'autres vérités..........
Caloni la laisse s'enferrer et dériver plusieurs fois, souvent parce qu'elle a mal compris un mot (en particulier celui de "ghetto", qui la mène à des réflexions erratiques). Callas parlant politique ou émancipation de la femme, c'est triste. Certes, elle dit bien des choses passionnantes et évidemment justes par ailleurs, en particulier sur les metteurs en scène et les directeurs. Liebermann était trop imbu de lui-même, tout comme Grassi, pour faire appel à une telle personnalité. A Monte-Carlo en revanche, on lui donnait carte blanche si elle avait voulu. Mais lorsqu'elle parle d'elle en forgeant des prétextes à son retrait de la scène, on souffre.

rossini
Alto
Alto
Messages : 324
Enregistré le : 28 mars 2007, 23:00
Localisation : 15 rue du bourg neuf 65400 argeles - gazost
Contact :

Message par rossini » 23 août 2012, 15:52

Leyla a écrit :
rossini a écrit :
Leyla a écrit :
tuano a écrit :C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...
Quand elle achève cette interview douloureuse et menée de façon assez sotte et non professionnelle par Caloni, rien moins qu'un spécialiste, Callas dit en effet se sentir "complètement inutile" en ce que personne ne lui demande conseil. Mais elle arrange la vérité, sur ce point comme sur d'autres. En fait, elle n'avait plus le ressort pour répondre à des propositions qui lui étaient effectivement faites, qu'elle faisait mine d'accepter pour y renoncer ensuite.
1) Caloni que j'ai eu le plaisir de rencontrer , etait bien plus professionnel que d'autres qui sevissent encore aujourd'hui. 2 ) il faut savoir que si l'interview se termine ainsi , ce n'est pas volontairement , mais tout simplement parce que Caloni n'avait plus de cassettes pour enregistrer !!!! Qu'elle arrange la verité , ma foi , nous le faisons tous plus ou moins. Mais elle en dit aussi beaucoup quand elle dit que Liebermann , est un bon compositeur mais enfin , ce n'est pas un Verdi ou un Puccini. Quand elle dit " ou est ce que ça coute cher les decors ?? Le Fausyt de Lavelli , Lavello , je ne sais plus comment il s'appelle , ce sont des echafaudages , de la fezrraille , et des draps...Si ça coute si cher , pourquoi on en met" ?? OU " j'ai ete dans les diners avec Betencourt ( le mari de Liliane , et ancien ministre), ces gens là ils savent tout , ils ont des idées sur tout..." Et tant d'autres vérités..........
Caloni la laisse s'enferrer et dériver plusieurs fois, souvent parce qu'elle a mal compris un mot (en particulier celui de "ghetto", qui la mène à des réflexions erratiques). Callas parlant politique ou émancipation de la femme, c'est triste. Certes, elle dit bien des choses passionnantes et évidemment justes par ailleurs, en particulier sur les metteurs en scène et les directeurs. Liebermann était trop imbu de lui-même, tout comme Grassi, pour faire appel à une telle personnalité. A Monte-Carlo en revanche, on lui donnait carte blanche si elle avait voulu. Mais lorsqu'elle parle d'elle en forgeant des prétextes à son retrait de la scène, on souffre.
Soit , je veux bien reconnaitre qu'elle avait émis des propos contre le MLF , que pour elle une femme devait s'occuper de sa maison et de son mari. MAIS je vous rappelle que CAllas etait né audebut des années 20. Et ce son les femmes de la generation d'apres qui ont fait évoluezr et changer lzs choses. Ele avait reçu une education " petit bourgeois , et c'était comme ça !!!
Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant , et que quoi que demain l'on fasse ,on pourra m'oter cette vie , mais on n'eteindra pas mon chant . Louis Aragon .Les yeux d'Elsa .paris . 1942

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19279
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 23 août 2012, 16:52

raph13 a écrit :
JdeB a écrit :
raph13 a écrit :
Leyla a écrit : L'émission avec Visconti, c'est en 1969 : elle rêvait encore d'un retour dans La Traviata à Paris, et s'apprêtait à tourner Medea. Celle de France Musique, c'est en 1977, peu avant sa mort. Les derniers mots : "La Callas ne sert plus à rien... C'est triste à dire mais c'est comme ça..."
C'est encore plus triste, ses mots exacts sont "Je me sens complètement inutile"
oui, mais là il s'agit d'une émission télé et non de l'émission radio de Caloni, ultime interview de Callas...
La citation "Je me sens complètement inutile" provient bien de l'interview de Caloni d'avril 77, ce sont même les mots qui la concluent.
ah oui, et bien elle dit la même chose dans un entretien télévisé qui doit être moins tardif que l'interview avec P. Caloni
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19279
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 23 août 2012, 16:56

tuano a écrit :C'est même "Je suis complètement inutile... Je suis complètement inutile, alors là..."

Très étrange de terminer une émission de radio de cette manière. C'est presque un piège radiophonique qui se referme sur elle.

Cet état d'esprit qui met au rebut les chanteurs qui ont perdu une partie de leur voix, je le retrouve souvent sur ODB quand on s'insurge que les vétérans ne prennent pas leur retraite pour laisser la place aux jeunes, que ce soit par exemple Montserrat Caballé, Placido Domingo, Edita Gruberova, Jean-Philippe Lafont ou Anja Silja.
Moi je me réjouis de ce non-jeunisme qui existe encore à l'opéra, qui célèbre encore les compositeurs morts, des types de spectacles qui ont plusieurs siècles, chantés par des interprètes légendaires qui ont quelque chose à dire au-delà de la performance technique ou vocale. Certes, sur le plan artistique, le résultat n'est pas toujours objectivement à la hauteur, mais il y a quand même des soirées miraculeuses, et sur le plan humain, je trouve ça tellement mieux de ne pas vouloir cacher dans des maisons de retraite ceux qu'on a adulés pour écouter à la place des disques de studio. Nous vivons un peu Le Rossignol de Stravinsky...
Mais bien sûr que si que le jeunisme sévit aussi à l'opéra. Les quelques stars qui arrivent à prolonger leur carrière très longtemps ne sont que des exceptions qui confirment la règle...

Puisqu'on en est à évoquer les chanteurs loin de leur zénith vocal, songeons à cette phrase de Jacques Bourgeois "Callas, c'est comme l'Acropole : encore plus belle en ruines..."
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 9318
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 23 août 2012, 17:11

Quand je dis qu'un certain non-jeunisme existe encore à l'opéra, ça ne signifie pas que le jeunisme est inexistant par ailleurs. Les deux peuvent cohabiter et l'un n'empêche pas l'autre.

L'opéra est par définition un art vieux (comme dirait presque Natalie Dessay).
J'ai l'impression quand même qu'aujourd'hui plus que n'importe quand, la longévité de nombreux chanteurs est exceptionnelle. Ceux qui décident de prendre leur retraite sont devenus l'exception.

rossini
Alto
Alto
Messages : 324
Enregistré le : 28 mars 2007, 23:00
Localisation : 15 rue du bourg neuf 65400 argeles - gazost
Contact :

Message par rossini » 23 août 2012, 17:21

tuano a écrit :Quand je dis qu'un certain non-jeunisme existe encore à l'opéra, ça ne signifie pas que le jeunisme est inexistant par ailleurs. Les deux peuvent cohabiter et l'un n'empêche pas l'autre.

L'opéra est par définition un art vieux (comme dirait presque Natalie Dessay).
J'ai l'impression quand même qu'aujourd'hui plus que n'importe quand, la longévité de nombreux chanteurs est exceptionnelle. Ceux qui décident de prendre leur retraite sont devenus l'exception.
La longevité des chanteurs a toujours existé 0. Dans les années 50 on pouvait voir et entendre , par exemple : Stignani , Tagliabue, Schipa qui a 70 ans , chantait 30 morceaux, Roswaenge qui a chanté jusqu'au debut des années 70!!!! et s'ils n'avaient eu des problemes Physiques , Luccioni , Bianco , Nougaro, Legros , et bien d'autres auraient données des leçons a certains... Et de nos jours , Olivero (102 ans depuis avril, )ou Lo forese sont etonnants...
Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant , et que quoi que demain l'on fasse ,on pourra m'oter cette vie , mais on n'eteindra pas mon chant . Louis Aragon .Les yeux d'Elsa .paris . 1942

rossini
Alto
Alto
Messages : 324
Enregistré le : 28 mars 2007, 23:00
Localisation : 15 rue du bourg neuf 65400 argeles - gazost
Contact :

Message par rossini » 23 août 2012, 17:23

Et j'oubliais : Geoges LICCIONI , prepare pour l'an prochain un récital pour feter ses 80 ans...
Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant , et que quoi que demain l'on fasse ,on pourra m'oter cette vie , mais on n'eteindra pas mon chant . Louis Aragon .Les yeux d'Elsa .paris . 1942

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités