Donizetti - Roberto Devereux (E Gruberova) - DVD DGrammophon

L'actu des DVD; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 02 nov. 2006, 10:41

tout à fait d'accord avec Rollizetti : ce n'est pas une critique car il n'y a rien de dit sur les aspects musicaux; un parti pris bête et méchant qui montre que cette personne a l'air bien aigrie.
vivement qu'Opera magazine fasse le ménage et apporte un peu de sang neuf dans ses rédacteurs !

ermione
Soprano
Soprano
Messages : 50
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Message par ermione » 02 nov. 2006, 12:47

jean-didier a écrit :tout à fait d'accord avec Rollizetti : ce n'est pas une critique car il n'y a rien de dit sur les aspects musicaux; un parti pris bête et méchant qui montre que cette personne a l'air bien aigrie.
vivement qu'Opera magazine fasse le ménage et apporte un peu de sang neuf dans ses rédacteurs !
bah moi je suis pas d'accord du tout ! Je regrette l'époque de Segalini : ce gars-là n'était pas parfait mais grâce à lui j'ai appris l'exigence et la véritable signification du mot "bel canto" !!!
Et désolé pour les fans de Grubi, mais je suis du meme avis que Cabourg :wink: et chacune de ses apparitions dans les grands roles donizettiens ont sur moi un effet fort bénéfiques grâce aux fous-rires qu'il suscitent en moi.
Et pour ca, chère Edita, merci
:lol:
Balena in man del figlio
L'asta di Achille ancora,
Né sa temer periglio
Di Troja il vincitor.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 02 nov. 2006, 13:49

ermione a écrit : bah moi je suis pas d'accord du tout ! Je regrette l'époque de Segalini : ce gars-là n'était pas parfait mais grâce à lui j'ai appris l'exigence et la véritable signification du mot "bel canto" !!!
Et désolé pour les fans de Grubi, mais je suis du meme avis que Cabourg :wink: et chacune de ses apparitions dans les grands roles donizettiens ont sur moi un effet fort bénéfiques grâce aux fous-rires qu'il suscitent en moi.
Et pour ca, chère Edita, merci
:lol:
c'est vrai qu'au moins Segalini, par rapport à Cabourg, était un spécialiste du bel canto. ceci-dit ses critiques ressemblaient parfois tellement à des règlements de compte, qu'il fallait faire le tri.

comment expliquer par exemple qu'il produise mi-1980s une critique dythirambique d'une Lucia à Milan avec Gruberova (qu'il compare Callas et Sutherland, je n'invente rien) à des critiques quasi-ordurières quelques années après.

idem pour Caballé, si on l'écoute c'est la plus mauvaise chanteuse du monde ...

enfin pour revenir à Gruberova : il me semble que par respect pour une grande artiste (qui trouvera beaucoup de Zerbinetta, Konstanze, Reine de la nuit, ... de ce niveau ?), il me paraît tout à fait déplacé de tenir des propos tels que ceux de Segalini/Cabourg (et la majorité des critiques français d'ailleurs) :evil: et que ceux qui ne lui trouvent rien à dire dans le bel canto ne l'écoutent pas.

dernier point (promis après j'arrête), si Gruberova chante n'importe comment le bel canto, au moins peut-on lui reconnaître le mérite d'attirer l'attention sur ce répertoire. programmerait-on autant de Donizetti/Bellini si elle ne s'était pas acharné à ne chanter plus que ça depuis 20 ans? peut-être oui, mais ce n'est pas sur ...

ermione
Soprano
Soprano
Messages : 50
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Message par ermione » 02 nov. 2006, 14:40

Je suis d'accord avec toi sur plusieurs points : grubi est (était ?) une immense Zerbinetta, une inoubliable Reine de la nuit, et en règle générale une grande interprète des rôles colorature "cristallin" et diaphane tel qu'Olympia. Elle appartient aussi à cette race de grands sopranos capables de transcender ses défauts dans une Lucia exemplaire (comparable avec Dessay dans ce cas-là).
Mais sincèrement je pense que dans les grands rôles du bel canto dramatique elle se fourvoie : il lui manque l'épaisseur du timbre ou l'art du mot qui font toujours de Callas la reine absolue dans ce domaine. Je ne répéterai jamais assez que Sutherland a toujours refusé Devereux qu'elle jugeait trop dramatique !!!!
Enfin je pense que si on avait programmé un peu plus June anderson dans ce répertoire à place de la petite Grubi, des milliers de spectateurs ne jugeraient pas ce répertoire ridicule et démodé :-)
Balena in man del figlio
L'asta di Achille ancora,
Né sa temer periglio
Di Troja il vincitor.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 02 nov. 2006, 14:55

ermione a écrit :Je suis d'accord avec toi sur plusieurs points : grubi est (était ?) une immense Zerbinetta, une inoubliable Reine de la nuit, et en règle générale une grande interprète des rôles colorature "cristallin" et diaphane tel qu'Olympia. Elle appartient aussi à cette race de grands sopranos capables de transcender ses défauts dans une Lucia exemplaire (comparable avec Dessay dans ce cas-là).
Mais sincèrement je pense que dans les grands rôles du bel canto dramatique elle se fourvoie : il lui manque l'épaisseur du timbre ou l'art du mot qui font toujours de Callas la reine absolue dans ce domaine. Je ne répéterai jamais assez que Sutherland a toujours refusé Devereux qu'elle jugeait trop dramatique !!!!
Enfin je pense que si on avait programmé un peu plus June anderson dans ce répertoire à place de la petite Grubi, des milliers de spectateurs ne jugeraient pas ce répertoire ridicule et démodé :-)
et voila ça repart : "la petite Grubi" :evil: :evil: on dirait du Segalini tiens...

à force de vouloir catégoriser et sacraliser certains rôles, on risque de ne plus jamais les jouer ...

je trouve aussi que la théorie "après Callas, le déluge" est non seulement passéiste mais aussi dangereuse; d'accord elle a redonné ses lettres de noblesse à ce répertoire et remis les pendules à l'heure, etc.. mais maintenant il faut faire avec notre temps (et je ne dis pas ça que pour Gruberova). si l'on juge par les critères de Segalini, personne à part Callas et Anderson, n'ont exactement les moyens des Grisi, Pasta, Ronzi de Begnis et autre Spaghettini; ça fait pas beaucoup ...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22012
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 02 nov. 2006, 15:06

ermione a écrit :Je suis d'accord avec toi sur plusieurs points : grubi est (était ?) une immense Zerbinetta, une inoubliable Reine de la nuit, et en règle générale une grande interprète des rôles colorature "cristallin" et diaphane tel qu'Olympia. Elle appartient aussi à cette race de grands sopranos capables de transcender ses défauts dans une Lucia exemplaire (comparable avec Dessay dans ce cas-là).
Mais sincèrement je pense que dans les grands rôles du bel canto dramatique elle se fourvoie : il lui manque l'épaisseur du timbre ou l'art du mot qui font toujours de Callas la reine absolue dans ce domaine. Je ne répéterai jamais assez que Sutherland a toujours refusé Devereux qu'elle jugeait trop dramatique !!!!
Enfin je pense que si on avait programmé un peu plus June anderson dans ce répertoire à place de la petite Grubi, des milliers de spectateurs ne jugeraient pas ce répertoire ridicule et démodé :-)
tout à fait d'accord !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10889
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 02 nov. 2006, 15:37

Encore aurait-il fallu qu'elle en ait eu envie ! June Anderson elle-même semble préférer Verdi et Strauss à Donizetti.

Joan Sutherland raconte dans sa biographie être allé voir Edita Gruberova dans Roberto Devereux à Barcelone et elle n'a émis aucune réserve sur la performance de sa collègue, bien au contraire.

Le rôle d'Elisabetta ne correspond tout simplement pas à la personnalité de la Stupenda ou de June Anderson.
Edita Gruberova est loin d'avoir une petite voix, elle a même une des voix les plus puissantes au monde. Il ne faut pas confondre couleur du timbre et taille de la voix. Je comprends qu'on puisse trouver son timbre beaucoup trop clair comparé à celui d'une Maria Callas ou d'une Joan Sutherland mais je trouve que ça fait ressortir la féminité et la fragilité des personnages.

Je pense qu'il est de toute façon techniquement impossible de ne chanter que des rôles trop lourds dans un rythme aussi effréné pendant quinze ou vingt ans sans perdre sa voix. Si Edita Gruberova chante encore ces rôles si dramatiques, c'est qu'elle a choisi des partitions qui conviennent bien à sa voix d'un point de vue strictement technique.

Si pour trouver une chanteuse adéquate dans le rôle d'Elisabetta, il faut remonter 50 ans en arrière en imaginant ce qu'aurait donné une diva qui n'a jamais abordé Roberto Devereux, on n'est pas sorti de l'auberge !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22012
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 02 nov. 2006, 15:42

Le problème c'est que ce qu'elle y offre est techniquement et stylistiquement très contestable et à mon sens cause d'hilarité comme un autre ODbien l'a dit plus haut.

Quant à June Anderson, il y a longtemps qu'elle accepte le peu qu'on lui propose et rien ne dit qu'elle préfère Strauss et Verdi aux héroïnes bel cantistes.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paul
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 02 nov. 2006, 15:49

JdeB a écrit :
ermione a écrit :Je suis d'accord avec toi sur plusieurs points : grubi est (était ?) une immense Zerbinetta, une inoubliable Reine de la nuit, et en règle générale une grande interprète des rôles colorature "cristallin" et diaphane tel qu'Olympia. Elle appartient aussi à cette race de grands sopranos capables de transcender ses défauts dans une Lucia exemplaire (comparable avec Dessay dans ce cas-là).
Mais sincèrement je pense que dans les grands rôles du bel canto dramatique elle se fourvoie : il lui manque l'épaisseur du timbre ou l'art du mot qui font toujours de Callas la reine absolue dans ce domaine. Je ne répéterai jamais assez que Sutherland a toujours refusé Devereux qu'elle jugeait trop dramatique !!!!
Enfin je pense que si on avait programmé un peu plus June anderson dans ce répertoire à place de la petite Grubi, des milliers de spectateurs ne jugeraient pas ce répertoire ridicule et démodé :-)
tout à fait d'accord !
Tout pareil aussi...

L'absence de legato, le parlando détimbré dans le bas medium, ces aigus qui paraissent souvent trop bas parce que le vibrato s'installe toujours en retard et les cris de souris en guise de vocalises m'ont rendu ce DVD insupportable. Je préfère 100000 fois Caballe (que je n'aime pas) dans ce rôle. Il y a quelques années, Gruberova pouvait peut-être faire illusion, mais là!

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 02 nov. 2006, 15:52

tout à fait d'accord ! merci tuano je commençais à me sentir seul :D

pour ce qui est des couleurs de voix, je vais en faire hurler certains, mais je trouve que la couleur de la voix de Gruberova est bien plus adéquate que celle de Callas dans Lucia.

pour la premiere j'entends une jeune fille qui souffre et qui est victime de son entourage pour la deuxième j'entends une femme mure ce qui ne colle pas avec les rapports de force avec Enrico.
après il y a le style la maniere chanter, etc. mais la crédibilité du personnage est très importante aussi.

Note : pour Roberto Devereux ce n'est bien évidemment pas l'argument que je mettrais en avant.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités