Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

L'actu des DVD; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8647
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par HELENE ADAM » 29 déc. 2016, 10:53

Gala de Baden Baden

22 et 24 juillet 2016

DVD et Blue Ray- Sony Classical- 140 mn.

Avec
Anja Harteros, soprano ;
Ekaterina Gubanova, mezzo-soprano :
Jonas Kaufmann, ténor ;
Bryn Terfel, baryton-basse.

Badische Staatskapelle, direction musicale : Marco Armiliato.

Image

Programme :
Richard Wagner (1813-1883) :
Tannhäuser
Vorspann (générique du début du DVD)
Dich, teure Halle» (Harteros) ;

Charles Gounod (1818-1893) :
Faust
Valse
«Le veau d’or» (Terfel) ;

Pietro Mascagni (1863-1945) :
Cavalleria Rusticana,
Voi lo sapete, o Mamma» (Gubanova),

Giacomo Puccini (1858-1924) :
Tosca
«E lucevan le stelle» (Kaufmann),


Arrigo Boito (1842-1918) :
Mefistofele,
«Son lo spirto che nega» (Terfel) ;

Giuseppe Verdi (1813-1901) :
Un Ballo in Maschera,
Morrò, ma prima in grazia» (Harteros) ;

Pietro Mascagni (1863-1945) :
Cavalleria Rusticana,
Duo Santuzza-Turridu «Tu qui, Santuzza ?» (Gubanova, Kaufmann) ;

Francesco Cilea (1866-1950) :
Adriana Lecouvreur,
Scène La Principessa-Maurizio «(Gubanova, Kaufmann)
Acerba voluttà…L’anima ho stanca» ( Kaufmann) ;

Giacomo Puccini (1858-1924) :
Tosca
Mario con te…Vissi d’arte» (Harteros, Terfel) ;

Giuseppe Verdi (1813-1901) :
Don Carlo,
«Ella giammai m’amò» (Terfel),
«O don fatale» (Gubanova),
«Tu che le vanità» (Harteros) ;

Otello,
Duo «Già nella notte densa» (Harteros, Kaufmann)

Bis
Georges Bizet
Carmen
Habanera (Gubanova)

Pietro Mascagni
L'amico Fritz
Son pochi fiori (Harteros)

Jerry Bock
Fiddler on the roof
If I were a rich man (Terfel)

Nino Rota
Parla Più Piano (Kaufmann)

Franz Lehar
Das Land des Lächelns
Dein ist mein ganzes Herz
(Gubanova, Harteros, Kaufmann, Terfel).

Image
Photo Festival

Superbe DVD que cet enregistrement du gala de clôture du festival de Baden Baden où celui-ci affichait des stars fort recherchées et à la complicité évidente.
Elīna Garanča était prévue au programme mais une indisposition de dernière minute l'ayant contrainte à annuler, c'est Ekaterina Gubanova qui l'a remplacée au pied levé, modifiant un peu le programme initialement prévu.

Les quatre chanteurs font jeu égal dans la capacité à représenter de véritables petites scènes et à exprimer leurs sentiments sans retenue même si on notera particulièrement l'étonnant Filippo de Terfel (parce qu'on ne l'attend pas forcément dans ce rôle tragique) et l'incomparable couple Otello-Desdemona que Kaufmann et Harteros créent littéralement devant les yeux des spectateurs de Baden Baden et des nôtres à présent, grâce à ce DVD.
Les morceaux choisis sont tous d'une longueur qui permet d'entrer littéralement dans l'intrigue correspondante de l'opéra (pas moins de 15 minutes pour Otello par exemple) et, il faut bien le dire, en regardant leurs prestations, il est facile de comprendre pourquoi ils sont superstar.

Même si Ekaterina Gubanova est évidemment moins célèbre (et sa voix n'est pas toujours au top) elle relève le défi et prouve qu'elle a de réelles qualités, notamment une très belle diction en Français dans Carmen ou un bel engagement dans Adriana, notamment lors du duo avec Kaufmann. Son Eboli est également assez réussie, elle sait donner à la princesse un côté humain au delà des intrigues dont elle est l'auteur, c'est sans doute sa Santuzza que j'ai trouvé la moins convaincante.


Anja Harteros prouve encore, s'il en était besoin, qu'elle est la meilleure Elisabetta actuelle dans le monde lyrique et on regrette juste qu'elle et Kaufmann, ne nous donnent pas le final de Don Carlo dans la foulée. Son "Wagner" m'a semblé moins abouti. Par contre dans Tosca, elle est très convaincante surtout face à son Scarpia, qu'elle avait affronté peu de temps auparavant dans le mémorable Tosca de début juillet à Munich. Là aussi petit regret qu'il n'y ait pas eu une scène à trois avec les trois protagonistes superlatifs de ce Tosca. Elle excelle incontestablement dans Verdi, outre Elisabetta, il suffit d'écouter son "Ballo" pour être littéralement transporté. Chacune de ses prestations a été ovationnée, le public l'adore et elle a tout l'humour nécessaire pour créer un lien fort avec celui-ci (la rose offerte au violoncelliste "soliste" de l'orchestre à la fin de son bis... un must).

Bryn Terfel joue très très très bien. Il fait ce qu'il veut sur une scène et ses deux Mefistofeles sont absolument géniaux, avec ce qu'il faut de truculence, de cruauté et un rien de vulgarité. La voix exprime cela même si le timbre est parfois un peu usé et les notes pas toujours tout à fait ajustées. J'ai noté avec amusement qu'Armiliato ne cesse de le surveiller pour le suivre, craignant sans doute quelque fantaisie de cette bête de scène fascinante qui n'hésite pas à ajouter mimique, grimace et sifflements à la grande joie du public conquis. J'avoue que j'adore sa présence sur scène et même si ce n'est sans doute pas le Scarpia le plus stylé (j'ai revu récemment Raimundi et Hampson), il a de l'abattage et un sacré talent. Et puis, surprise avec un Filippo (Don Carlo) qui vous met brusquement la larme à l'oeil, solennel, émouvant. Ce qui nous rappelle qu'il peut chanter Falstaff mais aussi Wotan, le Hollandais et prochainement Sachs d'ailleurs et qu'il n'est pas obligé de ne donner que dans la farce (même s'il le fait très bien).

Jonas Kaufmann avait beaucoup à se faire pardonner, il avait dû annuler dix jours plus tôt, à la même place, son Siegmund très attendu (la Walkure sous la direction de Gergiev). Mais en Allemagne, singulièrement à Baden Baden, personne n'en veut jamais longtemps à Kaufmann. Dès son arrivée sur la scène, dès son "Lucevan" (toujours aussi incroyablement nuancé et intelligemment négocié), le public est aux anges,la caméra indiscrète se fixe sur le troisième rang où l'on voit sa compagne souriante et ravie. Tout va bien. Sa voix est d'ailleurs dans une forme insolente comme deux jours auparavant pour le récital qu'il donnait avec Ludovic Tézier à Munich. Aucun air en commun entre ces deux récitals. Il choisit cette fois de revenir à Adriana Lecouvreur avec lequel il surprend encore par sa complicité très forte avec Gubanova et surtout par son "L’anima ho stance" qu'il chante encore mieux que du temps de Londres (ne jamais prédire que Kaufmann ne chantera plus jamais ci ou ça... :wink: ). Et c'est pour son Cavaliera Rusticana que j'ai le plus regretté l'absence de Elīna Garanča. Je les avais entendus tous les deux dans les mêmes extraits à Baden Baden lors d'un mémorable gala de fin de festival, en 2013, j'ai entendu ensuite Kaufmann en Turiddu à Salzburg et j'ai réentendu depuis Elīna Garanča en Santuzza à Paris, à chaque fois, je me suis dit "Kaufmann et Garanča, c'était autre chose..".
Il y a ainsi des rendez-vous qui se ratent régulièrement, hélas.
Le duos d'Otello laisse la même impression de profond regret : la complicité entre Harteros et Kaufmann est inégalable à l'heure actuelle. Et elle ne sera pas sa Desdemona. Alors qu'ils ont déjà tant dans la voix, que dans l'expression scénique, tout ce qu'il faut pour nous conduire à un Otello exceptionnel, ensemble. Espérons qu'il sera quand même programmé un jour....

Image

Les bis sont sympathique (Harteros délicieuse dans l'Amico Fritz, elle sait en faire des choses !, Kaufmann émouvant dans Nino Rota et lançant son nouveau CD par la même occasion, Terfel absolument désopilant dans the Rich man). Le final (bis à 4) démontre une fois encore la complicité des artistes entre eux (dont on connait par ailleurs les liens d'amitié très forts) et le savoir-faire du festival quant aux galas de grande classe, très réussis et très décontractés, tout en étant absolument parfaits jusque dans les détails (les costumes des hommes, les robes des femmes).

Très beau DVD pour un très beau gala.

NB : Avec ses 2500 places, la salle du festival de Baden Baden (inaugurée en 1998) est l'une des plus grandes salles d'opéra en Europe mais, contrairement à Bastille (2700 places), son acoustique est exceptionnelle. Même du fin fond des hauteurs du deuxième balcon, on entend très bien les chanteurs. Le dispositif d'enregistrement était discret mais assez sophistiqué puisqu'une caméra se promenait sur un rail devant la scène. La fluidité des images et la réussite de la vision d'ensemble est à mettre au crédit du festival.
On n'a quand même pas pris la Bastille pour en faire un opéra (Desproges).

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

veniziano
Alto
Alto
Messages : 446
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par veniziano » 29 déc. 2016, 15:17

Magnifique Gala mais encore une fois je conseille de l'acheter en Bluray et non en DVD ,bien sur , il y a un public qui n'en a rien à faire de la qualité de l'imageet du son mais quand même , la plupart des gens ont maintenant chez eux un écran HD ou UltraD , je ne vois pas l'intéret d'acheter un DVD qui n'a pas une image haute définition, ni un son numérique , c'est dommage , je peux vous dire qu'ayant le Bluray chez moi et ayant vu vu ce même DVD chez des amis sur un écran HD : il n'y pas photo.

jacques3654
Alto
Alto
Messages : 293
Enregistré le : 29 août 2010, 23:00
Localisation : Nancy
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par jacques3654 » 29 déc. 2016, 15:28

HELENE ADAM a écrit :Avec ses 2500 places, la salle du festival de Baden Baden (inaugurée en 1998) est l'une des plus grandes salles d'opéra en Europe mais, contrairement à Bastille (2700 places), son acoustique est exceptionnelle. Même du fin fond des hauteurs du deuxième balcon, on entend très bien les chanteurs.
Pour aller régulièrement à Baden-Baden, je ne trouve en rien son acoustique "exceptionnelle"...

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8647
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par HELENE ADAM » 29 déc. 2016, 15:35

jacques3654 a écrit :
HELENE ADAM a écrit :Avec ses 2500 places, la salle du festival de Baden Baden (inaugurée en 1998) est l'une des plus grandes salles d'opéra en Europe mais, contrairement à Bastille (2700 places), son acoustique est exceptionnelle. Même du fin fond des hauteurs du deuxième balcon, on entend très bien les chanteurs.
Pour aller régulièrement à Baden-Baden, je ne trouve en rien son acoustique "exceptionnelle"...
Comparée à celle de Bastille (qui certes, mériterait le prix d'une des plus mauvaises acoustiques...), puisque les salles sont de taille similaires et d'âge assez proche (10 ans de moins pour Baden Baden), on entend très bien à Baden Baden du fond du parterre, depuis les galeries de côté ou au dernier rang du dernier balcon, tout autant que dans les premiers rangs. Ce qui est loin d'être le cas, très souvent, à Bastille. "Exceptionnelle" est sans doute excessif mais, franchement, j'ai été très souvent à Baden Baden également et je n'ai jamais eu de problèmes quelle que soit ma place.
On n'a quand même pas pris la Bastille pour en faire un opéra (Desproges).

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3455
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par Stefano P » 29 déc. 2016, 16:11

Rien que le duo d'Otello justifierait l'achat du DVD ; ils sont vraiment fantastiques tous les deux : on le connait par cœur et pourtant on a l'impression de l'entendre pour la première fois. Ils expriment à la perfection la sensualité qui se dégage de cette musique ; à la fin, c'est vraiment Vénus tout entière à sa proie attachée ! :wink:
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

franz
Soprano
Soprano
Messages : 59
Enregistré le : 01 mars 2005, 00:00
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par franz » 29 déc. 2016, 19:00

Rectificatif concernant Harteros.
Elle ne fera pas sa prise de rôle pour Elisabeth de Tannhauser en 2017 à Munich.
Elle a déjà chanté le rôle sur scène à Zurich en Janvier 2013.
Magnifiquement d'ailleurs.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8647
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par HELENE ADAM » 29 déc. 2016, 19:48

franz a écrit :Rectificatif concernant Harteros.
Elle ne fera pas sa prise de rôle pour Elisabeth de Tannhauser en 2017 à Munich.
Elle a déjà chanté le rôle sur scène à Zurich en Janvier 2013.
Magnifiquement d'ailleurs.
Mais bien sûr, c'était avec Peter Seiffert dans la mise en scène de Harry Kupfer.
Il est temps que l'année se finisse, 2013 ce n'est pas si vieux... :roll:
Merci ! :wink:
On n'a quand même pas pris la Bastille pour en faire un opéra (Desproges).

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1948
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par Piem67 » 30 déc. 2016, 12:35

jacques3654 a écrit :
HELENE ADAM a écrit :Avec ses 2500 places, la salle du festival de Baden Baden (inaugurée en 1998) est l'une des plus grandes salles d'opéra en Europe mais, contrairement à Bastille (2700 places), son acoustique est exceptionnelle. Même du fin fond des hauteurs du deuxième balcon, on entend très bien les chanteurs.
Pour aller régulièrement à Baden-Baden, je ne trouve en rien son acoustique "exceptionnelle"...
D'accord avec Jacques, l'acoustique de Baden-Baden est loin d'être exceptionnelle, elle est certes bien meilleure que Bastille, mais pour avoir été - par exemple - tout en haut du deuxième balcon (places debout) à un concert, j'ai été fort déçu. Le reste du temps, je trouve l'acoustique convenable mais vraiment pas exceptionnelle. La salle est est en tout cas bien plus agréable que le frigidaire Bastille.

Concernant le Gala, j'y étais (deuxième représentation) et ce fut un bonheur absolu, je partage vos avis : le duo Otello était à tomber à la renverse et j'espère que ceux deux-là vont faire une intégrale comme pour Aïda. L'Elisabeth d'Harteros était également à se damner, avec en outre une puissance vocale impressionnante.

Comme l'a très bien dit Hélène, l'ambiance était en outre délicieuse pour ce gala et ça le Festspielhaus sait très bien faire : décor, costumes, caméras très discrètes, relation scène-salle. Je vais à celui de demain soir 31 décembre en espérant que ce sera aussi "gemütlich" !

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8647
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par HELENE ADAM » 31 déc. 2016, 09:09

Piem67 a écrit : l'ambiance était en outre délicieuse pour ce gala et ça le Festspielhaus sait très bien faire : décor, costumes, caméras très discrètes, relation scène-salle. Je vais à celui de demain soir 31 décembre en espérant que ce sera aussi "gemütlich" !
On attend tes impressions ! Bon réveillon ! :D
On n'a quand même pas pris la Bastille pour en faire un opéra (Desproges).

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

veniziano
Alto
Alto
Messages : 446
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Gala Baden Baden Juillet 2016-Harteros-Gubanova-Kaufmann-Terfel/Armiliato

Message par veniziano » 31 déc. 2016, 10:56

Quel le programme de ce gala du 31 décembre? , merci

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités