DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

L'actu des DVD; découvertes, sorties, critiques et conseils !
jeantoulouse
Alto
Alto
Messages : 336
Enregistré le : 27 mai 2012, 23:00

DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par jeantoulouse » 21 sept. 2016, 09:29

Le DVD des représentations londoniennes de l'Andréa Chenier de Giodano vient de sortir. J'ai eu la chance de le chroniquer sur le site Utmisol. Je résume.
D'abord Jonas Kaufmann : et si Chénier était son meilleur rôle "italien" ? La caractérisation psychologique du poète de la Révolution, opposé à la Terreur, se révèle splendide de bout en bout. D'emblée, l'air "improvisé" face à l'espièglerie naïve de Madeleine est empli de fougue, de colère rentrée, de dignité, de révolte contenue, autant d'émotions que la voix sombre du ténor allemand porte avec classe. Le jeu, la tenue en scène, l'élégance, le caractère "romantique" égalent la technique, la variété des couleurs, la ligne de chant, l'usage très raffiné des demi teintes (les duos du II et du IV, le poème de la prison). Il croit à son personnage, à cette musique et on adhère.Aucun pathos. Pas de boursouflure, d'effet facile que l'on nomme (à tort) "vériste" ! Un soin du chant fervent. L'art lyrique à son sommet.
A ses côtés, "sa "Sieglinde" du Met, Eva-Maria Westbroek. De grâce, ne comparez pas à Callas, mais c'est magnifique tout de même. Pureté du chant, émotion du vibrato, clarté du timbre, construction dramatique du personnage, "Mamma morte" poignante culminant avec les trois "io son amore" lumineux et comme empreints de spiritualité. Les deux duos, je le répète, sont intenses, vibrants, forts de la complicité entre les deux chanteurs.
Zeljko Lucic : voix très souple, baryton clair, très engagé, échappe à la caricature du méchant", Gérard tourmenté et crédible.
Orchestre somptueux, enflammé par un Pappano soucieux lui aussi de clarté, construction très dynamique qui rend justice à l'efficacité et à je ne sais quelle noblesse de Giodano.
Mise en scène sage, consensuelle, mais raffinée de Mc Vicar. Costumes, décors, éclairages dignes de la grande maison qu'est le ROH. Ce qu'on peut faire de mieux dans le respect du livret, de la tradition, du public. Les mouvements de foule , le "rendu" de la Révolution sont aussi réussis que les scènes d'intimité.
Non seulement , le DVD à recommander pour Andrea Chénier, mais peut être aussi pour initier les tièdes ou les néophytes à l'art lyrique, tant ici est sensible l'harmonie entre l'engagement des chanteurs, de l'orchestre, et l'efficacité "classique" de la conception dramatique et musicale.

Avatar du membre
Loïs
Baryton
Baryton
Messages : 1674
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Giordano. André Chenier. Pappano/Mc Vicar

Message par Loïs » 21 sept. 2016, 10:09

jeantoulouse a écrit :l
D'abord Jonas Kaufmann : et si Chénier était son meilleur rôle "italien" ? La caractérisation psychologique du poète de la Révolution, opposé à la Terreur, se révèle splendide de bout en bout. D'emblée, l'air "improvisé" face à l'espièglerie naïve de Madeleine est empli de fougue, de colère rentrée, de dignité, de révolte contenue, autant d'émotions que la voix sombre du ténor allemand porte avec classe. Le jeu, la tenue en scène, l'élégance, le caractère "romantique" égalent la technique, la variété des couleurs, la ligne de chant, l'usage très raffiné des demi teintes (les duos du II et du IV, le poème de la prison). Il croit à son personnage, à cette musique et on adhère.Aucun pathos. Pas de boursouflure, d'effet facile que l'on nomme (à tort) "vériste" ! Un soin du chant fervent. L'art lyrique à son sommet.

A ses côtés, "sa "Sieglinde" du Met, Eva-Maria Westbroek. De grâce, ne comparez pas à Callas, mais c'est magnifique tout de même. Pureté du chant, émotion du vibrato, clarté du timbre, construction dramatique du personnage, "Mamma morte" poignante culminant avec les trois "io son amore" lumineux et comme empreints de spiritualité. Les deux duos, je le répète, sont intenses, vibrants, forts de la complicité entre les deux chanteurs.

Zeljko Lucic : voix très souple, baryton clair, très engagé, échappe à la caricature du méchant", Gérard tourmenté et crédible.
Orchestre somptueux, enflammé par un Pappano soucieux lui aussi de clarté, construction très dynamique qui rend justice à l'efficacité et à je ne sais quelle noblesse de Giodano.

Mise en scène sage, consensuelle, mais raffinée de Mc Vicar. Costumes, décors, éclairages dignes de la grande maison qu'est le ROH. Ce qu'on peut faire de mieux dans le respect du livret, de la tradition, du public. Les mouvements de foule , le "rendu" de la Révolution sont aussi réussis que les scènes d'intimité. .
Et je pense que la vidéo corrigera quelques (légers défaus) des représentations: comme pour Adriana Lecouvreur,le moins qu'on puisse dire c'est que Kauffmann se reposait sur l'accoustique de Covent Garden pour ne pas forcer + métal de quelques aigus de Westbroek un peu aggressifs + décors s'appauvrissant d'actes en actes (en parallèle avec une réduction budgétaire progressant). Un très beau souvenir même si je n'ai pas assisté au Chénier du siècle (d'où une légère déception par rapport à mon attente) néanmoins je vais acheter le DVD

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1597
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Giordano. André Chenier. Pappano/Mc Vicar

Message par Lucas » 21 sept. 2016, 10:36

Ce qui est vraiment dommage, c'est que les majors refusent de mettre sur YT un extrait substantiel d'un DVD (10 mns, est-ce trop demander ?) pour en faire la promotion. Or le mélomane n'achète désormais plus en aveugle pour ne pas être déçu et le seul air disponible est celui du dernier acte où je trouve Kaufmann moins subtil que d'habitude. Du coup, j'hésite d'autant plus que je ne suis pas fan de Westbroek et du baryton (Alaimo ou Tézier m'auraient davantage séduit).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7795
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par HELENE ADAM » 21 sept. 2016, 14:13

Image
Euronews

j'ai visionné le DVD hier. Je souscris au point de vue de JeanToulouse globalement avec quelques petites différences.
La version proposée en DVD m'a semblé être pour l'essentiel, celle de la représentation également retransmise à l'époque, en live, au cinéma. Mais il est tout à fait possible que quelques raccords d'autres versions enregistrées également (notamment la bande son) aient été opérés ici ou là, c'est assez difficile à détecter.
Par rapport au souvenir que j'ai de la représentation vue "in situ" dans l'opéra de Londres, je soulignerais d'abord le caractère très théâtral de la mise en scène, un peu "hors-sol" malgré l'extrême respect (jusque dans les détails vestimentaires les plus intimes) de la temporalité révolutionnaire.
Vu de la salle, les beaux tableaux qui se succédaient pour illustrer les trois grandes époques d'Andréa Chénier, paraissaient un peu figés mais dans le cadre d'une direction d'acteurs très efficace qui rendait le plateau en animation permanente.
Les gros plans font un peu perdre de vue cet ensemble, malheureusement, tout en soulignant le soin apporté à chaque détail des costumes, renforçant un léger caractère d'enfermement dans la naphtaline d'une révolution vraiment trop "proprette" pour être "vraie".
Pas de drame, cela plaira à Jérôme et à ceux qui aiment les mises en scène qui respectent scrupuleusement l'époque, pour Andrea Chénier, très typé historiquement, c'est évidemment bien mieux, mes réserves se situant en gros dans ce que j'appellerai une lecture par trop "image d'Epinal" de ce que fut vraiment la Révolution.
Les gros plans soulignent aussi ce qui est parfois moins perceptible depuis la salle : le jeu d'acteur de tous les protagonistes est de bon, voire de très bon niveau, y compris les figurants, les choeurs, les rôles secondaires (et il n'en manque pas).
Un chanteur qui semble à l'aise sur scène peut révéler, en gros plans, un visage trop statique ou inexpressif, ou des expressions à contre-temps. Là c'est du cousu-main de chaque instant et c'est bien agréable (et pas aussi courant qu'on pourrait le penser...) :wink:

L'Andrea Chénier de Kaufmann est un "must", JeanToulouse l'a dit, on l'a dit et redit dans le fil consacré à ces représentations sur ODB, il n'y a rien à ajouter. Il entre dans le personnage du poète révolté par les injustices, explose dès l'acte 1 dans ce salon aristocrate d'un monde qui meurt mais ne le sait pas encore, se montre torturé (et ivre mort) avant de retrouver son idéal féminin, sa révolte au tribunal est fantastique de vérité et sa mort, résignée (?), avec ce sursaut de colère dans l'oeil juste avant le départ vers l'échafaud... c'est du grand art (il devrait donner des cours de théâtre).

La Madeleine de EMW est bien meilleure qu'en salle. La voix est plus crémeuse, plus régulière, plus arrondie, le joli visage très peinture du 17ème de la belle Hollandaise, se marie parfaitement bien avec le personnage incarné, elle est délicieuse et parfaitement crédible dans sa quête d'absolu. C'est la très bonne surprise (pour moi) du DVD, ayant été plus que circonspecte sur sa prestation à Londres (mais elle était peut-être fatiguée quand je l'ai vue...)
Effectivement les deux duos sont de toute beauté, extrêmement émouvants et démontrent une grande complicité entre les deux chanteurs, qui est peut-être finalement le secret d'un beau jeu en commun.

Image
Times photos

Le Gérard de Zeljko Lucic est incroyablement complexe et subtil en effet. Là aussi le DVD lui rend justice, son jeu paraissait moins coloré sur scène. Là il passe par toutes les nuances de ses évolutions politiques et sentimentales et c'est un portrait magistral et juste.

Image
Wos-photo productions

Tous les autres rôles sont également de bonne tenue, pour un ensemble dominé par la baguette dynamique de Pappano et un très bel orchestre en effet.

Bref, je ne regrette pas mon achat. Je trouve que globalement, cet opéra de Giordano, qui n'est pas très bien construit à mon sens, est plutôt globalement valorisé par cette représentation.

le fil ODB de l'époque (janvier 2015)
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... ea+chenier
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Loïs
Baryton
Baryton
Messages : 1674
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Loïs » 21 sept. 2016, 14:16

Tu confirmes mon à priori que le DVD gommerait les imperfections des représentations

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 2901
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Stefano P » 21 sept. 2016, 15:51

J'ai vu aussi le DVD et je rejoins ce qui a déjà été dit : c'est une très belle version d'Andrea Chenier, certainement déjà une référence dans l'interprétation de cette belle œuvre de Giordano. La mise en scène de McVicar est classique, mais toujours très intelligente ; l'action est parfaitement lisible, c'est vivant et enlevé, il y a du souffle et c'est visuellement très beau ! Le cast est globalement très bon, je signalerais particulièrement l'Incroyable de Carlo Bosi, cauteleux à souhait, mellifluo et implacable ; une mention également pour la Madelon d'Elena Zilio, qui réussit à rendre supportable l'une des scènes les plus outrées de l'opéra, l'exemple type de ce que devrait éviter un compositeur vériste...

Le Gérard de Zeljko Lucic déçoit un peu au début (la voix manque d'envergure et le jeu parait stéréotypé), mais au fur et à mesure, la composition devient plus fouillée et sa scène de bravoure Nemico della patria est tout à fait réussie. C'est un personnage tout de même assez étrange : dans le duo avec Maddalena à l'Acte III, il fait penser à un Scarpia qui n'aurait pas suffisamment de mépris et de cynisme pour réaliser ses ambitions, et soudain, à la fin de l'acte, il est touché par la grâce de la loyauté et du pardon : on comprend l'air effaré de Chénier qui a lui même du mal à en croire ses yeux !

La Maddalena d'Eva-Maria Westbroek est impeccable : plus engagée qu'à son habitude, et on peut voir sans doute ici le zampino de Pappano qui l'a vraiment poussée dans ses retranchements et obtenu d'elle le meilleur. On découvre par exemple dans les (succincts) bonus du DVD la façon dont il travaille avec elle les simples mots Ecco l'altare à l'Acte II, juste avant le duo, c'est une belle leçon de musique et de théâtre... Les deux duos Maddalena-Chenier sont d'une grande intensité, comme son fameux air de La mamma morta où elle donne tout de façon vraiment bluffante.

Comme le dit notre ami qui a ouvert le fil, Andrea Chenier est peut-être la plus grande réussite de Kaufmann dans le répertoire italien (mais j'adore aussi son Johnson et son Cavaradossi) ; c'est un rôle qui lui va comme un gant, et dès sa première apparition, il "est" le poète révolutionnaire, par sa seule présence et la perfection de son chant, avec une classe permanente qui évidemment gomme tout effet "vériste" dans le sens péjoratif du terme. Il faut par exemple entendre la manière dont il entame Ora soave dans le duo du II, avec ce la bémol merveilleux qui "enfle" progressivement, c'est du grand art ! Tous ses airs sont mémorables, et il réussit même à faire passer un frisson de Werther dans le dernier, l'admirable Come un bel dì di maggio, auquel seul un cœur de pierre pourrait résister...

La direction de Pappano est au-dessus de tout éloge, on sent qu'il aime cette musique et, avec lui, elle respire magnifiquement, sans aucune lourdeur, de façon épique, comme le sujet l'exige. Bref, on l'aura compris, je ne regrette pas d'avoir acheté ce DVD ! :P
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1597
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Lucas » 21 sept. 2016, 16:05

Stefano P a écrit :
Le Gérard de Zeljko Lucic déçoit un peu au début (la voix manque d'envergure et le jeu parait stéréotypé), mais au fur et à mesure, la composition devient plus fouillée et sa scène de bravoure Nemico della patria est tout à fait réussie.
Désolé, Stefano mais j'ai fini par trouver le "Nemico della patria" de Željko Lučić :

/watch?v=m-xOn0NVoKs

Et pour moi, ce n'est pas possible quand on connaît cela :

/watch?v=-71vXpQc4Wg

La comparaison entre Zancanaro et Lučić est accablante pour ce dernier notamment lorsque la mélodie s'envole (à 3'24 pour le premier et 3'48 pour le second) et comme j'adore le rôle de Gérard ...

Bon maintenant, le reste du casting me tente bien mais j'aimerais écouter avant le grand air de Maddalena par Westbroek dans cette production avant de me lancer.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 2901
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Stefano P » 21 sept. 2016, 16:25

Lucas a écrit :
Stefano P a écrit :
Le Gérard de Zeljko Lucic déçoit un peu au début (la voix manque d'envergure et le jeu parait stéréotypé), mais au fur et à mesure, la composition devient plus fouillée et sa scène de bravoure Nemico della patria est tout à fait réussie.
Désolé, Stefano mais j'ai fini par trouver le "Nemico della patria" de Željko Lučić :

/watch?v=m-xOn0NVoKs

Et pour moi, ce n'est pas possible quand on connaît cela :

/watch?v=-71vXpQc4Wg

La comparaison entre Zancanaro et Lučić est accablante notamment lorsque la mélodie s'envole (à 3'24 pour le premier et 3'48 pour le second) et comme j'adore le rôle de Gérard ...

Bon maintenant, le reste du casting me tente bien mais j'aimerais trouver avant le grand air de Maddalena par Westbroek dans cette production avant de me lancer.
Vocalement, c'est sûr qu'y a pas photo, mais sur le plan dramatique, Zancanaro me laisse un peu dubitatif : son Gérard est un bon gars plutôt franc du collier ; on ne sent pas du tout la frustration ni l'amertume qui ronge le personnage quand il s'aperçoit soudain qu'il a trahi tous ses idéaux révolutionnaires et que le monde qu'il voulait changer l'a en fait changé lui en un être haineux et vindicatif. Je ne suis pas fou du Gérard de Lucic, mais il me semble qu'on sent davantage chez lui cet aspect torturé (limite schizo) du personnage...
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1597
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Lucas » 21 sept. 2016, 18:09

Stefano P a écrit :
Vocalement, c'est sûr qu'y a pas photo, mais sur le plan dramatique, Zancanaro me laisse un peu dubitatif ...
Visuellement, tu n'as pas tort car il était très mauvais comédien comme la plupart des chanteurs de cette époque (Pavarotti, Carreras, Kraus, Caballé ...). Mais dès que tu coupes l'image, il me donne le frisson.

En fait, tous ces chanteurs de la génération qui a précédé le DVD, véhiculaient l'émotion principalement à travers le chant. Aujourd'hui, avec la révolution du DVD, tout passe principalement par l'image et c'est là que le bât blesse si la technique ne suit pas ou si le chant est simplement quelconque.

Heureusement, il arrive qu'on ait les deux (Kaufmann, Grigolo, Harteros ...) mais c'est assez rare.

Avatar du membre
Loïs
Baryton
Baryton
Messages : 1674
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: DVD Andréa Chenier - Pappano/Mc Vicar - ROH 2015

Message par Loïs » 21 sept. 2016, 18:29

Lucas a écrit :
Stefano P a écrit :
Vocalement, c'est sûr qu'y a pas photo, mais sur le plan dramatique, Zancanaro me laisse un peu dubitatif ...
Visuellement, tu n'as pas tort car il était très mauvais comédien comme la plupart des chanteurs de cette époque (Pavarotti, Carreras, Kraus, Caballé ...). Mais dès que tu coupes l'image, il me donne le frisson.

En fait, tous ces chanteurs de la génération qui a précédé le DVD, véhiculaient l'émotion principalement à travers le chant. Aujourd'hui, avec la révolution du DVD, tout passe principalement par l'image et c'est là que le bât blesse si la technique ne suit pas ou si le chant est simplement quelconque.
.
l

Pour continuer dans le HS Zancanaro dont j'admire le chant ne m'a jamais ému contrairement à ses deux rivaux de l'époque; Cappuccili & Bruson qui me scotchaient tous les deux:
watch?v=gQXYeZNKwTE

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités