Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

L'actu des DVD; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7978
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par HELENE ADAM » 28 nov. 2015, 14:00

Image

DVD Sony Classical, sortie Novembre 2015- Représentation enregistrée à l'Opéra de Vienne en Octobre 2013

La fanciulla del West

de
Puccini, Giacomo

Direction musicale : Franz Welser-Möst
Mise en scène : Marco Arturo Marelli
Costumes : Dagmar Niefind
Chef de chœur : Thomas Lang


Opéra en trois actes, livret de Guelfo Civinini et Carlo Zangarini (1910)


Avec :

Minnie : Nina Stemme
Dick Johnson: Jonas Kaufmann
Jack Rance :Tomasz Konieczny
Nick: Norbert Ernst
Ashby: Paolo Rumetz
Sonora: Boaz Daniel
Trin: Michael Roider
Sid: Hans Peter Kammerer
Bello: Tae-Joong Yang
Harry: Peter Jelosits
Joe: Carlos Osuna
Happy :Clemens Unterreiner
Larkens: Il Hong
Billy Jackrabbit: Jongmin Park
Wowkle: Juliette Mars
Jack Wallace / José Castro: Alessio Arduini
Le Postillon: Wolfram Igor Derntl

Orchestre et choeur du Wiener Staastoper


Une très belle version de la Fanciulla del West vient de sortir chez Sony Classical : celle que l'opéra de Vienne nous avait offert à l'automne 2013, qui m'avait beaucoup plu à l'époque et que j'ai pris beaucoup de plaisir à revoir grâce à cette captation de qualité.

La Fanciulla n'est pas l'opéra de Puccini le plus joué ni le plus connu et c'est bien dommage car, à mon sens, il a énormément de qualités.
Une très grande modernité musicale, une ouverture sur scène de foule en partculier (comme dans Manon Lescaut) avec thèmes récurrents qui deviennent vite obsessionnels, un orchestre aux tonalités jazz (et dont les musiques de films s’inspireront largement à l’ère du cinémascope) et une écriture qui laisse une grande place à l’action et à la mise en scène.

L’histoire est belle et émouvante, très western avant l’heure du cinéma d’ailleurs. Ces chercheurs d’or qui ont tout quitté pour migrer vers les terres désertes et sauvages de l’ouest pour chercher fortune, qui trompent leur ennui et leur nostalgie en écoutant de la musique, en jouant (et en trichant) aux cartes, en buvant de whisky, en écoutant Minnie leur lire des passages de la bible, sont admirablement campés et décrits par les scène de groupe fort nombreuses de cet opéra.

On a la tenancière de bar (la soprano) cultivée au grand coeur, le shériff méchant et autoritaire (le baryton) mais amoureux d’elle et bien sûr le bandit (le ténor) venu pour voler l’or des chercheurs qui manque de finir pendu mais sera sauvé par la belle folle amoureuse de lui.

La mise en scène de Marelli qui transpose un peu l’époque (western début 20ème, quand les mythes ont du plomb dans l’aile et que les chercheurs vivent dans des baraques en tôle ondulée, sinistres en plein hiver). Mais l’ambiance western est parfaite, les scènes de groupe admirablement joués par une pléthore de chanteurs, tous parfaitement bien dans leur rôle.

C’est même assez rare de voir sur scène une si parfaite homogénéité et une telle crédibilité dans tous les rôles.

Les entrées en scène de Minnie (explosant au milieu de la dispute des hommes tandis qu’ils se taisent tous respectueusement et instantanément) et de Dick Johnson ( réveillant le plateau un peu assoupi, sac au dos et lançant un vigoureux “Chi c’è, per farmi i ricci? “ pour s’annoncer).
L’ensemble est dominé par le duo magique, dont personnellement je ne me lasse pas, formé par Jonas Kaufmann et Nina Stemme.

Elle est une Minnie au chant superbe, aux infinies nuances, tour à tour bonne, généreuse, naïve, follement amoureuse, passionnée, en colère, toute douce, fondant devant le charme de ce bandit dont elle finira par admettre la duplicité sans lui retirer pour autant son amour.
Il est un malfaiteur à l’image des beaux garçons de l’ouest dans les westerns où le bandit était représenté par la star d’Hollywwod et qu’on finissait toutes amoureuses de lui (d’ailleurs il avait plein d’excuses à avoir mal tourné et c’est la même chose pour le Johnson de Kaufmann).
Son interprétation vocale est de haut vol, les nuances dans son chant, la beauté de sa voix à la fois sombre et éclatante dans les aigus, son jeu d’acteur est hors pair et jamais “faux”.
Du coup, ils peuvent esquisser une très belle valse ensemble ou rester assis l’un près de l’autre, à se guetter, à se chercher sans beaucoup bouger, assis sur la longue table du bar, gestes à l’économie mais chants superbes des deux artistes, regards furtifs, expressions des mains et des visages, c’est suffisant, c’est magique, c’est phénoménal.
La scène “je t’aime moi non plus” qui se passe dans la petite maison (dans la prairie) de Minnnie est tout simplement géniale : ah Minnie habillée d’une improbable “robe de soirée” pour plaire à ce bandit de Johnson, resté en tenue de cow boy et leurs regards échangés, il voudrait bien aller plus loin, elle est pure et se défend comme une jeune fille chaste, lui montre son album de photos, le mettant à la torture. Jamais rien vu d’aussi bien joué et chanté depuis très longtemps à l’opéra.Mais son “Un bacio, un bacio, un bacio solo! ” répété avec force et séduction aura raison de ses hésitations.
Et quelle énergie, quelle conviction quand Nina Stemme surmontant ses réticences, tombe dans les bras du beau Kaufmann.
Le summum est atteint quand elle prendra sa défense au dernier acte. Un rôle de femme amoureuse et courageuse, très beau, que la mise en scène et Nina Stemme valorisent comme l’un des plus beaux rôles féminins de Puccini.

Les seconds rôles sont tous d’un très haut niveau, comme boostés par la qualité générale du plateau et la beauté de la mise en scène. J’ai notamment remarqué une fois encore Boaz Daniel, parfaitement à l’aise dans son rôle de Sonora ou Alessio Arduini, très bon Wallace. Mais on pourrait tous les citer sans problème.

Exception faite finalement (et c’est dommage) de Tomasz Konieczny qui n’est pas parfaitement convaincant en shériff : la voix manque d’éclat et de nuances et est un peu engorgée. Excellent acteur malgré tout .

La direction de Welser-Möst est excellente : un Puccini plein de couleurs, d’accents, de douceur pour accompagner les scènes d’amour, de violence et d’élans pour accompagner les moments où l’action se tend, ou le drame se noue. Il accompagne de très près les chanteurs, les enveloppe des sonorités superbes de l’orchestre et valorise l’ensemble de ce très bel opéra.

A voir absolument !

Image

Image

Image

Image
Image
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3028
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Puccini-FanciullaDelWest-DVD-Welser/Marelli-2015

Message par Stefano P » 28 nov. 2015, 16:39

Très beau compte-rendu que je partage absolument : j'ai lu ici sur un autre fil quelques réserves sur la crédibilité de la Minnie de Stemme, je dois dire que je ne les partage pas du tout : elle est vraiment fantastique d'humanité, de simplicité, de chaleur, comme tu le dis très bien. JK est au-delà de tous les éloges : ce qu'il fait de ce rôle qui pourrait parfois tomber dans le cliché est (vocalement et dramatiquement) complètement magique. J'ai sans doute été emporté par l'ambiance euphorique qui baigne tout le spectacle mais, dans la foulée, j'ai aussi beaucoup aimé le Rance de Konieczny ! :D
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 7816
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par quetzal » 17 déc. 2015, 21:24

Je n'ai pas vu ce DVD , mais j'ai assisté à la représentation de Vienne ( une de celles où la captation filmée a eu lieu)

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php?p=209555#p209555

Je ne partage pas l'enthousiasme concernant la direction ; outre la conception que je ne partage pas ,il y a une différence probable entre la prise de son et la réalité du son dans la salle ( j'étais fort bien placé au parterre- donc aucun artefact de placement )
Pour le reste , mon enthousiasme de l'époque trouve écho dans le votre .
Je recommande vivement cette interprétation .

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 675
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par Piero1809 » 12 janv. 2016, 10:45

Merci pour ce très beau compte rendu qui rend parfaitement justice à la valeur de La Fanciulla del West, un des opéras de Puccini les plus élaborés et à la qualité de cette interprétation que je suis impatient de découvrir avec ce DVD.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3028
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par Stefano P » 12 janv. 2016, 14:28

J'ai vu l'autre version récente de la Fanciulla sortie en DVD, celle de Stockholm : la mise en scène est très belle, avec une utilisation fort judicieuse des projections (habituelles chez Christof Loy, mais particulièrement pertinentes ici), notamment une ouverture spectaculaire où la Minnie de Stemme évoque Joan Crawford dans Johnny Guitar... Stemme m'a d'ailleurs paru encore plus convaincante dans cette version, où elle est dans une superbe forme vocale. Le Jack Rance de John Lundgren lorgne du côté de Scarpia, ce qui me semble exagéré, car Rance n'a pas cet aspect brutal et sadique ; on pense souvent dans les duos avec Minnie à la scène du palais Farnese de Tosca, rapprochement tout de même incongru. Pour le rôle de Dick Johnson, Antonenko fait le job, mais on est très très loin de l'incarnation géniale de JK, et de son formidable charisme. La comparaison permet d'ailleurs ici de saisir à quel point un rôle parfois conventionnel peut être transcendé et magnifié par un exceptionnel interprète. Toutefois, pour Stemme et la mise en scène, le DVD mérite vraiment la vision ou l'achat.

Image
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

NiklausVogel
Messages : 48
Enregistré le : 13 mars 2006, 00:00

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par NiklausVogel » 09 sept. 2016, 12:42

L'unanimité autour de ce DVD dans la presse spécialisée et sur les blogs me surprend un peu. Le son n'est pas très bon. Les voix ne "percutent" pas à l'exception, notable je l'admets, de celle de Kaufmann, qui est parfait. Les autres semblent un peu distants, même Stemme, à la voix de laquelle la prise de son ne rend pas justice. Konieczny est très mauvais, la voix est laide, il n'y a pas de ligne et la prononciation de l'italien est défectueuse. Le pire est l'absence totale de direction d'acteurs dans un décor qui n'est pas catastrophique, mais qui ne mérite pas non plus d'éloges particuliers. Tous ces gens agitent (ou pas) les bras de manière très empruntée, et les mouvements d'ensemble sont assez désastreux dans leur manque de naturel. Cela m'a donné envie de revoir le DVD de New-York. Je m'attendais un peu à être rebuté par le côté western où il ne manque ni un colt, ni une plume, et bien pas du tout ! Même si on peut (on peut, mais on n'est pas obligé...) préférer individuellement Stemme à Barbara Daniels et Kaufmann à Domingo, le résultat d'ensemble à Vienne est très inférieur à celui qu'offre la mise en scène extrêmement vivante, expressive et détaillée de Giancarlo del Monaco. L'oeuvre est beaucoup plus émouvante et intéressante à New-York, les petits évènements y sont soulignés avec soin, et la direction musicale est également beaucoup plus enlevée. Comparer Milnes, même en fin de carrière, avec Konieczny, serait d'une cruauté sans nom...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11392
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par PlacidoCarrerotti » 09 sept. 2016, 13:47

NiklausVogel a écrit :L'unanimité autour de ce DVD dans la presse spécialisée et sur les blogs me surprend un peu. Le son n'est pas très bon. Les voix ne "percutent" pas à l'exception, notable je l'admets, de celle de Kaufmann, qui est parfait. Les autres semblent un peu distants, même Stemme, à la voix de laquelle la prise de son ne rend pas justice. Konieczny est très mauvais, la voix est laide, il n'y a pas de ligne et la prononciation de l'italien est défectueuse. Le pire est l'absence totale de direction d'acteurs dans un décor qui n'est pas catastrophique, mais qui ne mérite pas non plus d'éloges particuliers. Tous ces gens agitent (ou pas) les bras de manière très empruntée, et les mouvements d'ensemble sont assez désastreux dans leur manque de naturel. Cela m'a donné envie de revoir le DVD de New-York. Je m'attendais un peu à être rebuté par le côté western où il ne manque ni un colt, ni une plume, et bien pas du tout ! Même si on peut (on peut, mais on n'est pas obligé...) préférer individuellement Stemme à Barbara Daniels et Kaufmann à Domingo, le résultat d'ensemble à Vienne est très inférieur à celui qu'offre la mise en scène extrêmement vivante, expressive et détaillée de Giancarlo del Monaco. L'oeuvre est beaucoup plus émouvante et intéressante à New-York, les petits évènements y sont soulignés avec soin, et la direction musicale est également beaucoup plus enlevée. Comparer Milnes, même en fin de carrière, avec Konieczny, serait d'une cruauté sans nom...

HS : je n'ai entendu que 2 fois (je crois) Barbara Daniels. Dans cette FDW et en Marguerite de Faust. C'était une chanteuse sacrément excitante à la scène et qui n'a pas eu la carrière qu'elle méritait AMHA.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3028
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par Stefano P » 09 sept. 2016, 15:12

Le rêve pour moi, ce serait Stemme et Kaufmann dans la mise en scène de Christof Loy, mais avec Chailly à la direction. Pour Rance, je suis ouvert à toutes les propositions (pas un habitué de Scarpia, en tout cas).
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 7816
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par quetzal » 09 sept. 2016, 17:09

Stefano P a écrit :Le rêve pour moi, ce serait Stemme et Kaufmann dans la mise en scène de Christof Loy, mais avec Chailly à la direction. Pour Rance, je suis ouvert à toutes les propositions (pas un habitué de Scarpia, en tout cas).
Il faudrait garder Lundgren qui est remarquable dans le rôle.
Ce serait un trio formidable.
Ceci dit à Stockholm Stemme+ Antonenko + Lundgren ce fut mémorable , bien plus que la production viennoise ( j'ai vu les 2 productions sur scène ) je ne sais pas ce que ça donne en DVD ( J'ai vu la diffusion de Stockholm , ça rétrécit la mise en scène de loy absolument géniale.)

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1619
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Puccini - La Fanciulla del West - Welser-Möst/Marelli - DVD Sony - 2015

Message par Lucas » 09 sept. 2016, 19:36

quetzal a écrit :
Stefano P a écrit :Le rêve pour moi, ce serait Stemme et Kaufmann dans la mise en scène de Christof Loy, mais avec Chailly à la direction. Pour Rance, je suis ouvert à toutes les propositions (pas un habitué de Scarpia, en tout cas).
Il faudrait garder Lundgren qui est remarquable dans le rôle.
Ce serait un trio formidable.
Ceci dit à Stockholm Stemme+ Antonenko + Lundgren ce fut mémorable , bien plus que la production viennoise ( j'ai vu les 2 productions sur scène ) je ne sais pas ce que ça donne en DVD ( J'ai vu la diffusion de Stockholm , ça rétrécit la mise en scène de loy absolument géniale.)
Pour moi, ce serait Stockholm avec Kaufmann à la place d'Antonenko. Et comme cela n'existe pas, j'ai finalement les deux DVD. C'est malin ...

Sinon, pour Rance, Alaimo ou Tézier, dans un jour engagé, m'auraient très bien convenu.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités