DVD La Traviata - Langree/Sivadier - Aix 2011

L'actu des DVD; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3056
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 22 avr. 2012, 17:10

quetzal a écrit :
jerome a écrit :
julien10 a écrit :J''ai juste un peu de mal a imaginer Gheorghiu , Devia, Harteros dans les mises en scène du Met ou Aix! :lol:
C'est bien là tout le problème! Tant qu'on n'en reviendra pas au fondamental qui est de commencer par vouloir le meilleur vocalement et qu'on privilégiera la mise en scène au détriment des voix, on n'en sortira pas!
qu'est ce qu'on en a à foutre dans l'absolu de la mise en scène du Met ou de celle d'Aix ???
C'est la Traviata DE VERDI qu'il faut servir!
Certes Jérôme , tant qu'on écoute l'opéra au disque . Mais tu as observé comme moi que nombreux sont les ODBiens qui sont allés voir Dessay à Aix et qui en sont revenus "bouleversifiés" ( idem pour la critique)

( Perso j'avais été extrêmement critique ici même sur ce que j'entendais en direct , mais je n'avais pas l'image )

Donc l'opéra est un assemblage complexe .

Et si c'est une "Traviata de Dessay" et que ça marche comme ça ! Et bien on attendra pour avoir une Traviata de Verdi .

(le NYTimes conclut :At the end, when the lights came up and Ms. Dessay stood onstage for a solo bow, looking haunted in a frumpy coat over her satin slip, the ovation was huge. ) "l'ovation fut énorme" ...

Très clairement depuis que je suis né je cherche une Traviata (sur scène) , je n'ai rencontré que June Anderson à une grande époque et ça n'a pas duré longtemps .


Bernard
Oui, je suis bien revenue d'Aix "bouleversifiée"...
Comme je l'ai dit par ailleurs, Dessay n'a peut-être pas les moyens d'une Traviata, mais personnellement, dans ce contexte théâtral et avec cette intensité là, je m'en f*** complètement. On est en présence d'un très très grand théâtre, d'une immense émotion et d'une alchimie entre interprètes, production, metteur en scène et chef, qui fait que cet OLNI (objet lyrique non identifié) est tout simplement de l'art avec un A.
Ensuite, on peut toujours pinailler sur tel ou tel truc et décortiquer chaque note dans le sens de la longueur... Personnellement, quand je vais à l'opéra, c'est pour être émue, transportée, etc... Là, je l'ai été, et je dis "Merci" aux artisans de ce travail.

(Dans un tout autre style, un des plus grands chocs "baroques" que j'ai eu, c'est l'Armide de Sylvie Brunet qui n'avait ni la voix ni le style du rôle. Elle a carbonisé les planches sous la direction d'Herreweghe au TCE, je ne m'en suis pas remise. Elle a "été" Armide. J'ai beau savoir que ce n'était pas "ça" -surtout quand on a Howard Crook et Véronique Gens en face...- j'ai été vraiment secouée par cette incarnation, qui ne valait sans doute que dans ce contexte là. Et franchement, des productions baroques qui m'ont autant émerveillée, malgré cette distribution étonnante du rôle-titre, je les compte encore sur les doigts des 2 mains. Alors... )

Conclusion, un rôle, ce n'est pas forcément QUE un/e interprète = le rôle, c'est AUSSI une production, un contexte, une soirée, un entourage, qui transcendent la pure vocalité d'un/e seul/e... Une excellente Traviata avec un chef moyen, des protagonistes routiniers et une mise en scène ratée, combien de temps crois-tu qu'elle va le demeurer, ce soir-là, excellente ?

De toute façon, Jérôme, tu n'aimes pas Dessay, on l'a compris. Pourquoi le marteler ainsi ? Ses admirateurs sont parfaitement conscients de ses limites (comme pour tout chanteur)...[/b]
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 7825
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par quetzal » 22 avr. 2012, 17:21

Adieu les préjugés ! Adieu les cabales ! Finis les pisses-vinaigre , ce DVD est la vidéo de référence de la Traviata


Tant de haine , d'aigreurs déversées avant , pendant , après sur N. Dessay , surtout tant d'amoureux déçus ou de discomanes figés sur leur passé , avaient fini par rendre incompréhensible , infranchissable l'idée qu'on se faisait de cette Traviata d'Aix et ces innombrables témoignages qui avec des mots différents nous rapportaient leur émotion d'"exception" après ce spectacle .


Donc laissons de côté nos références sur les "Traviatas du siècle" , les gravures indépassables , les références communes ou rares .

Et conseillons comme urgence à tous ceux qui comme moi n'étaient pas à Aix ( qu'est ce que je regrette d'avoir loupé ça !) de regarder ce DVD !

Tout a été dit ici ( tout et son contraire , donc retenons Waba, Placido et autres et oublions ma propre critique "radiophonique" :"L'Alfredo de cette représentation est bien pire que Violetta qui est à la radio exactement comme on s'y attendait" "Quant à Tezier, face aux craquements impressionnants de Dessay , c'est aussi raide qu'un vieux bois mort !Qu'est ce que c'est mauvais"

modules.php?name=Forums&file=viewtopic& ... sc&start=0

C'est bien du spectacle tel qu'il nous est donné sur cet enregistrement vidéo ( avec ses coupes , recoupes et découpes ) qu'il faut juger .


Et là je dis Bravo , immensément Bravo !

La mise en scène a cette sobriété profonde , son discours est concentré sur le texte , pas une interprétation qui déconcentre de l'essence des personnages , pas une décoration qui distrait l'émotion qui monte , pas de temps mort illustratif.


Quant aux chanteurs , on ne fait pas beaucoup mieux par les temps qui courent , ils sont bons , beaux et ont un talent d'engagement total .

Dessay est dans ce qu'est l'espace total de l'opéra incomparable ; tout est chanté , tout est donné ; sa Traviata est bien une Traviata qui marquera longtemps.
Castronovo se révèle à moi beau , bien chantant , et juste
Tezier chante admirablement et incarne avec une profondeur d'âme ce personnage complexe qu'est Germont père .


Montrez ( comme je l'ai fait cet après midi ) ce DVD d'opéra à vos enfants , petits enfants , copains , copines, élèves .
Il fait sentir ce qu'on peut attendre comme bonheur esthétique , dramatique de la Traviata .

Bernard

Et remercions N. Dessay , quoiqu'il lui arrive , d'avoir tout donné dans cette gageure .

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 7825
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par quetzal » 22 avr. 2012, 17:25

EdeB a écrit :(...)

Conclusion, un rôle, ce n'est pas forcément QUE un/e interprète = le rôle, c'est AUSSI une production, un contexte, une soirée, un entourage, qui transcendent la pure vocalité d'un/e seul/e... (...)
J'ai à peine écrit mon topo que tu as posté le tien !

Tu y verras le "revirement"radical que j'opère

Bernard

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 888
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 25 avr. 2012, 22:25

EdeB a écrit :
quetzal a écrit :
jerome a écrit :
julien10 a écrit :J''ai juste un peu de mal a imaginer Gheorghiu , Devia, Harteros dans les mises en scène du Met ou Aix! :lol:
C'est bien là tout le problème! Tant qu'on n'en reviendra pas au fondamental qui est de commencer par vouloir le meilleur vocalement et qu'on privilégiera la mise en scène au détriment des voix, on n'en sortira pas!
qu'est ce qu'on en a à foutre dans l'absolu de la mise en scène du Met ou de celle d'Aix ???
C'est la Traviata DE VERDI qu'il faut servir!
Certes Jérôme , tant qu'on écoute l'opéra au disque . Mais tu as observé comme moi que nombreux sont les ODBiens qui sont allés voir Dessay à Aix et qui en sont revenus "bouleversifiés" ( idem pour la critique)

( Perso j'avais été extrêmement critique ici même sur ce que j'entendais en direct , mais je n'avais pas l'image )

Donc l'opéra est un assemblage complexe .

Et si c'est une "Traviata de Dessay" et que ça marche comme ça ! Et bien on attendra pour avoir une Traviata de Verdi .

(le NYTimes conclut :At the end, when the lights came up and Ms. Dessay stood onstage for a solo bow, looking haunted in a frumpy coat over her satin slip, the ovation was huge. ) "l'ovation fut énorme" ...

Très clairement depuis que je suis né je cherche une Traviata (sur scène) , je n'ai rencontré que June Anderson à une grande époque et ça n'a pas duré longtemps .


Bernard
Oui, je suis bien revenue d'Aix "bouleversifiée"...
Comme je l'ai dit par ailleurs, Dessay n'a peut-être pas les moyens d'une Traviata, mais personnellement, dans ce contexte théâtral et avec cette intensité là, je m'en f*** complètement. On est en présence d'un très très grand théâtre, d'une immense émotion et d'une alchimie entre interprètes, production, metteur en scène et chef, qui fait que cet OLNI (objet lyrique non identifié) est tout simplement de l'art avec un A.
Ensuite, on peut toujours pinailler sur tel ou tel truc et décortiquer chaque note dans le sens de la longueur... Personnellement, quand je vais à l'opéra, c'est pour être émue, transportée, etc... Là, je l'ai été, et je dis "Merci" aux artisans de ce travail.

(Dans un tout autre style, un des plus grands chocs "baroques" que j'ai eu, c'est l'Armide de Sylvie Brunet qui n'avait ni la voix ni le style du rôle. Elle a carbonisé les planches sous la direction d'Herreweghe au TCE, je ne m'en suis pas remise. Elle a "été" Armide. J'ai beau savoir que ce n'était pas "ça" -surtout quand on a Howard Crook et Véronique Gens en face...- j'ai été vraiment secouée par cette incarnation, qui ne valait sans doute que dans ce contexte là. Et franchement, des productions baroques qui m'ont autant émerveillée, malgré cette distribution étonnante du rôle-titre, je les compte encore sur les doigts des 2 mains. Alors... )

Conclusion, un rôle, ce n'est pas forcément QUE un/e interprète = le rôle, c'est AUSSI une production, un contexte, une soirée, un entourage, qui transcendent la pure vocalité d'un/e seul/e... Une excellente Traviata avec un chef moyen, des protagonistes routiniers et une mise en scène ratée, combien de temps crois-tu qu'elle va le demeurer, ce soir-là, excellente ?

De toute façon, Jérôme, tu n'aimes pas Dessay, on l'a compris. Pourquoi le marteler ainsi ? Ses admirateurs sont parfaitement conscients de ses limites (comme pour tout chanteur)...[/b]
+1

AlainB
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 127
Enregistré le : 01 juin 2010, 23:00
Contact :

Message par AlainB » 24 sept. 2012, 10:30

Je n’ai pas vu ce spectacle et je veux bien croire que c’était émouvant. J’ai par contre acheté le DVD, et je suis désolé ce n’est pas bon. Après avoir regardé ce DVD, nous avons le lendemain écouté la version CD avec Renata Scotto, et franchement la comparaison est très cruelle. Avec ce DVD on vous vend du Panga pour du Turbot.

Quant à dire qu’il ne faut pas juger ce spectacle comme un opéra mais comme du théâtre, je ne marche pas. J’ai trouvé la mise en scène puérile, un fatras de références à la culture de masse (les mecs en marcel, Violetta buvant la gnole à la bouteille la tête renversée en arrière, le music-hall) détruisant la bien mince intrique. La fin avec notre moribonde se promenant de long en large dans la scène vide jonchée de débits était particulièrement absurde.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19523
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 24 sept. 2012, 10:37

L'Opéra de Vienne a édité un superbe livre de photos sur cette production.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7389
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 24 sept. 2012, 10:42

AlainB a écrit :Après avoir regardé ce DVD, nous avons le lendemain écouté la version CD avec Renata Scotto, et franchement la comparaison est très cruelle. Avec ce DVD on vous vend du Panga pour du Turbot.

Quant à dire qu’il ne faut pas juger ce spectacle comme un opéra mais comme du théâtre, je ne marche pas. J’ai trouvé la mise en scène puérile, un fatras de références à la culture de masse (les mecs en marcel, Violetta buvant la gnole à la bouteille la tête renversée en arrière, le music-hall) détruisant la bien mince intrique. La fin avec notre moribonde se promenant de long en large dans la scène vide jonchée de débits était particulièrement absurde.
Y a pas qu'avec Scotto que la comparaison est très cruelle pour Dessay! de Callas à Netrebko en passant par Zeani, Sutherland, Caballé, Lorengar ou Cotrubas (pour ne citer que celles là!), la comparaison avec presque toutes les grandes Violetta de ces 60 dernières années est très cruelle pour Dessay!

Concernant cette mise en scène, je suis entièrement d'accord avec toi.

Orombello2
Ténor
Ténor
Messages : 885
Enregistré le : 12 nov. 2007, 00:00

Message par Orombello2 » 24 sept. 2012, 11:02

Callas et Netrebko, Cotrubas-Netrebko est une comparaison cruelle.
Et je ne compare pas leurs voix. C'est une question d'interprétation, la musicalité, la sensibilité. La voix est une question secondaire pour moi.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7389
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 24 sept. 2012, 11:09

Orombello2 a écrit :Callas et Netrebko, Cotrubas-Netrebko est une comparaison cruelle.
Et je ne compare pas leurs voix. C'est une question d'interprétation, la musicalité, la sensibilité. La voix est une question secondaire pour moi.
Non ces 2 comparaisons que tu proposes ne sont pas si cruelles que ça sur le plan de la musicalité, de la sensibilité, de l'interprétation! ce sont 3 portraits tout à fait respectables.
En revanche, non! La voix n'est pas du tout secondaire et elle ne l'était pas pour Verdi!
Je ne suis pas en train de dire que les Violetta de Callas, de Cotrubas et de Netrebko se valent mais elles sont toutes trois très supérieures à ce que Dessay a commis dans ce rôle.

Orombello2
Ténor
Ténor
Messages : 885
Enregistré le : 12 nov. 2007, 00:00

Message par Orombello2 » 24 sept. 2012, 11:37

jerome a écrit :
Orombello2 a écrit :Callas et Netrebko, Cotrubas-Netrebko est une comparaison cruelle.
Et je ne compare pas leurs voix. C'est une question d'interprétation, la musicalité, la sensibilité. La voix est une question secondaire pour moi.
(...) elles sont toutes trois très supérieures à ce que Dessay a commis dans ce rôle.

Je suis d'accord avec toi

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités