Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Les artistes
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par jerome » 07 juin 2017, 13:08

Merci pour ce rappel d'histoire musicale dont je n'avais pas besoin vu que je connais ça absolument par coeur (et pour cause!)
Verdi explose les codes d'écriture vocale mais avec les voix rompues à ses prédécesseurs! Donc par delà ce débat sutherlandien, dans l'absolu ce n'est de toute façon pas une Dimitrova qui convient.
Autre précision qu'il faut régulièrement redire en ces lieux: ni dans le chant baroque, ni chez Mozart, ni dans le belcanto italien (Rossini, Bellini, Donizetti, Pacini, Mercadante et leur contemporains immédiats), il n'est de démonstration vocale gratuite! La virtuosité y est toujours au service de l'expression dramatique. En cela, Verdi n'innove absolument pas! Il innove sur d'autres aspects mais pas là!

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par Stefano P » 07 juin 2017, 13:13

Adalbéron a écrit :
07 juin 2017, 12:39
Oui, et on peut préférer Dimitrova chez Muti. Mais c'est vraiment exagérer que de dire qu'elle braille...
Mais que voulais-tu qu'elle chante d'autre la créatrice d'Odabella :lol:. Verdi explose ces cadres. La pauvre Giuseppina Strepponi, habituée à Bellini, Rossini et Donizetti, a détruit sa voix en chantant Abigaille. Odabella, c'est de même un rôle inédit à l'époque, comme Lady Macbeth, ça n'a déjà plus grand chose à voir avec le belcanto romantique. Les formes demeurent, mais l'écriture n'est plus celles des compositeurs qui le précèdent. Avec Verdi, le drame s'ouvre et les écarts de registre dans l'écriture de la partie d'Abigaille dans Nabucco en sont l'exemple paradigmatique. Bien évidemment, il n'y a pas d'ostensible rupture, nette et précise, mais c'est pour ça que Muti refuse la démonstration vocale gratuite dans Verdi, on est plus là pour le beau chant (cette position a ses limites, parce que c'est oublier qu'un aigu final peut avoir un impact dramatique énorme).
Oui tu as raison, il est évident que Verdi explose là les règles et que la typologie vocale n'est plus la même. Odabella, c'est un an avant Lady Macbeth, la ramener à la pure tradition du bel canto romantique et en revenir pour l'interpréter aux canons du genre, c'est beaucoup trop réducteur !
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par jerome » 07 juin 2017, 14:04

1) L'expression dramatique est partie intégrante du bel canto romantique. Verdi n'est en rien précurseur là-dessus
2) La typologie vocale du soprano est peu ou prou la même pour Bellini, Donizetti et le premier Verdi (Lady Macbeth étant un cas à part!). C'est grosso modo le même genre de moyens vocaux qui est requis en termes de largeur vocale, de technique et de puissance à la fois par exemple pour Anna Bolena, Norma, Roberto Devereux, Lucrezia Borgia, Giselda et Odabella. Ce qui fait la différence essentielle chez Verdi, c'est l'écriture vocale toute en sauts de registre évidemment très assassins pour une technique non éprouvée!
Evidemment, encore faut il se sortir du crâne le schéma pré-établi et faux selon lequel Amina, Elvira, Lucia et Linda sont des rôles de soprano léger dont la virtuosité serait décorative!

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11948
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par PlacidoCarrerotti » 07 juin 2017, 14:40

Verdi poursuit la coexistence de styles initiée par Meyerbeer. Mais alors que chez ce dernier, l’hétérogénéité est traitée par acte (flagrant dans les Huguenots entre l'acte II et l'acte IV, d'autre part les personnages de Marguerite et Valentine ne se croisent quasiment jamais), dans le premier Verdi le mélange est dans le même temps musical (Rigoletto (baryton di forza) vs Gilda colorature, ) voire pour un même personnage ("il faut 3 voix pour chanter Violetta").
Verdi n'est pas un précurseur à ce moment là, mais un continuateur qui fait bien sûr évoluer l'approche musicale.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par jerome » 07 juin 2017, 14:53

Je suis entièrement d'accord avec Placido! Verdi, dont l'oeuvre se classe en 4 grandes catégories différentes, est pour au moins les 2 premières catégories (la période risorgimentale et la "trilogie" Rigoletto/Trovatore/Traviata) avant tout un continuateur qui évolue. C'est l'écriture vocale proprement dite qui est plus novatrice! L'évolution pour ne pas dire la révolution typologique suivra mais pour les oeuvres suivantes mais pas au moment de la composition d'I Lombardi ou d'Attila!

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2530
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par Loïs » 07 juin 2017, 15:35

Stefano P a écrit :
07 juin 2017, 12:09
aroldo a écrit :
07 juin 2017, 11:52
2) Faut arrêter avec la valse de Mireille "où est la petite Provençale" bla bla bla,
Tu n'es pas d'accord, ça ne devrait pas t'empêcher d'avoir un minimum de politesse pour les gens que tu cites...
N'ayez crainte tous les deux, il en faut plus pour me blesser :D , j'ai le cuir épais.
Je suis d'accord avec Aroldo l'ai est hors sujet à la base voilà pourquoi en bon Occitan je ne peux le retenir dans Mireille (je sors crucifix et gousse d'ail) et voilà pourquoi je le mets en plaisir coupable car j'adore l'écouter hors contexte (et la prestation de Sutherland est techniquement admirable)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par jerome » 07 juin 2017, 15:43

C'est ce que je disais en haut de la page 5 !
On ne peut rien reprocher à Bonynge et Sutherland qui respectent complètement ce que Gounod a écrit! Auquel cas, si reproche il y a à faire, c'est au compositeur qu'il faut le faire (ce dont personnellement je me garderai bien!)

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2530
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par Loïs » 07 juin 2017, 15:50

jerome a écrit :
07 juin 2017, 15:43
, si reproche il y a à faire, c'est au compositeur qu'il faut le faire (ce dont personnellement je me garderai bien!)
Ben si mais il n'avait pas le choix!
Sinon faites un impression écran , j'ai dit du bien de Sutherland mais n'allez pas croire que même sous la torture je puisse vanter les sirènes d'alarme slovaques ou bataves

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par jerome » 07 juin 2017, 16:26

Loïs a écrit :
07 juin 2017, 15:50
n'allez pas croire que même sous la torture je puisse vanter les sirènes d'alarme slovaques ou bataves
C'est un peu lassant, cette caricature qui, même de loin, ne correspond à aucune réalité! :roll: :roll:

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1748
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Dame Joan Sutherland - La Stupenda (1926 - 2010)

Message par aroldo » 07 juin 2017, 16:40

Loïs a écrit :
07 juin 2017, 15:35
Stefano P a écrit :
07 juin 2017, 12:09
aroldo a écrit :
07 juin 2017, 11:52
2) Faut arrêter avec la valse de Mireille "où est la petite Provençale" bla bla bla,
Tu n'es pas d'accord, ça ne devrait pas t'empêcher d'avoir un minimum de politesse pour les gens que tu cites...
N'ayez crainte tous les deux, il en faut plus pour me blesser :D , j'ai le cuir épais.
Je suis d'accord avec Aroldo l'ai est hors sujet à la base voilà pourquoi en bon Occitan je ne peux le retenir dans Mireille (je sors crucifix et gousse d'ail) et voilà pourquoi je le mets en plaisir coupable car j'adore l'écouter hors contexte (et la prestation de Sutherland est techniquement admirable)
Voilà, tout est dit. C'est quasiment un air de concert, en fait, comme le grand air d'Elvira dans Don Giovanni.

Sinon, je crois surtout que Stefano demandait davantage de politesse ... pour lui-même (et avec raison, sans doute) !
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 25 invités