Page 11 sur 11

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 01 sept. 2017, 08:19
par aurele
Dans les Elvira d'une grande noblesse, distinguées, pas hystériques, Te Kanawa est effectivement une des meilleures avec Felicity Lott (version Mackerras) et Véronique Gens. Chez Mozart, si j'aime beaucoup sa Comtesse chez Solti, je trouve qu'Elvira fut son plus grand rôle. Et plus largement, c'est un de ses plus grands rôles tout court.

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 01 sept. 2017, 09:06
par Peleo
En regardant des vieux programmes, je viens de réaliser qu'à Garnier c'était Lott qui chantait Elvira. A l'époque, je l'avais trouvé... transparente. Peut-être était-elle dans un mauvais jour.

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 01 sept. 2017, 11:23
par Lucas
aroldo a écrit :
31 août 2017, 18:44

Pour Moser, ça n'est pas le timbre "corsé" qui peut gêner, AMHA, mais plutôt ce qu'il peut avoir d'un peu astringent. En tout cas, c'est une émission et un timbre singuliers, moi j'aime plutôt, mais avec les goûts plus voluptueux de Lucas, je trouve cohérent qu'il ne soit pas séduit.
J'adore l'expression "goûts voluptueux" qui résume assez bien mes préférences vocales même s'il peut y avoir quelques exceptions comme Maria Callas, Leyla Gencer, Martha Mödl et quelques autres.

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 02 sept. 2017, 18:58
par aroldo
Peleo a écrit :
01 sept. 2017, 07:48
Te Kanawa est pour moi la plus grande Donna Elvira. Cependant j'ai été étonné de lire dans un article sur Don Giovanni, qu'à l'origine Mozart voulait faire un opéra bouffe et que le rôle bouffe devait être Elvira. Dans ce cas, bien sûr, il faudrait la jouer hystérique et ridicule, ce que n'est nullement Te Kanawa.
Oui "refrain connu" (je dis ça parce que j'ai l'impression d'en avoir déjà parlé). A Prague, le personnage d'Elvira n'était peut-être pas exactement buffa mais au moins "de demi caractère". Il naviguait entre deux registres en, pour reprendre le terme d'un ami, incarnant la figure "du fâcheux" (celui qui surgit toujours au mauvais moment, comme un diable de sa boite). C'étaient Donna Anna et Don Ottavio qui illustraient le sublime pur. De plus, le rôle était sans doute destiné à un mezzo (on ne sait pas si il a été créé par la chanteuse qui s'était chargé de Chérubin ou carrément par celle qui avait créé Marceline). Donc, en principe, la hiérarchie, c'était plutôt :
Donna Anna
Zerlina
Donna Elvira

Mais à Vienne, le rôle a été repris par la Cavalieri, pas rigolote et vrai soprano virtuose. Mozart a donc rajouté le grand air de la fin qui modifie profondément la physionomie du personnage et lui donne une importance vocale accrue.

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 02 sept. 2017, 19:58
par Peleo
Je suis confus d'avoir, bien involontairement, enfoncé une porte ouverte. Je n'ai lu que récemment cette article dans un Diapason qui ne datait pas d'hier.

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 02 sept. 2017, 20:40
par aroldo
Ne t'inquiète pas : je ne sais pas pourquoi, je ne me lasse pas de répéter ça (plus ou moins bien et en faisant certainement des erreurs). L'auteur de l'article, ça n'était pas Ivan Alexandre ?

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 13 sept. 2017, 12:42
par micaela
Kiri Te Kanawa a annoncé qu'elle arrête totalement le chant. Comme le dit cet article, son dernier concert remonte à un an , mais n'avait pas fait encore d'annonce officielle. Elle continuera toutefois à s'occuper de la formation des jeunes chanteurs.
http://www.bbc.com/news/entertainment-arts-41243394

Re: Kiri Te Kanawa

Posté : 16 sept. 2017, 09:35
par tuano
Quelle triste nouvelle !

Sa dernière apparition scénique aura donc été en tant qu'invitée surprise dans La Chauve-Souris, à Londres.