Luciano Pavarotti (1935-2007)

Les artistes
Avatar du membre
Lohuli
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 176
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lohuli » 10 sept. 2007, 10:02

prunier a écrit :
Lohuli a écrit :
Dapertutto a écrit :Son "Nessun Dorma" a été diffusé dans le stade San Siro à Milan avant la rencontre France Italie (Football), avec des "Grazie Maestro" sur les écrans géants. Les trois "Vincero" ont été repris en choeur par tout le stade. J'ai trouvé ça vraiment touchant.
Comme souvent avec les italiens, le pire côtoie le meilleur, là c'était dans le désordre, le Maestro n'aurait pas apprécié ce qu'ils ont fait après :cry:
C'est sur que le Maestro n'aurait quand meme apprécié ce que "quelqu'un" a dit à propos des Italiens.
Je n'aime pas les généralisations: ceux qui ont sifflé la Marseillaise sont des crétins; Domenech et ces joueurs français qui ont dit des bétises sont des crétins. Pas "les italiens" et "les français".
Ce dit, viva Luciano Pavarotti!
Je ne vais pas vous répondre ici car ce n'est surtout pas l'endroit.

À part ça, je n'arrive toujours pas à me faire à l'idée qu'il nous ait quitté. :cry:
La terre n'est pas un cadeau de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent.

Avatar du membre
barack
Messages : 23
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00

Message par barack » 10 sept. 2007, 20:40

Un homage interessant quand les média officiels sont pas top.....



http://www.resmusica.com/aff_articles.php3?num_art=4279

Avatar du membre
Lohuli
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 176
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lohuli » 10 sept. 2007, 23:09

barack a écrit :Un homage interessant quand les média officiels sont pas top.....
http://www.resmusica.com/aff_articles.php3?num_art=4279
C'est en effet un très bel article
La terre n'est pas un cadeau de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent.

Avatar du membre
apoline
Alto
Alto
Messages : 370
Enregistré le : 23 févr. 2007, 00:00

Message par apoline » 11 sept. 2007, 12:52

sur le site de Rolando Villazon, quelques phrases qui montrent toute la tristesse de cet artiste sensible à la perte de son aîné qu'il admirait comme tous ceux qui aiment l'opéra.
un bel hommage, simple et sincère.

Avatar du membre
adecambrai
Alto
Alto
Messages : 412
Enregistré le : 07 nov. 2006, 00:00

Message par adecambrai » 11 sept. 2007, 13:28

apoline a écrit :sur le site de Rolando Villazon, quelques phrases qui montrent toute la tristesse de cet artiste sensible à la perte de son aîné qu'il admirait comme tous ceux qui aiment l'opéra.
un bel hommage, simple et sincère.
Et effet. Simple mais plein d'émotion. En plus placé directement sur la page d'ouverture du site, ce qui rend le message accessible à tous.

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2990
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 11 sept. 2007, 15:04

Il y en a qui ne perdent pas le nord !!
Deux livrets de la messe d'enterrement de Pavarotti seraient en vente sur Ebay aux (modiques) prix de 50 000 € et 25 000 €....
C'est vraiment moche.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20070911/t ... 81b96.html
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 11 sept. 2007, 17:07

EdeB a écrit :Il y en a qui ne perdent pas le nord !!
Deux livrets de la messe d'enterrement de Pavarotti seraient en vente sur Ebay aux (modiques) prix de 50 000 € et 25 000 €....
C'est vraiment moche.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20070911/t ... 81b96.html
Ca c'est n'importe quoi. Il y a vraiment des gens sans scrupules.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Avatar du membre
apoline
Alto
Alto
Messages : 370
Enregistré le : 23 févr. 2007, 00:00

Message par apoline » 11 sept. 2007, 18:23

EdeB a écrit :Il y en a qui ne perdent pas le nord !!
Deux livrets de la messe d'enterrement de Pavarotti seraient en vente sur Ebay aux (modiques) prix de 50 000 € et 25 000 €....
C'est vraiment moche.
les charognards planent toujours au-dessus des cadavres !! la preuve !!

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2802
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par raph13 » 06 oct. 2007, 08:46

Dans le Télérama du 15 au 21 septembre, dans l'article hommage à Pavarotti, on apprend que celui-ci est un Turandot parfaitement à l'unisson de la Liu pathétique de Caballé...
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12441
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Luciano Pavarotti chanteur populaire

Message par HELENE ADAM » 23 déc. 2018, 10:33

ARTE repassait hier l'hommage à Luciano Pavarotti, l' émission intitulée "Luciano Pavarotti, chanteur populaire" (première transmission en 2017),qui revient avec admiration mais sans complaisance sur les hauts et les bas d'une carrière à nulle autre pareille, pour un artiste hors norme, à la voix unique.
On y réentend des extraits (hélas seulement des extraits parfois très courts) de ses plus beaux rôles : la Fille du régiment où la longueur et la beauté de ses contre-ut renvoie quelques ténors à leurs chères études..., même remarque pour son "Di quella Pira", puis la Bohème, le Bal masqué (un de ses plus beaux rôles si mal distribué en moyenne aujourd'hui), Rigoletto et bien sûr l'un des airs d'opéra qu'il affectionnait, Nessun Dorma. On est un peu frustré de ne pas beaucoup l'entendre chanter mais on redécouvre des pans entiers de sa vie pas forcément mis en lumière du temps de l'hagiographie qui l'a entouré : ses origines populaires à Modène, son ascensions assez lente finalement (tout est relatif), les expériences douloureuses de ses débuts (il était souffrant mais a quand même voulu chanter lors de sa première apparition au MET...), son addiction à la bonne chère, sa farouche volonté de faire sortir l'opéra des salles pour l'offrir au peuple. Si l'aventure des trois ténors n'a pas empêché son "grand rival" Placido Domingo de continuer (et comment !) sa carrière d'interprète d'opéras, Pavarotti a peu à peu, privilégié le récital personnel, voire le show avec des amis venus de tous bords musicaux.
Et l'artiste prodigieux au charisme immense, dont la notoriété dépassait de très loin le public lyrique classique, avait pourtant bien des limites, balayées le plus souvent par ce timbre unique, lumineux, ensoleillé et cette "présence" sur scène qui tenait d'abord à sa voix par laquelle il faisait tout passer : pourtant, il ne jouait pas très bien, il lisait mal la musique et s'entrainait en écoutant des disques pour apprendre ses rôles, il n'a chanté en gros qu'en italien, un répertoire sommes toutes assez limité.
Peu importe puisque la légende l'emportait sur une réalité qui sur la fin, n'était pas toujours glorieuse : sa dernière prestation à Turin pour l'ouverture des JO se fit en play back, le chanteur n'avait plus les moyens physiques de chanter en direct, très malade.

Luciano Pavarotti, chanteur populaire, documentaire de Romain Pieri et René-Jean Bouyer (France, 2017, 52 min).
Visible sur Arte Concert.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités