Roberto Alagna

Les artistes
dd78
Messages : 23
Enregistré le : 13 janv. 2017, 17:34

Re: Roberto Alagna

Message par dd78 » 13 févr. 2018, 20:27

Assez jolie formule de Zachary Woolfe dans le New York Times à propos de ce Cav/Pag: "Roberto Alagna — who at 54 has become that paradox, an underrated star"

paco
Basse
Basse
Messages : 7859
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Roberto Alagna

Message par paco » 13 févr. 2018, 23:55

dd78 a écrit :
13 févr. 2018, 20:27
Assez jolie formule de Zachary Woolfe dans le New York Times à propos de ce Cav/Pag: "Roberto Alagna — who at 54 has become that paradox, an underrated star"
Ben oui mais il faut bien reconnaître qu'il sort d'une longue traversée du désert au cours de laquelle on n'entendait parler que d'allergies et autres problèmes chroniques justifiant telle ou telle prise de rôle ratée. Et qu'il n'ait "que" 54 ans maintenant qu'il a retrouvé ses moyens (et surtout sa musicalité) lui ouvre encore plein de perspectives pour redevenir la star qu'il a été...

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3380
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Roberto Alagna

Message par Loïs » 04 juin 2018, 15:07

Grand concert avec Madame sur la place du palais à Saint Petersbourg (315ème anniversaire de la ville), en voix dans un programme populaire sans risque mais destiné à ce genre d'événements:
watch?v=PDO7NuBMcyU

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10153
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Roberto Alagna

Message par HELENE ADAM » 27 juin 2018, 15:18

paco a écrit :
13 févr. 2018, 23:55
dd78 a écrit :
13 févr. 2018, 20:27
Assez jolie formule de Zachary Woolfe dans le New York Times à propos de ce Cav/Pag: "Roberto Alagna — who at 54 has become that paradox, an underrated star"
Ben oui mais il faut bien reconnaître qu'il sort d'une longue traversée du désert au cours de laquelle on n'entendait parler que d'allergies et autres problèmes chroniques justifiant telle ou telle prise de rôle ratée. Et qu'il n'ait "que" 54 ans maintenant qu'il a retrouvé ses moyens (et surtout sa musicalité) lui ouvre encore plein de perspectives pour redevenir la star qu'il a été...
J'avais déjà écrit sur un autre fil (Samson à Vienne je crois...) que je ne partageais pas cette analyse de la carrière d'Alagna.
Après quelques épisodes malheureux, il est revenu au sommet il y a quelques années maintenant, sans jamais cesser de chanter dans des productions prestigieuses : un Tosca par exemple en octobre 2013 que j'avais vu en retransmission cinéma depuis le MET et où il avait manifestement retrouvé toute sa forme, pareil pour son Werther juste après à Paris, début 2014 etc pour divers rôles de ce type dans les grandes maisons. Mais surtout il a assuré plusieurs prises de rôles sur scène sans le moindre problème de santé : le Cid à Garnier, Lancelot à Bastille, respectivement en mars puis en mai 2015 et si l'on continue avec Paris, une reprise très réussie en Némorino en octobre de la même année.
Mais il y a eu aussi Vasco de Gama au DOB (2015 toujours) ou ce fameux Eleazar de la Juive à Munich, en juin 2016 alors qu'il avait dû assurer une prise de rôle impromptue en Des Grieux dans le Manon Lescault de Puccini en remplacement de Kaufmann (donc avec retransmission cinéma), presque en même temps que le Pinkerton déjà programmé, toujours au MET et toujours avec retransmission.
etc etc
Toutes ces prises de rôles ont suscité des jugements divers mais franchement, comme pour n'importe quel artiste à son niveau : beaucoup d'attente, et donc beaucoup d'exigences de la part d'un public qui va voir une star et la plupart du temps, un grand succès.
J'ai lu l'entretien qu'il vient d'accorder à un autre site (que l'on ne nomme pas...), il est très intéressant, le fait d'un artiste qui a en effet atteint une vraie maturité et parle très simplement de ses plaisirs (et de ses déplaisirs...).
Pas toujours facile d'être une star mondiale.... :wink: qui va pénétrer le monde de Wagner directement à Bayreuth !

PS ; il parle justement du fait qu'on lui prête une traversée du désert alors que... :?: :?: :?:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Roberto Alagna

Message par PlacidoCarrerotti » 27 juin 2018, 15:52

Hélène, je crains que tes souvenirs ne te trahissent. Entre 2006 et 2016, je me souviens de très belles choses : son second Calaf à Orange ;-), son Nemorino à Paris mais moins celui de Londres, le Cid à Marseille, le Dernier Jour d'un condamné, La Navarraise, Le Cid à Marseille, une superbe Bohème à Londres pour les 25 ans de ses débuts, la plupart des concerts... Qu'on aime ou pas il était également en forme pour ses Otello (Orange et Paris), les Pêcheurs de perles... Je l'ai trouvé moins éclatant dans son premier Cav & Pag, son Aida d'Orange...

En parallèle, pour Le Cid à Garnier, il était malade les trois premières (il suffit de relire le fil). Vasco m'avait donné le mal de mer (c'était à cause de ses problèmes de sinus). Les Troyens ont été reçus de manière mitigée (Roberto s'était même pris le chou avec un spectateur à la seconde). La Juive : il a abandonné la cabalette après deux tentatives peu convaincantes. Lancelot : on m'a dit qu'il ne faisait pas toutes les notes. Son premier Chénier à Carnegie Hall n'a pas été apprécié localement si j'en crois les forums de l'époque. Quelle histoire aussi pour son premier Calaf à Orange ! Etc.

En revanche, depuis quelques mois, il est dans une forme exceptionnelle et surtout avec une grande constance. Il faut en profiter, notamment... demain !
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

paco
Basse
Basse
Messages : 7859
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Roberto Alagna

Message par paco » 27 juin 2018, 19:29

PlacidoCarrerotti a écrit :
27 juin 2018, 15:52
En revanche, depuis quelques mois, il est dans une forme exceptionnelle et surtout avec une grande constance. Il faut en profiter, notamment... demain !
Je dirais depuis un peu plus d'un an (et tout particulièrement à partir de son Calaf londonien et la Carmen d'anthologie à l'ONP mi-juillet). Mais surtout, ce qui me frappe et me réjouit, c'est qu'il a retrouvé une musicalité qui faisait son exception dans les années 90, une sensibilité qu'il avait perdue, obsédé qu'il était par produire du beau son, réussir ses aigus et soigner ses allergies... Dans sa traversée du désert (oui, j'assume totalement cette analyse), ce n'est pas tant les difficultés vocales que je déplorais, elles n'étaient pas si fréquentes que ça, mais le fait qu'il était devenu terriblement ennuyeux et terne, le pire ayant été son Faust à l'ONP, particulièrement fade d'un point de vue dramatique (surtout comparé à ce que faisait Grigolo au même moment à Londres).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10153
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Roberto Alagna

Message par HELENE ADAM » 27 juin 2018, 22:26

paco a écrit :
27 juin 2018, 19:29
PlacidoCarrerotti a écrit :
27 juin 2018, 15:52
En revanche, depuis quelques mois, il est dans une forme exceptionnelle et surtout avec une grande constance. Il faut en profiter, notamment... demain !
Je dirais depuis un peu plus d'un an (et tout particulièrement à partir de son Calaf londonien et la Carmen d'anthologie à l'ONP mi-juillet). Mais surtout, ce qui me frappe et me réjouit, c'est qu'il a retrouvé une musicalité qui faisait son exception dans les années 90, une sensibilité qu'il avait perdue, obsédé qu'il était par produire du beau son, réussir ses aigus et soigner ses allergies... Dans sa traversée du désert (oui, j'assume totalement cette analyse), ce n'est pas tant les difficultés vocales que je déplorais, elles n'étaient pas si fréquentes que ça, mais le fait qu'il était devenu terriblement ennuyeux et terne, le pire ayant été son Faust à l'ONP, particulièrement fade d'un point de vue dramatique (surtout comparé à ce que faisait Grigolo au même moment à Londres).
Si tu remontes à Faust à l'ONP là je te rejoins et l'époque avec sans rentrer dans les détails, j'ai des souvenirs pas terribles en effet qui ont culminé je pense, avec ces Troyens à Marseille dont j'avais écouté la retransmission sur France Musique et cette annulation malheureuse de concert à Orange mais juste après, je pense qu'il a repris les choses en main et c'est ce que je cite (Tosca à l'automne 2013 par exemple). Comme ça fait 5 ans, si passage à vide il y a eu, il est ancien à présent et il ne me semble pas que son Calaf de Londres (que je n'ai pas vu par ailleurs...) de l'été dernier soit le premier (et donc récent) signal de son retour. Il a fait pas mal de choses réussies depuis 5 ans (je ne redonne pas la liste) ou moins réussies, évidemment. Tu cites son Don José anthologique à Paris mais moi j'étais à la Première avec Margaine et c'était la cata, il était malade (voir le fil pour mémoire). Mais j'ai considéré cela comme accidentel (comme tout le monde de temps en temps il a un problème de rhume ou de grippe).
Par ailleurs, mais je l'ai écris, je l'ai trouvé en pleine forme en effet pour Samson, chant magistral et sans faille mais sans être tout à fait convaincue par son choix d'interprétation quasi exclusivement en voix Forte. C'était impressionnant mais pas tout à fait le personnage à mon sens. D'autres ont trouvé au contraire ce choix génial. A l"inverse, j'avais beaucoup aimé son interprétation d'Eléazar et ce que rappelle Placido sur ses problèmes lors de la reprise de cabalette, me paraissent relever des limites actuelles de sa voix à l'époque ; je ne suis pas sûre que ces limites ont changé, c'est plutôt un problème de choix de rôles qui ne lui conviennent sans doute plus s'il veut assurer ces reprises avec la virtuosité dont il était capable il y a quelques années.
En tous cas l'entretien est passionnant... on aurait envie de lui poser beaucoup d'autres questions ! :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Roberto Alagna

Message par PlacidoCarrerotti » 27 juin 2018, 22:54

Pour moi, ce qui me gêne, c’est le phrasé. Il articule « trop » bien, au détriment de la musicalité de la phrase qu’il ne fait pas toujours suffisamment chanter (ne parlons pas des « e » finals surprononcés).
En fait, c’est toujours soit l’un soit l’autre et le dosage est délicat et subjectif.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19279
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Roberto Alagna

Message par JdeB » 28 juin 2018, 06:28

Une traversée du désert (qui a duré environ 10 ans 2006-2016, grosso modo, il faudrait affiner) ne veut pas dire que durant cette décennie tout ce qu'il a fait était mauvais, pas du tout. Cela veut dire, qu'après une longue première période de carrière éclatante, 'il était devenu beaucoup plus inégal, alternant les excellentes soirées et les nettement moins bonnes (les premières et les prises de rôles étant quasi systématiquement le moment de problèmes de santé dépassant largement le cadre des allergies), que l’interprète était moins impliqué voire pas du tout, que le registre suraigu était entamé, que le moelleux et le côté solaire du timbre tendaient à se perdre, que sa discographique stagnait et que l'image du ténor était un peu ternie : scandale à la Scala, séparations-réconciliations-rupture avec Angela, accusations fracassantes de cette dernière, peopolisation, problèmes avec Levon Sayan, désamour d'une large fraction de la presse spécialisée et du canal historique de ses fans, premières annulations (Cellini à Paris, Manon Lescaut à Turin, Il Trovatore à Madrid, Saint-Sylvestre à Garnier,, etc), cross-over, prise de rôle d'Otello sans cesse repoussée ('annoncée depuis 1994 ! ...), etc
Alors que de nouvelles étoiles ténoriales prenaient leur essor (JK, Alvarez, Grigolo, Beczala, Spyres, JDF élargissant son répertoire, etc) et que d'autres revenaient dans le jeu après une éclipse (Kunde, Cura)

Mais au cours de cette décennie, il y a eu aussi Fiesque, Les Pécheurs, le Jongleur, sa nouvelle version d'Orphée, Un Ballo in maschera, la création mondiale du condamné, etc; Bref bien de choses positives aussi mais pas que...
Bref il y a eu des oasis dans ce long désert !

Symboliquement on peut dater le début de la traversée du désert au 19 mars 2006, où lors d'un Cyrano au Corum, il avait jeté l'éponge à la fin du premier acte.

Hélène, il ne faut jamais faire de l'histoire en ne se basant que sur ses souvenirs personnels. Il faut laisser l'histoire aux historiens.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paco
Basse
Basse
Messages : 7859
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Roberto Alagna

Message par paco » 28 juin 2018, 08:35

Excellent résumé, c'est tout à fait ça !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 30 invités