Alfredo Kraus

Les artistes
Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1110
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Alfredo Kraus

Message par Franz Muzzano » 16 juin 2017, 10:51

jerome a écrit :
15 juin 2017, 16:29
Ah ben tout le monde a eu conscience qu'il entendait certainement pour la dernière fois la plus grande belcantiste du 20ème siècle et que la période qui allait suivre serait très maigre en la matière (June Anderson mise à part!), ce qui s'est confirmé jusques et y compris aujourd'hui.
Cette soirée de folie est au panthéon de mes concerts...Rien que le délire au moment de l'entrée de Sutherland, avant qu'elle n'ait chanté la moindre note...et puis la suite. Se dire qu'on a vécu ça (comme le Werther d'Alfredo le 6 avril 84) fait du bien :)
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 610
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Alfredo Kraus

Message par sopranolove » 16 juin 2017, 13:53

Je ne comprends pas certaines personnes allergiques à Alfredo Kraus. Quel beau ténor pourtant, doté de moyens vocaux magnifiques. Même s'il n'a jamais été une voix ultrapuissante, il avait un timbre royal, à mes oreilles assez séduisant, même ; je n'entends pas une voix nasillarde ! J'ai vu quelques vidéos youtube, où il chante, très jeune Nadir : un régal ! Il a su allier le meilleur du chant italien pour un ténor qui n'était pas un lirico spinto avec des influences germaniques dues à ses origines. Il pouvait chanter Mozart (son Ferrando, son Don Ottavio) mieux que certains ténors germaniques ! en le sortant du style habituel, fade et caricatural de certains allemands... Et il était superbe à voir : très beau jeune héros romantique, (je le rapproche là de Gedda) il était un Werther très romantique d'allure et il arrivait à la fin de sa carrière à ressembler un peu au Burt Lancaster du Guépard...
Quand je l'ai vu à la télé dans Werther, j'ai pleuré au dernier acte ! Et quand, au moment de sa disparition, j'ai appris les circonstances de son décès (un cancer dont il a eu du mal à se remettre, et la disparition de sa femme... ) cela m'a vraiment peiné, m'a causé du chagrin. Werther, il ne l'était pas seulement vocalement. Il s'était vraiment identifié à lui prondément, au pont, comme lui, de mourir d'amour. Monsieur Werther, comme l'appelait les Italiens...
Pour finir sur une note moins triste, plus gaie, j'ai adoré (et je vous le recommande, son dernier récital où il chante à plus de 60 ans des airs redoutables dont celui du Chanteur Italien de Strauss !
Une dernière remarque (en forme de suggestion pour les dirigeants de Ciné Classic ) il y a sur Youtube quelques uns des films qu'il a tourné dans les années 50 dont un, qui est la vie du grand ténor Gayarré . Pourquoi ne pas les passer ? On les voit dans l'intégralité mais en espagnol (et je ne connais pas l'espagnol, sûrement comme beaucoup sur ODB) et il n'y a pas de sous-titres, même en anglais !

Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1110
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Alfredo Kraus

Message par Franz Muzzano » 16 juin 2017, 14:24

sopranolove a écrit :
16 juin 2017, 13:53
Je ne comprends pas certaines personnes allergiques à Alfredo Kraus. Quel beau ténor pourtant, doté de moyens vocaux magnifiques. Même s'il n'a jamais été une voix ultrapuissante, il avait un timbre royal, à mes oreilles assez séduisant, même ; je n'entends pas une voix nasillarde ! J'ai vu quelques vidéos youtube, où il chante, très jeune Nadir : un régal ! Il a su allier le meilleur du chant italien pour un ténor qui n'était pas un lirico spinto avec des influences germaniques dues à ses origines. Il pouvait chanter Mozart (son Ferrando, son Don Ottavio) mieux que certains ténors germaniques ! en le sortant du style habituel, fade et caricatural de certains allemands... Et il était superbe à voir : très beau jeune héros romantique, (je le rapproche là de Gedda) il était un Werther très romantique d'allure et il arrivait à la fin de sa carrière à ressembler un peu au Burt Lancaster du Guépard...
Quand je l'ai vu à la télé dans Werther, j'ai pleuré au dernier acte ! Et quand, au moment de sa disparition, j'ai appris les circonstances de son décès (un cancer dont il a eu du mal à se remettre, et la disparition de sa femme... ) cela m'a vraiment peiné, m'a causé du chagrin. Werther, il ne l'était pas seulement vocalement. Il s'était vraiment identifié à lui prondément, au pont, comme lui, de mourir d'amour. Monsieur Werther, comme l'appelait les Italiens...
Pour finir sur une note moins triste, plus gaie, j'ai adoré (et je vous le recommande, son dernier récital où il chante à plus de 60 ans des airs redoutables dont celui du Chanteur Italien de Strauss !
Une dernière remarque (en forme de suggestion pour les dirigeants de Ciné Classic ) il y a sur Youtube quelques uns des films qu'il a tourné dans les années 50 dont un, qui est la vie du grand ténor Gayarré . Pourquoi ne pas les passer ? On les voit dans l'intégralité mais en espagnol (et je ne connais pas l'espagnol, sûrement comme beaucoup sur ODB) et il n'y a pas de sous-titres, même en anglais !


D'accord sur tout, sauf sur un point. Sa voix était au contraire extrêmement puissante, même s'il toujours privilégié le chant "piano". Simplement parce que son utilisation des résonateurs faciaux est un modèle. Il n'a jamais "forcé", et pourtant le niveau de décibels était là. Il faut regarder sur YT son extrait de Roméo lors de l'hommage à Callas en 83...Et se concentrer sur ses joues pour comprendre :)
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13316
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Alfredo Kraus

Message par PlacidoCarrerotti » 16 juin 2017, 14:46

Franz Muzzano a écrit :
16 juin 2017, 14:24
sopranolove a écrit :
16 juin 2017, 13:53
Je ne comprends pas certaines personnes allergiques à Alfredo Kraus. Quel beau ténor pourtant, doté de moyens vocaux magnifiques. Même s'il n'a jamais été une voix ultrapuissante, il avait un timbre royal, à mes oreilles assez séduisant, même ; je n'entends pas une voix nasillarde ! J'ai vu quelques vidéos youtube, où il chante, très jeune Nadir : un régal ! Il a su allier le meilleur du chant italien pour un ténor qui n'était pas un lirico spinto avec des influences germaniques dues à ses origines. Il pouvait chanter Mozart (son Ferrando, son Don Ottavio) mieux que certains ténors germaniques ! en le sortant du style habituel, fade et caricatural de certains allemands... Et il était superbe à voir : très beau jeune héros romantique, (je le rapproche là de Gedda) il était un Werther très romantique d'allure et il arrivait à la fin de sa carrière à ressembler un peu au Burt Lancaster du Guépard...
Quand je l'ai vu à la télé dans Werther, j'ai pleuré au dernier acte ! Et quand, au moment de sa disparition, j'ai appris les circonstances de son décès (un cancer dont il a eu du mal à se remettre, et la disparition de sa femme... ) cela m'a vraiment peiné, m'a causé du chagrin. Werther, il ne l'était pas seulement vocalement. Il s'était vraiment identifié à lui prondément, au pont, comme lui, de mourir d'amour. Monsieur Werther, comme l'appelait les Italiens...
Pour finir sur une note moins triste, plus gaie, j'ai adoré (et je vous le recommande, son dernier récital où il chante à plus de 60 ans des airs redoutables dont celui du Chanteur Italien de Strauss !
Une dernière remarque (en forme de suggestion pour les dirigeants de Ciné Classic ) il y a sur Youtube quelques uns des films qu'il a tourné dans les années 50 dont un, qui est la vie du grand ténor Gayarré . Pourquoi ne pas les passer ? On les voit dans l'intégralité mais en espagnol (et je ne connais pas l'espagnol, sûrement comme beaucoup sur ODB) et il n'y a pas de sous-titres, même en anglais !


D'accord sur tout, sauf sur un point. Sa voix était au contraire extrêmement puissante, même s'il toujours privilégié le chant "piano". Simplement parce que son utilisation des résonateurs faciaux est un modèle. Il n'a jamais "forcé", et pourtant le niveau de décibels était là. Il faut regarder sur YT son extrait de Roméo lors de l'hommage à Callas en 83...Et se concentrer sur ses joues pour comprendre :)
Tout à fait. Il maîtrisait parfaitement le squillo, cette émission "trompettante". Il y a des voix plus puissantes qui "emplissaient" davantage la salle, la sienne était très ciblée, comme un laser qui pointaient vers les oreilles.
C'est difficile à expliquer avec des mots, mais c'était la même différence que Nilsson et Rysanek en termes de perception.
Le disque auquel sopralove se réfère, bien que franchement tardif, montre qu'à 20 ans près il aurait pu contribuer à la renaissance du Rossini seria, car son Crocciatto est loin d'être indigne même si la voix n'est plus très souple.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9374
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Alfredo Kraus

Message par Bernard C » 16 juin 2017, 14:56

Pour avoir entendu Kraus y compris dans de vastes théâtres , il avait non seulement un projection stupéfiante mais une puissance issue d'une force du thorax et de l'énergie du souffle impressionnante.

À cela comme l'a rappelé de façon essentielle Placido sa technique de placement de la voix dans le masque ( et nullement ni trop haut dans le nez et moins encore dans le haut pharynx ) lui permettait des attaques incisives , un squillo unique pour l'époque, et une morbidezza à vous renverser.
Il n' avait pas recours aux artéfacts abusifs de la voix de fausset comme on voit le retour excessif aujourd'hui dès qu'il faut "exprimer".

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

altini
Ténor
Ténor
Messages : 833
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Alfredo Kraus

Message par altini » 16 juin 2017, 15:07

Franz Muzzano a écrit :
D'accord sur tout, sauf sur un point. Sa voix était au contraire extrêmement puissante, même s'il toujours privilégié le chant "piano". Simplement parce que son utilisation des résonateurs faciaux est un modèle. Il n'a jamais "forcé", et pourtant le niveau de décibels était là. Il faut regarder sur YT son extrait de Roméo lors de l'hommage à Callas en 83...Et se concentrer sur ses joues pour comprendre :)
Tout à fait d'accord. Il avait une projection impressionnante. Par ex. dans le final du prologue de Lucrèce Borgia , avec Sutherland à côté de lui, plus l'ensemble des amis de Gennaro, on l''entendait parfaitement. On peut écouter le final de La fille du régiment avec Anderson pour se faire une idée. Comme le dit Placido, sa voix était " comme un laser" . Encore un qu'il fallait entendre en live. Les enregistrements ne donnent qu'une faible idée de ce qu'il exprimait sur scène.

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1310
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Alfredo Kraus

Message par zigfrid » 16 juin 2017, 15:21

ah oui je confirme ce que vous dites!

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3488
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Alfredo Kraus

Message par Loïs » 16 juin 2017, 15:22

altini a écrit :
16 juin 2017, 15:07
Franz Muzzano a écrit :
D'accord sur tout, sauf sur un point. Sa voix était au contraire extrêmement puissante, même s'il toujours privilégié le chant "piano". Simplement parce que son utilisation des résonateurs faciaux est un modèle. Il n'a jamais "forcé", et pourtant le niveau de décibels était là. Il faut regarder sur YT son extrait de Roméo lors de l'hommage à Callas en 83...Et se concentrer sur ses joues pour comprendre :)
Tout à fait d'accord. Il avait une projection impressionnante. Par ex. dans le final du prologue de Lucrèce Borgia , avec Sutherland à côté de lui, plus l'ensemble des amis de Gennaro, on l''entendait parfaitement. On peut écouter le final de La fille du régiment avec Anderson pour se faire une idée. Comme le dit Placido, sa voix était " comme un laser" . Encore un qu'il fallait entendre en live. Les enregistrements ne donnent qu'une faible idée de ce qu'il exprimait sur scène.
C'est un des meilleurs exemples du test de la bougie

MezzoPower
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 230
Enregistré le : 03 oct. 2011, 23:00
Contact :

Re: Alfredo Kraus

Message par MezzoPower » 16 juin 2017, 17:21

Loïs a écrit :
16 juin 2017, 15:22
C'est un des meilleurs exemples du test de la bougie
C'est quoi ? Celui qui arrive à souffler la bougie en étant le plus loin ?

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13316
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Alfredo Kraus

Message par PlacidoCarrerotti » 16 juin 2017, 18:07

MezzoPower a écrit :
16 juin 2017, 17:21
Loïs a écrit :
16 juin 2017, 15:22
C'est un des meilleurs exemples du test de la bougie
C'est quoi ? Celui qui arrive à souffler la bougie en étant le plus loin ?
Tu ne confondrais pas avec le célèbre numéro de Madame Aïda, la femme trompette ?
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités