Récital Stéphane DEGOUT - Châtelet - 20 mars 2006

Représentations
Répondre
gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Récital Stéphane DEGOUT - Châtelet - 20 mars 2006

Message par gregb » 20 mars 2006, 22:45

Je reviens enchanté du récital de Stéphane Degout au Châtelet.

Il nous a interprété avec brio (et Hélène Lucas :lol: ) un ensemble de ballades dont voici le détail:

Claude DEBUSSY
Trois ballades de François Villon (1910)
Ballade de Villon à s'amye
Ballade que Villon feit à la requeste de sa mère pour prier Nostre-Dame
Ballade des femmes de Paris


Franz SCHUBERT
Der Zwerg (1822 ou 1823)

Robert SCHUMANN
Belsatzar (1840)

Franz LISZT
Die drei Zigeuner (1860)

Hugo WOLF
Der Feuerreiter (1824)

Kurt WEILL
Ballade vom ertrunkenen Mädchen (1928)

Franz SCHUBERT
Erlkönig (1815)

Claude DEBUSSY
Fêtes galantes II (1893 - 1904)
Les Ingénus
Le Faune
Colloque sentimental


Camile SAINT-SAËNS
Mélodies persanes
Au cimetière
Tournoiement


Maurice RAVEL
Histoires naturelles (1906)
Le Paon
Le Grillon
Le Cygne
Le Martin-pêcheur
La Pintade


et en cadeau, une ballade de DUPARC (mais je ne me souviens plus quoi.. alors s'il y avait un autre ODBien dans la salle... :oops: )


Bref, voix magnifique avec une projection impressionnante (bon, j'ai pas l'habitude d'être aussi bien placé alors ça peut jouer...). Tout ce que je peux espérer c'est qu'on le voie beaucoup plus souvent dans des rôles conséquents à Paris ou ailleurs dans le monde. Pour le coup, je me remets une dose de Stéphane en réécoutant sa Reine Mab du Roméo et Juliette du MET! :lol:


PS. Le récital a été enregistré et sera diffusé sur France Musiques à une date qui n'a pas été communiquée...

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 20 mars 2006, 23:15

C'est bien qu'il chante en français car il a une diction excellente. N'y a-t-il eu qu'un seul bis ? Le public en avait marre ?

C'est curieux d'avoir autant de compositeurs. Le public applaudissait-il entre chaque mélodie quand les interprètes changeaient de compositeur ?

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 21 mars 2006, 09:20

tuano a écrit :C'est bien qu'il chante en français car il a une diction excellente. N'y a-t-il eu qu'un seul bis ? Le public en avait marre ?
Effectivement, sa diction est nickel en français mais aussi en allemand (à ceci près qu'il a eu un trou de texte au milieu d'une ballade... à vouloir chanter sans la partition comme un grand! :wink:). Stéphane nous a gratifié d'un unique BIS. Il a même écourté son programme qui devait contenir 2 ballades supplémentaires. Je pense qu'il devait être un peu décalé vu qu'il n'a pas dû revenir de NewYork il y a très longtemps et qu'il lui faut préserver sa voix (une Nozze à Montpellier en avril ainsi qu'une grande série de Cosi à partir de juin). Personnellement, j'en aurais aimé plus (un extrait de Gounod ou Mozart, complètement hors programme) mais bon il faut savoir ne pas trop abuser des bonnes choses!
tuano a écrit :C'est curieux d'avoir autant de compositeurs. Le public applaudissait-il entre chaque mélodie quand les interprètes changeaient de compositeur ?


Beaucoup d'applaudissements nourris entre chaque compositeur. Le public était très docile.. pas un bruit (sauf les pages de programmes qui se tournent) entre les morceaux d'un même compositeur... :)

Avatar du membre
anne75
Alto
Alto
Messages : 294
Enregistré le : 17 déc. 2004, 00:00
Localisation : PARIS Pte d\'Orleans
Contact :

Message par anne75 » 21 mars 2006, 09:42

J'ai beaucoup apprécié Degout, qui s'investissait totalement dans son récital, quitte en effet, à avoir un trou de mémoire et s'en excuser ! Le public a été un peu déçu par l'annonce qu'il supprimait Loewe et Shumann. Mais vite pardonné !

Le bis était "galop" de Duparc.

Avatar du membre
RockyFan
Messages : 6
Enregistré le : 22 août 2004, 23:00
Localisation : Lille

Message par RockyFan » 21 mars 2006, 10:17

Bonjour à tous,

J'ai assisté à ce récital mais vendredi dernier à l'opéra de Lille, avec le même programme et les mêmes coupures, et mes impressions corroborent les votres : la voix est magnifique, la diction exemplaire, mais ce récital était un peu ennuyeux, cela manquait de chaleur, de vie...
Pour l'anecdote, il s'est "planté" aussi à Lille, mais dans un extrait des mélodies persanes de St Saens : "Tournoiement", mais je lui pardonne, tant ce programme était ambitieux ! il a terminé par les histoires naturelles de Ravel, curieux pour une fin de récital, et un bis, le galop de Duparc.
Donc bilan mitigé, récital un peu froid, comme la rigueur du programme..., mais je demande à le réécouter dans un opéra par exemple, il parait qu'a NY il a été génial...
Cyril.

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 21 mars 2006, 11:03

Image




Merci d'avoir recopié le programme!

Celui-ci était d'ailleurs bizarrement composé, pour ce qui est de la première partie. Le fait d'applaudir entre chaque Lied est un peu lassant. Toutefois, nous avons noté la progression vers un langage plus moderne dans ces Lieder allemand (Schubert, Schumann, Liszt, Wolff, Weill), ce n'est donc pas irréfléchi.

Les Ballades de Villon ne sont pas ma tasse de thé et je trouve qu'il y a été légèrement moins à l'aise que dans l'autre cycle de Debussy, début de récital oblige, mais il faut dire que ces ballades sont en anciens français, ce qui rend plus compliquée à la fois l'interprétation et la perception.

Sa diction allemande a donc semblé, dans la première partie, presque supérieure à sa diction française. L'intelligence avec laquelle il disait le texte de ces mélodies parfois pourtant rebattues (Erlkönig) forçait l'admiration.

L'art du chant impressione également par sa maîtrise, par l'homogénéité et la beauté du timbre, par l'attention aux détails. Je me souviens en particulier d'un impressionnant piano subito, vers le milieu de la première partie.

Je regrette qu'il n'ait pas repris Erlkönig depuis le début. Le même genre de trou de mémoire est arrivé à Van Dam, il y a deux ans au Musée d'Orsay, et José avait repris depuis le début. Dommage.

La deuxième partie l'emporta sur la première, en termes de concentration, de cohérence, de densité. Les petites pointes de parlé dans le cycle des Histoires Naturelles étaient très réussies et trahissaient bien le côté "pince-sans-rire" de Stéphane Degout.

En fait, le principal regret de la soirée tient au choix de sa pianiste. Je pense que s'il veut un jour enregistrer un disque de mélodies, il faudra qu'il en change. ce sera difficile, parce qu'Hélène Lucas est son accompagnatrice depuis longtemps et l'accompagne toujours en récital (l'an prochain à la Maison de la Radio, d'ailleurs). Mais il doit s'en trouver un de son niveau : quel manque de caractère dans Schubert! beaucoup trop de pédale dans Wolff! C'était un peu mieux pour les mélodies françaises, mais pas beaucoup.

Quelques news :
Stéphane ne chantera pas l'opéra en version concert pour lequel il avait été annoncé à la Maison de la Radio le 13 mai. Il donnera en revanche un récital, toujours dans le cadre des journées portes ouvertes, donc un récital gratuit, la saison prochaine (je n'ai plus la date en tête).
Il confirme qu'il chantera la reprise des Noces de Figaro (le Comte), en 2008.

Je rappelle la publication du dossier rédigé par Jérôme Pesqué :
http://site.operadatabase.com.site.hmt- ... age&pid=71
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 21 mars 2006, 11:07

Brèves impressions sur la soirée d'hier.

Pour ma part, j'ai trouvé ce récital passionnant et j'y ai pris un rare plaisir.

Les qualités de S. Degout sont maintenant bien connues : le timbre est magnifique, et l'art du chant impeccable avec d'éminentes qualités de diction et d'articulation. Alors que lui reprocher ? Cerrtainement, en effet, un manque de profondeur, de présence, que le manque de maturité du chanteur, comme sa crispation évidente (en début de récital du moins) peuvent certainement expliquer.

Le répertoire allemand (Schubert, Weill) lui a mieux réussi mieux finalement que le répertoire français : les poèmes de F. Villon abordés en début de récital avec un trac évident, des histoires naturelles de Ravel manquant un peu de détachement et d'humour.

En tout état de cause il est évident que ce chanteur a encore une belle marge de progression devant lui. Je suis persuadé qu'il pourrait devenir un "très grand". Bravo Stéphane.

Bon, il y a eu quelques erreurs de texte, et ce blanc monumental qui a planté Erlkönig mais il n y'a évidemment pas lieu de lui en tenir rigueur.

Pour ce qui est de l'accompagnatrice, je partage les réserves formulées par RR.

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 21 mars 2006, 11:12

abaris a écrit : Bon, il y a eu quelques erreurs de texte, et ce blanc monumental qui a planté Erlkönig mais il n y'a évidemment pas lieu de lui en tenir rigueur.
Ce n'était pas à proprement parler un "blanc", mais il est reparti sur une strophe qu'il avait déjà chanté et s'est interrompu en se rendant compte qu'il était revenu en arrière. il en a chanté un vers et s'est arrêté.
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 21 mars 2006, 11:25

RuggeroRaimondi a écrit :
abaris a écrit : Bon, il y a eu quelques erreurs de texte, et ce blanc monumental qui a planté Erlkönig mais il n y'a évidemment pas lieu de lui en tenir rigueur.
Ce n'était pas à proprement parler un "blanc", mais il est reparti sur une strophe qu'il avait déjà chanté et s'est interrompu en se rendant compte qu'il était revenu en arrière. il en a chanté un vers et s'est arrêté.
Sans compter qu'il a failli remettre ça sur la deuxième partie à ceci près qu'il se souvenait de la strophe suivante. Il nous a donc éludé avec brio la strophe douteuse... C'eut été invisible si tout le monde n'avait le programme ouvert sur les genoux! :lol:

vigie
Alto
Alto
Messages : 377
Enregistré le : 17 août 2004, 23:00

Message par vigie » 21 mars 2006, 14:09

RuggeroRaimondi a écrit : il en a chanté un vers et s'est arrêté.
un vers, ça va ...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : PDdLB et 84 invités