Récitals Manzotti à Venise, 22/12/05 ? 07/01/06

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Récitals Manzotti à Venise, 22/12/05 ? 07/01/06

Message par Ruggero » 23 déc. 2005, 18:04

Farinelli à Venise

Angelo Manzotti (sopraniste)
Venetia Antiqua Ensemble

Haendel, Tornami a vagheggiar (Alcina)
Haendel, Concerto à quatre
Broschi (Carlo) Che chiedi, che brami (La Danza)
Haendel, Furibondo spira il vento (Partenope)
Haendel, Dimmi pietoso ciel (Partenope)
Vivaldi, concerto RV 107
Haendel, Pena tiranna (Amadigi)
Haendel, Rompo i lacci (Flavio)

Scuola grande dei Carmini, Dorsoduro, Venise
22 décembre (20h30), 24 et 26 décembre (17h30)
1er janvier (17h), 3, 5 et 7 janvier (20h30)
25 Euros, tarif réduit 20 Euros


Le sopraniste Angelo Manzotti n?est pas un contre-ténor comme les autres. Il le prouve ces jours-ci en lors d?une série de récitals à Venise.

Sans dévoiler le contenu de l?interview qu?il va livrer à Opéras Data Base et qui paraîtra dans quelques temps, on peut dire qu?il y a peu de chanteurs qui comme lui qui ont développé une technique aussi particulière, avec des résultats aussi étonnants. Refusant la dénomination de ?contre-ténor?, il est peut-être le seul à n?utiliser que la partie antérieure de ses cordes vocales, au lieu de recourir au falsetto pour tenter de reproduire les voix blanches des castrats. Je n?ai pas encore bien compris en quoi consiste exactement cette technique, mais il saura l?expliquer mieux que moi dans cette interview. En tout cas, le résultat est une extension étonnante, du si 2 au mi 6, dit-on! Il possède des sur-aigus exceptionnels mais également des notes de barytons.

Le programme choisi, ou plutôt négocié avec l?orchestre, est relativement original : hormis le premier air, aucun ne fait partie des ?tubes? haendeliens et c?est heureux.

L?interprétation :

L?incroyable étendue vocale du chanteur fait de ce récital une véritable performance. Je pense qu?il faut l?avoir entendu au moins une fois dans sa vie, même quand on n?est pas très attiré par le répertoire, car c?est très étonnant, surtout dans les deux airs de virtuosité, ?Furibondo spira il vento? et ?Rompo i lacci?. Manzotti écrit lui-même ses cadences et ne manque pas d?utiliser toute l?étendue de sa tessiture. Les passages du suraigu de tête au grave barytonant de sa voix de poitrine sont stupéfiant de facilité ! Bien sûr, tout n?est pas toujours juste, certaines notes sont assez fausses, mais c?est peu gênant, tant on est fascinés par la performance. Le timbre n?est pas des plus beaux, il n?a pas la ?beauté? de ceux de Daniels ou de Zazzo, il est peu ?photogénique?, mais tout de même, on en reste baba! Les notes filées sont superbes.
Pour ce qui est de l?orchestre, il ne faut pas s?attendre à des merveilles de subtilité. Néanmoins, je conseille ce récital (dates ci-dessus) aux personnes qui viendraient à se trouver à Venise en cette période de fin d?année, ça vaut vraiment le coup. Le public jeudi soir était vraiment très enthousiaste (bon, d?accord, il y avait 5 de ses fans, certains venus de Rome ou de Bologne pour l?entendre, mais j?ai entendu des bravos enthousiastes aussi de la part de touristes étrangers, pas aussi ignares (j?ai entendu certaines discussions) que ceux qui vont applaudir aux concerts pour touristes de la Scuola Grande San Giovanni Evangelista, de l?Ateneo San Basso ou de l?église San Vidal, qui sont vraiment des usines à médiocrité.

Je vais donc préparer un dossier Manzotti pour ODB, concentré mais avec, j?espère, un ou deux liens vers des fichiers mp3 qui permettront aux lecteurs de l?entendre, peut-être dans un ?di trombe guerriere? décoiffant qui renvoie Bartoli à ses rôles de soubrettes...

Bon, c?était mon coup de coeur de fin d?année !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 104 invités