Festival de Lacoste 2004

Représentations
Verrouillé
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20878
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Festival de Lacoste 2004

Message par JdeB » 31 juil. 2004, 16:24

Image

13 juillet 2004
concert d?ouverture : Inva Mula et Rolando Villazon

Orchestre Provence alpes côte d?Azur dir. Ph. Bender.

Ouverture du Barbier de Séville
Don Pasquale. Air de Norina : « Quel guardo il cavaliere?so anch?io la virtù magica ! »
Elixir. Air de Nemorino : « Una furtivà lagrima »
Elixir : duo Adina / Nemorino : « Esulti pur la Barbara »

Rigoletto : air de Gilda « Caro nome »
Polyeucte « Source délicieuse »
Roméo et Juliette duo : « Nuit d?hyménée »

Suite de l'Arlésienne de Bizet
Manon « Je marche sur tous les chemins » + Gavotte
Macbeth : « A la paterna mano »
Werther : Lied d?Ossian
Manon: duo de Saint-Sulpice

Bis :
Duo de Rigoletto : « Addio, speranza ed anima »
Duo de Luisa Fernanda
Duo de Traviata


Le plus fameux des Italiens de France proclame Lacoste joyau de la Toscane française. Pietro Cardin, dit Pierre Cardin, né à Venise en 1922, organise depuis juillet 2002 un festival d?art lyrique dans les carrières de marbre (?) que surplombe le château du marquis de Sade, ruines toujours altières dignes d?un tableau troubadour de haute école.
Légués à l'Institut, qui ne pouvait en supporter la charge, ces somptueux vestiges furent rapidement revendus. Le couturier, qui siège lui-même à l?Académie des Beaux-Arts (où il vient d?être rejoint par Hugues Gall), s?en porta acquéreur en vue d?y établir, à terme, un centre international de recherches sadiennes sur le modèle de la Fondation Voltaire de Ferney.
« J'ai à Venise la maison de Casanova et ici le château où habitait Sade, mais je suis tout à fait différent de caractèrede ces deux personnages ! C'est le château qui m'a séduit. Un lieu magique » prévient le grand mécène.

La passion pour l?opéra de Pierre Cardin ne date pas d?hier. On se souvient que c?est à l?Espace Cardin que Renata Tebaldi offrit le tout dernier récital de sa glorieuse carrière le 14 octobre 1974.
La même saison j?ai retrouvé mention de la création d?un opéra d?Alexis Weissemberg, (oui ! le pianiste ) mis en scène par JC Brialy, dans des décors et des costumes de Pier Luigi Pizzi : La Fugue.
Trois ans plus tôt, le 8 juin 1971, c?est Cardin qui a fait découvrir à Paris un jeune metteur en scène américain, Bob Wilson, avec un Program Prologue Now : Overture for a Deafman.

Inauguré le 10 juillet 2002 par un mémorable concert belcantiste de June Anderson, le dernier né des festivals musicaux a déjà reçu la fine fleur du chant français( Véronique Gens, Annick Massis, Philipe Jaroussky, Nicolas Cavallier, ?) et des étoiles internationales. C?est Renée Fleming qui avait, de manière étincelante, mis un point d?orgue à l?édition 2003.

Pour rester sur ces cimes, l?équipe du festival, sous la direction artistique d?Eve Ruggieri, songeait à Cecilia Bartoli. Courtisée par Cardin lors d?un repas de printemps dans son célèbre restaurant parisien de la rue royale, la belle Romaine était bien tentée mais dut se raviser en raison d?un clause restrictive du contrat qui la lie à Decca et lui interdit de se produire en plein air.

Image

Délocalisé en dernière minute à l?intérieur même des carrières pour cause de froid, le gala d?ouverture n?eut pourtant rien d?un programme de second choix. Disons le d?emblée nous avons même frôlé le moment de grâce et d?exaltation plusieurs fois au cours de cette soirée de fête saluée par de longues ovations debout.

La voix lumineuse de la soprano albanaise, soie bleutée tissée de fils d?argent, contraste et s?harmonise idéalement avec la moire au carmin profond du ténor mexicain. Fusion et clairs-obscurs des plus délectables. Leur complicité, fruit de longues séries de représentations de Traviata à Montpellier, Orange ou Bastille (pour ne parler que de la France), est palpable. C?est Inva Mula qui profite le mieux de cette union artistique car au contact du bouillant émule de Domingo elle parvient à se départir de sa réserve naturelle et s?anime vivement.

Les deux lauréats d?Operalia nous ont offert des scènes de Roméo et de Manon admirables d?intelligence, de diction claire, de style châtié, de pure flamme. Deux c?urs désespérés battant la chamade. Depuis la couple Vaduva-Kunde, à Montpellier en 1988, je n?ai rien entendu d?aussi habité, d?aussi vrai, d?aussi excitant dans ce répertoire.

Mais l?image qui restera longtemps gravé dans les mémoires sera celle du jeu de scène désopilant inventé par le ténor coloriste (expert aussi de la variation des dynamiques) lors du duo de l?Elixir à l?aide d?une cannette de bière Heineken décapsulée dans le rythme et d?une petite banane mangée par les deux bouts et en musique ! Merci à l?organisateur de la conférence de presse d?avoir prévu une corbeille de fruits car c?est en la voyant que Rolando Villazon a eu cette idée absolument savoureuse.

¤¤¤¤¤¤

15 juillet 2004 (générale)
La Flûte enchantée


Orchestre Provence Alpes côte d?Azur dir. Ph. Bender.
Dir : Antonello Allemandi
Mise en scène: Petrika Ionesco

Tamino : Eric Laporte
Pamina : Sandrine Piau
Papageno : Egheni Alexiev
Papagena : Cassandre Berthon
La reine de la nuit : Ikumu Mizushima
Sarastro : Suren Shadi-Djanyan
L?Orateur: Christian Tréguier
Monostatos: Francisco Almanza
Première dame: Inge Dreissig
Deuxième Dame: Svletana Lifar
Troisième Dame : Elodie Méchin
Trois garçons de la Maîtrise des Hauts de Seine

Retour sous les étoiles pour la générale de la Flûte enchantée, seule production scénique d?un festival fidèle à Mozart et à Petrika Ionesco, auteur ici même des mises en scènes des Nozze et de Don Giovanni.

Image
Photo sur laquelle on voit le théâtre en plein air et .... les 2 B !

Son travail sur la Flûte s?apparente à mes yeux à un catalogue récapitulatif des trouvailles les plus récentes de ses collègues. On retrouve le tricycle ailé de la Flûte de Lavelli (Aix 1989), le vélo surmonté d?un vertigineux amoncellement de cages à oiseaux de celle de Freyer (Salzbourg 1997), l?idée, proprement géniale de Robert Carsen, d?une complicité secrète entre la Reine et Sarastro et force symboles maçonniques.

Ionesco a aussi puisé son inspiration dans l?univers publicitaire : ses trois garçons ressemblent à s?y méprendre aux voleurs de couleurs de JP Goude avec petite fusée à la Hergé sur le dos?

Il a recours à un effet de théâtre dans le théâtre. La Flûte jouée par et pour de riches amateurs de golf en villégiature dans le Luberon.
Sa scénographie repose sur un système de projection d?images dont certaines rappellent la première vague d'égyptomania contemporaine de la création, d?autres l?univers ésotérique des francs-maçons tandis que certains clichés lorgnent presque sur l?heroic fantasy, le Kitsch, le surréalisme de pacotille. Quelques moments très beaux comme le parc de Pamina, digne de l?Année dernière à Marienbad, cependant.
Souvent les projections sont fixes, ici l?image se déroule longuement ce qui dynamise le procédé en le renouvellant.

On passera sur un orchestre de routine pour reprocher au Maestro Allemandi des tempi alanguis et une direction fort pesante.

La distribution fait la part belle à la jeunesse. Le Tamino d?Eric Laporte, timbre agréable mais avare de couleurs, est encore un peu vert mais gagne en assurance et en engagement au cours de la soirée. Son approche du rôle reste assez superficielle et conventionnelle.
Alexiev s?en donne à c?ur joie et dessine un Papageno bien timbré et truculent.
Passons sur une Reine de la Nuit bien pâle, pour saluer les deux Françaises de l?affiche.
Cassandre Berthon, vive comme une cascade, frise l?idéal en Papagena.
Sandrine Piau, sans doute la meilleure titulaire mondiale de Pamina, aussi. Nuances infinies et souples, fraîcheur et frémissement, délicatesse. Un camée de chair et de sang.

Image
Saluts

ironstyling
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 248
Enregistré le : 13 juil. 2003, 23:00

Message par ironstyling » 31 juil. 2004, 17:36

Très très Cher JdeB
merci pour les toujours savoureux et imagés comptes rendus de tes escapades

méfions nous tout de même dans un élan désarmant de candeur

"Sandrine Piau , sans doute la meilleure titulaire mondiale de Pamina" ...

de décrédibiliser un travail si admirable et admiré ...

Et cela ne retire rien aux estimables et estimées qualités mozartiennes de la dite Sandrine

On dirait du moi parlant de notre belle Annick Massis hahahahaha....

sans rancune et avec beaucoup d'Amitiés

Iron

ps un colis piégé en forme de Rohan est parti depuis peu ...

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2995
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 31 juil. 2004, 17:51

ironstyling a écrit : méfions nous tout de même dans un élan désarmant de candeur

"Sandrine Piau , sans doute la meilleure titulaire mondiale de Pamina" ...

de décrédibiliser un travail si admirable et admiré ...

Cher Iron,
EdeB persiste et signe également à deux mains : actuellement, Sandrine Piau est l'une des plus grandes interprètes mozartiennes de sa génération. Et je pèse mes mots, moi l'insatisfaite chronique, l'emmerderesse patentée, la 'mozartienne' habituellement furibarde.
Et c'est également la plus grande Pamina que j'ai entendue. A l'égal d'une Irmgard Seefried ou d'une Elizabeth Grummer, en leur temps.

Elle a absolument tout, la jeunesse d'esprit, le timbre, la fraicheur, la profondeur sans tomber dans la basse métaphysique de bazar. Sa Pamina a 17 ans (comme le voulait Mozart), est vive, espiègle, tout à la fois enfant gatée et ado d'aujourd'hui, princesse et sans chichis. Princesse de Seria et habituée des tréteaux. Du très très très grand art pour une immense artiste. Chapeau bas !

Mozartiennement,
Emmanuelle

Ps : SVP, un disque Mozart bis pour 2006 !!!! Est ce trop demander ? un coffret 3 CD d'airs de concert ? Hum...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20878
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 31 juil. 2004, 18:18

ironstyling a écrit :Très très Cher JdeB
merci pour les toujours savoureux et imagés comptes rendus de tes escapades

méfions nous tout de même dans un élan désarmant de candeur

"Sandrine Piau , sans doute la meilleure titulaire mondiale de Pamina" ...

de décrédibiliser un travail si admirable et admiré ...

Et cela ne retire rien aux estimables et estimées qualités mozartiennes de la dite Sandrine

On dirait du moi parlant de notre belle Annick Massis hahahahaha....

sans rancune et avec beaucoup d'Amitiés

Iron

ps un colis piégé en forme de Rohan est parti depuis peu ...

Très Très cher toi,
je persiste et signe. Nous sommes ici sur ODB "un site de passionnés", et où nous savons que "la passion vomit les tièdes".
Je ne recherche pas ici à avoir une crédibilité (j'espère que mes diplomes et mes travaux universitaires m'en donnent un petit peu) mais à faire partager mes impressions et mes émotions. Quelques infos aussi.
Je ne suis pas critique mais un mélomane qui publie un journal de voyage musical. C'est tout.
Peux-tu nous citer des Pamina très supérieures à Sandrine Piau aujourd'hui ?
Merci beaucoup pour ton envoi. Souvent je reçois des colis en forme de romans. Cette fois en forme de rohan: youpi !
Je t'embrasse.
l'ami Jérôme

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 31 juil. 2004, 18:30

Le 1er CD Mozart de Sandrine Piau a dû bien se vendre, non ? et laisser espérer une suite ?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20878
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Diffusion TV du récital Villazon Mula

Message par JdeB » 21 août 2004, 18:26

Le récital d'Inva Mula et de Rolando Villazon chroniqué ci dessus, mais dans son édition du Festival d'Antibes, sera diffusé sur France 2, dans le cadre de Musiques au Coeur, le 6 septembre, en deuxième partie de soirée.

Ne ratez pas cette diffusion, le jeu de scène de la banane et de cannette est inoubliable....

Rolando Villazon a vendu 40 000 ex de son récital chez Virgin... La parution de son prochain CD d'airs d'opéra français est prévue pour le début de 2005.

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 96 invités