Récital Patricia Petibon - Mozart - TCE, 08/06/2005

Représentations
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2991
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Récital Patricia Petibon - Mozart - TCE, 08/06/2005

Message par EdeB » 08 juin 2005, 23:18

Concert Mozart, Théâtre des Champs Elysées, mercredi 8 juin 2005 ("Les Grandes Voix")

Patricia Petibon, soprano
Opera Fuoco
David Stern, direction


Don Giovanni, ouverture
"Alma grande e nobil core" K. 518 (air d?insertion pour I due baroni di Rocca Azzura de Cimarosa)
"Ruhe, sanft" et "Tiger! Wetzte nur die Klauen" (extraits de Zaïde)

"Fra i pensier piu funesti" et "Vanne... t'affretta? Ah se il crudel periglio" (airs de Giunia), extraits de Lucio Silla
Symphonie n°39 en mi bémol majeur, K 543
"Vorrei spiegarvi, oh Dio" K. 418 (air d?insertion pour Il Curioso Indiscreto d?Anfossi)

Bis : Pupille amate (air de Cecilio), extrait de Lucio Silla


Mozart semble avoir trouvé refuge au TCE cette saison et fuir avec obstination les ors de Garnier et le béton chancelant de Bastille : comme on le comprend ! ("C?est comme pour Tchernobyl, il faut attendre un moment pour y faire revenir les vaches" ?dicton états-unien)
Au sortir d?un récital aussi époustouflant, on ne peut que remercier le Ciel et Saint Wolfgang d?avoir pu vivre un moment pareil, et avoir une pensée pleine de gratitude envers Radio Classique qui a enregistré le concert (diffusé "ultérieurement") et qui semble donc continuer à diffuser de la musique vivante, contrairement à ce que les dernières nouvelles laissaient craindre.

Très loin de ses espiègleries qui avaient fait grincer les dents à plus d?un mélomane, Patricia Petibon vient de prouver aux grincheux qu?elle est une artiste accomplie, une fine musicienne, une actrice remarquable et une très très grande mozartienne, comptant parmi les toutes meilleures.

Foin du florilège un peu plaqué ! Elle a évité le grand écueil des récitals, succession souvent artificielle de morceaux de bravoures sortis de leur contexte, et nous a gratifiés d?une démonstration de haut vol, pur théâtre lyrique enchâssé dans son contexte dramatique ; elle met en espace, ou plutôt "en corps" les situations, les vit, les brûle à tel point qu?on est presque surpris de ne pas entendre la suite des récitatifs suivants?
Nous "voyons" Zaïde et Giunia, et retrouvons ces personnages en plein drame, non point sortis de leur papier de soie, émergeant de leur boite dans laquelle on va de nouveau les enserrer? Ces incarnations ne donnent pas lieu, comme on l?aurait pu craindre, à une exacerbation des affects qui tireraient la tragédienne vers le théâtre du Boulevard du Crime. Au contraire, elle suggère par un geste esquissé, une torsion du buste, l?effacement d?une avancée, par l?amorce d?une mimique ; jamais ce n?est collé ni artificieux, puisque son corps vit ce chant engagé et incarné. Mais ce Mozart-là a du chien et de la séve, de l?énergie à revendre et un entêtement farouche devant l?adversité, que ne déparent ni tendresse ni moments d?égarement.
La "scène d?ombre" est sidérante (et sidérée) d?horreur, tétanisée et sur le fil entre deux mondes. Le Ah, se il crudel periglio témoigne bien de ce piétinement immobile, acte sans cesse retardé, ressassement infiniment coloré et dont le froid monte lentement au c?ur et paralyse l?action.
Les deux airs de concert, tout en gardant leur caractère de badinage, opposent bien la voix intérieure et l?apparence au monde. Magnifiques "explosion" sur "Ma non merita perdono?", et cassure de la pose mondaine sur "Mi perdo s?ei resta?" où se révèlent l?art de la chanteuse et l?ambiguité des personnages, miniatures qui dépassent l?exercice obligé.
Les airs de Zaïde m?ont laissée un peu sur ma faim, surtout le premier, dans lequel j?ai trouvé Patricia Petibon moins assurée et la voix un peu voilée par brefs instants. Tiger! Wetzte nur die Klauen, claquait comme un fouet devant la bête féroce...

La voix a pris du corps depuis l?année passée, perdu de son cristallin au profit de quelques raucités, d?une force généreuse, de couleurs moirées qui jouent sur toute leur palette (et dont elle fait la preuve dans les merveilleux passages concertants du Vorrei spiegarvi ). L?assise vers le grave est plus prononcée (comme en témoigne l?air de Cecilio, donné en bis, mais qui me semble néanmoins ne pas lui convenir totalement.) mais sans détriment pour le haut de la tessiture qui garde son soleil et son impact.

Opera Fuoco a eu un peu de mal à se hisser au niveau de la soliste. Il n?a vraiment trouvé grâce à mes oreilles que pour la symphonie (et c?est dire beaucoup, puisque c?est un aspect de l??uvre mozartienne qui ne me touche guère généralement). L?ouverture de Don Giovanni m?a semblée quelconque, entachée de dissonances aux vents que Mozart n?avait certes pas calculées. Ces scories (habituelles pour les instruments anciens, oui, je sais, je sais, mais cela a le don de m?exaspérer !) sont apparues tout au long du concert, sauf pour la symphonie -absolument magistrale et abondamment applaudie entre les mouvements- et ont marqué le pas uniquement pour le dernier air du programme, le K 418? Superbe intervention du hautbois solo.
David Stern dirige le tout avec beaucoup d?enthousiasme, quelque fois un peu brouillon ?au prix de quelques décalages- et une pointe de sécheresse dans par endroits (récitatif accompagné un peu cahoteux) mais emporte l?adhésion par l?amour visible qu?il a pour ce répertoire et la complicité qui le lie à sa soliste.

"Gags" de la soirée :
Un couple devant moi (pendant l?ouverture de Don Giovanni) . Madame à Monsieur : "Tu es sûr que c?est du Rossini ?" Monsieur à Madame : "Je ne sais pas, je n?ai pas acheté le programme."

Un monsieur de l?orchestre ?vers le 10ème rang à peu près- (avant le début de la seconde partie) à Patricia Petibon (sur la scène) : "Madame, on ne vous voit pas !! la moitié de la salle ne vous voit pas" [parce que David Stern la cachait, sans doute !!] Mouvement hilare dans la salle...

PS : En tout cas, je sais ce que je vais faire en 2006 : direction Vienne et Lucio Silla avec N. Harnoncourt et cette Giunia "incandescente" (pour reprendre un adjectif désormais bien galvaudé... mais ici justement mérité)

doudou
Ténor
Ténor
Messages : 875
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par doudou » 08 juin 2005, 23:39

Tout est dit !
Quelle soirée ! :D
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 09 juin 2005, 09:47

merci beaucoup à Emmanuelle pour ce compte rendu qui développe les remarques qu'elle m'a faites à l'entracte. j'avais été bien déçu par la première partie, trouvant que la voix était instable, qu'elle passait du pianissimo à peine audible au forte de façon brutale, et apparemment, c'est mon oreille qui était trop habituée à une certaine façon de chanter Mozart, alors merci d'expliquer tout ça en détail!

en revanche, la seconde partie m'a vraiment convaincu vocalement! au point que j'ai trouvé qu'il y avait une sorte de rupture dans la façon de chanter entre les deux parties, ce qu'ont éprouvé mes voisins, habitués des salles d'opéras eux aussi. nous sommes nous trompés?

quelle actrice! pour citer Paulette, "ah bravo, ça c'était du bon boulot!" Quelle présence scénique! quelle interprétation! et dire qu'on ne la retrouvera que pour les COntes d'Hoffman à Paris! (2007 ONP)

Entourée d'une foule de courtisans et d'amis et parents impressionnante dans les coulisses, elle est arrivée tard à la scéance de dédicaces dans le hall du théâtre, et celà a duré jusqu'à 23h15! avec un petit mot pour chacun...

effectivement, l'orchestre est un des plus faux que j'aie entendu cette année (ave le concert d'Astrée), mais on a eu droit à des choix esthétiques et à des sons très très intéressants!
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

doudou
Ténor
Ténor
Messages : 875
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Récital Patricia Petibon - Mozart - TCE, 08/06/2005

Message par doudou » 09 juin 2005, 10:23

EdeB a écrit :
"Gags" de la soirée :
Un monsieur de l?orchestre ?vers le 10ème rang à peu près- (avant le début de la seconde partie) à Patricia Petibon (sur la scène) : "Madame, on ne vous voit pas !! la moitié de la salle ne vous voit pas" [parce que David Stern la cachait, sans doute !!] Mouvement hilare dans la salle...
Je confirme que du côté cour sur le côté Patricia était parfois cachée par le chef. :lol:
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 09 juin 2005, 10:27

les gens sont allés se plaindre au guichet des invitations (pourquoi?) à l'entracte. c'est vraiment dommage pour eux : payer des places de première ou deuxième catégorie au parterre pour e^tre près de l'artiste et ne pas la voir... :lol: :roll:
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 09 juin 2005, 10:49

J'évite toujours le côté cours à un récital (ou aux versions de concert d'opéras car ce qui m'intéresse, c'est la soprano !).

J'aurais aimé aller à ce concert au programme mozartien si beau. J'adore Lucio Silla et les occasions d'entendre en live l'air de Mozart le plus virtuose sont très rares. Cela ne m'est arrivé qu'une fois, quand j'ai vu l'oeuvre sur scène.

Je répète avec ma chorale le mercredi et je privilégie toujours la pratique du chant à l'écoute.

doudou
Ténor
Ténor
Messages : 875
Enregistré le : 20 avr. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par doudou » 09 juin 2005, 10:55

tuano a écrit :Je répète avec ma chorale le mercredi et je privilégie toujours la pratique du chant à l'écoute.
C'est bon tu aura ton billet d'excuse. :lol:
On veut la mort du ténor dont la grosse dame veut partager le sort.
Faites en mourir au moins un, et les deux si le coeur vous en dit.
Quant au baryton, il reste seul avec son deshonneur. (Monsieur Bluf à l\\\\\\\'Opéra)

valery
Ténor
Ténor
Messages : 799
Enregistré le : 13 mars 2003, 00:00

Message par valery » 09 juin 2005, 11:22

Oui, comme je l'avais écrit ici, j'avais été épaté le mois dernier par sa Giunia. Les soprani françaises vont défendre Mozart dans ses terres autrichiennes en l'année du 250e anniversaire: bravo!

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 09 juin 2005, 11:25

Quand on pense que Sandrine Piau ferait aussi une excellente Giunia, on se dit que les sopranos françaises sont nombreuses à être faites pour ce rôle "périlleux".
Natalie Dessay a toujours reculé...

Le rôle n'est pas si inchantable. J'ai vu une inconnue dans le rôle qui a chanté le grand air de manière impeccable, avec une très belle cadence aiguë inédite à la fin.

Avatar du membre
anne75
Alto
Alto
Messages : 294
Enregistré le : 17 déc. 2004, 00:00
Localisation : PARIS Pte d\'Orleans
Contact :

Re: Récital Patricia Petibon - Mozart - TCE, 08/06/2005

Message par anne75 » 09 juin 2005, 15:11

EdeB a écrit :Très loin de ses espiègleries qui avaient fait grincer les dents à plus d?un mélomane, Patricia Petibon vient de prouver aux grincheux qu?elle est une artiste accomplie, une fine musicienne, une actrice remarquable et une très très grande mozartienne, comptant parmi les toutes meilleures.
Justement, je n'ai pas pris de place à cause de ces nunucheries habituelles ! je me suis dit "elle va encore se trimbaler avec un seau et une pelle à la main, et la bouée canard autour du cou !"

Si j'avais su.... :?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 78 invités