Page 6 sur 8

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 09:47
par PlacidoCarrerotti
fomalhaut a écrit :
13 févr. 2017, 09:08

Mes exemples étaient peut-être mal choisis. Mon propos n' était toutefois pas de m'attarder sur les qualités et les défauts de Nicolai Gedda mais d'attirer l'attention sur le fait que la puissance discographique de l'EMI des années cinquante et soixante l'a fortement aidé et lui a permis de s'imposer au détriment d'autres artistes de sa génération.

fomalhaut
+1.
Mais c'était un peu pareil avec Decca pour Tebaldi et Del Monaco.
(avec Sutherland et Pavarotti, ça se comprenait en revanche).
Faire enregistrer Fra Diavolo à Gedda en fin de carrière : il y avait d'autres choix possibles !

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 10:29
par Adalbéron
PlacidoCarrerotti a écrit :
13 févr. 2017, 09:47
fomalhaut a écrit :
13 févr. 2017, 09:08

Mes exemples étaient peut-être mal choisis. Mon propos n' était toutefois pas de m'attarder sur les qualités et les défauts de Nicolai Gedda mais d'attirer l'attention sur le fait que la puissance discographique de l'EMI des années cinquante et soixante l'a fortement aidé et lui a permis de s'imposer au détriment d'autres artistes de sa génération.

fomalhaut
+1.
Mais c'était un peu pareil avec Decca pour Tebaldi et Del Monaco.
(avec Sutherland et Pavarotti, ça se comprenait en revanche).
Faire enregistrer Fra Diavolo à Gedda en fin de carrière : il y avait d'autres choix possibles !
Et avec Domingo chez DG...

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 11:08
par fomalhaut
Bien sûr, et on peut également citer Carlo Bergonzi (EMI & RCA) qui a précédé Placido Domingo et le fameux trio Callas, Di Stefano & Gobbi (EMI) !

fomalhaut

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 12:04
par jerome
Moi je ne suis pas d'accord pour dire que la puissance discographique d'EMI a favorisé Gedda au détriment d'autres ténors de sa génération. Franchement quand on regarde les premières grandes années de Gedda qui lui ont valu de signer chez EMI (donc dans les années 50), il s'illustrait particulièrement dans l'opéra mozartien et l'opéra français et son égalité des registres, son homogénéité remarquable de timbre sur toute la tessiture, son extraordinaire facilité du registre aigu et suraigu, la sublime beauté de ses demi-teintes, sa diction exceptionnelle, ... tout cela n'était pleinement réuni que chez lui! Et je voudrais bien savoir quels sont tous ces artistes au détriment desquels Gedda, grâce à EMI, a fait carrière. A part Vanzo (mais qui aurait été bien incapable de chanter la moitié de ce que chantait Gedda ...)
Dans sa catégorie vocale, Gedda a été pour EMI et grâce à EMI ce que Callas a été dans la sienne, a savoir un artiste majeur, exceptionnel!

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 16:00
par Adalbéron
jerome a écrit :
13 févr. 2017, 12:04
Moi je ne suis pas d'accord pour dire que la puissance discographique d'EMI a favorisé Gedda au détriment d'autres ténors de sa génération. Franchement quand on regarde les premières grandes années de Gedda qui lui ont valu de signer chez EMI (donc dans les années 50), il s'illustrait particulièrement dans l'opéra mozartien et l'opéra français et son égalité des registres, son homogénéité remarquable de timbre sur toute la tessiture, son extraordinaire facilité du registre aigu et suraigu, la sublime beauté de ses demi-teintes, sa diction exceptionnelle, ... tout cela n'était pleinement réuni que chez lui! Et je voudrais bien savoir quels sont tous ces artistes au détriment desquels Gedda, grâce à EMI, a fait carrière. A part Vanzo (mais qui aurait été bien incapable de chanter la moitié de ce que chantait Gedda ...)
Dans sa catégorie vocale, Gedda a été pour EMI et grâce à EMI ce que Callas a été dans la sienne, a savoir un artiste majeur, exceptionnel!
S'ils n'ont pas fait carrière, ils ne peuvent pas être connus hihi

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 16:01
par Adalbéron
fomalhaut a écrit :
13 févr. 2017, 11:08
Bien sûr, et on peut également citer Carlo Bergonzi (EMI & RCA) qui a précédé Placido Domingo et le fameux trio Callas, Di Stefano & Gobbi (EMI) !

fomalhaut
Je vais être subjectif et péremptoire, un peu comme Placido plus haut à propos de Sutherland et Pavarotti, mais je préférerais mille fois Bergonzi à la place de Domingo dans tous ses enregistrements...
Oups 🙊

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 13 févr. 2017, 18:20
par Stefano P
Adalbéron a écrit :
13 févr. 2017, 16:01
Je vais être subjectif et péremptoire, un peu comme Placido plus haut à propos de Sutherland et Pavarotti, mais je préférerais mille fois Bergonzi à la place de Domingo dans tous ses enregistrements...
Oups 🙊
Ma foi, dans le répertoire allemand (et wagnérien en particulier), je ne suis pas sûr que l'on ait vraiment perdu au change avec Domingo...

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 14 févr. 2017, 11:23
par Loïs
fomalhaut a écrit :
13 févr. 2017, 09:08
jerome a écrit :
12 févr. 2017, 20:11
fomalhaut a écrit :
12 févr. 2017, 19:05
A l'inverse, dans le rôle de Fernando de Cosi fan tutte (Philips), un artiste de sa génération, Alfredo Kraus (voire Luigi Alva) se montre plus incisif et supérieur (EMI)...
ça c'est un avis qui ne va engager que toi parce que très franchement un Luigi Alva n'est supérieur à personne! C'était un très passable mozartien et un très mauvais rossinien doté de moyens vocaux très modestes! Gedda est très au-dessus de ça et même si son Ferrando a été peut-être enregistré 4 ou 5 ans plus tard qu'il n'aurait dû le faire, ça reste très superlatif quant au résultat et c'est beaucoup plus beau de timbre que Kraus!
Bien sûr, cela n'engage que moi mais le timbre de la voix de Nicolai Gedda m'a toujours paru assez uniforme voire neutre.
Quant à Luigi Alva, il eut son heure de gloire mais je ne me suis jamais intéressé à son "Artistry".
Mes exemples étaient peut-être mal choisis. Mon propos n' était toutefois pas de m'attarder sur les qualités et les défauts de Nicolai Gedda mais d'attirer l'attention sur le fait que la puissance discographique de l'EMI des années cinquante et soixante l'a fortement aidé et lui a permis de s'imposer au détriment d'autres artistes de sa génération.
fomalhaut
Je n'interviens pas pour défendre Luigi Alva (le merle qu'on fut obligé de manger en une époque dépourvue de grives - ténors di grazia)mais pour Gedda dans ses rôles d'EMI avec Callas (Butterfly ou il Turco) , son manque d'italianita me gène et je regrette le forcing qu'il a fait auprès de sa maison de disque pour les obtenir. Mais ce n'est qu'un très léger regret dans une carrière et une discographie à saluer au plus bas

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 14 févr. 2017, 12:26
par PlacidoCarrerotti
Petit retour en arrière : quelqu'un pourrait-il confirmer la date du concert du Châtelet avec sa fille Tania ? Filmé à l'époque mais je ne sais pas si ça avait été diffusé.

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Posté : 14 févr. 2017, 12:48
par jerome
Loïs a écrit :
14 févr. 2017, 11:23
pour Gedda dans ses rôles d'EMI avec Callas (Butterfly ou il Turco) , son manque d'italianita me gène et je regrette le forcing qu'il a fait auprès de sa maison de disque pour les obtenir. Mais ce n'est qu'un très léger regret dans une carrière et une discographie à saluer au plus bas
Quel forcing ??? pure spéculation ça!