Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Les artistes
Avatar du membre
Loïs
Baryton
Baryton
Messages : 1520
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par Loïs » 14 févr. 2017, 13:37

jerome a écrit :
14 févr. 2017, 12:48
Loïs a écrit :
14 févr. 2017, 11:23
pour Gedda dans ses rôles d'EMI avec Callas (Butterfly ou il Turco) , son manque d'italianita me gène et je regrette le forcing qu'il a fait auprès de sa maison de disque pour les obtenir. Mais ce n'est qu'un très léger regret dans une carrière et une discographie à saluer au plus bas
Quel forcing ??? pure spéculation ça!
Non ce n'est pas une spéculation de ma part (je sais que j'écris bcp de c... sur ce site mais en principe on voit l'écart entre les interventions sérieuses et mes sorties de route). par contre pour te retrouver dans quel texte cela figure....cela remonte à loin et ne suis pas à la maison. Je me demande si ce n'était pas dans l'avant scène spécial Callas
Et puis surtout je ne vois pas ce qu'il y a de désobligeant à écrire cela....

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11064
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par PlacidoCarrerotti » 14 févr. 2017, 13:44

jerome a écrit :
14 févr. 2017, 12:48
Loïs a écrit :
14 févr. 2017, 11:23
pour Gedda dans ses rôles d'EMI avec Callas (Butterfly ou il Turco) , son manque d'italianita me gène et je regrette le forcing qu'il a fait auprès de sa maison de disque pour les obtenir. Mais ce n'est qu'un très léger regret dans une carrière et une discographie à saluer au plus bas
Quel forcing ??? pure spéculation ça!
Un des plus douteux, c'est le Barbier. Mais il a le mérite d'avoir réintroduit le Cessa di piu resistere.
The business of life is the acquisition of memories. In the end that's all there is (Carson of Downton Abbey).

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7281
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par jerome » 14 févr. 2017, 14:11

PlacidoCarrerotti a écrit :
14 févr. 2017, 13:44
Un des plus douteux, c'est le Barbier. Mais il a le mérite d'avoir réintroduit le Cessa di piu resistere.
Oui ce n'est pas son meilleur enregistrement mais il faut toujours contextualiser pour juger de la valeur d'une prestation. Or à l'époque, on n'avait pas de vrais Almavivas! Ils avaient tous de petites voix et des timbres fades et mièvres (Monti, Benelli, Alva pour ne citer qu'eux!) et rares étaient ceux qui osaient, ne serait ce que pour le disque, le grand air final d'Almaviva. Deux s'y étaient risqués: Cesare Valletti (aux côtés de Roberta Peters dans l'intégrale Leinsdorf) mais tout était très savonné et puis Ugo Benelli (aux côtés de Teresa Berganza dans l'intégrale Varviso) techniquement acceptable mais d'une fadeur assez rédhibitoire! Quand Gedda s'empare de ce rôle, il impose une autorité vocale, un timbre comparativement corsé, une classe mais la vocalise qu'il s'emploie à faire le plus scrupuleusement possible reste un peu laborieuse notamment dans ce grand air final dont il impose pour l'époque une sorte d'interprétation de référence sauf que Blake n'était évidemment pas encore arrivé, Blake le meilleur Almaviva encore à ce jour qui évidemment va transcender techniquement et le rôle et cet air! Aujourd'hui, ce qu'on peut dire de l'Almaviva de Gedda, c'est que pour l'époque c'était pas mal du tout et qu'il a eu les couilles de faire tout le rôle et qu'au regard du chant rossinien qui allait éclore pleinement, c'est devenu une curiosité. Ceci dit dans les années 80, alors que Blake et Araiza chantaient le rôle de manière superlative, Riccardo Chailly pour son intégrale avec Marilyn Horne a eu à sa disposition le catastrophique Almaviva de Paolo Barbacini qui délivre peut-être le plus mauvais et ridicule Cessa di piu resistere de toute la discographie ... à côté duquel celui de Gedda est presque sublime! :wink:

Avatar du membre
jeanlouis
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 196
Enregistré le : 02 juin 2004, 23:00
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par jeanlouis » 15 févr. 2017, 11:54

au lieu de " les couilles " je préfère "le culot " ou " l'audace"

Avatar du membre
fomalhaut
Alto
Alto
Messages : 481
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par fomalhaut » 15 févr. 2017, 12:05

Pour le petite histoire, le fameux "Cesa di piu resistere" n'a pas été repris dans l'édition CD, du moins dans celle que je possède (EMI-Classics 585523 2)...

fomalhaut

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7281
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par jerome » 15 févr. 2017, 12:27

fomalhaut a écrit :
15 févr. 2017, 12:05
Pour le petite histoire, le fameux "Cesa di piu resistere" n'a pas été repris dans l'édition CD, du moins dans celle que je possède (EMI-Classics 585523 2)...
c'est une manière déguisée de demander si tu peux l'écouter ?? lol

Avatar du membre
fomalhaut
Alto
Alto
Messages : 481
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par fomalhaut » 15 févr. 2017, 13:12

jerome a écrit :
15 févr. 2017, 12:27
fomalhaut a écrit :
15 févr. 2017, 12:05
Pour le petite histoire, le fameux "Cesa di piu resistere" n'a pas été repris dans l'édition CD, du moins dans celle que je possède (EMI-Classics 585523 2)...
c'est une manière déguisée de demander si tu peux l'écouter ?? lol
Pas précisément, je possède également l'édition microsillon mais je fus très déçu de ne pas retrouver cet air dans l'édition CD.
A vrai dire, je le craignais, EMI ayant déjà "fait le coup" lors du transfert du Macbeth de Muti : les 3 airs "primitifs" offerts en "bonus" sur les LPs n'ont pas été repris sur la deuxième édition en CD pour des raisons de minutage.

fomalhaut

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7281
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par jerome » 15 févr. 2017, 13:41

Oui il y a eu 4 éditions CD de ce Macbeth et, à ma connaissance, seule la 1ère a repris ces 3 bonus. Il faudrait vérifier ce qu'il en est de la 4ème édition assurée par Warner.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11064
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par PlacidoCarrerotti » 15 févr. 2017, 16:02

jerome a écrit :
15 févr. 2017, 13:41
Oui il y a eu 4 éditions CD de ce Macbeth et, à ma connaissance, seule la 1ère a repris ces 3 bonus. Il faudrait vérifier ce qu'il en est de la 4ème édition assurée par Warner.
Tu devrais ouvrir un fil sur les coupures et les bonus disparus lors des reports en CD : le ballet du Trouvère Sutherland, l'air de Maddalena par Verrett, Horne dans un rôle de baryton verdien ... Il doit y avoir matière !
The business of life is the acquisition of memories. In the end that's all there is (Carson of Downton Abbey).

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11064
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Nicolai Gedda (1925 - 2017)

Message par PlacidoCarrerotti » 16 févr. 2017, 10:06

Sauf erreur de ma part, il n’y aura donc pas eu d’hommage à Gedda de la part de l’ONP.
La Grande Boutique reste en cela fidèle à sa tradition de machine bureaucratique indifférente où artistes et public comptent moins que l’administration elle-même (observation qu’avait déjà faite Maryvonne de Saint-Pulgent dans « Le Syndrome de l'opéra »). Crespin a eu sa soirée … quand elle ne pouvait plus chanter (à cause de son lifting, disait-on). En revanche, Hugues Gall avait fait publier un opuscule à la gloire de son mandat avant de partir.
L’ONP ne rend hommage à qu’à lui-même, pas plus à Gedda qu’à Kraus, certainement pas aux serviteurs fidèles de la maison (un Sénéchal au Met aurait au moins eu droit à un salut devant le rideau et une note dans le programme, comme Charles Anthony pour les 50 ans de ses débuts lors de l'avant-dernière représentation de Pavarotti). pas de soirée d'adieu pour Bacquier ou d'autres. Le ballet est un peu mieux loti avec les adieux des étoiles, mais dans l’hommage à Claude Bessy, c’était d’abord la puissante directrice que l’on saluait.
C’est ce qui me navre avec cette institution : elle n’est en rien « aimable ».
The business of life is the acquisition of memories. In the end that's all there is (Carson of Downton Abbey).

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 13 invités