Deux ténors décriés : MacCracken et Bonisolli

Les artistes
Répondre
Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1700
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Deux ténors décriés : MacCracken et Bonisolli

Message par aroldo » 29 mai 2005, 12:41

A la demande de Phil (il ne demandait que Jimmy mais bon : ce sont mes chouchous l?un comme l?autre) voilà un fil qui éveillera j?espère quelques curiosités
Voilà deux ténors qui furent des stars et pas des moindres et que la critique s?obstinne à mépriser : trop de notes !
Certes ni l?un, ni l?autre ne furent des Bergonzi et on a trouvé stylistes plus attentifs (encore que Jimmy, pardon me semble souvent très respectueux des attentions du compositeurs : le piano de La Fleur que tu m'avais donné : il le fait lui !). Mais en matière d?engagement, et d?engagement suicidaire parfois, ils ne sont dépassés par aucun autre ténor je crois.
A première écoute Jimmy frappe par une vaillance, une ampleur, un éclat héroique unique.
A première écoute Boni frappe par ? ses contre-ut ! Non sans blague vous avez entendu son Di Quella Pira ? Je veux dire une telle facilité dans les aigus, ça ne s?invente pas. Bref nous avons là deux ténors gatés par dame nature, qui les a doté en plus, qu?on les aime ou non, d?un timbre facilement reconnaissable.
Boni s?est forgé une carrière italienne, et il avait une voix naturellement chaleureuse.
Maccracken est surprenant (en cela il rappelle Vickers) parce qu?il a abordé aussi bien le versant italien que le versant allemand du grand répertoire. Et pour cela au Met et penndant des années, il fut le ténor dramatique auquel on avait recours quelque soit l??uvre. Et surtout il fut l?Otello idolatrés des américains (et de moi aussi) même si il est considéré de notre côté de la manche comme un monstre de négligence. Moi j?en sais rien mais si je me fis à son Othello avec Barbirolli (et une Jones merveilleuse) je n?en connais pas d?autre qui me prenne aux tripes comme ça. Avec en plus (scusez mais c?est vrai) un duo d?amour magnifique : or pour le duo crier ne suffit pas !
En écoutant son Canio j?avais l?impression d?assister à un drame, véritable : je n? écoutais plus un opéra, j?étais devant la cariole de la troupe. Et j?avais les jetons !
Et puis aussi ne pas oublier son prophète ! Avec Horne (et Scotto) : dans le genre je fonce et je défonce et je projette les mots on ne fait pas mieux. Et la diction est comme toujours, excellente
Pour le récital dont parle Phil il vient d?être réédité : sautez dessus, j?y ai même aimé un morceau des maitres chanteurs : c?est dire !
Deux mots sur Boni (plus connu pour être fou et paranoiaque aujourd?hui) : avec ses contre-ut et sa voix incisives il n?a pas hésité à se mettre au service du répertoire romantique le plus hardu : des Rossini surtout( Donna del Lago avec Caballé, Guillaume Tell, Le Siège de Corinthe) et puis un Carlo avec Mamie Joan à bout de souffle mais pas de vocalise ni de couleurs ni de style que j?aime bien. Moi quand il entame une cabalette je suis sûr d?avoir des émotions. Encore une fois d?ailleurs c?est mon Manrico préféré (mais Price franchement ?)
Une curiosité : il a aussi exploité le répertoire classique : Paride et Pylade, rien que ça. Il avait peur de rien Franco !
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

malko
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 185
Enregistré le : 03 oct. 2004, 23:00
Contact :

Re: Deux ténors décriés : MacCracken et Bonisolli

Message par malko » 29 mai 2005, 13:49

aroldo a écrit : Il avait peur de rien Franco !
Franco ? Mais il n'y a qu'un Franco !
:wink:

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1700
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 29 mai 2005, 13:54

Bon alors disons Boni !
Moi j'aime les deux alors :D
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2120
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 29 mai 2005, 14:07

" Deux mots sur Boni (plus connu pour être fou et paranoiaque aujourd?hui) "

euh... il est surtout mort aujourd'hui le Boni !

Bon sinon, je préfère quand même Mc Cracken. Dans les Gurrelieder dirigés par Ozawa, il est extraordinaire, et ce répertoire lui va comme un gant. Une sorte d'animalité virile très excitante...!! (euh, n'allez pas tirer des conclusions hâtives SVP !).
Tout comme les cabalettes de Boni, effectviement, mais ce qui gâche un peu tout de même, c'est le relâchement au niveau du style...

Piem

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1700
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 29 mai 2005, 14:27

oui je voulais dire : plus connu aujourd'hui pour avoir été fou et parano avant de mourir :lol: (dans son autobio Mamie Joan raconte des trucs super marrants au moment de l'enregistrement des Brigands)
A propos de Jimmy dans le répertoire allemand il y aussi un Fidelio : celui de Maazel avec Nilsson, mais il n'est plus trouvable aujourd'hui. Selon Xavier c'est extraordinaire. Pour se consoler reste l'air en récital !
Pour le style de Boni notons que bien tenu il est nettement plus repectueux : voir son Manrico encore une fois avec Karajan. Là réellement il est parfait.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2120
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 29 mai 2005, 14:37

ah oui ? Je serais curieux de l'entendre ce Trouvère, d'autant que le reste de la distrib est pas mal non ? il y a Price non ?...

Piem

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1131
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par philopera » 29 mai 2005, 14:43

Merci Aroldo pour cette présentation de ces deux ténors. Decidemment il faut que je trouve ce Prophète avec Scotto et Horne ( une grosse lacune de ma Horno-scottophilie :Jumpy: ). J'ai ré ecouté le récital McCracken ; probablement que le disque ne lui rend pas justice et que ce devait être un ténor archi-excitant sur scène ( un peu comme Del Monaco) ; pareil pour Bonisolli qui n'a pas laissé de témoignages imperrissables ou plutôt qui souffre d'une concurrence féroce qui l'eclipse ; je serai néanmoins très curieux d'entendre l'Otello de McCracken car je crois que je vais adorer ( j'aime les brutes :lol: :lol: )
PS: c'est vrai que la diction est très bonne de même que l'accent français dans "Salut demeure chaste et pure"
Gérard Mortier a raison d'offrir Elektra sans entracte ( Eric Dahan Libération 25/6/2005)

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1700
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 29 mai 2005, 14:54

Piem67 a écrit :ah oui ? Je serais curieux de l'entendre ce Trouvère, d'autant que le reste de la distrib est pas mal non ? il y a Price non ?...

Piem
Oui il y a Price : et c'est bien ça le problème ! là en fin de carrière elle ne peut plus affronter rien du tout dans Leonora et surtout pas les cabalettes (prises du coup à un tempo incroyablement lent)
mais Boni est fantastique et surtout c'est un des meilleurs rôles de Obrastzova. Ne pas oublier Raimondi d'ailleurs : même leurs pires contempteurs doivent d'incliner devant tant de splendeurs vocales et dramatiques.
Moi l'Otello de Jimmy je ne l'ai retrouvé qu'en extraits : mais il dit être à nouveau disponible et surtout il y a un live maintenant avec Montsy. Je ne suis pas sûr que si tu n'accroches pas au récital tu puisses aimer le reste, mais sait-on jamais. Le Prophète c'est réellement indispensable : c'est excitant au possible. Le meilleur rôle de Horne en plus à mon avis !
Et son Otello n'est pas qu'une brute : c'est un fauve blessé (oh l'image bateau ... mais bon ! Si tu aimes les brutes et l'hyper-virilité tu devrais apprécier quand même :wink: )
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1131
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par philopera » 29 mai 2005, 14:55

Hélas je viens d'ecouter son Esultate sur un site marchand dans la version Barbirolli : la cata :cry: :cry: :cry: ; rien à voir avec la flamboyance que j'avais noté dans le recital ; peut être cet enregistrement a été fait un peu tard... je vais chercher s'il y en a d'autres
Gérard Mortier a raison d'offrir Elektra sans entracte ( Eric Dahan Libération 25/6/2005)

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1131
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par philopera » 29 mai 2005, 14:59

pour ceux et celles qui veulent se faire une idée :cliquer là http://www.jpc.de/jpcng/classic/detail/ ... sk/hitlist
puis sur l'echantillon n°2
Gérard Mortier a raison d'offrir Elektra sans entracte ( Eric Dahan Libération 25/6/2005)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : HELENE ADAM et 37 invités