Elsa Dreisig (interview inédite)

Les artistes
Répondre
Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 784
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Elsa Dreisig (interview inédite)

Message par Oylandoy » 11 oct. 2016, 13:55

La soprano franco-danoise Elsa Dreisig a fait sensation dans de nombreux concours de chant internationaux et aux dernières Victoires de la musique. Elle nous a accordé une interview lors de son passage triomphal au dernier Festival Berlioz.

Image

Vous êtes née dans une famille d’artistes.

Oui, tout le monde est musicien dans ma famille. Ma mère, mon père, mes sœurs…Je me produis d’ailleurs parfois avec ma mère en récital.

Il y a eu un déclic pour vous ?

Oui, sans doute La Flûte enchantée, quand j’avais 5/6 ans ! Encore aujourd’hui, c’est mon opéra fétiche !

Et vous en avez déjà chanté pas moins de trois rôles !

Oui, c’est vrai : j’ai chanté tout d’abord le premier garçon à l’Opéra de Lyon au cours de la saison 2012-2013, puis Papagena et maintenant Pamina, qui a été le rôle de mes débuts à Berlin et que je vais chanter à Bastille cette saison puis à Zurich la saison prochaine.

Revenons à vous études musicales. Quelle a été votre formation ?

J’ai fait du chant dès mon enfance dans le cadre des maîtrises de l'Opéra royal de Wallonie à Liège et puis dans celle de l'Opéra national de Lyon. J'ai fait mes études d'art lyrique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à la Hochschule für Musik de Leipzig dans le cadre d’une bourse Erasmus. Je dois beaucoup à mon professeur Lionel Sarrazin qui m’a aidé à passer d’une « voix verte » à une voix lyrique.

Image

On a entendu lors du concert d’hier soir, dans les lieder de Strauss et la mort d’Isolde à quel point vous avez des affinités avec la langue et la culture allemande !

Oui, en effet! Je suis très contente de vivre à Berlin et de faire partie de la troupe de Daniel Barenboim.

Vous avez remporté une grande moisson de prix et, tout dernièrement, vous venez de triompher à Operalia. Qu’avez-vous chanté à cette occasion?

J’ai d’abord présenté, lors du premier tour, Manon et Pamina. Puis en demi-finale, la grande scène finale d’Anna Bolena sans la cabalette et en finale l’air de Juliette, « Amour, ranime mon courage ». Mais je dois dire que si j'ai gagné Operalia, c'est principalement grâce à mon interprétation de Pamina et d'Anna Bolena.

Vous aimez le Belcanto ?

Oui, j’adore. Je chante déjà Rosina et dans un avenir plus ou moins proche je rêve d’aborder Semiramis, La Donna del Lago, la Desdemona, l’Elvira des Puritains, Anna Bolena, la Somnambula... J’ai signé pour Traviata en 2018 au Staatsoper.

Déjà ! N’est-ce pas un peu prématuré comme prise de rôle ?

Non, je ne crois pas, j’ai plus d'un an pour me préparer. Je pense être une Violetta lyrique, sans le contre-mi bémol par exemple qui est facultatif.

Avez-vous déjà refusé des rôles ?

Oui. C'est toujours difficile de dire non mais c'est primordial si on souhaite construire une carrière sur la durée.

Bien sûr vous envisagez des rôles français ?

Oui, bien évidemment. Je vais chanter Micaëla à Aix en juillet 2017 dans la mise en scène très attendue de Dmitri Tcherniakov. Puis, un jour j'espère, Thaïs et Manon.

Et ce soir trois cantates sur le thème d’Herminie par trois compositeurs français au Festival Berlioz.

Oui, c’est un défi un peu fou, dont je n’avais pas complètement réalisé la difficulté, il faut bien l’avouer. Mais je suis heureuse de le faire. J'ai eu un véritable coup de cœur pour l‘Herminie de Berlioz qui demande un véritable travail de tragédienne.

Vous avez des artistes qui vous inspirent ? Des modèles ?

Oui plein! Alberto Giacometti par exemple, ou Picasso. J’aime beaucoup aussi Glenn Gould, Martha Argerich, Daniel Barenboim, Heinz Holliger, Herbert von Karajan, Valery Gergiev... Et chez les chanteurs, Maria Callas, Anna Netrebko, Renée Fleming, Jessye Norman et Nicolaï Ghiaurov... Et tant d'autres! J’ai beaucoup aimé Bejun Mehta lorsque j’ai eu la chance d’être son Euridice (dans l’opéra de Gluck) à Berlin. C’est un Orphée très intense, androgyne, assez fascinant. Le travail avec le metteur en scène Claus Guth, toujours à Berlin, sur la Juliette de Martinu m’a aussi beaucoup apporté. Je ne chantais pas le rôle-titre mais qui sait, peut-être un jour?

Il y a des metteurs en scène avec lesquels vous aimeriez particulièrement travailler ?

Ce que je souhaite c'est travailler avec des metteurs en scène qui viennent du monde du théâtre ou du cinéma comme par exemple Christophe Honoré, Michael Haneke ou Olivier Py. Mais je dois avouer que je ne connais pas encore très bien les noms des metteurs en scène d'opéra. Ce qui est assez surprenant car la partie théâtrale dans le chant lyrique est très importante pour moi. C’est une lacune que je dois donc combler!

Propos recueillis par Jérôme Pesqué le 24 août 2016

Image
la mélodie est immorale
Nietzsche

jeantoulouse
Alto
Alto
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2012, 23:00

Re: Elsa Dreisig

Message par jeantoulouse » 11 oct. 2016, 15:06

J'ai beaucoup aimé sa Rosine entendue à Perpignan en mars 2016. Mais j'envisage avec étonnement et un peu d'inquiétude une Traviata en effet prématurée. Elsa Dreisig me semble bien loin de posséder "toutes les voix" du rôle et le chanter qui plus est au Staatsoper de Berlin dès 2018 parait téméraire. On pressent qu'elle n'a peur de rien. Mais le risque est grand. Je lui souhaite de l'affronter crânement et sûrement.

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 561
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Elsa Dreisig

Message par sopranolove » 11 oct. 2016, 16:52

C'est peut-être prématuré, mais maintenant, c'est la règle : on ne laisse pas aux jeunes chanteuses (ou chanteurs) le choix. On table sur leur intelligence et la connaissance qu'ils ont de leurs moyens vocaux, mais on ne leur laisse pas la possibilité de faire petit à petit leur chemin. Après tout, le monde lyrique a rejoint le monde actuel avec la vitesse et l'inquiétude du lendemain. Cela plus la crise, et le fait que les décideurs ont remarqué qu'il y a beaucoup de chanteuses sur le marché (alors si ils se sont trompés sur une artiste, ils auront un nouveau citron à presser...).

Mais Elsa Dreisig, rassurez vous, a plus d'une corde à son arc. J'ai entendu de nombreuses videos sur YT d'elle, où elle chante entre autres Micaela, Louise (au concours Neue Stimmen) ou Thaïs, et sa voix devient vraiment celle d'un beau lyrique. Elle ne sera jamais une voix super dramatique, mais elle peut être une Violetta à la Cotrubas ou à la Vaduva, et ce sera sûrement aussi attachant... Et comme elle est sérieuse et travailleuse et que 2018 c'est dans deux ans...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19497
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Elsa Dreisig

Message par JdeB » 13 oct. 2016, 09:21

jeantoulouse a écrit :J'ai beaucoup aimé sa Rosine entendue à Perpignan en mars 2016. Mais j'envisage avec étonnement et un peu d'inquiétude une Traviata en effet prématurée. Elsa Dreisig me semble bien loin de posséder "toutes les voix" du rôle et le chanter qui plus est au Staatsoper de Berlin dès 2018 parait téméraire. On pressent qu'elle n'a peur de rien. Mais le risque est grand. Je lui souhaite de l'affronter crânement et sûrement.
tout à fait d'accord pour Violetta. J'ai insisté sur ce point auprès d'elle en lui disant "souvenez vous d'Alexia Cousin" Elle m'a répond "oh mais non, je suis très différente"
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10488
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Elsa Dreisig

Message par HELENE ADAM » 26 févr. 2018, 22:31

Image
photo d'Elsa Dreisig © Olafur Steinar Gestssson / Dessin de Nathalie Manfrino © Stéphane Manel


Elsa Dreisig donne un concert dans le cadre de l'instant lyrique à l'Eléphant Paname à Paris le mardi 6 mars à 20h

Programme

Un amour suprême, une ballade en hommage à John Coltrane

PARTIE 1
Nat King Cole - Nature Boy
Luciano Berio - Rossignolet du bois - Folk Songs
Luciano Berio - Black is the color - Folk Songs
Richard Strauss - Breit über mein Haupt - op.19 n2
Claude Debussy - La Chevelure - Trois chansons de Bilitis
Claude Debussy - C’est l’extase langoureuse - Ariettes oubliées

PARTIE 2
Nina Simone - Feeling good
Ray Charles - Hallelujah I love Him so
Claude Debussy - Green - Ariettes oubliées
Alban Berg - Liebesode - Sieben Früher Lieder
Sergueï Rachmaninov - Dreams - op.38 n5


PARTIE 3
Ella Fitzgerald - Mr.Paganini
Franz Liszt - Grande Etudes de Paganini - n6
George Gershwin - My man’s gone now - Porgy and Bess
Robert E.Telson - Calling you - Bagdad Café

PARTIE 4
Richard Wagner - Prelude - Tristan et Isolde / arrangements par K.Zouganelis, piano seul
Richard Wagner - Isolde Liebestod - Tristan et Isolde

Elsa Dreisig

Piano : Karolos Zouganelis

http://www.elephantpaname.com/fr/centre ... nt-lyrique
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 32 invités