Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Les artistes
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8298
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par jerome » 01 déc. 2017, 07:33

Lucas a écrit :
30 nov. 2017, 23:18
jerome a écrit :
23 nov. 2017, 19:54
Moi je n'ai pas trop envie de commenter cette terrible nouvelle que nous redoutions tous! Juste que nous venons de perdre une des plus sompteuses voix de ces 30 dernières années et un artiste majeur et, ô combien attachant!
La boule au ventre en lisant le fatidique 2017 avec huit jours de retard pour cause d'éloignement géographique. C'était l'un de mes chanteurs préférés ...
J'en reparlerai quand je pourrai écrire un message à partir d'un pays doté d'une meilleure connexion.
:kissing: Reviens-nous vite!

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10251
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par HELENE ADAM » 17 déc. 2017, 23:09

En hommage à Dmitri Hvorostovsky, un certain nombre de bandes audio jusqu'à présent introuvables, apparaissent sur Voldemort. Par exemple la Traviata, ROH 2008 avec Netrebko et Kaufmann, ou I Pagliacci avec Gheorghiu et Domingo, I Puritani avec Sumi Jo et Sabbatini etc...
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3291
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par micaela » 17 déc. 2017, 23:19

Il y a aussi un Rigoletto (Naples 2013, avec Désirée Rancatore et Celso Albelo). Je mets la date indiquée par l'internaute . Les Puritani sont indiqués de 1992, I Pagliacci de 2003. On trouve aussi une Favorite de 2001 (Carnegie Hall), avec Gregory Kunde, Jennifer Larmore et Vitaly Kowaljow, et un Barbier de Séville (Berlin, Deutsche Staatsoper, 1994), aussi avec Larmore, et un Faust (Chicago 1996) avec Fleming et Ramey. Ce dernier vient d'un autre internaute.
Les Puritani sont aussi proposés par un autre internaute : même production, et distribution quasi identique, à l'exception d'Elvira, interprétée par June Anderson.
Je suppose que ce n'est qu'un début ( NB certaines vidéos sont plus anciennes ), d'autres choses pourraient apparaître, de la même source ou pas, filmées ou non.
Le ROH et le Met filment (presque) tout -du moins sur ces dernières années. Ca serait bien aussi que ces enregistrements apparaissent sur les chaînes musicales. Après tout, Classica a bien passé le Faust de 2011 où il interprétait Valentin, alors que c'est sorti en DVD avec une distribution légèrement différente.
Le Onéguine de 1992 a été enregistré (on trouve des extraits sur YT), et visiblement diffusé sur arte. Ca serait bien que la chaîne, si possible, dégote ça pour le diffuser en hommage, ne serait-ce que sur arte.concert (ou une autre chaine éventuellement). Mais, bon, faut pas rêver...
Edit le 3/1 J'ai écouté I Pagliacci (qui , d'après les archives du ROH, daterait de juillet et non janvier comme indiqué sur YT) : c'est de très bonne qualité. A un moment (pause pour changement de décor ?)et pendant les applaudissements finaux, on entend un commentaire en anglais . J'ai "testé" (sans écouter en intégrale) les autres enregistrements : la qualité (de l'enregistrement) semble tout aussi satisfaisante.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1871
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Dmitri Hvorostovsky-news et carrière.

Message par Lucas » 11 janv. 2018, 11:55

Je m'étais promis d'écrire ce petit hommage à Hvorostovsky qui est l'un de mes barytons préférés.

Je me souviens encore de ma première rencontre avec cet immense artiste. C'était à la FNAC des Ternes lors d'une dédicace où nous étions moins d'une petite dizaine ... A l'époque, il n'avait sorti qu'un récital (Verdi/Tchaïkovski sous la baguette de Gergiev) qui m'avait enthousiasmé. L'homme était manifestement réservé et nous avaient expliqué que ses deux modèles étaient Lissitsian et Bastianini tout en restant gêné devant les compliments du journaliste chargé de sa présentation.

Par la suite, je l'ai entendu en salle dans l'Onéguine du Chatelet : peut-être la plus belle représentation d'opéra jamais entendue. La voix n'était pas immense mais parfaitement adaptée à la taille d'un théâtre à l'italienne et surtout, dotée d'un grain unique qui la rendait identifiable en deux mesures. Sans doute la fameuse signature vocale dont tant d'artistes contemporains sont dépourvus. Et puis quelle science du legato, des nuances servie par une ligne châtiée sans aucun excès vériste mais au service d'une vraie incarnation face à un Shicoff poignant.

Ensuite ce furent plusieurs récitals qui n'ont fait que conforter cette impression : Duos d'opéras avec Borodina au TCE (j'en ai profité pour avoir aussi la dédicace de la belle Olga, na!), grands airs d'opéras russes (couplés avec des airs populaires) au Chatelet et Mélodies russes avec Kissin à Pleyel.

Et puis souvenir ému d'un magnifique Boccanegra à la Bastille où j'avais pu me déplacer subrepticement au 10ème rang.

Vous trouverez ci-dessous une reprise de sa discographie russe que d'autres s'empresseront, à juste titre de compléter.

Une chose est certaine : après la disparition prématurée de Hvorostovsky, c'est un peu comme si une partie de ma jeunesse s'était envolée.

Lucas a écrit :
09 oct. 2015, 08:55
Difficile de s'y retrouver dans la discographie de Hvorostovsky qui changea plusieurs fois d'éditeurs : Philips dans les dix premières années, Delos au début du 3ème millénaire et depuis peu Ondine. Naturellement, c'est la première période qui est la plus dense car elle correspond aux années fastes du compact même si l'on peut regretter que le chanteur russe ait été tenu à deux exceptions près (Iolanta et la fiancée du tsar) à l'écart du plus ambitieux projet de sa maison de disques, à savoir la gravure d'une vingtaine d'opéras russes sous la baguette de Gergiev. Chez Delos, petit éditeur oblige, il se concentrera majoritairement sur le crossover qui cartonnera dans son pays natal pour s'orienter vers des récitals de mélodies russes chez Ondine. A noter qu'il enregistrera plusieurs intégrales d'opéra italien en CD (Traviata, Don Carlo, Boccanegra ou Cavalleria) où il est souvent excellent mais mal entouré.

Voici donc, à mon avis, ses meilleurs enregistrements : A noter que si le premier récital reprend tous les grands airs des opéras de Tchaïkovsky, le troisième a un titre trompeur car, s'il comporte bien les "Chants et danses de la mort" de Moussorgsky, son contenu est surtout centré sur les grands airs des opéras de Rimsky-Korsakov, Borodine, Rubinstein et Rachmaninov qui représentent les 3/4 de l'album.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Enfin pour compléter ce portrait, je conseille vivement, à ceux qui souhaitent le découvrir dans le répertoire italien, ces quelques enregistrements en dépit d'un entourage plus aléatoire :

Image Image Image Image Image

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3291
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par micaela » 11 janv. 2018, 12:07

Merci pour ce très bel hommage.
A côté des qualités que tu soulignes, il y avait aussi son excellente diction.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3414
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Dmitri Hvorostovsky-news et carrière.

Message par Loïs » 11 janv. 2018, 12:13

Lucas a écrit :
11 janv. 2018, 11:55
Enfin pour compléter ce portrait, je conseille vivement, à ceux qui souhaitent le découvrir dans le répertoire italien, ces quelques enregistrements en dépit d'un entourage plus aléatoire :
Alors même si cela ne rajoutera rien à sa gloire mais parce que peut être des jeunes ou apprentis chanteurs lisent le forum, vraiment une référence pour ce répertoire tellement usé jusqu'à la corde:

Image
Image

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3291
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par micaela » 11 janv. 2018, 12:14

C'est d'ailleurs, sauf erreur, sa seule incursion dans le répertoire baroque .
A propos de Cavalleria, s'il a enregistré l'œuvre , il semble ne jamais l'avoir interprétée sur scène (c'est l'inverse pour I Pagliacci).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1871
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par Lucas » 11 janv. 2018, 12:17

micaela a écrit :
11 janv. 2018, 12:07
Merci pour ce très bel hommage.
A côté des qualités que tu soulignes, il y avait aussi son excellente diction.
Bien sûr.

Un vœu pour conclure : qu'une maison de disques se charge d'éditer son "Guerre et paix" de Prokofiev donné au Met en 2002 avec Anna Netrebko et Gergiev. J'ai la bande chez moi et c'est absolument remarquable dans de très bonnes conditions sonores. Seul petit bémol : quelques toux intempestives et bruits de scène qu'on pourrait facilement atténuer avec les techniques actuelles. A mon avis, on n'a jamais fait mieux et cela éclipse la version Melik-Pachaïev, au demeurant excellente mais un peu handicapée par la voix quelconque de Kiblako.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3291
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par micaela » 11 janv. 2018, 12:20

Un souhait que je partage.
On pourrait aussi ressortir des archives certains enregistrements vidéo (Met ou ROH) jamais édités. Ce qui complique l'affaire, c'est que, pour certaines productions, il existe déjà un DVD (comme pour le Faust mis en scène par McVica au ROH, vu sur Classica avec Dmitri, mais disponible en DVD avec une distribution différente).
A défaut d'édition DVD, ces enregistrements pourraient au moins être diffusés à la télévision, comme ce Faust.
NB Je dis Met ou ROH, mais il y a sûrement d'autres sources exploitables, ne serait-ce que ce qui a été filmé par des chaînes russes, et qu'on trouve en masse sur YT , ou ses prestations au WSO.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10251
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Dmitri Hvorostovsky (1962 - 2017)

Message par HELENE ADAM » 12 janv. 2018, 11:34

Lucas a écrit :
11 janv. 2018, 12:17
micaela a écrit :
11 janv. 2018, 12:07
Merci pour ce très bel hommage.
A côté des qualités que tu soulignes, il y avait aussi son excellente diction.
Bien sûr.

Un vœu pour conclure : qu'une maison de disques se charge d'éditer son "Guerre et paix" de Prokofiev donné au Met en 2002 avec Anna Netrebko et Gergiev. J'ai la bande chez moi et c'est absolument remarquable dans de très bonnes conditions sonores. Seul petit bémol : quelques toux intempestives et bruits de scène qu'on pourrait facilement atténuer avec les techniques actuelles. A mon avis, on n'a jamais fait mieux et cela éclipse la version Melik-Pachaïev, au demeurant excellente mais un peu handicapée par la voix quelconque de Kiblako.
+1000

Espérons en effet que les maisons de disques se rattrapent un peu concernant cet immense artiste

Un autre hommage
http://theoperaqueen.com/2017/11/23/dmi ... rostovsky/
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 39 invités