La Divine aujourd'hui?

Les artistes
Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 11:29

aladin a écrit :Aujourd'hui il n'y aurait pas la même place pour elle tout simplement parce que le monde a changé, on ne rend plus de culte aux divinités
On ne rend plus de culte aux divinités, ou n'y a t'il plus de divinités? Quelle chanteuse d'aujourd'hui se serait imposée comme une divinité à part entière entre Tebaldi et Callas dans cette époque des années 50 qui selon toi le permettait?

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 29 avr. 2005, 12:02

Friedmund a écrit :
tuano a écrit :Elle est certes plus âgée que Callas alors mais elle est sans doute davantage crédible scéniquement de toute façon.
Etant donné le souvenir que laisse Callas à ceux qui l'ont vu en scène, c'est une hypothèse audacieuse... Vain débat auquel nous n'aurons pas la réponse de tout de façon.
pas lorsqu'elle avait 24 ans !!!
Friedmund a écrit :
tuano a écrit :Oui bien sûr mais Montserrat Caballé dans Joshua, n'est-ce pas proprement miraculeux ? Elisabeth Schwarzkopf dans le Chevalier à la Rose ? Lisa della Casa dans Arabella ?
Miraculeux sans doute, mais pas au point de forger une légende, puisque c'est bien de cela dont on parle. Par ailleurs, Callas a été miraculeuse dans une dizaine de rôles ce qui fait sa spécificité (nous avons déjà eu cette discussion sur le fil Callas précédent).

Quels que soient les mérites de Montsy et des deux éminentes straussiennes que tu as citées, Callas avait quelque chose qu'elles n'avaient pas: étreindre et fasciner dès les premières notes tout un auditoire, y compris de ceux pour qui l'opéra n'est pas coutumier. Je crois que la légende est surtout née de là.
Je ne suis pas d'accord. Je suis sûr que le public münichois a été subjugué par della Casa dès son "Ich danke, Fräulein" d'entrée. Ce n'est pas le seul exemple, il y en a heureusement beaucoup d'autres. Rien qu'à la salle Pleyel récemment, Jessye Norman entamant un récital avec des Lieder de Strauss a été immédiatement fascinante, ainsi qu'Edita Gruberova dès les premières mesures d'un récitatif de Donizetti.
Friedmund a écrit :
tuano a écrit : Je rappelle encore que Callas n'a pas rayonné de manière évidente et péremptoire, elle ne s'est pas imposée facilement.
Pour peu qu'ouvrir la Scala 5 ans après ses débuts en Italie, et multiplier les ouvertures de saison les années suivantes ne soit rien. Et toutes ces soirées furent très largement triomphales, claques pro-tebaldiennes ou pas.
Je n'ai évidemment pas dit que c'était rien mais avant l'Italie, elle avait essayé de faire carrière aux USA et ça n'avait pas marché. Les premières années italiennes ont suscité des réactions mitigées puis finalement très positives puis à nouveau Callas a été très critiquée pour son comportement de diva.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 12:11

Tuano, s'il y a légende avec Callas, c'est que sa voix a porté au dela du cercle des amateurs d'opera stricto sensu. La légende se bâtit loin des happy few. Il ne suffit pas d'être miraculeux pour être légendaire, sinon nos CDthèques seraient remplis d'intégrales officielles de Gencer, Grümmer ou Kabaivanska... ce qui n'est malheureusement pas le cas. Je crois que Pavarotti n'est pas loin d'avoir réussi la même chose ces dernières années. Et je note dans les deux cas, Callas et Pavarotti, une certaine forme de rejet de plus en plus marquée par les happy few, sans doute en contre-réaction, mais que je juge injuste: ce n'est pas par hasard que ces deux là ont su émouvoir et fasciner des gens pour qui l'opera est habituellement quelque chose de lointain.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9361
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 29 avr. 2005, 12:19

S'il y a légende parmi le grand public actuel, ce n'était pas à cause du pouvoir certain de fascination de Callas dès son entrée en scène puisque le grand public actuel ne peut pas avoir expérimenté cela. Je pense que ce serait plutôt dû à sa vie tragique comme le dit Yves, ainsi qu'à la longue campagne de marketing de EMI qui sort une nouvelle compilation ou édition Callas tous les ans.

Je n'ai pas constaté de rejet de Callas. Personnellement, je suis loin de la rejeter, je refuse simplement qu'on la considère comme étant la seule réellement fascinante, la seule réellement divine et la seule réellement légendaire. C'est peut-être la "plus" mais pas la "seule".

Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Message par yves » 29 avr. 2005, 12:26

Friedmund a écrit :. Je crois que Pavarotti n'est pas loin d'avoir réussi la même chose ces dernières années. Et je note dans les deux cas, Callas et Pavarotti, une certaine forme de rejet de plus en plus marquée par les happy few, sans doute en contre-réaction, mais que je juge injuste: ce n'est pas par hasard que ces deux là ont su émouvoir et fasciner des gens pour qui l'opera est habituellement quelque chose de lointain.
pavarotti n'est pas perçu comme divin, il restera comme une des exceptions au même titre que caruso par exemple.
Callas c'est plus que ça: son nom est devenu un nom commun d'utilisation courante comme einstein est utilisé pour qualifier les genies.

les happy fews qui c'est ??? les plus-qu'amateurs d'opéra ?? Je crois que tous venèrent ces deux dont tu parles. Peut-être y a t il du snobisme à les ignorer? C'est vrai que ça en jète plus de parler de "duschmoll" plutot que de callas avec des "connoisseurs". Mais il y a aussi le fait qu'il y a tant de chanteurs qui emeuvent et qui chantent qu'on ne peut pas parler toujours des mêmes. Il y a l'actualité! :D
"Dieux et dieux font cloître"
Traité d'arithmétique céleste, 1651, p. 78.

bajazet

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 12:32

C'est le pouvoir de fascination de sa voix, la façon dont elle la colore et elle dit les mots!

La fascination qu'engendre la qualité de chant d'une Della Casa nécessite une certaine culture artistique pour être goûtée à sa juste saveur. Callas a des qualités plus facilement accessibles, directement, par le néophyte. Pour autant, pour quitter le monde de la légende et de ses qualités 'primaires', il y a des qualités artistiques chez Callas, qui la mettent pour certains rôles très hauts par rapport à ses consoeurs, quelles que soient leur talent. Inversement à la Callas-mania, il ne faudrait quand même pas non plus banaliser Callas en contre-réactions. Callas n'est pas toujours la meilleure, je suis bien d'accord, mais il n'en demeure pas moins que pour de nombreux rôles on lui attend encore une succession!

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 12:40

yves a écrit :
Friedmund a écrit :. Je crois que Pavarotti n'est pas loin d'avoir réussi la même chose ces dernières années. Et je note dans les deux cas, Callas et Pavarotti, une certaine forme de rejet de plus en plus marquée par les happy few, sans doute en contre-réaction, mais que je juge injuste: ce n'est pas par hasard que ces deux là ont su émouvoir et fasciner des gens pour qui l'opera est habituellement quelque chose de lointain.
pavarotti n'est pas perçu comme divin, il restera comme une des exceptions au même titre que caruso par exemple.
Callas c'est plus que ça: son nom est devenu un nom commun d'utilisation courante comme einstein est utilisé pour qualifier les genies.

les happy fews qui c'est ??? les plus-qu'amateurs d'opéra ?? Je crois que tous venèrent ces deux dont tu parles. Peut-être y a t il du snobisme à les ignorer? C'est vrai que ça en jète plus de parler de "duschmoll" plutot que de callas avec des "connoisseurs". Mais il y a aussi le fait qu'il y a tant de chanteurs qui emeuvent et qui chantent qu'on ne peut pas parler toujours des mêmes. Il y a l'actualité! :D
Quelques chanteurs finissent par devenir des célébrités en dehors du microcosme opératique, et je trouve cela très fascinant: Caruso, Gigli, Björling, Callas, Pavarotti... Le plus proche de cette notoriété 'extérieure' étant peut-être Alagna aujourd'hui.

Le marketing a sa part, c'est évident. Mais je crois que ce n'est pas suffisant quand même, qu'il faut quand même autre chose pour retenir sur la durée un public qui n'est pas un public opératique. Si le fait de ne pas jouir d'une grande notoriété n'est certainement pas signe d'une qualité défaillante, je crois qu'en bénéficier est quand même un signe d'exception.

Avatar du membre
aladin
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 103
Enregistré le : 11 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par aladin » 29 avr. 2005, 13:03

Friedmund a écrit :
aladin a écrit :Aujourd'hui il n'y aurait pas la même place pour elle tout simplement parce que le monde a changé, on ne rend plus de culte aux divinités
On ne rend plus de culte aux divinités, ou n'y a t'il plus de divinités? Quelle chanteuse d'aujourd'hui se serait imposée comme une divinité à part entière entre Tebaldi et Callas dans cette époque des années 50 qui selon toi le permettait?
On parle un peu trop dans "l'absolu" je crois. Je ne m'intéresse pas trop à l'aspect "divine"de Callas, car cela se réfère à une classification des talents, et ce qu'elle m'apporte quand je l'écoute me suffit sans que j'ai à la classer. Le culte aujourd'hui est désuet, enfin pour moi, je pense que c'est une attitude d'adolescent, à un âge où on a besoin d'encenser.

En plus aujourd'hui construire une superstar est malheureusement aussi une affaire de marketing, de publicité qui peut tout à fait éclipser d'autres réels talents. Chaque artiste de qualité est "divin" dans son genre.

La Stupenda (Sutherland) aux USA est souvent placée au dessus de Callas...et en fait cela ne m'intéresse pas de savoir si oui ou non une chanteuse aujourd'hui à un statut comparable de divinité...

Je dirais que pour les gens de 20 ans Fleming a un peu ce statut prestigieux d'Assoluta(grâce à ses disques?), qui est par ailleurs erroné, et un peu vain.

Que Callas ait pu briller dans 10 rôles est bien sûr exceptionnel, unique, mais même si elle n'avait brillé que dans 2 rôles, je l'aimerais quand même, et la trouverais "Divine".

Il y a des gens qui trouvent que Tebaldi n'a pas ce statut. C'est peut-être qu'ils n'ont pas vécu les années 60(moi non plus) quand elle déclenchait l'enthousiasme là où elle se produisait.

Il faut savoir dissocier la légende posthume, de la renomméeeffective lors de la carrière, du succès au box office, et d'un Panthéon personnel , qui peut très bien mettre Cathy Berberian au dessus de Callas par exemple:-)...

Rosa Ponselle fut une Divine, comme Maria Jeritza en son temps.

On n'en parle plus aujourd'hui, faute de médiatisation, et d'enregistrement au son supportable pour les jeunes...

La question soulevée en ce fil était je crois que serait Callas aujourd'hui par rapport à une Dessay ou une Waltraud Meier...dans le cadre du milieu lyrique, bien sûr. Parce que ne rentre pas ici en ligne de compte l'idée de célébrité absolue qui a entouré Callas.

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1276
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Message par offenbach » 29 avr. 2005, 13:15

Voilà. C'est ça.
Et puis, la Callas est géniale, oui. Mais elle doit aussi son statut de Divine au fait qu'elle a été parmi les premières (sinon LA première) à faire de l'opéra une tragédie, et non plus des pirouettes vocales.
Et force est de constater qu'aujourd'hui des chanteuses-tragédiennes, il y en a bcp: Dessay, même dans Lucia (et avec sa voix trop légère), est une excellente actrice. Diana Damrau, dans le même répertoire, est aussi une tragédienne hors pair. Pour un peu, je dirais qu'elle est la Callas de la Reine de la Nuit. Et dans Constance de l'Enlèvement au Sérail, elle offre un portait du personnage qui se hisse au niveau de celui offert par Callas...

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 29 avr. 2005, 13:17

offenbach a écrit :Voilà. C'est ça.
Et puis, la Callas est géniale, oui. Mais elle doit aussi son statut de Divine au fait qu'elle a été parmi les premières (sinon LA première) à faire de l'opéra une tragédie, et non plus des pirouettes vocales.
Et force est de constater qu'aujourd'hui des chanteuses-tragédiennes, il y en a bcp: Dessay, même dans Lucia (et avec sa voix trop légère), est une excellente actrice. Diana Damrau, dans le même répertoire, est aussi une tragédienne hors pair. Pour un peu, je dirais qu'elle est la Callas de la Reine de la Nuit. Et dans Constance de l'Enlèvement au Sérail, elle offre un portait du personnage qui se hisse au niveau de celui offert par Callas...
Ah bon, Callas a chanté l'Enlèvement au sérail ????

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 35 invités