Dossier Françoise Garner

Les artistes
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Dossier Françoise Garner

Message par JdeB » 29 sept. 2014, 08:56

Rencontre avec Françoise Garner



Vous êtes née dans une famille d'artistes ?


Pas du tout. Non, à part ma grand-mère paternelle qui aimait le chant, une Française née à Paris. Dès son lever, elle descendait, elle se mettait à son piano, elle avait poudré ses cheveux et elle en jouait. Elle avait un frère qui jouait du violon, dans sa famille, ils étaient mélomanes et même, pour certains, musiciens mais personne ne chantait.

Avaient-ils des disques d'opéra ?


Non. Vous pensez? A l'époque, pour la bourgeoisie, ceux qui faisaient de la scène, c'était presque comme le théâtre au temps de Molière !
Quand j'étais petite, je me souviens, j'allais voir ma grand-mère paternelle, c'était pendant la guerre, et elle me disait « Toi, tu chanteras ma petite, allez, chante ! » je me mettais sur son lit et je vocalisais (vocalises de la Reine de la Nuit), ou des vocalises de Lakmé, et elle me disait, « Tu chanteras, ma chérie, toi, tu chanteras. Il faut faire du solfège, il faut faire de la musique. » Et puis voilà !

Elle vous a encouragée ?

Oui. Et peu de temps après, la pauvre, elle est morte, malheureusement.

Donc elle ne vous a pas vue sur scène ?

Non, ah, non...

Et quel a été le déclic ?


Le déclic je crois que c'était en moi, que j'ai toujours voulu chanter. c'est elle qui me l'a insufflé... Une vraie vocation.

Et il y a quelqu'un qui vous a confirmé que vous aviez une voix ?

C'est très compliqué, cette histoire !
Donc j'avais un grand père qui était Autrichien, Otto Garner, et qui était le patron du grand hôtel Garner à Leoben en Autriche. Et puis, après il est venu en France et s'est fait naturaliser français. Il est devenu directeur de l'Hôtel Astoria à Saint Pétersbourg et de l'hôtel Majestic à Paris. Quand il dirigeait l'Hôtel Majestic, il est mort alors que mon père n'avait que dix-sept ans. C'était l'aîné. Mon grand-père était un homme terrible, et n'admettait pas que ma grand-mère arrive dans l'hôtel en poussant le landau : « Mais Kesque fous faites Gabrielle, cela ne se fait pas !! » Il y avait des nurses pour les enfants, des valets de pied, des domestiques dans la propriété. Quand il est mort la grande fortune n'a pas résisté longtemps, ma grand-mère n'était pas une femme d'affaire et d'après ce que j'ai entendu le parrain et la marraine de mon père y seraient pour quelque chose. Enfin, le jour où on lui a volé tous ses bijoux sa santé n'y a pas résisté.
Les personnes qui ont racheté l'hôtel à ma mère ne pouvaient pas avoir d'enfants ; ils ont vu notre situation familiale (mon père et ma mère s'étaient fiancés à 17 ans et mariés à 22). Ils ont eu ma sœur, moi, mes deux frères. Ma mère était très fatiguée et déprimée et ces personnes ont dit « On va prendre cette petite avec nous. »
Ce sont ceux qui m'ont aidé et m'ont en partie élevée. Ils ont suivi l'idée de ma grand-mère, ils m'ont fait apprendre le solfège, le piano.
J'étais chez Madame Samuel Rousseau et cette dernière a dit un jour à cette dame que j'appelais Mamie, « Vous savez, cette petite a une voix, il faut absolument qu'elle fasse du chant et lui trouver un professeur.»
A Marseille où nous étions allés habiter avec mes parents, mon premier professeur a été Madame Mireille Sabatier, qui a terminé sa carrière en chantant Werther à Marseille.
C'est elle qui m'a donné mes premières leçons de chant. C'est la première qui m'a parlé du souffle et de l'ouverture vers l'arrière pour les sons suraigus. C'était vraiment un bon professeur. Elle était également le professeur de Gines Sirera avec lequel j'ai chanté Traviata à Marseille.
Un jour elle a dit : « Il faut maintenant qu'elle parte en Italie. » A ce moment, on donnait à Paris Mozart de Reynaldo Hahn avec Graziella Sciutti. Mamie est allée la voir et lui a demandé qui était son professeur. Graziella a répondu que c'était Madame Maraliano Mori au Conservatoire de Rome.
Je suis partie à Rome, j'ai fait une audition, et je suis restée à partir de 1954, pour des cours privés pendant deux ou trois ans.

Elle était professeur au conservatoire mais elle donnait des cours privés ?

Au conservatoire où finalement après audition je suis restée encore trois ans. J'ai fait les diplômes pour être professeur de chant car lorsque j'ai passé mon premier examen, le directeur a dit « Cette petite ne chantera jamais, elle a une trop petite voix. » J'étais désespérée, je pleurais, je pleurais... Une nuit, j'ai rêvé de ma grand-mère qui me disait « Ma chérie, ne t'inquiètes pas, tu feras une carrière... » Depuis, elle ne m'a plus jamais parlé...
J'ai continué de travailler. Pour être professeur de chant, il fallait le diplôme de solfège, d'harmonie, de piano, d'histoire de la musique, de littérature, de géographie... c'était très dur et stressant...
Un jour on a trouvé que j'avais fait des progrès et j'ai préparé en même temps le diplôme de chanteur.
Je suis rentrée en France et je me suis présentée au concours pour l'Opéra Comique.

Donc là, c'est Le Dernier sauvage de Menotti ?

Oui. c'était mes débuts...
Ah, non ! Je suis partie à Vienne deux ans pour étudier avec Madame Ludwig, la mère de Christa, qui était cantatrice elle aussi, et l'été, j'allais à Salzbourg pour continuer de travailler avec elle.
On n'arrête jamais d'essayer de se perfectionner.
Au festival de Salzbourg, j'ai donné un concert dirigé par Paumgartner dans les airs pour colorature de Mozart.
Ensuite, j'ai préparé le concours de l'Opéra Comique et j'ai été prise.
Ma grande chance, cela a été de faire partie de la troupe parce qu'on apprenait le métier. Le Menotti, c'était le premier grand rôle, mais ensuite j'ai attendu trois ans avant de chanter de nouveau un rôle un peu important.
j'ai fait la voix dans Mireille -à 20h30, j'étais au théâtre pour monter dans les cintres à minuit moins le quart.
Dans Mireille il y avait De Pondeau, Esposito, Guiot, Caroline Dumas, Jacqueline Brumaire... Geori Boué, je l'ai entendue pour ses adieux dans Werther.
Dans la troupe, nous étions nombreuses.
J'admirais Mady Mesplé, il y avait également Eda-Pierre... Chaque fois on me faisait apprendre des rôles pour être doublure ou triplure.

Il y avait une alternance ?

Non, on me faisait apprendre le rôle au cas où. On me disait, « Tu sais, je ne suis pas très bien... Prépare-toi... » et puis au dernier moment... (rires) Elle était toujours très bien.
Il fallait rester chez soi et attendre.
Mais on apprenait son métier. On avait de grands pianistes, Madame Gedda, Mlle Martinet, Mme Féjard, Madame Cochet.
C'est avec ces chefs de chants qu'on apprenait le répertoire. Les rôles que j'ai appris à l'Opéra Comique, je ne les ai jamais oubliés. J'ai chanté : Lakmé, Les noces de Jeannette, Les Noces de Figaro (Suzanne), Les Pêcheurs de perles, la poupée des Contes d'Hoffmann, Lucia di Lamermoor.
Entre temps, j'étais retournée à Vienne pour un récital avec Eric Werba.
Une année, je devais faire la voix dans Don Carlos. j'étais ravie, c'était mes débuts à l'Opéra de Paris. Un chef me convoque dans son bureau et voilà qu'il ferme la porte à clé ; il me fait comprendre qu'il doit aller à tel endroit et que si je voulais y aller aussi... et si et si et si... J'ai refusé, alors il m'a enlevé le rôle.
J'étais désespérée et j'ai fait un scandale. Je suis allée voir Bondeville [le compositeur et directeur de l'Opéra de Paris] et je lui ai dit : « Voilà ce qui se passe, monsieur le directeur. Il a voulu me pincer les fesses, je n'ai pas voulu le faire, et il m'a enlevé le rôle. » Bon Dieu, il était plié en deux de rire et m'a répondu : « Ne vous inquiétez pas, vous aurez votre revanche. »
Un mois après, je faisais Rigoletto.

Et qui chantait le rôle de Rigoletto ? Massard ?


Oui, Robert Massard, Matteo Manuguerra, Julien Haas, Henri Peyrottes...
Henri Peyrottes, il aurait démoralisé un régiment... Mais quelle belle voix !

Et les séries de représentations étaient longues ?


Vous savez quelquefois, le dimanche, on avait après midi et soirée à Comique.

Ah, vous assuriez les deux représentations ?

Non.
C'étaient des séries très longues toujours avec la troupe. Les Français passaient en premiers et de temps en temps on invitait un étranger. Ce fut un désastre la fermeture de cette salle.

Oui, avec Liebermann.


Oui, évidemment. Maintenant, les troupes c'est fini. Même pour les théâtres de province qui aujourd'hui sont souvent régis par les impresarii... Avant, les directeurs nous téléphonaient directement.

Mais à l'époque où vous avez débuté, Gilda, vous aviez un agent ?


Non.

Vous n'en avez jamais eu ?

Si, un peu plus tard. Monsieur et Madame Ribera pour la France et Alberto Mainenti pour l'Italie ainsi que Michel Glotz, pendant dix ans, qui m'a fait faire deux choses.
Alors, je lui ai écrit en lui disant que je n'acceptais pas cela. Quand même ! Il ne faut pas prendre les artistes pour des... Alors, cela a été fini.
A une époque, je n'avais pas tellement besoin d'impresarii parce que les directeurs me téléphonaient directement. Ensuite, j'ai eu la chance qu'il y ait madame Ingpen à l'Opéra.
1977 marque le début de ma carrière internationale, avec le Comte Ory dirigé par Maître Plasson.

Il y avait Sénéchal...


Il y avait Sénéchal... Ce rire... j'en étais malade.

Vous l'avez refait à Genève aussi ?

Oui, la dernière série. Il y a eu neuf représentations : Hugues Gall était directeur.
La dernière scène dans le lit, avec Sénéchal en chemise de nuit, avec le bonnet de nuit et la bougie, entre Renée Auphan et moi, c'était à mourir de rire. Dans les coulisses, je lui disais « je ne te regarde plus... »

Mais c'était une rareté à l'époque, le Comte Ory ?

C'était une création. Nous l'avons créé à l'Opéra Comique.
Lorsque le Festival d'Aix a donné cet opéra on a dit à la radio que c'était une création ; j'ai téléphoné à France 3, pour leur dire que cet opéra s'était donné bien avant, à l'Opéra Comique avec Eliane Manchet, Sénéchal, et Bisson puis avec Mallabrera et moi. On a plus dit dans les journaux que c'était la création... Il faut remettre les pendules à l'heure.

Absolument.

Pour cet ouvrage, j'étais prise comme doublure, mais je ne devais pas faire un spectacle. Donc j'y allais avec mon ami, (« mon mari et mon maître », comme dans la chanson). On assistait à toutes les répétitions, mais au bout de trois semaines de répétitions, on en avait assez...

Mais on a l'habitude de dire que les productions se montaient rapidement à l'époque.

Pensez vous ! Pas à l'Opéra comique, cela durait un moment... Il y avait dix spectacles... Et la pauvre Eliane Manchet qui avait une très belle voix était souffrante. Elle allait chez le docteur, et mon ami, en bon italien, disait « Mamma mia ! » On en avait assez. Je demandais au metteur en scène de me faire répéter, et il me répondait : « Non, non, vous n'avez qu'à regarder les autres » je répétais seule dans mon appartement, devant la glace.
Et un jour, j'arrive. La répétition était avec orchestre puis, tout d'un coup, tout le monde à mes pieds. « Madame Garner, est-ce que vous êtes prête ? » Bien sûr, j'étais prête. J'ai fait la répétition musicale et l'orchestre a applaudi. C'était Michel Plasson qui dirigeait.
Le temps passe. Eliane Manchet rechante. Générale en costumes. « Madame Garner, Madame Garner... » J'ai fait la générale en costumes, sans me tromper une seule fois. Madame Ingpen est descendue, et m'a dit « Monsieur Liebermann a dit que vous ferez les premières. ». Si je me souviens bien, j'en ai fait six.
Michel Plasson m'a voulue ensuite à Vérone pour Roméo et Juliette, j'ai donc étais la première cantatrice française à se produire dans les Arènes. Et cela s'est enchaîné. l'année suivante, j'y ai également chanté Butterfly et pour mon interprétation on m'a décerné le Puccini d'Or. Enfin il y a eu toujours à Vérone Traviata.

Et la Scala ?

Pareil, en 1977 dans Faust, avec Kraus et Ghiuselev, dirigé par Georges Prêtre dans la mise en scène de Jean-Louis Barrault, qui était magnifique.

Donc, c'était le bouche à oreille de directeurs, qui faisaient vraiment leur travail de direction artistique...

Oui, après cette époque, je continue ma carrière. M. Duffaut me téléphonait ainsi que Monsieur Grinda, Monsieur Aymé, Monsieur Cabourg puis Paul Ethuin : « Françoise, est-ce que vous êtes libre ? »
Les choses se sont enchaînées, les années ont passées, Madame Ingpen était toujours à l'Opéra.
Je pars en vacances un été, en Italie avec des amies et Tanino. On arrive à l'hôtel et quelques jours après, coup de fil « Allo, c'est Madame Ingpen au téléphone. J'ai su que vous étiez là, est-ce que vous pouvez faire une audition à Salzbourg pour le Met, pour Maestro Levine, parce qu'on cherche une Konstanze (en allemand) ? »
Évidemment, nous voilà partis.

Vous l'aviez à votre répertoire, Konstanze ?

Oui, oui, je l'avais déjà chanté à Tours, et puis je devais le faire à Dijon mais M. Grinda m'avait gentiment libérée pour la Scala.

Cela suppose qu'on savait toujours où vous étiez.

Oui, bien sûr.
Nous sommes allés à Salzbourg. Évidemment, l'audition, à l'époque est passée par l'agence Glotz, c'est Madame Moroni qui s'occupait de moi. Le lendemain de mon arrivée, j'avais l'audition. J'ai attendu très longtemps et Tanino, en bon italien, s'est impatienté parce que le temps passait. Il me dit, « On s'en va ! » Je lui dis « Ah, non, on ne part pas !! Je suis ici, je fais l'audition. » Il commence à s'énerver, « On ne te respecte pas, on te fait attendre... » Je lui dit « Tanino, moi, je reste » On me fait passer en dernier, Je me souviens, c'était le décor du Songe d'une nuit d'été. C'était de l'herbe. Sur scène, on s'enfonçait, alors j'ai dit « excusez-moi » et j'ai enlevé mes chaussures... (rires) Il y avait James Levine, très sympa d'ailleurs. Et j'ai chanté Linda de Chamonix et les Pêcheurs de perles. Et j'ai été engagée au Met. J'ai enchaîné avec Les Puritains, toujours au Met avec Fisichella, S. Ramey, et S. Milnes, sous la direction de R. Bonynge. Ensuite, je l'ai chanté à Bordeaux, toujours avec Fisichella et Zancanaro.

Et les grands moments ?
J'ai vu qu'à Rio de Janeiro, vous aviez créé du Milhaud.


Oui, c'est très beau d'ailleurs... Saint Louis, roi de France. Sur un texte de Joinville. Il y avait un orchestre sur scène et un autre dans la fosse.
C'était très intéressant, et je ne l'ai redonné qu'une fois, en concert à Rouen. Cela doit coûter très cher à faire, étant donné qu'il y a deux orchestres.
A la suite de ça, Darius Milhaud m'a donné ses mélodies, que j'ai chantées au Festival d'Aix du temps de M. Dussurget qui m'a aussi engagée dans la Reine de la nuit.
Darius Milhaud est venu m'entendre dans un fauteuil roulant, le pauvre.
J'ai travaillé ses mélodies avec Pierre Bernac, et les mélodies de Poulenc, avec Poulenc lui-même.

Et les Dialogues, vous les avez chantés, aussi ?

Oui. La nouvelle prieure, c'est le rôle que je préfère. P. Bernac avait fait le voyage quand je l'avais chanté en Avignon dans une mise en scène de Margharita Wallmann.

D'après les photos, cela avait l'air magnifique.

Oui. Et l'échafaud, on ne le voyait pas, on ne voyait que les escaliers, mais chaque fois qu'une tête tombait, il y avait un accord à l'orchestre. Ah, c'était terrible !

Et vous parliez des grands partenaires, vous parliez d'Aragall...

Oui, c'était une des plus belles voix... Bon comédien. Par contre, avec Kraus, on était transparent. Il n'était jamais le personnage, il était Kraus, et puis c'est tout. Belle voix, belle technique mais pas de chaleur.
En France, il y avait Alain Vanzo qui possédait aussi une voix magnifique et qui était un adorable partenaire. Je pense aussi à Charles Burles et à Mallabrera.
Comme baryton, je veux citer Michel Trempont, Robert Massard et Ernest Blanc. C'était les beaux jours de l'Opéra Comique et de l'Opéra.

Vous avez fait Faust, les Contes d'Hoffmann, Traviata avec A. Kraus et G. Aragall.
Comment êtes vous passée du répertoire de soprano léger à celui de soprano dramatique ?


Avec l'âge. Et grâce à Tanino. Je chantais Lakmé et le contre-mi bémol me donnait du souci. J'avais fait la Reine de la nuit. Enfin, je préparais Rigoletto à Toulon avec Schiavi. On répète et je vois un monsieur qui ressemblait à Pierre Brasseur et qui faisait la moue quand je chantais. Je me dis « Mince alors, mais que se passe-t-il ? »
Je le revois à la première représentation, j'essayais de le faire parler, alors, je passais devant (Ombre légère et passagère)... il ne dit rien. Et puis bon, le destin. J'allais toujours dans une pizzeria et lui, toujours chez Mimi à Toulon. Ce jour là j'ai voulu changer et aller au café, mais il y avait une fumée terrible et on est retourné à la pizzeria. Tanino et Schiavi arrivent, Chez Mimi est fermé. On se retrouve à la pizzeria. Et puis, je vois cet homme, attablé. Je vais le voir, et je lui dit, « Maître, puis-je vous parler ? » Je lui demande ce qu'il pense de ma voix. Et il me dit « La voix est belle mais tout est à refaire. Vous n'avez pas les graves... » Je lui dit : « Bon, alors donnez moi une leçon demain. » Il me donne un cours, me fait faire des vocalises, et puis je ne savais pas faire les sons de poitrine, on ne sait pas faire cela en France.
Ce n'est pas parce qu'on a la poitrine, qu'on ne sait pas faire les aigus. Mais ici, on met le grenier avant la cave.
Il m'a donné des résonances de poitrine et je me sentais bien. Il repart mais je me dis « cet homme, il faut que je le revoie ». Il donnait des conseils à la Scala et quelquefois on l'appelait vers onze heures du soir : « viens vite, Tanino, j'ai un problème. » Il prenait sa voiture et il partait.
Je pars à Monza étudier avec lui mais j'avais un rhume terrible, une trachéite. Je me dis, « qu'est-ce que je fais ? c'est ma chance, peut-être, cet homme ne va pas me croire si je lui dis que je suis malade, il va penser que je raconte une histoire pour ne pas y aller? il verra dans quel état je suis, je vais travailler Traviata, cela tombera bien ! » Je toussais après chaque note. Il faisait un temps terrible, de la neige, je glisse, je tombe ! Malgré tous ces problèmes, il m'a fait travailler.
A la suite de ça, j'avais toute une série de Pêcheurs de perles à Gand ; je lui demande de venir avec moi car je ne voulais pas perdre ce qu'il m'avait enseigné. Il me le disait "un défaut se prend en un soir et il faut six mois pour le perdre..."
Il m'a suivie jusqu'à sa mort (à la suite d'un cancer), pendant douze ans. Et c'est là qu'a commencé un nouveau tournant dans ma carrière.
Quand on dit qu'il ne faut pas les sons de poitrine ça m'amuse...

Et comment qualifieriez-vous cette technique que certains appellent « française » ?

Ce n'est pas vrai, il n'y a pas de technique française. Il n'y a qu'une, la bonne. Mais il y a plusieurs styles. Le style français, c'est-à-dire, pas de portamento, pas de sons trop couverts, c'est une langue assez blanche mais il faut le chanter, quand même, comme en italien, la voix libre de la poitrine aux aigus.
Par contre, le style italien, la couverture, les résonances de poitrine, car on peut faire de la poitrine sans écraser.
Finalement, pour l'allemand, c'est un peu tubé. Ils confondent tous ici, technique et style.

Et quand on lit certains éminents critiques de la presse spécialisée qui parlent de la disparition de la « grande technique française », depuis le retrait de la scène de Geori Boué, Ninon Vallin etc...

Quand on est mort, on a toutes les qualités. Et puis on peut écrire de grands livres sur la technique et être incapable de chanter.
Je pense qu'il est presque impossible d'écrire de grands livres sur la technique car, comme je le disais, il n'y en a qu'une, la bonne qui se résume en peu de mots, mais certains détails doivent s'adapter à la morphologie des élèves.

Il parlait de format vocal, de couleur et de technique ?

Oui, pas serré mais grand et libre.

Mais pour la musique baroque, ce n'est pas qu'une question de puissance, mais de style.

On peut avoir le style et chanter du baroque avec la voix. Les voix doivent remplir tout un espace. Et quand on chante dans des lieux aussi immenses que Vérone et Orange?
Ce la passe merveilleusement bien parce qu'il y a une acoustique formidable.
Malheureusement, à Orange, un vent terrible.
Quand j'ai chanté Hérodiade à Orange, un remplacement au pied levé de Montserrat Caballé souffrante, il faisait un vent et un froid terrible. Ceci dit, j'aimerais bien retourner à Orange, ne serait-ce que pour un récital.
Je suis restée sur ma faim. Orange, c'est beau. c'est superbe.
Un autre beau souvenir, c'est Faust au Palais des Papes, dans la cour d'honneur... Il y avait un vent épouvantable, mon père était parti tellement il faisait froid et moi je chantais en haillons au dernier acte. Pourtant je n'ai pas attrapé de rhume. Quand on est dans le rôle, on n'y pense pas. Et c'était très beau comme mise en scène. Et ensuite, on l'a fait à Montréal toujours grâce à Monsieur Duffaut.

Ah, la Marguerite de Montréal.


Oui, avec Fisichella, Massard, Auphan et Pierre Thau.

Monsieur Duffaut a été très important dans votre carrière...

Oui, ainsi que Gabriel Dussurget, Monsieur Aymé, Monsieur l'Huillier, Jean Cabourg, Paul Ethuin, Gérard Boireau, Michel Plasson. C'est grâce à lui si je suis allée à Vérone pour chanter la Juliette de Gounod avec Luchetti, Leo Nucci, F. Barbieri.
L'année d'après, j'avais loué un studio à la mer, pour me reposer car je devais chanter Butterfly à Aix. Butterfly devait se donner à Vérone. Je dis à Tanino, « on va y aller, pour voir un peu le spectacle »
Je suis dans la loge (car on a droit à une loge à vie quand on y a chanté) et des amis me disent que je devrais le chanter aux Arènes de Vérone ; je leur réponds que ce serait fou. Mais à l'entracte, Tanino arrive en courant et me dit « Capelli veut te voir et m'a demandé si tu peux faire Butterfly et auditionner » Le lendemain j'auditionne, tout d'abord au piano, puis avec le chef de chant, puis avec le chef d'orchestre et on me dit « dans quinze jours, c'est votre tour. »
J'ai fait quatre représentations. C'est souvent arrivé dans ma carrière, des coups de chance, de hasard.

Après vous avez fait Traviata, toujours à Vérone...

Oui, avec Bruson. j'aurais également dû chanter Norma, mais malheureusement le directeur est mort et tout a changé.

Et Norma alors ?


Je l'ai chanté à Toulon, à Rouen, à Dijon... et Sydney.

On va parler de Monsieur Aymé...

Oui. C'était la chance, car si on chantait pour lui, on chantait dans cinq théâtres. Mais pour arriver à chanter à Nice, il fallait faire ses preuves avant. Il y avait Montpellier, Béziers, Perpignan, Nice et Toulon, et les Arènes de Nîmes, où j'ai chanté Micaëla. On se retrouvait entre le taureau et le chanteur ! (rires)

Oui, vous me disiez que quand la saison tauromachique était bonne, les cachets étaient plus élevés !

Oui, et pour Carmen, il y avait une vraie mise à mort, et pour Mireille, il y avait la course camarguaise.
Maintenant, les directeurs passent par des impresarii, à part M. Duffaut, qui m'a contacté directement (mais il y a trente ans que nous nous connaissons).
Il me prend peut-être par amitié, mais aussi parce que (je l'espère) j'ai un peu de talent.


Et à Nice, qu'avez-vous chanté ?

Lakmé, les Contes d'Hoffmann, le Barbier et les Pêcheurs de perles.

Et à Nîmes ?

J'ai fait Rigoletto à mes débuts avec Gustave Botiaux et Ernest Blanc. Ernest Blanc, quelle belle voix de baryton ! Quel bel artiste et bon camarade. Son fils est chef d'orchestre et je sais que c'est pour lui une grande joie.

Mais vous avez chanté sur tous les continents. Les lieux les plus exotiques, quels étaient-ils ?


Rio, Santiago (Manon), New-York, Montréal, Sidney, Barcelone, Madrid et presque dans toute l'Italie

Vous m'aviez parlé des particularités du public du Met...

Quelle horreur ! On était allé entendre Tosca avec Bonisolli, Juan Pons...
Les gens ne réagissent pas du tout, ils s'en vont petit à petit. Cela a fini demi salle. Et lui, quand il est mort, je ne vous dit pas les bonds : il a roulé, on était mort de rire. Il était complètement fou mais... belle voix.
J'ai fait un Faust avec lui à Monte Carlo ; il était vexé parce que mon nom était avant le sien sur l'affiche. Il disait que je faisais partie d'une mafia. (rires) Alors il a dit à Grinda que c'était inadmissible !
Mais Grinda riait.

Et aujourd'hui, vous êtes également professeur ?

Oui, de temps en temps, tout en continuant de chanter. J'ai fait un récital en Avignon en 2001 et Tosca en 2003.
Je suis reconnaissante à Monsieur Duffaut qui n'a pas tenu compte de l'âge, car souvent maintenant le physique et l'âge comptent plus que le talent...
Cet été, je suis retournée à Lamalou pour un concert. J'y avais chanté Manon et Traviata à mes débuts.
Et c'était mignon comme tout, car les antiquaires avaient donnés les meubles pour les décors.
Il y a peut-être de petits théâtres mais il n'y a pas de petits publics.
Ces festivals qui donnent du bonheur aux artistes et au public devraient être aidés et avoir plus de subventions, de même que pour tous les théâtres de province qui programment du lyrique.
j'espère qu'un jour le gouvernement comprendra qu'il faut les aider davantage.

Est-ce qu'il y a des rôles que vous avez aimé plus que d'autres ?


Oui. Butterfly et Norma.

c'est votre grand regret de ne pas l'avoir chanté plus souvent ?


Oui. j'aurais voulu faire mes adieux dans un de ces rôles.

Traviata, cela ne vous a pas marquée ?

Si, mais la plus belle mise en scène était celle d'Avignon. j'aime les rôles dramatiques où l'on peut jouer vraiment. j'ai toujours préféré le deuxième et le troisième acte dans Traviata. c'est là où je m'éclate comme dans le Trouvère, au Miserere.

Vous avez chanté des raretés pour votre époque. J'ai vu une Rita de Donizetti à Gand.


Mon Dieu, j'en ai chanté une autre, le Duc d'Albe. On ne l'a plus jamais donné en France.
Mais je n'ai aucun regret de rôle : je n'ai jamais voulu chanter ce qui ne me plaisait pas. Par exemple, je n'ai jamais voulu chanter l'intégrale de Linda di Chamounix, je faisais l'air dans le Barbier, cela faisait un triomphe... Ou encore en bis en récital.

On n'est pas convainquant quand on n'y croit pas soi-même ?

Oui, c'est cela. Si je ne peux pas rentrer dans le rôle, si ne n'y crois pas, je ne le fais pas.
J'aimais les rôles dans lesquels je peux m'épanouir. Hérodiade, le duo est très beau, avec le baryton, il y a de beaux passages.
J'ai fait Thaïs avec Fondary à Montpellier. c'est tout à fait lui, dans Athanaël. Athanaël et Scarpia, c'est lui. Il a également chanté dans Hérodiade avec moi à Orange.

Je n'ai jamais pu chanter Otello, car je trouve le rôle gnan gnan... J'ai refusé Guillaume Tell aussi, avec Pizzi au Théâtre des Champs Elysées, « Sombre forêt », il n'y a rien ! J'aime les rôles qui vont crescendo, où c'est tragique à la fin.

Que diriez-vous aux contempteurs du chant français qui disent que ce répertoire là est finalement un peu mièvre, comme Lakmé ?

Déjà, dans Lakmé, c'est en le chantant avec la voix... d'abord, le contre-mi n'est pas obligatoire, alors autant le chanter sans contre mi, avec une voix plus large. On peut avoir la voix large et des vocalises et des notes piquées, et ce n'est pas le contre mi qui donne l'émotion, c'est le médium qui donne l'émotion... Ce ne sont pas les cocottes...

Le fameux duo avec Mallika, on ne comprend jamais rien.


Mais c'est là où il faut le médium... Sinon cela fait gnan gnan, parce qu'on le chante de là à là, au lieu de le chanter de la cave au grenier... Avec les tripes.

Et Gluck cela ne vous aurait pas tenté, ce genre de personnage ?

Pas tellement, par contre j'aime bien la Comtesse, j'aime bien Susanna, j'ai fait aussi Donna Anna, à Reims. Avec M. Grinda.

Donc, il y avait tous ces gens, comme Messieurs Aymé, Grinda, Cabourg ou Duffaut, qui ont fait la vie lyrique en France...

Oui. Mais je n'ai pas terminé !! Que Dieu m'entende. Je n'ai pas fait mes adieux scéniques, et je donne aussi des récitals ; j'ai un programme de mélodies, qui avait beaucoup plu à Bordeaux, il y a deux ans : Scarlatti, Paisiello, Bellini, Gounod, Massenet, Duparc, Hérodiade, Adrienne, Ernani... (Elle chante. )
J'espère pendant encore quelques temps donner du bonheur au public et de l'amour : c'est la technique du cœur !!!

Merci infiniment de nous avoir reçus.

Propos recueillis par Jérôme et Emmanuelle Pesqué.
Transcription et mise en ligne effectuées par Emmanuelle Pesqué.

Chronologie : quelques jalons


Née à Nérac, ville d'Henri IV

12 novembre 1963 Création du Dernier sauvage de Menotti à Favart (S. Baudo / G.C Menotti) avec G. Bacquier, X. Depraz, Y. Bisson, J. Van Dam

27 juillet 1964,Festival d'Aix-en-Provence,
Les Saisons de Haydn
P. Maag, dir
F Garner, M Sénéchal, Frido Meyer-Wolff

décembre 1964 , Zoroastre à Favart (C. Eda-Pierre, M. Herbé, D. Scharley, J. Boulogne, S. Michel, E. Tappy, R. Soyer, J. Van Dam dir. M. Rosenthal)

1965 Le Barbier de Séville à Favart avec A. Mallabrera, JP Laffage, X. Depraz.

1967 Lakmé à Favart

26 janvier 1967 Le Barbier de Séville à Favart avec Gérard Dunan (Almaviva); Robert Massard (Figaro); Roger Soyer (Basilie)

16 juillet 1967, Aix-en-Provence, cathédrale, Messe en ut de Mozart dir Jacques Houtmann

23 septembre 1967 Rigoletto à Garnier avec René Bianco, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan, Denise Scharley dir Pierre Dervaux

Novembre 1967 , Rigoletto à Garnier avec R. Gardes et M. Dens dir. J. Périsson

1968
Le Barbier de Séville à Toulouse avec Charles Burles, Pierre Le Hémonet, Gérard Serkoyan, Victor Autran
5 avril et 19 septembre 1968 Le Barbier de Séville à Favart avec Albert Voli, Claude Calès, Géard Serkoyan / R. Massard, Georges Daum. Direction Musicale: Jean Claude Hartmann.
7 juillet 1968, Aix-en-Provence, Cathédrale, Deux motets de Vivaldi (Ensemble instrumental de France dir JP Wallez)
10 novembre 1968 , Rigoletto à Toulon (Tony Poncet et Ernest Blanc)
18 novembre 1968 , Rigoletto à Nîmes ( E. Blanc, G. Botiaux, A. Legros )

1969
19 janvier 1969 , Limoges, Les contes d'Hoffmann ( H. Peyrottes, M. De Pondeau)
24 janvier 1969 , Favart, Le Comte Ory avec André Mallabrera, Jean-Christoph Benoit, Roger Soyer
16 juillet 1969, Château d'Ansouis (dans la cadre du Festival d'Aix), concert Mozart avec Janine Reiss au piano
22 juillet 1969, Château du Tholonet (dans le cadre du Festival d'Aix), air de concert K. 416 "Mia speranza adorata" de Mozart, Orchestre de Paris dirigé par Karl Munchinger.
9 août 1969 , Favart, Le Comte Ory avec Michel Sénéchal, Jean-Christophe Benoit, Roger Soyer
15 novembre 1969 , Favart, Le Comte Ory avec André Mallabrera, Claude Calès, Roger Soyer

1970
1970 , Les Noces de Figaro à Favart (rôle de Suzanne)
4 et 11 février 1970, Favart, Le Comte Ory avec Michel Sénéchal, Jean-Christophe Benoit / Michel Trempont, Roger Soyer
6 avril 1970 , Rigoletto à Garnier (J. Liccioni, H. Peyrottes, F. Giband)
11 octobre 1970 , Le Barbier de Séville à Favart (R. Massard, C. Burles, X. Depraz)
1 novembre 1970 , Les pêcheurs de perles à Béthune (C. Burles, A. Fondary, C. Portanier)

1971
28 janvier 1971 Le Barbier de Séville à Lille ( C. Burles, R. Massard, J. Mars)
2 février 1971 , Lakmé à Gand (C. Burles, P. Le Hémonet)
4 mars 1971, Rigoletto à Montpellier avec Felice Schiavi et Charles Burles.
12 mars 1971 Le Barbier de Séville à Favart ( C. Burles, C. Calès, G. Serkoyan)
15 avril 1971 Lucia Di Lammermoor à Favart avec A. Vanzo, Marie-Luce Bellary, R. Massard, Félix Giband, J. Dupouy, R. Dumé
11, 16, 23, 29 juillet 1971 , Aix, La Flûte enchantée (J. Gomez, E. Tappy, F. Lindauer, D. Perriers, V. De Narke dir. R. Giovaninetti)
12 décembre 1971 , Reims, Rigoletto (R. Herbay / P. Pierrick, F. Garner, Charles Burles, Jean Léquipé, Tadeus Wierzbicki
18 décembre 1971, Nîmes, Les Pêcheurs de perles avec M. Dens et J. Dupouy.

1972
4 février 1972 , Les pêcheurs de perles à Gand (Louis de Froment, dir avec C. Burles, Jean Laffont, C. Berger)
11 et 13 février 1972 , Bordeaux, Rigoletto (R. Herbay / P. Pierrick, F. Garner, A. Vanzo, H. Peyrottes, G. Serkoyan)
25 février 1972 Le Barbier de Séville à Rennes ( J. Etcheverry, dir, C. Burles, M. Trempont, A. Huc-Santana, V. Autran)
12 mars 1972 Gala à Gand (Rita Gorr, Maryse Patris, C. Burles, J. Laffont, Peter Gougalov, Mario Stecchi,...)
19 mars 1972 Lakmé à Gand (C. Burles, C. Koral)
14 avril 1972 Saint Louis Roi de France de Darius Milhaud (poème de Paul Claudel), création mondiale de la version scénique, à Rio de Janeiro.
20 juillet 1972, Aix-en-Provence, hôtel de ville, récital avec C. Ivaldi (piano): airs et mélodies de Pergolèse, Paisiello, Mozart, R. Strauss, Fauré, Ravel, Poulenc, Milhaud
23 juillet 1972, Aix-en-Provence, Cathédrale, Stabat Mater de Pergolèse avec Jocelyne Taillon, Orchestre Pro Arte de Munich dir Kurt Redel.
26 juillet 1972 , Les Pêcheurs de perles à Nice, Théâtre de verdure ( P. Jamin / L. Ferly; A. Vanzo, E. Blanc, L. Vernet)
octobre 1972 , Les Huguenots à Toulouse ( Hélia T'Hézan, Claveire, Uviero, Soumagnas)
18 novembre 1972 , Issy les Moulineaux, La Traviata ( M. Cadiou, R. Bianco)
3 décembre 1972 Les Pêcheurs de perles à Montpellier ( C. Burles, M. Trempont, L. Vernet)

1973
Rita de Donizetti à l'ORTF
4 février, Rouen, Saint Louis de Darius Milhaud, création en France, avec Micheline Grancher, Pierre Thau, Michel Caron, Cécile Demay (en présence du compositeur)
11 février, Nîmes, Le Barbier de Séville avec C. Burles et R. Massard
25 mars 1973, Gand, Les Pêcheurs de perles avec C. Burles et J. Laffont
26 et 28 octobre, Tours, Enlèvement au sérail avec M. Sénéchal
8 novembre, Lille, Lakmé avec C. Burles
7 et 9 décembre, Lakmé à Nice (avec C. Burles)
14 et 16 décembre 1973, Flûte à Avignon

1974
6 janvier, Nice, Les Pêcheurs de perles avec C. Burles et P Le Hémonet
20 janvier, Reims, Traviata avec A. Fondary
21 février, Lille, Flûte ( Esposito, Peyrol, Aufort, Mallabréra, Trempont, Médus)
14 avril, Maison de la radio, concert Mozart
2 mai, Rouen, Le Barbier de Séville avec C. Burles, M. Trempont, J. Mars, JC Benoit
1 novembre, Toulon, Traviata (avec J. Razador, A. Fondary)
Mireille à Avignon

1975
8 février 1975, Nîmes, Le Barbier de Séville, F. Garner, C. Burles, P. Le Hémonet, J. Mars, J. Vivalda
28 février, 2 mars, Rouen, Flûte enchantée (avec R. Corazza, L. Noguera, M. Hamel, G. Serkoyan)
5 juillet 1975, Nîmes, gala lyrique avec Albert Lance, Félix Giband, José Tudare et Elizabeth Vidal (15 ans)
10 octobre 1975, Rouen, La Dame blanche avec C. Burles, D. Perriers, M. Vento (Bicentenaire de Boeldieu)
24 et 26 octobre, Rouen, Rigoletto avec Stoyan Popov, Bruno Sebastian, Ida Bormida

1976
26 février, 5 et 7 mars, Rigoletto à Marseille
14 et 16 mai Les contes d'Hoffmann à Gand
25 mai L'Enlèvement au sérail à Besançon

1977
9 janvier Traviata à Montpellier
4 et 6 mars Rigoletto à Dijon avec J-P. Laffage et G. Siréra
26 mars Faust à la Scala (G. Prêtre / JL Barrault, avec A. Kraus et N. Ghiuselev)
11, 13, 15 mai, Faust à Avignon (Y. Leenart / J. Karpo, A. Vanzo, F. Garner, R. Massard, L. Cattin, T. Martin)
20 mai, IX Symphonie de Beethoven à Marseille
10 et 12 juin, Le Duc d'Albe à Gand (avec William Duprée, Gilbert Dubuc, dir. Atanas Margaritov)
août, Juliette à Vérone (avec V. Luchetti, L. Nucci, F. Barbieri)
25, 30 septembre, 2 octobre, Simon Boccanegra à Gand
21 et 23 octobre, Comte Ory à Rouen (P. Ethuin / R. Dhéry, avec M. Sénéchal, Y. Bisson, R. Auphan)
4 et 6 novembre, Contes d'Hoffmann à Avignon (Y. Leenart / J. Karpo, A. Vanzo, F. Garner et G. Bacquier)
18, 20, 26 novembre, Faust à Marseille (P. Jamin / J. Karpo, A. Vanzo, F. Garner, J. Mars, P. le Hémonet, M. Dupuy )

1978
6 et 8 janvier, Traviata à Dijon avec A. Filistad et M. Dens
29 janvier, concert à Vérone
10 et 12 février, Dialogue des Carmélites à Avignon (avec M. de Pondeau, D. Perriers, D. Scharley, M. Vilma, H. Peyrottes)
23 mars, L'Enlèvement au sérail à Dijon (J. Brebion / J. Beckmans, avec FG, L. Dally, A. Mallabréra, R. Andreozzi, G. Serkoyan)
14, 16, 18, 21, 23 avril 1978, Toulouse, Le Roi malgré lui (M. Plasson / D. Delouche, M. Trempont, G. Liccioni, G. Garino, M. Le Bris)
5, 7, 9 mai Rigoletto à Marseille (M. Veltri / T. Serebrinsky,B. Di Bella / A. Salvadori, F. Garner / C. Weidinger, b. Prior / J. Razador, F. Arrauzau / M. Dupuy)
16 mai 1978, Bordeaux, Basilique Saint-Seurin, Le Roi David (Jacques Pernoo, dir, F. Garner, F. Arrauzau, Albert lance, François Maistre)
28 mai, 2 et 4 juin, Faust à Gand
20 juillet, Traviata à Vichy
26 juillet, Carmen dans les Arènes de Nîmes
14, 20, 27, 31 août, Butterfly à Vérone (avec L. Lima et G. Zancanaro)
13, 15, 18, 20 octobre, Faust à Rouen (P. Ethuin / A. Madau-Diaz, A. Vanzo, B. Giaotti, R. Auphan, Y. Bisson)
10 et 12 novembre, Carmen à Toulon
17 et 19 novembre, Rigoletto à Rouen
9, 12, 15, 17 décembre, Juliette à Marseille (H. Gallois / T. Serebrinsky, A. Vanzo, G. Serkoyan et R. Franc)

1979
5 et 7 janvier, Le Barbier de Séville à Nice (avec G. Garino et R. Franc)
19 et 21 janvier, Anna Bolena à Rouen (avec C. Anghelakova, G. Carturan, D. Petkov, F. Vassar, P. de Palma)
2 et 4 février, Butterfly à Avignon (avec S. Fisichella, J. Berbié, A.d?Orazi)
18 février, Rigoletto à Nîmes avec Ernest Blanc et Ginès Sirera
4 mars, concert à Vérone
30 mars, 1 avril, Traviata à Avignon (avec G. Aragall)
4 avril, Traviata à Montpellier (avec B. Prior et R. Massard)
11, 14, 19, 22, 24 mai 1979, 13, 15, 20 juin, Garnier, L'enfant et les sortilèges (S. Ozawa / J. Lavelli, M. F Gallamini, F. Garner, C. Eda-Pierre, F. Arrauzau, J. Berbié)
30 juin, Faust à Avignon (Cour d'honneur du Palais des papes) (Y. Leenart / G. Boireau, A. Vanzo, F. Garner, J. Taillon, P. Thau, Y. Bisson, R. Auphan)
12 juillet, Rigoletto à Vichy (avec A. Vanzo, F. Schiavi, G. Serkoyan dir. P. Ethuin)
15 juillet, Les Pêcheurs de perles à Vichy (L. de Froment / G. Boireau, A. Vanzo, F. Garner, JL Elie, J. Lainé)
29 juillet, 3, 10 et 26 août, Traviata à Vérone (O. de Fabritiis / G. Coltellacci, F. Garner, P. Dvorsky, R. Bruson)
16 et 18 novembre, Les Pêcheurs de perles à Rouen
2 décembre, concert à Vérone
14 décembre, Traviata à Modène
16 décembre, Les Pêcheurs de perles à Aix-en-Provence
21 et 29 décembre Traviata à Piacenza avec L. Nucci

1980
4 et 6 janvier, Rigoletto à Montpellier
15 et 17 février, Le Roi d'Ys à Avignon (avec M. Vilma, A. Vanzo et A. Fondary )
18 mars, récital à l'Opéra-Comique
12, 15, 17, 20, 22, 25, 28, 31 mars, Le Porteur d'eau de L. Cherubini à l'Opéra-Comique (P. Dervaux / B. Sobel, avec E. Lublin, C. Burles ; T. Raffali, J-P Lafont)
4 et 6 avril, Traviata à Berlin
13, 17, 19, 21, 23 mai, Garnier, L'enfant et les sortilèges (S. Ozawa / J. Lavelli avec M. F Gallamini, F. Garner, C. Eda-Pierre, F. Arrauzau, J. Berbié)
15-30 juin, Faust à Montréal
4 juillet 1980, Marseille, Chateau Borely, Le Barbier de Séville avec C. Burles, P. Le Hémonet, JC Benoit
28 octobre, récital à Avignon
21, 23, 25, 30 octobre, I Puritani à Bordeaux (avec U. Grilli et G. Zancanaro)
15, 19, 21, 22, 23, 26, 27, 29, 31 décembre, Le Comte Ory à Genève (A. Jordan / R. Dhéry) avec R. Auphan, M. Sénéchal, J-P Lafont, J. Bastin

1981
9 et 11 janvier, Thaïs à Montpellier avec A. Fondary
24, 28 janvier, 1 février, Faust à Monte-Carlo (avec Bonisolli, Massard, Ghiuselev, dir. A. Lombard )
6, 8, 13, 15, 17 février, Faust à Bordeaux (Y. Leenart / G. Boireau, A. Vanzo, F. Garner, J. Jacques, Y. Bisson, A. Charles, B. Malet)
27 février, 1, 3, 6, 8 mars Butterfly à Toulouse (Plasson / Doucet, avec B. Prior, J. Berbié, D'Orazzi, Viala)
20 et 22 mars Butterfly à Rouen
3 et 5 avril, Anna Bolena à Avignon (Leenhart / Zennaro, avec Berini, Berbié, Grilli, Giaotti, F. Vassar,)
9 avril, concert à Nîmes
26 et 28 avril, Lakmé à Lille
25 et 26 juillet, Les Pêcheurs de perles à Cannes (île Sainte-Margueritte), P. Bender / G. Grinda, F. Garner, A. Vanzo, A. Fondary, J. Mars
3 août, Faust à Vichy (P. Ethuin / A. Selva, F. Garner, A. Vanzo, P. Thau, JL Elie)
15 août, concert à Vauvert avec G. Py et A. Fondary
22 août récital à l'abbaye de Sylvanès
12 octobre, Rigoletto à Teneriffe avec A. Kraus
27, 29 octobre, 1 et 3 novembre, Manon à Santiago du Chili
13 et 15 novembre, Le roi d'Ys à Nice (P. Dervaux, F. Garner, V. Cortez, A. Vanzo, A. Fondary)
20 et 22 novembre, Anna Bolena à Rouen
6, 9, 12 décembre I Puritani à Avignon avec Fisichella, Bordoni, Giaiotti

1982
4 avril, Turandot à Nîmes avec Franca Forgiero et Gianfranco Cecchele
9 et 11 avril, Turandot à Toulon
16 et 18 avril, Butterfly à Nice
4, 6 et 7 mai, récitals à Bruxelles
16 mai, Faust à Besançon (R. Martignoni / M. Dunad, F. Bonanome, L. Hagen-William, A. Fondary)
23 et 26 septembre, Traviata à Adria
15 et 17 octobre, Simon Boccanegra à Toulon
29 et 31 octobre les Contes d'Hoffmann à Montpellier
7 novembre, Butterfly à Nîmes
3, 5 et 7 décembre, les Contes d'Hoffmann à Nice (P. Bender / J. Doucet, A. Vanzo, G. Serkoyan, F. Garner, P. Méroni, AM Lieutaud)
12, 14, 17, 19, 21 décembre, Butterfly à Lille

1983
14, 18, 22 janvier, Faust à Lecce
4, 6, 8, 12, 18, 21 février, Faust à Lille (H. Galliois / Elie Delfosse, A. Vanzo, R. Hale, Y. Bisson)
4, 6, 8, 11, 13 mars, Traviata à Toulouse
20 mars, récital à Marseille
22 mars, récital à Aix-en-Provence
23, 25, 26, 27 mars, Traviata à Gènes
8 et 10 avril, Faust à Toulon
25 juin, concert à Tarascon
11 et 13 juillet, Traviata à Trapani
22 août, Butterfly à Lecce
16, 19, 22 octobre, Faust à Avignon avec S. Fischella et J. Van Dam
11 et 13 novembre, Butterfly à Montpellier
18 et 20 novembre, Traviata à Rouen
25, 27, 29 novembre, Traviata à Toulon

1984
13 et 15 janvier, les Contes d'Hoffmann à Toulon
22 janvier, Butteffly à Besançon
3 et 5 février, Traviata à Nîmes avec Aldo Filistad, Felice Schiavi.
15 et 17 février, I Puritani à Lecce
4 et 12 avril, Enlèvement au sérail au Met de New-York avec F. Araiza dir J. Rudel
29 avril, 4 et 6 mai, Faust à Rouen
13 octobre, Butterfly à Saint-Etienne
19, 21, 23 octobre Turandot à Rouen avec G. Dimitrova, G. Serkoyan dir. P. Ethuin.
30 novembre, 2, 5, 9, 11, 13, 16 décembre, La bohème à Cagliari

1985
11 et 13 janvier, Les Pêcheurs de perles à Rouen
18 janvier, concert à Marseille
24 et 26 février, Butterfly à Avignon avec S. Fisichella, A. Vernhes, J. Berbié
1 et 3 mars, Nîmes, idem
6 et 8 avril, Hérodiade à Toulon
20 avril, Traviata à Saint-Etienne
28 avril, Traviata à Reims
6 juin, Hérodiade à Liège
12 juillet, Turandot à Nîmes (M. Plasson / V. Rossi)
18, 20, 24, 27 août, Butterfly à Livourne
25 octobre, Traviata à Perpignan
27 octobre, Traviata à Béziers
17 et 19 novembre, Butterfly à Toulon
8, 11, 14, 17 décembre, Marseille, La Vieille fille et le voleur (Menotti) (H. Gallois / B. Stefano avec Rita Gorr et R. Franc)

1986
19 janvier, La Bohème à Besançon
21 et 23 février, Butterfly à Reims
1 mars, Hérodiade à Saint-Etienne (avec M. Vilma, A. Jobin et A. Fondary)
15 mai, Le Roi David à Bordeaux
11 octobre, La Bohème à Saint-Etienne
19 octobre, Hérodiade à Nîmes
29 novembre, I Puritani au Met de New-York (avec S. Fisichella, S. Ramey, S. Milnes, dir. R. Bonynge)

1987
6 et 8 mars, Norma à Toulon
22 mars, Traviata à Marseille
29 mars, La bohème à Nîmes (avec A. Filistad et JC Morales)
10 et 12 avril, Faust à Nîmes (avec S. Fischella, N. Ghuiselev, JC Morales)
16 et 18 avril, Requiem de Verdi à Marseille (avec F. Cossotto, Bakst, Alaimo dir. J. Furst)
1 août, Hérodiade à Orange avec V. Cortez et A. Fondary
5 août, Aïda à Bastia
9 et 11 octobre, Il Trovatore à Toulon (avec U. Grilli, R. Massis et G. Serkoyan)
22 novembre, Traviata à Besançon
4 et 6 décembre, Suor Angelica à Rouen
12 décembre, Traviata à Béziers

1988
17 janvier, Turandot à Besançon (avec M. Cononovici et C. Murgu)
22 et 24 janvier Turandot à Nîmes (avec M. Cononovici et C. Murgu)
13, 19, 20, 21 février, Butterfly à Gand (avec Andriessen, Filipovic, Van Eetvelt)
28 février, Traviata à Nîmes (Martignoni-Selva, avec S. Fisichella, JC Morales)
15 et 17 mai, Don Juan de Manara à Marseille (S. Baudo / C. Roubaud, Ramon Alonso Gonzalez, Anne-Marie Blanzat, Pierre Thau, Françoise Garner, Jean Brun, Patrick Meroni, Gérard Friedmann, Gérard Serkoyan)
25 mai, Messe de Sainte Cécile à Marseille, Cathédrale la Major (avec B. Lombardo et E. Blanc)
4, 10, 12 juin, Butterfly à Anvers
8 août, Norma à Bastia
7 et 9 octobre, Guillaume Tell à Toulon
8, 11, 14, 17 décembre, Falstaff à Marseille

1989
10 et 12 février, Dialogues des Carmélites à Avignon
6 et 8 octobre, Turandot à Toulon
15 octobre, Turandot à Nîmes
29 octobre, concert à Rouen
3, 5, 8 novembre, Turandot à Rouen
3 décembre, Faust à Avignon
16 décembre, Butterfly à Toulon

1990
29 avril, Traviata à Reims
12 décembre, Il Trovatore à Rouen P. Ethuin / P. Goltier F. Garner, L. Bartolini, A. Agache, H. Jossoud

1991
16 et 19 janvier, Butterfly à Marseille avec J. Pita et S. de Salas
3, 6, 9 février, Turandot à Avignon
19, 21, 23 avril, Butterfly à Dijon
15 et 16 août, Messe en ut de Mozart à l'abbaye de Silvanes
18 août, Messe en ut de Mozart à Villefranche de Rouergue
11 et 13 octobre, Don Juan à Reims
18, 20, 22 octobre, Il Trovatore à Dijon

1992
24 juillet, concert sur le lac de Garde
16 et 18 octobre, Il Trovatore à Reims

1993
12, 14, 16, 18 février, Aïda à Dijon
21, 23, 25 mai, Simon Boccanegra à Dijon

1994
21, 23, 25 janvier, Tosca à Dijon
6 février, Requiem de Verdi salle Pleyel
27, 29, 31 mai, Norma à Dijon
12 août, hommage à Gounod à Bouzols

1995
7 novembre, concert à Nîmes

1996
9 et 11 février, Butterfly à Dijon
3 et 10 août Norma à Sidney
17 août, Requiem de Verdi à Sidney
22 et 24 août, concert à Nouméa

1997
30 avril, concert autour de Norma à la Salle Cortot (Paris)

1999
Jubilé de R. Duffaut à Avignon.

2001
8 avril, récital à Avignon.

22 et 24 juin 2003, Tosca à Avignon (A. Guingal / N. Duffaut, avec F. Garner, C. Catani, A. Vernhes)

29 juillet 2005, concert à Lamalou

22 avril 2006, Nîmes, Chapelle des jésuites, Jubilé pour ses 40 ans de carrière.

décembre 2006, Nîmes, Temple de l'Oratoire, concert

21 octobre 2007, Nîmes, Théâtre, Gala contre la maladie d'Alzheimer avec M. Barrard, R. Calderon, C. Lara, L. Combert, A. Lanez, sous la présidence et en présence de G. Boué, J. Silvy et G. Botiaux.

6 avril 2008, Nîmes, Salle C. Liger Concert au profit des oeuvres du Lion's Club avec A. Fondary, F. Cornille, A. Lanez, L. Gombert, …

5 décembre 2009, Marseille, Opéra Rencontre avec le public et concert

11 décembre 2009, Paris, Opéra Bastille (Studio) Concert pour la Fondation Polignac avec V. Cortez, M. Assayag, M. Cardon, S. Péris, A. Guerrero, S. Lemoine


Chronologie établie par Geneviève Molimard et Jérôme Pesqué.



Dossier réalisé par Jérôme et Emmanuelle Pesqué. Tous droits réservés.
Merci à Madame Geneviève Molimard pour son aide.

Copyright ©Tous droits réservés.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3388
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Dossier Françoise Garner

Message par jean-didier » 29 sept. 2014, 09:22

Merci beaucoup pour cette interview qui permet de mettre en lumière une chanteuse française majeure qui n'est finalement pas connue. J'ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer une artiste éminemment sympathique (et drôle !) à l'occasion du concert de Paris en 2009. Ses airs de Wally et Tosca m'avaient donné des frissons.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Dossier Françoise Garner

Message par JdeB » 29 sept. 2014, 10:40

jean-didier a écrit :Merci beaucoup pour cette interview qui permet de mettre en lumière une chanteuse française majeure qui n'est finalement pas connue. J'ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer une artiste éminemment sympathique (et drôle !) à l'occasion du concert de Paris en 2009. Ses airs de Wally et Tosca m'avaient donné des frissons.
j'avais organisé ce concert dans le cadre du colloque sur le répertoire de l'Opéra de Paris. Il y avait donc de nombreux musicologues dans la salle. Nombre d'entre eux m’avouèrent qu'ils ne connaissaient pas F. Garner mais qu'elle les avait bluffés.

Oui, c'est une artiste majeure, héritière de la grande tradition, et une sacrée personnalité !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

operakohler
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 120
Enregistré le : 21 févr. 2008, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Re: Dossier Françoise Garner

Message par operakohler » 29 sept. 2014, 15:05

Je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer Mme Garner et je le regrette.
Elle est pour moi une des cantatrices qui ont marqué ma découverte d'œuvre du bel canto au début des années 1980. Je suis un inconditionnel de Donizetti et je n’oublierai jamais sa Bolena à Rouen ou elle faisait preuve d’un grand art du chant allié à une présence scénique très royale.
Je fus enthousiasmé à tel point que l’année suivante j’y suis retourné.
Puis ce fut des récitals, les pécheurs de perles, Traviata, Norma et Turandot (liu). Dans Liu elle si grande cantatrice réussissait à nous faire croire en une très jeune fille. Je n’oublierai jamais son aigu au 1er acte merveilleux de placement et de sonorité.
Franchement une grande chanteuse que Paris a négligée. Pourquoi n’y a-t-elle pas chanté Faust ou une des œuvres de Bel Canto à son répertoire.
Quelqu’un peut-il m’expliquer ?
PS : j’ai chez moi, encadré, son portrait du programme de son récital à Garnier, une vrai grande dame. Elle le mérite.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Dossier Françoise Garner

Message par JdeB » 20 févr. 2017, 10:02

Hier après-midi, Françoise Garner a donné un récital privé à son domicile pour nous présenter son élève favorite qui a beaucoup de qualités musicales et un timbre ravissant (j'y reviendrai).

La grande cantatrice qui continue à travailler chaque jour et à s'enregistrer pour corriger ses défauts, nous a interprété une grande mélodie de Gounod, très théâtrale et inspirée, Le Chant d'Euryclée, et les airs de Butterlfy et de Tosca , avec un sens des mots et du style irréprochable, un port de reine et une intensité incroyable.

Un grand merci à la diva de mon adolescence et de toute ma vie, à son pianiste (fidèle lecteur d'ODB) et à sa charmante éléve dont je reparlerai bientôt.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités