Pavol Breslik

Les artistes
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19594
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Pavol Breslik

Message par JdeB » 26 sept. 2014, 09:43

Rencontre avec Pavol Breslik


ODB : Vous êtes slovaque. Y a-t-il une tradition, une école du chant, en Slovaquie ?


PB : Je suis, en fait, né en ex-Tchécoslovaquie, d'où viennent beaucoup de grands chanteurs : Edita Gruberova, Lucia Popp, Peter Dvorsky… C'est un peuple qui a toujours chanté.

Y a-t-il une différence entre l'art du chant tchèque et l'art slovaque?


Oui, il y a une grande différence : l'école tchèque est proche de l'école allemande alors que l'école slovaque est plus proche de l'école russe, voire de l'école italienne. La langue slovaque est plus douce que le russe, donc plus proche de l'italien.

Vous avez gagné le Prix Dvorak, en République Tchèque, bien après la division de la Tchécoslovaquie. Cela a-t-il été utile pour vos débuts ?

A l'époque, j'étais en dernière année du Conservatoire. Ça a été un grand succès de recevoir ce prix. Ça m'a permis de lier des contacts en République Tchèque et j'ai plus souvent chanté là-bas qu'en Slovaquie, où je chante pour la première fois de ma vie la prochaine saison, à l'Opéra de Bratislava ! J'ai déjà chanté à l'opéra de Prague, suite à ce concours.

Alliez-vous déjà à l'opéra pendant votre enfance ?

Non ! à l'école primaire, j'ai étudié l'accordéon car ma mère le voulait, mais moi, je ne le voulais pas ! La principale raison pour laquelle je suis allé au Conservatoire, c'est parce qu'on n'y étudie ni les mathématiques, ni la physique, ni la chimie ! Etudier le chant, je me suis dit que ce serait plus simple. Ils m'ont pris et, en troisième année, j'ai compris que chanter n'était pas seulement "chanter" mais comprenait bien d'autres choses à faire sur scène, même pour interpréter un Lied. Je me suis aussi rendu compte qu'il fallait faire ce pour quoi on est sur terre.

Vous ne connaissiez pas les grands chanteurs, les grandes œuvres du répertoire ?


Non, je n'avais pas la moindre idée de tout cela. Mon premier disque, un grand 33 tours, je l'ai emprunté à la bibliothèque où je voulais prendre un disque de Prince ou de Madonna, mais il ne les avaient pas. J'ai pris un disque de la soprano Gabriela Benackova. Ça m'a enthousiasmé, c'était vraiment formidable. Je me suis dit que c'était ça que je voulais faire.

Puis, vous avez très vite commencé à chanter professionnellement. Au CNIPAL de Marseille et en Allemagne, surtout.

Oui, j'ai fait auparavant un bref séjour à la Hochschule de Bratislava, pas plus de trois mois car on y étudiait la théorie musicale, l'histoire de la musique, quatre fois plus que le chant. Je leur ai dit que je voulais chanter, que je trouvais que la meilleure école était la scène. Ensuite, je suis allé au CNIPAL, à Marseille, puis à Berlin.

Comment était-ce, à Marseille?

Ça m'a beaucoup aidé. Beaucoup, dans la mesure où on y travaille beaucoup : on apprend de nouveaux rôles et on acquiert une méthode de travail. C'est très important.

Avec quels autres chanteurs étiez-vous, à l'époque, au CNIPAL ?

Il y avait Xavier Mas, par exemple, et une basse géorgienne qui a ensuite été engagée en Allemagne.

Vous avez très vite travaillé avec les plus grands chefs : Barenboïm, Jurowski, Nagano… Comment fait-on pour recevoir ces engagements ?


Je ne sais pas! (rires) Mon agent m'a appelé un samedi matin, alors que j'étais encore au CNIPAL. Il m'a demandé si j'étais bien réveillé, si je pouvais me concentrer quelques minutes. Il m'a dit que Barenboïm voulait m'entendre le lundi matin suivant : "tu dois aller à Berlin". Je n'en croyais pas mes oreilles. J'avais fait des auditions au Komische Oper et au Staatsoper et la directrice du Staatsoper m'avait remarqué. J'avais bien sûr déjà entendu le nom de Barenboïm mais je ne l'avais jamais vu, même en photo. Un petit homme est arrivé avec un cigare, je lui ai demandé ce qu'il voulait entendre, il a répondu "Tamino et Nemorino", je lui ai chanté ces rôles, ça lui a plu. La directrice m'a alors donné la possibilité de travailler avec de grands chefs, dans ce théâtre : Barenboïm, Nagano, Jurowski.
Quand j'étais encore à Marseille, j'avais chanté un petit rôle de choriste dans Elias de Mendelssohn, avec Kurt Masur et ça a été le début de notre collaboration. J'ai beaucoup travaillé avec lui, aux BBC Proms de Londres par exemple, et pour la Missa Solemnis au Théâtre des Champs-Élysées, en mai 2006.
Je ne sais pas trop comment ça vient (rires). Il faut de la chance.


Vous avez été l'élève de Mirella Freni, Mady Mesplé, Peter Dvorsky, William Matteuzzi, Yvonne Minton. Qu'avez-vous appris de ces chanteurs ?


Mon Dieu, c'est difficile à dire ! Je pense que les chanteurs fonctionnent comme des éponges [en français dans le texte]. Je ne saurais pas trop dire comment ça marche. Tout passe par le corps, dont la voix fait partie. Il est essentiel de savoir comment son corps fonctionne et alors on sait instinctivement ce qu'on doit faire. On doit toujours apprendre à mieux connaître son corps. Il faut savoir ce qu'on peut faire travailler à son corps. Chacun d'eux m'a appris quelque chose. Je n'ai passé que trois semaines avec Freni mais j'étais très enthousiasmé par ses cours car, pour moi, elle est l'Alpha et l'Oméga de la technique du chant. Depuis les rôles mozartiens jusqu'à Manon Lescaut. Pour sa technique, pour son expressivité.

Admirez-vous certains grands ténors ?

Des ténors ? Naturellement, Pavarotti, Domingo, Carreras : les trois ténors. Mais en fait, j'aime des chanteurs pour des choses précises. Par exemple si je veux écouter Simon Boccanegra, ce sera avec Carreras en Gabriele Adorno, car ce qu'il y fait est incroyable. Si c'est Nemorino ou la Fille du Régiment, je choisis Pavarotti. Pour chaque opéra, j'ai un chanteur préféré.

Vous avez une voix de ténor lyrique léger. Quels sont les nouveaux rôles que vous souhaitez aborder ? Je crois qu'il y a un Idamante de prévu : c'est rare, aujourd'hui, de le distribuer pour un ténor.

L'étendue vocale d'un ténor est à peu près la même que celle d'un mezzo-soprano. C'est comparable. En ce qui concerne Mozart, j'aimerais chanter Idomeneo mais je suis trop jeune. Pour Idomeneo et Titus, il faut être plus âgé, plus expérimenté que je ne le suis.
Pour les autres rôles, sont prévus Lenski dans Eugène Onéguine, Gennaro dans Lucrezia Borgia, par exemple. J'essaie de faire plus de rôles italiens car c'est une musique que je porte dans mon cœur. Je ne veux pas en rester à Mozart, je pense à Ernesto dans Don Pasquale, des choses comme ça.

Vous avez tout de même une voix très puissante : pensez-vous aborder un répertoire plus lourds, dans quelques années ? Verdi?

Oui, j'adorerais chanter Alfredo, tous ces rôles italiens, c'est mon rêve! J'attends que la voix se développe. Il y a beaucoup de collègues qui ne savent pas attendre et abordent ces rôles trop tôt. Si je commence déjà à faire des rôles plus dramatiques, je ne pourrai plus retourner ensuite aux rôles lyriques, ma voix sera fatiguée.

N'avez-vous pas l'impression que les jeunes chanteurs d'aujourd'hui sont plus prudents que ceux d'autrefois ?


Vous trouvez ? Non, je ne pense pas. Les chanteurs ont toujours eu tendance à aborder des rôles dangereux et à se casser la voix dessus. Je pense que ça a toujours existé. Bien sûr, on ne chante pas la même chose sur scène et dans son salon. A l'Opéra, je chante surtout du Mozart, mais chez moi, je chante le rôle complet de Don Carlo ou celui d'Otello! (Rires)

Après un Couronnement de Poppée à Garnier, Jaček Laszskowski et Barry Banks sont revenus dans leur loges en chantant le Trouvère, pour se défouler...

Oui, c'est une façon de se relaxer. C'est mon rêve de chanter ces rôles, mais j'ai encore le temps!

Oh oui! Vous avez beaucoup d'engagements en France, vous chantiez en juillet 2006 Tamino à Aix-en-Provence.

Il est très difficile de chanter Tamino car il en existe des interprétations exceptionnelles au disque, comme celle de Wunderlich, qui pour moi a toujours été le meilleur Tamino. Le rôle est écrit très différemment des autres rôles mozartiens comme Ottavio ou Ferrando. Je ne sais pas si c'est le personnage le plus important de la Flûte Enchantée. Je pense que Papageno est le personnage le plus important car il a une relation très proche avec le public, humainement. Tamino est moins riche mais le personnage se développe de façon très intéressante : il passe du statut jeune Prince à celui d'Homme. Techniquement, c'est difficile car on commence avec un passage dramatique "Zu Hilfe, zu Hilfe!", puis il y a un air très lyrique : "Dies Bildnis ist bezaubernd schön". Ce que j'aime énormément et que je chante toujours avec un très grand plaisir, c'est la scène avec le Sprecher. La discussion entre ce vieux sage et le jeune homme impulsif est écrite d'une façon tellement incroyable, que ce soit le livret ou la musique. Puis, il y a l'air de la flûte : de nouveau un passage lyrique. J'aime que les chanteurs assument les passages dramatiques. C'est un opéra dramatique. Un jeune homme y tombe amoureux pour la première fois… Il faut chanter Tamino avec les couilles ! [en français dans le texte]

Et le contexte de la création est celui d'un accent porté sur la théâtralité, loin de figer la pièce dans le hiératisme qu'on lui impose souvent aujourd'hui.

Je m'intéresse avant tout à la musique, je n'essaie pas forcément, pour chaque personnage, de faire passer des messages : la musique le fait toute seule.

A Paris, vous allez chanter la Passion selon Saint-Jean de Bach mise en scène par Bob Wilson, ce que Pier Luigi Pizzi avait déjà fait à Venise. Avez-vous déjà participé à la mise en scène d'un oratorio ?

Non, je suis très enthousiasmé. C'est une nouvelle production. Ce rôle est très long et très difficile. Raconter l'histoire, simplement en récitatif, en Sprechgesang, c'est intéressant, surtout avec Emmanuelle Haïm avec qui j'ai toujours été heureux de travailler, de découvrir de nouvelles choses. Je suis aussi content de travailler avec Bob Wilson, dont j'ai vu quelques mises en scène.

Chantez-vous souvent en récital ?


C'est difficile, pour un jeune chanteur, de faire des Liederabende. Quand j'étais en Tchécoslovaquie, j'en a fait beaucoup, puis j'ai quitté mon pays et, après trois ans, j'ai fait un Liederabend au Staatsoper de Berlin puis à la Monnaie de Bruxelles ainsi qu'un récital Duparc avec Malcom Martineau à Londres. J'adore ça !

Les mélodies françaises ?

Oui, ainsi que le Lied allemand et les mélodies slaves : Rachmaninov, Tchaïkovski, Dvorak. Brahms, Liszt : les Sonnets de Pétrarque sont superbes. Mais j'adore vraiment Duparc.

Merci !


Propos recueillis et traduits de l'allemand par Jérémie Leroy-Ringuet
Théâtre du Châtelet, 29 juin 2006

Le site internet de Pavol Breslik :
http://www.pavolbreslik.com/
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10703
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Pavol Breslik

Message par HELENE ADAM » 28 nov. 2016, 23:52

Je reprends ici les derniers posts sur le ténor Slovaque qui ont très légèrement encombré le fil d'Alexandra Kurzak.

Et pourquoi pas le concert du jeune Breslik dans la foulée ? Je vais voir ça....
quetzal a écrit :"Jeune Breslik" ?
Tu veux dire quoi ?

Il est loin d'être un " jeune homme" et il chante depuis une paye .

Bernard
MariaStuarda a écrit : Ben il est jeune par rapport à Domingo et fais tout à fait jeune.
Je ne sais pas quel age il a mais je suppose la quarantaine ce qui, si je me réfère à mon propre age, peut-être qualifié de jeune.
MariaStuarda a écrit :Moi ca me paraît encore un jeune ténor. Mais tout ça est bien subjectif !
Bref comme tu dirais mon cher Bernard, nous sommes dans du bruit ...
(À chaque fois que j'ai vu Breslik, j'ai eu l'impression d'un jeune homme :) )
MariaStuarda a écrit :Je viens de vérifier. Il serait né en 79, ce qui lui ferait 37 ans. Jeune homme en effet sans conteste !
quetzal a écrit :
MariaStuarda a écrit :
quetzal a écrit :"Jeune Breslik" ?
Tu veux dire quoi ?

Il est loin d'être un " jeune homme" et il chante depuis une paye .

Bernard
Ben il est jeune par rapport à Domingo et fais tout à fait jeune.
Je ne sais pas quel age il a mais je suppose la quarantaine ce qui, si je me réfère à mon propre age, peut-être qualifié de jeune.
Ce que je veux dire c'est que c'est loin au delà des apparences d'être un "jeune chanteur" , y compris sur la scène internationale.
Après si il s'agit d' une appréciation du physique c'est autre chose .

Enfin quand je vais entendre Breslik il ne me vient pas à l'idée que je vais entendre le " jeune Breslik" ( au sens qui nous interesse sur ODB d'un jeune chanteur ; il a même déjà perdu des qualités dans le registre aigu et dans la souplesse par rapport à ses plus jeunes années ).

Bernard

Pavol Breslik que nous avons vu il y a dix jours au TCE dans l'enlèvement au sérail, très belle prestation, et que nous reverrons très vite en Tamino à Bastille, jeune ou pas jeune, il vaut le déplacement :wink:

Image
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10703
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Pavol Breslik

Message par HELENE ADAM » 28 nov. 2016, 23:53

MariaStuarda a écrit :Je confirme :)
quetzal a écrit :Puisque vous insistez, ça dépend quel déplacement.
Pour lui seul dans une production ou un récital s'il ne s'agit que de prendre le métro , éventuellement oui. :D

Voilà une photo récente qui ne sort pas d'un studio .
C'est un bel homme qui chante depuis bientôt 17 ans.
PB0716.jpg
Bernard
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10703
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re:Pavol Breslik

Message par HELENE ADAM » 29 nov. 2016, 00:04

Et le programme de Pavol Breslik pour la saison

Image
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9261
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Pavol Breslik

Message par Bernard C » 29 nov. 2016, 00:11

Je me demande à quoi ça sert de ressusciter aujourd'hui une interview de 2006 plus vraiment d'actualité.

Et accessoirement de déplacer les posts des uns et des autres sous ta signature...dans un fil consacré à une interview...
C'est pour moi une énigme.

Pour ce genre de chose on sollicite les administrateurs ou les modérateurs dont c'est la prérogative.

Du coup on a deux threads pollués.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3480
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Pavol Breslik

Message par micaela » 29 nov. 2016, 00:19

L'interview date peut-être de 2006, mais le fil est beaucoup plus récent (à peine deux ans).
Les reports n'étaient peut-être pas indispensables (ça aurait été mieux si un modérateur les avait déplacés, en les ôtant du fil Kurzak), mais ce n'est pas le premier fil d'artiste qui commence par une interview ou un dossier. Que personne n'ait suivi jusqu'à présent, c'est une autre affaire...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10703
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Pavol Breslik

Message par HELENE ADAM » 29 nov. 2016, 00:20

quetzal a écrit :Je me demande à quoi ça sert de ressusciter aujourd'hui une interview de 2006 plus vraiment d'actualité.

Et accessoirement de déplacer les posts des uns et des autres sous ta signature...dans un fil consacré à une interview...
C'est pour moi une énigme.

Pour ce genre de chose on sollicite les administrateurs ou les modérateurs dont c'est la prérogative.

Du coup on a deux threads pollués.

Bernard
Demande en cours aux modérateurs. Laisse leur le temps de changer le titre de l'unique fil qui concernait le ténor slovaque.
Pour le reste, je te laisse méditer sur l'énigme mais n'y passe pas trop de temps. Cela me parait avoir un intérêt fort limité. :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10703
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re:Pavol Breslik

Message par HELENE ADAM » 29 nov. 2016, 00:22

micaela a écrit :Je ne vois pas où est le problème à propos du fait de faire revivre un fil assez ancien.
Les reports n'étaient peut-être pas indispensables (ça aurait été mieux si un modérateur les avait déplacés, en les ôtant du fil Kurzak), mais ce n'est pas le premier fil d'artiste qui commence par une interview ou un dossier. C'est juste regrettable que personne n'ait fait vivre le fil avant aujourd'hui.
C'est curieux d'ailleurs parce qu'on en parle assez souvent.
je peux par ailleurs enlever les posts transférés depuis le fil Kurzak mais mon idée était plutôt de demander aux modérateurs de les enlever du fil Kurzak. A eux de voir, aucun problème pour moi dans un sens ou dans un autre ! :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9261
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Pavol Breslik

Message par Bernard C » 29 nov. 2016, 00:28

Il valait mieux créer un fil dédié au chanteur.
Il est probable que cette archive est le fruit d'une republication en 2014 par JdeB après le bug.

Bref , Hélène doit s'ennuyer.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3480
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

presRe: Pavol Breslik

Message par micaela » 29 nov. 2016, 00:37

Inutile de créer un fil, alors qu'il en existe un d'exploitable. Ca évite la multiplication des fils qui ne servent à (presque) rien.
Je suppose, si on suit ta logique, qu'on n'aurait jamais dû faire vivre les fils artistes commençant par un dossier ou une interview.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 58 invités