Jacqueline Brumaire

Les artistes
Répondre
pepe70
Messages : 35
Enregistré le : 22 janv. 2005, 00:00
Localisation : VESOUL
Contact :

Jacqueline Brumaire

Message par pepe70 » 19 mars 2005, 21:12

je suis en train d'écouter Don Carlo sur France Musiques, et à l'entracte on nous a passé un extrait (la ballet) des Vèpres siciliennes enregistré à Londres en 1969

avec entre autres jacqueline brumaire
comme j'ai fréquenté autrefois l'opéra de Nancy je sais qu'elle y était devenue chef des choeurs ou quelque chose comme ça, et il m'est arrivé de la croiser dans quelques réunions (le cercle d'art lyrique il me semble) ou à la bibliothèque municipale ou aux abords du théâtre

un odebiste aurait il des éléments sur sa carrière, ses enregistrements, son type de voix, ses grands rôles

emji
Soprano
Soprano
Messages : 99
Enregistré le : 28 déc. 2004, 00:00
Localisation : Miramas
Contact :

Re: Jacqueline Brumaire

Message par emji » 22 mars 2005, 22:49

pepe70 a écrit :un odebiste aurait il des éléments sur sa carrière, ses enregistrements, son type de voix, ses grands rôles
:D tout à fait, cher "Pepe". Née en 1921, Jacqueline Brumaire a été une des grandes sopranos lyriques des années 50/60 (ça c'est pr sa typologie vocale);
Sa particularité c'st d'avoir été...autodidacte!!
Elle a été une interprête incomparable du répertoire français; parait-il une insurpassable "Mireille" de Gounod; elle a été une remarquable "Thaïs" pour Massenet; rôle qu'elle a d'ailleurs parcimonieusement enregistré pour EMI (gros coffret de 10 cds "Opéras Français")...ainsi qu"une remarquable voire époustouflante "Adèle" dans un autre disque d'extraits chez EMI pour "La Chauve-Souris".Prof dans les années 70, elle fut appelée en Chine comme conseillère vocale pour une "Carmen" mémorable qui eût lieu à Pékin dans les années 1980.
Voilà, j'espère avoir répondu en partie à ta question!
à + :wink:
EMJI

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Re: Jacqueline Brumaire

Message par Xavier » 23 mars 2005, 00:14

emji a écrit :ainsi qu"une remarquable voire époustouflante "Adèle" dans un autre disque d'extraits chez EMI pour "La Chauve-Souris"
Rosalinde, pas Adèle. D'ailleurs, ce n'est même pas Rosalinde, mais Caroline, comme dans la pièce de Meilhac et Halevy dont est tiré l'opéra. Adèle, s'appelant Arlette (bien de chez nous) est chanté dans l'enregistrement dont nous parlons par Liliane Berton. Jacqueline Brumaire chante dans cet enregistrement une Czardas endiablée, reprise dans la compilation d'opérette d'EMI, Operette Passion.

Elle s'est aussi illustrée en Hélène des Vêpres siciliennes, trois fois en concert : deux fois à la radio française, dont une fois avec Alain Vanzo et la troisième à la BBC. Ce dernier témoignage, jusqu'à présent le seul qu'on ait de la version originale intégrale, a été réédité il y a peu par Opera Rara. Jacqueline Brumaire n'y déploit pas l'ampleur verdienne qu'on pourrait espérer mais assume cette partition assassine avec une grande probité, un français impeccable et une interprétation très juste, selon moi.

Elle est décédée il y a quelques années.

X

emji
Soprano
Soprano
Messages : 99
Enregistré le : 28 déc. 2004, 00:00
Localisation : Miramas
Contact :

Re: Jacqueline Brumaire

Message par emji » 23 mars 2005, 10:55

Xavier a écrit :Rosalinde, pas Adèle. D'ailleurs, ce n'est même pas Rosalinde, mais Caroline, comme dans la pièce de Meilhac et Halevy dont est tiré l'opéra. Adèle, s'appelant Arlette (bien de chez nous) est chanté dans l'enregistrement dont nous parlons par Liliane Berton. Jacqueline Brumaire chante dans cet enregistrement une Czardas endiablée, reprise dans la compilation d'opérette d'EMI, Operette Passion.
X
:roll: Oui, c'est vrai, je me suis trompé, ayant voulu répondre rapidement;
Mais reconnais avec moi cher Xavier, que ces "retraductions" de noms propres, ont foutu une sacrée pagaille !!! :x
(On se trouve confronté au même problème, d'ailleurs, avec "La Veuve Joyeuse"; et je défie toute personne ayant appris correctement sa "Die Lustige Witwe" de s'y retrouver correctement, dans la version française!!).
On a aussi le même 'blème avec "Traviata" ou Alfredo se retrouve nommé Rodolphe...d'Orbel (et non Germont)! Bon OK, je t'accorde que "Alfred" ne sonne pas très bien, il vaut mieux "Rodolphe"...Mais enfin, déjà que le monde de l'opéra n'est pas simple, cela ne l'arrange en rien!
à + EMJI
(Tout à fait d'accord sur la "Czardas" formidablement endialblée chantée par J. Brumaire :wink: )

Avatar du membre
Tatiana
Messages : 49
Enregistré le : 17 janv. 2005, 00:00
Localisation : Düsseldorf

Message par Tatiana » 21 juin 2005, 16:21

En fait après avoir cédé son poste de professeur d'art lyrique à Madame Stutzmann, Mme Brumaire s'occupait de je ne sais plus quelle académie à Nancy. J'ai eu comme professeur celle qui fut son assistante au Conservatoire pendant ses années de professorat, et ai travaillé même qqs airs avec cette grande dame au chemisier blanc. Elle est décédée début octobre 2000, après avoir publié sa biographie, "La Baraka". Dans cette oeuvre, elle explique tout ce qu'elle adû traverser en étant artitse, passer de la gloire aux huées (si si elle ya eu droit elle aussi), elle parle de ses idoles, Maria Callas, ses amies, Mado Robin et Jeanine Reiss bien sûr. C'est très agréable à lire, très émouvant, rempli d'anecdotes, comme par exemple celle sur Faust: alors qu'elle devait interpréter Marguerite au Palais Garnier, un message circula dans la fosse à l'attention de Messieurs les Musiciens de l'Orchestre de l'Opéra: attention, Madame Brumaire interprète l'air des Bijoux en mesure; ce qui provoqua une crise d'hilarité de la part de l'orchestre. C'est l'un des exemples qu'elle fournit pour expliquer son attachement au respect strict de la partition (et ça je peux confirmer par expérience que c'est son dada!!!!).
J'en possède une version adorablement dédicacée, si tu viens rencontrer Abi le 6 juillet prochain, je serai ravie de te la montrer. C'était une très grande dame.
Amicalement
Tatiana.
Ah! Le Bonheur était si proche...

LeBarde
Messages : 29
Enregistré le : 03 juil. 2005, 23:00

Re: Jacqueline Brumaire

Message par LeBarde » 10 déc. 2005, 17:37

Xavier a écrit :
emji a écrit :ainsi qu"une remarquable voire époustouflante "Adèle" dans un autre disque d'extraits chez EMI pour "La Chauve-Souris"
Rosalinde, pas Adèle. D'ailleurs, ce n'est même pas Rosalinde, mais Caroline, comme dans la pièce de Meilhac et Halevy dont est tiré l'opéra.

Elle s'est aussi illustrée en Hélène des Vêpres siciliennes, trois fois en concert : deux fois à la radio française, dont une fois avec Alain Vanzo et la troisième à la BBC. Ce dernier témoignage, jusqu'à présent le seul qu'on ait de la version originale intégrale, a été réédité il y a peu par Opera Rara. Jacqueline Brumaire n'y déploit pas l'ampleur verdienne qu'on pourrait espérer mais assume cette partition assassine avec une grande probité, un français impeccable et une interprétation très juste, selon moi.
X
Je fais remonter ceci juste pour le plaisir de parler d'une grande artiste et pour rectifier un point . Ce n'est pas 3, mais 4 Vèpres siciliennes, car il y a 2 en provenance de Londres , à quelques jours d'intervalle, l'une avec Nelson Taylor, l'autre avec Henry Peyrottes , le reste de la distribution étant inchangé.
il existe aussi bien d'autres témoignages de l'art de Mme Brumaire parmi ses prestations radio, comme Abigaïl, Aïda, Lady Macbeth, ou Salomé ( celle de Strauss) Il y a aussi de beaux extraits de Louise .

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2991
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 10 déc. 2005, 18:19

J'avoue ne connaître de cette chanteuse que son récital Mozart chez Véga (33t 13.005, sans date) avec l'Orchestre du Théâtre national de l'Opéra dirigé par Manuel Rosenthal. (Avec une pochette rouge vif et une petite porcelaine de Saxe tout ce qu'il y a de plus "mimi" !)

Le programme en est le suivant :
1/ Cosi fan Tutte : Temerari... Come scoglioet Ei parte... Per pietà.
La Flûte enchantée : Ach, ich fühl's
2/ Don Giovanni : In quali eccessi.. Mi tradi...
Nozze di Figaro : Porgi amor
E Susanna.... Dove sono
Giunse alfin... Deh vieni non tardar

Je n'ai pas été très emballée par ce que j'ai entendu : la lenteur des tempi choisis est sans doute en grande partie la cause, mais j'ai trouvé les vocalises un peu laborieuses, l'italien bien scolaire, et la caractérisation des rôles plutôt sommaire... La voix m'a semblée vraiment un peu sèche, manquant de rondeur, de moelleux et d'harmoniques (mais il faut peut-être blamer la prise de son)
Ceci dit, cela reste dans la bonne moyenne des interprétations françaises de l'époque, peu souvent idiomatiques.

Curieux "air des marronniers" avec une voix comme coupée en 2 : les graves semblent presque plaqués... alors qu'on n'a pas du tout cette impression dans un Come scoglio véhément et assez séduisant.
Pour le reste, c'est tout à fait correct, même très intéressant, mais n'emportant pas pour autant mon enthousiasme : cela ne reste que très plaisant, et en ce qui me concerne, un témoignage très respectable d'une vocalité mozartienne disparue...

Dans le style "Mozart alla francesca", je préfère encore Gabrielle Ritter-Ciampi, Irène Joachim ou encore les 2 Germaine (Cernay et Féraldy)... qui m'ont apporté de grands bonheurs d'écoute...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 46 invités