Olga Peretyatko

Les artistes
Luc ROGER
Baryton
Baryton
Messages : 1882
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Munich
Contact :

Olga Peretyatko

Message par Luc ROGER » 25 juin 2013, 16:48

Récital d'Olga Peretyatko au Gasteig de Munich ce 2 juillet avec l'Orchestre symphonique de Munich

Image

Olga Peretyatko et Dalibor Jenis donneront un récital de belcanto ce mardi 2 juillet à 20 heures au Gasteig avec l'orchestre symphonique munichois ( Münchner Symphoniker) placé sous la direction de Michele Mariotti, un chef d'orchestre qui vient de faire des débuts remarqués tant au MET qu'à Covent Garden.

L'an dernier, la séduisante soprano russe Olga Peretyatko a rencontré un joli succès avec un premier album intitulé "La bellezza del canto“. La soprano colorature s'est également produite en 2012 à la salle Hercule de la résidence à Munich, où elle a recuelli des applaudissements aussi nourris qu'enthousiastes.Son étoile grimpe au firmament du chant d'opéra et on l'attend sur les grandes scènes de la planète: aux Semaines Mozart et au Festival de Salzbourg, à Baden-Baden, à l'Opéra de Vienne, à la Scala, au Metropolitan Opera, ainsi que dans deux maison d'opéra berlinoises, à l'Opéra de Hambourg et à l'Opéra de Munich. A ses côtés on pourra entendre le baryton slovaque Dalibor Denis lui aussi très présent sur les scènes mondiales.

Les chanteurs se produiront ensuite dans le même programme le 5 juillet au Rheingau Musik Festival à Wiesbaden.

Programme

Rossini: Ouverture de „L’Italiana in Algeri“ / Rossini: „Largo al factotum"( “Il Barbiere di Siviglia“)
Rossini: Aria de Sofia extrait du „ Signor Bruschino“/ Bellini: Ouverture de „Norma” / Donizetti: „Cruda funesta smania“ („Lucia di Lammermoor“) / Donizetti: scène de la folie de „Lucia di Lammermoor“.
Verdi: Ouverture de „Luisa Miller“ / Verdi: „E strano – Sempre libera” de „La Traviata“ / Verdi „Mercé dilette amiche“ („I Vespri Siciliani“) / Verdi: Ouverture de „Nabucco“ / Verdi: „Tutte le feste al tempio … Si, tremenda vendetta“ („Rigoletto“).

Tickets: MünchenMusik und München Ticket

Luc ROGER
Baryton
Baryton
Messages : 1882
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Munich
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par Luc ROGER » 03 juil. 2013, 09:01

Olga Peretyatko et le Münchner Symphoniker: un concert très applaudi au Gasteig

La machine à charmer un large public a parfaitement fonctionné hier soir au Gasteig de Munich. L'orchestre symphonique de Munich dirigé par Michele Mariotti alternait des ouvertures parmi les plus connues du répertoire italien du 19ème siècle et accompagnait la soprano colorature Olga Peretyatko et le baryton Dalibor Jenis dans des airs populaires du même répertoire.

Et ce fut un grand succès de divertissement avec une salle de plus en plus portée par l'enthousiasme. Le jeune chef Michele Mariotti a une direction d'orchestre extrêmement fine qui met la raison au service de la passion, avec toutefois, par moments, une tendance aux effets de manche un peu faciles dans les ouvertures, comme par exemple des changements abrupts d'intensité sonore. L'orchestre symphonique de Munich a des qualités d'unisson qui enchantent et répond avec une précision intelligente aux injonctions pointues du dirigeant. La complicité du jeune chef de 34 ans avec les chanteurs et l'orchestre est évidente et aboutie: une coordination parfaite qui donne un résultat enchanteur.

Michele Mariotti et Olga Peretyatko ne sont d'ailleurs pas seulement complices sur la scène, ils se sont aussi unis par les liens du mariage en août dernier. Le couple s'était rencontré au Festival rosssinien de Pesaro en 2010 à l'occasion d'une production de Sigismondo, et c'est à Pesaro, sous l'égide rossinienne, que le mariage a eu lieu.

Dalibor Jenis donne un barbier plutôt hésitant, il accentue les parties les plus sonores du „Largo al factotum" , avec une voix d'attaque d'un grand volume, mais peine dans les basses et dans la rapidité du débit qu'il traite sans relief. Il donne ensuite avec davantage de bonheur et une voix de stentor le grand air d'Enrico „Cruda funesta smania“ (Lucia di Lammermoor) et, en deuxième partie, rendra bien la rage désespérée et vengeresse de Rigoletto ("Si, tremenda vendetta") dans le duo "Tutte le feste al tempio". Jenis dispose d'une belle voix avec une grande puissance sonore avec de belles projections sombres, impressionnante dans le bel canto traditionnel.

Olga Peretyatko charme par un soprano colorature des plus séduisants, mais on est étonné du choix de la grande scène de la folie dans Lucia di Lammermoor. Peretyatko dispose d'une voix de virtuose du bel canto, une voix d'un beau volume sonore, avec une grande facilité dans l'aigu et le suraigu, une voix fluide, légère, avec beaucoup de vivacité. Elle aime orner le chant de trilles supplémentaires, on l'imagine merveilleuse de fraîcheur dans Rosina ou dans la Fiorilla du Turco in Italia, parfaite pour jouer les ingénues, on la voit bien se jouer des difficultés d'Olympia et s'y amuser beaucoup. Mais elle s'attaque à l'air de la folie sous le seul point de vue du bel canto. Si l'exercice est techniquement parfait et qu'elle l'enjolive de quelques ornements, ce qu'on entend ce sont les rêveries et les soupirs d'une jeune fille enamourée et qui rêve, et non le désespoir d'une femme brisée rendue folle de douleur et qui émet des sons certes charmants mais dictés par la folie et qui précèdent la mort d'une âme qui ne parvient plus à vivre dans un monde insensé et cruel. Olga Peretyatko se trompe là d'exercice: elle ne chante pas Lucia, elle chante Olga. Elle enfile par ailleurs les perles de son art, des perles de la plus belle eau, dans le „Mercé dilette amiche“ („I Vespri Siciliani“) ou en incarnant Gilda, dans "Tutte le feste al tempio...". Si sa Violetta „E strano – Sempre libera” est techniquement réussie, là aussi on ressent moins l'expression du questionnement existentiel.

Avec sa voix à faire pleurer les anges de joie, on imagine bien un avenir radieux pour la soprano russe et des lendemains qui chantent, en souhaitant que la palette de son jeu émotionnel s'enrichisse dans l'expression des aspects plus ténébreux de l'existence et de ses drames.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7295
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par MariaStuarda » 03 juil. 2013, 09:23

luclebelge a écrit : Olga Peretyatko charme par un soprano colorature des plus séduisants, mais on est étonné du choix de la grande scène de la folie dans Lucia di Lammermoor. Peretyatko dispose d'une voix de virtuose du bel canto, une voix d'un beau volume sonore, avec une grande facilité dans l'aigu et le suraigu, une voix fluide, légère, avec beaucoup de vivacité. Elle aime orner le chant de trilles supplémentaires, on l'imagine merveilleuse de fraîcheur dans Rosina ou dans l'Isabella de l'Italienne à Alger, parfaite pour jouer les ingénues, on la voit bien se jouer des difficultés d'Olympia et s'y amuser beaucoup. Mais elle s'attaque à l'air de la folie sous le seul point de vue du bel canto. Si l'exercice est techniquement parfait et qu'elle l'enjolive de quelques ornements, ce qu'on entend ce sont les rêveries et les soupirs d'une jeune fille enamourée et qui rêve, et non le désespoir d'une femme brisée rendue folle de douleur et qui émet des sons certes charmants mais dictés par la folie et qui précèdent la mort d'une âme qui ne parvient plus à vivre dans un monde insensé et cruel. Olga Peretyatko se trompe là d'exercice: elle ne chante pas Lucia, elle chante Olga. Elle enfile par ailleurs les perles de son art, des perles de la plus belle eau, dans le „Mercé dilette amiche“ („I Vespri Siciliani“) ou en incarnant Gilda, dans "Tutte le feste al tempio...". Si sa Violetta „E strano – Sempre libera” est techniquement réussie, là aussi on ressent moins l'expression du questionnement existentiel.
ce paragraphe résume assez bien le doute que j'ai sur Olga Peretyatko n'ayant pas été plus que ça convaincu par son Elvira de l'année passée. certes la technique est redoutable mais de là à aborder Lucia et Elvira, voire Traviata, je pense que c'est aller un peu vite en besogne. à mon avis, à ce stade de sa carrière, elle ferait mieux de se limiter à des rôles qui conviennent mieux à sa voix, notamment les Donizetti légers comme l'élixir.

Avatar du membre
CharlieBrown
Ténor
Ténor
Messages : 650
Enregistré le : 08 oct. 2012, 23:00
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par CharlieBrown » 03 juil. 2013, 09:27

Elle a très peu fait Lucia sur scène, ceci expliquant peut-être cela?
Mais Isabella??? Elle a une voix centrée très haut, ça me semble totalement hors de portée.

Pour l'avoir vu en Adina, en scénique, elle avait un charme fou et c'était une incarnation magnifique (alors que c'était sa prise de rôle!) ; je pense qu'elle ne manque pas de tempérament, mais qu'en concert et notamment avec son amoureux/résident de Pesaro, elle se concentre beaucoup (trop?) sur la qualité technique.
Le principe est simple : une vibration du tonnerre avec une résonance maximum...
Follow me on Twitter : @charlieC2M

Avatar du membre
CharlieBrown
Ténor
Ténor
Messages : 650
Enregistré le : 08 oct. 2012, 23:00
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par CharlieBrown » 03 juil. 2013, 09:34

On est un peu d'accord Stuarda, mais je pense que pour Lucia elle est prête (je n'avais eu aucun plaisir avec son Elvira, et n'attends absolument pas de Violetta pour le moment)
Le principe est simple : une vibration du tonnerre avec une résonance maximum...
Follow me on Twitter : @charlieC2M

Luc ROGER
Baryton
Baryton
Messages : 1882
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Munich
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par Luc ROGER » 03 juil. 2013, 11:06

Bien sûr, je pensais à Fiorilla dans Il turco...oups petit dérapage, merci, je corrige:)

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 856
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Olga Peretyatko

Message par Peleo » 03 juil. 2013, 11:30

Espérons qu'elle ne s'attaque pas à des rôles trop lourds pour elle. Elle était parfaite en Matilde à Pesaro l'été dernier mais vraiment dépassée par Elvira au TCE.

Avatar du membre
CharlieBrown
Ténor
Ténor
Messages : 650
Enregistré le : 08 oct. 2012, 23:00
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par CharlieBrown » 03 juil. 2013, 11:34

Ah j'comprends mieux, en effet rôle sur mesure pour elle!!
D'accord avec Peleo également
Le principe est simple : une vibration du tonnerre avec une résonance maximum...
Follow me on Twitter : @charlieC2M

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7295
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par MariaStuarda » 03 juil. 2013, 13:14

CharlieBrown a écrit :On est un peu d'accord Stuarda, mais je pense que pour Lucia elle est prête (je n'avais eu aucun plaisir avec son Elvira, et n'attends absolument pas de Violetta pour le moment)
j'ai peur qu'elle en tire quelque chose de purement pyrotechnique et que la psychologie (fondamentale dans le cas de Lucia) du personnage en soit la victime.
à voir donc ...

Avatar du membre
Michel
Alto
Alto
Messages : 335
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Nancy (France)
Contact :

Re: Olga Peretyatko

Message par Michel » 08 juin 2015, 08:40

Je n'ai vu aucun commentaire sur Odb à propos de La Traviata d'Olga Peretyatko, qui m'a fait tout récemment forte impression à Baden-Baden. Personne n'y était ? Pour ceux que cela intéresse, le spectacle, mis en scène par Rolando Villazon, a été enregistré et sera retransmis sur Arte pour la Fête de la Musique (le 21 juin à 20h45).

http://www.arte.tv/guide/fr/057947-001/la-traviata

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités