Kristine Opolais

Les artistes
Ingrid
Baryton
Baryton
Messages : 1493
Enregistré le : 15 janv. 2006, 00:00

Re: Kristine Opolais

Message par Ingrid » 13 mai 2016, 08:42

:arrow:

Ingrid
Baryton
Baryton
Messages : 1493
Enregistré le : 15 janv. 2006, 00:00

Re: Kristine Opolais

Message par Ingrid » 15 mai 2016, 11:28

:arrow:

Ingrid
Baryton
Baryton
Messages : 1493
Enregistré le : 15 janv. 2006, 00:00

Re: Kristine Opolais

Message par Ingrid » 15 mai 2016, 11:37

:arrow:

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8195
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Kristine Opolais

Message par HELENE ADAM » 20 août 2016, 08:43

Kristine Opolais fait ses débuts dans Aida pour une version concert, deux premiers actes seulement, avec le Boston Symphony Orchestra sous la direction d'Andris Nelson, au festival de Tanglewood, avec comme partenaire Andrea Caré, Violetta Urmana, Franco Vassalo, Alfredo Nigro et Kwangchul Youn.


Image

Lien avec le Broadcast du Tanglewood festival

http://wmnr.instantencore.com/web/page. ... t+Schedule
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3277
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Kristine Opolais

Message par Stefano P » 20 août 2016, 08:51

HELENE ADAM a écrit :Kristine Opolais fait ses débuts dans Aida pour une version concert, deux premiers actes seulement,
Finalement, c'est plutôt une bonne idée : on fait le triomphe avec les trompettes, et tout le monde ressort aussitôt avec la banane, pour une belle soirée à peine entamée ! Et de plus, la soprano n'a pas besoin de stresser pour l'air du Nil... :P
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8195
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Kristine Opolais

Message par HELENE ADAM » 25 août 2016, 22:04

Stefano P a écrit :
HELENE ADAM a écrit :Kristine Opolais fait ses débuts dans Aida pour une version concert, deux premiers actes seulement,
Finalement, c'est plutôt une bonne idée : on fait le triomphe avec les trompettes, et tout le monde ressort aussitôt avec la banane, pour une belle soirée à peine entamée ! Et de plus, la soprano n'a pas besoin de stresser pour l'air du Nil... :P
Oui c'est vraiment un choix étrange. J'ai réussi grâce à notre ami Catalan, à écouter ce concert.
Que dire ?
Déjà Aida acte 1 et 2, c'est un vrai problème si on tient compte du fait que les scènes intimistes qui font de cet opéra autre chose que le spectacle où y'a des trompettes et où tout le monde chante en même temps, se situent essentiellement dans les actes 3 et 4.
Difficile aussi de juger de la prestation du chef, des choeurs et de l'orchestre avec une demi-Aida. C'est dans le subtil mélange des couleurs, des ensembles et des solistes qu'un Pappano excelle dans l'intégrale sortie chez Warner.
Le travail d'Andris Nelson est plutôt prometteur mais tronqué et il ne dispose pas, de toute évidence, du luxueux plateau vocal que Pappano nous a offert.
Les deux artistes qui tirent leurs épingles du jeu sont Violetta Urmana en Amnéris (plaisir de la rééentendre en mezzo, voix bien placée, très beau timbre et belle interprétation) et Alfredo Nigro en messager (très, très jolie voix ce ténor).
J'ai entendu un Vassalo bien meilleur dans le même rôle à Munich, là le timbre semble voilé en permanence.
Andrea Carré, comme souvent, donne beaucoup de lui-même mais il n'est pas encore mûr pour chanter Radamès. Son Celeste Aida est courageux mais essoufflé (il reprend son souffle trois fois dans la grimpette) et il ne tient pas sa note finale ce qui engendre aussitôt une frustration pour les habitués d'un autre Radamès. C'est un ténor qui a de réelles qualités mais s'il continue comme ça, il connaitra les déboires d'autres ténors qui, profitant de leur forme et de leur jeunesse, chantent tout en force sans jamais maitriser réellement leur ligne de chant et n'arrivent pas au bout des difficultés de rôles qui exigent justement un beau phrasé et beaucoup de nuances. Dommage (défaut constaté deux fois avant ce Radamès, en Don José à Londres et dans l'Iris récent de Montpellier).
Reste Kristine Opolais, titulaire du fil (et du rôle titre).
Manifestement elle voulait faire un essai avec son mari et le BSO pour juste deux actes (évitant donc les vraies difficultés du rôle et le raccourcissant singulièrement). Ce n'est pas encore ça du tout, malgré ce choix. L'enregistrement (retransmission) ne rend pas vraiment justice à la voix d'Opolais qui semble toujours plus mince, un peu criarde et sans ampleur, alors que sur scène c'est différent. Mais là, au delà de ce défaut très présent, Kristine Opolais ne domine pas vraiment ce rôle difficile et exigeant. Beaucoup d'approximations, des fausses notes et de vraies difficultés dans les aigus.
Pas sûr que l'essai mérite la transformation. A voir.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3277
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Kristine Opolais

Message par Stefano P » 28 août 2016, 07:57

Je partage les impressions d'Hélène sur ce concert ; le seul regret, c'est de ne pas entendre plus longuement l'Amnéris de grande classe d'Urmana, avec cette idée étrange de tout arrêter à la fin de l'Acte II... Le Radamès de Carré est en effet très laborieux, et il termine en catastrophe son air d'entrée sur un vicino al sol d'emergenza : on arrête très vite les frais sans tenter le diminuendo poi morendo. Avec Opolais, c'est toujours le même problème : j'ai rarement entendu une voix aussi peu phonogénique ; le timbre est métallique, c'est criard dans les aigus et il n'y a pas l'once d'une émotion qui passe. Par ailleurs, ceux qui l'ont entendue en live (ce n'est pas mon cas) disent que l'on n'a pas du tout la même impression ; dont acte, mais ce qu'elle donne ici est vraiment très insuffisant : une Aida d'une grande banalité.
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11550
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Kristine Opolais

Message par PlacidoCarrerotti » 28 août 2016, 09:20

Stefano P a écrit : Avec Opolais, c'est toujours le même problème : j'ai rarement entendu une voix aussi peu phonogénique ; le timbre est métallique, c'est criard dans les aigus et il n'y pas l'once d'une émotion qui passe. Par ailleurs, ceux qui l'ont entendue en live (ce n'est pas mon cas) disent que l'on n'a pas du tout la même impression.
Si si ... A moins d'être sensible aux blondes apparemment :D
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1463
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Kristine Opolais

Message par elisav » 28 août 2016, 10:43

Petite anecdote pour Stefano (qui aime beaucoup mes citations des blogs étrangers :mrgreen: ).

Echange entre deux participants à un forum étranger, au moment de l'annonce par le BSO du forfait d'Opolaïs pour Rachel:
"Pourquoi ont-ils remplacé Opolaïs?"
"Peut-être l'ont-ils enfin entendu chanter?"

P.S. Ce n'est qu'une petite plaisanterie, merci de ne pas y chercher des intentions cachées. :wink:

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8195
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Kristine Opolais

Message par HELENE ADAM » 06 sept. 2016, 13:33

Bon en dépit des méchancetés que rapporte Elisav ci-dessus ( :wink: ), voilà des nouvelles toutes fraîches de Kristine Opolais.

La soprano Lettone qui fait sa rentrée à l'opéra de Vienne dans Madame Butterfly (*) dans quelques jours, a donné cette interview à cette occasion. Elle y revient sur sa carrière, ses débuts, les remplacements miraculeux qu'elle a eu à faire (pour la bohème au MET en retransmission ciné ou pour Manon Lescaut à Munich, retransmission en livestream) qui ont évidemment beaucoup contribué à son succès. Elle aborde aussi ses projets et l'on apprend notamment qu'elle est programmée au MET pour Tosca (qu'elle chantera cette saison au festival de Pâques de Baden Baden), mais aussi dans Thais et dans les trois rôles féminins de 'Il Tittrico" (je note que Yoncheva a déclaré très récemment son envie de chanter ces trois rôles). Elle regrette que personne ne lui propose Liu alors qu'elle l'a déjà chanté à Riga et qu'elle aime beaucoup ce rôle (on lui propose Turandot, personnage qu'elle n'aime pas). Elle rappelle qu'elle avait déjà chanté Aida il y a dix ans mais qu'elle était alors trop jeune et que cela n'a pas marché. Elle l'a rechanté cet été (voir ci-dessus... :cry: ), et elle voudrait maintenant l'inscrire à son répertoire, tout comme Desdémone qu'elle a également chanté en concert. Elle envisage aussi Wagner, Elsa puis Isolde (qu'elle a tenté de chanter en concert également ...). Bref elle n'a pas froid aux yeux mais elle répond à la question concernant les raisons d'annulation de son mari à Bayreuth, par une pirouette : c'étaient des raisons artistiques. Et elle ne le trahira pas. LOL.

http://der-neue-merker.eu/kristine-opol ... -schicksal

* retransmission en livestream le 14 septembre prochain
http://www.staatsoperlive.com/en/live/3 ... -14/#tab_0

Image

photo du Neue Merker
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités