Gundula Janowitz

Les artistes
pantxoa
Messages : 32
Enregistré le : 22 mars 2010, 00:00

Gundula Janowitz

Message par pantxoa » 02 août 2012, 21:22

2 août 1937...2 août 2012...

BON ANNIVERSAIRE GUNDULA !!!!

Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2434
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : 92

Message par Christopher » 02 août 2012, 22:03

tu as eu l'occasion de la voir sur scène ? si oui, tu peux nous raconter ?

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 619
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Leyla » 02 août 2012, 22:38

Christopher a écrit :tu as eu l'occasion de la voir sur scène ? si oui, tu peux nous raconter ?
C'était une voix extraordinaire, un chant immaculé, mais jamais parfait cependant, du moins dans les années 75-85. Il y avait déjà à l'époque des défauts de justesse et des accidents qui venaient ternir la pureté légendaire. Les Fidelio laissèrent des traces...Pour l'incarnation, à l'opéra ou en récital, il ne fallait pas en demander trop : on était loin de Schwarzkopf, dont elle se démarquait d'ailleurs explicitement. Par ailleurs, la femme n'était guère sympathique. A Aix, après un récital, après avoir signé UN programme, elle déclara qu'elle en avait assez et laissa ses admirateurs en plan.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8544
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Message par Bernard C » 03 août 2012, 00:00

Je ne l'ai entendue qu'une fois en mai 79

Elle était venue à l'Opéra de Paris ( Palais Garnier) pour un récital Schubert accompagnée d'Iwin Gage . L'année précédente elle avait enregistré son coffret Schubert de 50 Lieder pour voix de femme qui avait reçu le Grand Prix de l'Académie Internationale du Disque Lyrique .

Ce récital avait été bouleversant ; aucune chanteuse de cette époque ne chantait si bien Schubert .
La justesse n'était pas effectivement toujours son fort , mais on s'en fichait un peu . Tout était question de style , de timbre et surtout de phrase musicale , et ça c'était incomparable .

Bernard

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 536
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Message par Zelenka » 03 août 2012, 06:51

Un très intéressant article sur Gundula Janowitz dans le journal autrichien "Die Presse" : http://diepresse.com/home/kultur/klassi ... ene-ist-75
On y rappelle entre autres que Gundula Janowitz a beaucoup défendu l'oeuvre de Paul Hindemith et qu'elle lui a consacré un récital entier à Salzburg. Courageux !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20609
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 03 août 2012, 08:40

quetzal a écrit :Je ne l'ai entendue qu'une fois en mai 79

Elle était venue à l'Opéra de Paris ( Palais Garnier) pour un récital Schubert accompagnée d'Iwin Gage . L'année précédente elle avait enregistré son coffret Schubert de 50 Lieder pour voix de femme qui avait reçu le Grand Prix de l'Académie Internationale du Disque Lyrique .

Ce récital avait été bouleversant ; aucune chanteuse de cette époque ne chantait si bien Schubert .
La justesse n'était pas effectivement toujours son fort , mais on s'en fichait un peu . Tout était question de style , de timbre et surtout de phrase musicale , et ça c'était incomparable .

Bernard
Moi aussi je ne l'ai entendu qu'une fois in vivo, dans un récital Schubert également. Mais c'était beaucoup plus tard, le 30 avril 1993 à Montpellier. Elle y offrait encore des moments magiques...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

pantxoa
Messages : 32
Enregistré le : 22 mars 2010, 00:00

gundula janowitz

Message par pantxoa » 03 août 2012, 14:40

Les 75 ans de Gundula janowitz sont l'occasion,pour moi de revenir sur de beaux souvenirs et de riches soirées musicales.L'émotion de la première rencontre au Festival de Salzbourg en...1970 !!! Elle chantait Donna Anna,Karajan dirigeait,La comtesse,quelques jours plus tard...Karl Bohm officiait...En 1972,"le vieux Papa Bohm",toujours lui,avait à sa disposition une distribution de rêve pour son "Cosi" (Fassbaender,Reri Grist,Peter Schreier, Herman Prey...et Fischer Dieskau.Dernier souvenir de Salzbourg,le "Rosenkavalier",en 1978 avec Lucia Popp,Yvonne Minton et Kurt Moll.A Paris,la Comtesse (la soirée d'adieux de Rolf Lieberman) et à Nice,en 1983,"Arabella".
En récital,j'ai pu applaudir Gundula Janowitz,une vingtaine de fois,tant à Paris (Champs Elysées,Athénée (Hindemith),Gaveau), Opéra(la soirée Schubert dont parle Quetzal)qu'en province ( Caen,Nantes,Tours,Anglet,Valencay...).

Même aux derniers jours,lorsque la voix avait perdu de son éclat,lorsque le timbre était devenu plus dur et le souffle plus court,mon émotion était la même qu'au premier instant.Des émotions indiscibles que de simples mots n'arrivent pas à traduire.
Imaginez ma joie lorsque l'an passé j'ai assisté à ses "masters classes" à Auvers sur Oise !!!

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 536
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Re: gundula janowitz

Message par Zelenka » 03 août 2012, 22:03

pantxoa a écrit : Imaginez ma joie lorsque l'an passé j'ai assisté à ses "masters classes" à Auvers sur Oise !!!
Et c'était comment ? Quel est son apport aux jeunes chanteurs ?

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1291
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Message par dongio » 03 août 2012, 22:05

Quelques magnifiques souvenirs aussi
-la Comtesse des Noces à Garnier en 1980, où je découvrais pour ne plus jamais l'oublier la mise en scène de Strehler, et son cast inouï.
-un récital Schubert, Brahms à Strasbourg (date? aux environs de la même période,pendant mes années d'étudiant) avec Irwin Gage
-et puis deux Donna Anna superbes au ROH dirigées par Colin Davis, aux côtés de Raimondi, Burrows, Te Kanawa...
A chaque fois ce qui était frappant c'étaient la magie du timbre, la pureté extraordinaire de celui ci et de la ligne de chant. J'aurais bien voulu entendre son Ariane à Salzbourg avec Böhm, mais hélas...
Et puis les disques, trop nombreux à citer, mais dont ces 4 derniers Lieder sensationnels, sont les rares à pouvoir se mesurer à certains incontournables pour moi (Schwarzkopf ou Norman)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20609
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 08 août 2012, 08:28

Voici ce que disait de sa voix Roland Barthes en décembre 1973 dans un entretien avec hector Bianciotti : "images d'un lait végétal, d'une vibration nacrée, située à la limite-exquise et dangereuse- du détimbré."
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 26 invités