Beverly Sills

Les artistes
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Beverly Sills

Message par Loïs » 22 oct. 2017, 00:51

Je viens de voir que cette semaine correspond à l'anniversaire des adieux de celle qui reste une des plus fascinantes interprètes de ces dernières décennies (et aussi cette année le 10ème de sa disparition).
Je conseille vivement la lecture de sa biographie - Bubbles -, bourrée d'humour et d'émotion, pour une carrière commencée à 7 ans.
Pour le plaisir son dernier bis , c'est la chanson que lui apprit son professeur Estelle Liebling qui l'accompagnera toute sa vie (elle débutera avec elle enfant), qu'elle chantait toujours en bis et dont elle changera les paroles pour l'ultime.
On sort les mouchoirs
https://www.youtube.com/watch?v=-0HqdUGSG5w

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Beverly Sills

Message par Loïs » 22 oct. 2017, 00:53

et évidemment toujours pour le fun:
https://www.youtube.com/watch?v=KGT0Pvj8O_k

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8026
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Beverly Sills

Message par jerome » 22 oct. 2017, 11:45

Oui elle aura eu l'une des plus extraordinaires carrières lyriques du siècle dernier et elle non plus n'a pas actuellement d'équivalent aujourd'hui. Un timbre étonnamment corsé pour ce soprano lirico coloratura, avec un bas medium et un grave un peu forcés (vu les rôles abordés) et un haut medium, un aigu et un suraigu de toute beauté (jusque 1974 en tout cas) et d'une facilité hallucinante. Si on rajoute à cela une technique de chant absolument électrisante (presqu'autant que celle de Sutherland!) et de fantastiques dons de caractérisation dramatique, oui on peut effectivement dire qu'avec Beverly Sills, on a eu une interprète parmi les plus fascinantes de ces dernières décennies.
Lucia et Elvira sensationnelles, Manon éternelle, Reines donizettiennes légèrement surdimensionnées pour ses moyens vocaux mais tellement exceptionnelles d'incarnation vocale et dramatique, ... elle a laissé une discographie marquante et jalonnée de versions de référence vers lesquelles personnellement je reviens régulièrement.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Beverly Sills

Message par Loïs » 23 oct. 2017, 19:08

jerome a écrit :
22 oct. 2017, 11:45
elle a laissé une discographie marquante et jalonnée de versions de référence vers lesquelles personnellement je reviens régulièrement.
Oh que oui et le fait que ses enregistrements ressortent en version éco ne peut qu'encourager à la (re)découvrir avec en tête la trilogie Tudor, Manon, Lucia (je me demande si ce n'est pas la première version avec harmonica de verre) et Thaïs (même si pour ce dernier la voix bouge)

veniziano
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Beverly Sills

Message par veniziano » 23 oct. 2017, 23:32

Insurpassable Linda de Chamonix.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Beverly Sills

Message par Loïs » 27 oct. 2017, 10:29

En fouillant je vois deux enregistrements avec Pavarotti que je ne connaissais pas et qui doivent valoir l'écoute:
Image
Image

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2733
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Beverly Sills

Message par Loïs » 27 oct. 2017, 10:30

et un autre avec Domingo (etv une belle distribution en général)
Image

operakohler
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 120
Enregistré le : 21 févr. 2008, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Re: Beverly Sills

Message par operakohler » 01 nov. 2017, 00:52

J’ai découvert Beverly Sills à la toute fin des années 1970 grâce à un ami qui m’a initié au Bel Canto Romantique.
Je crois me souvenir que la première fois ce fut avec son récital d’air d’opéra Italien. La beauté de ses aigus et son art du souffle furent tout de suite un choc pour moi. Dans un second temps je fus particulièrement ému par sa capacité à transmettre une émotion à travers son chant pour chaque personnage.
Je dois reconnaitre que dans ces années-là, je n’arrêtais pas de comparer Sutherland et Sills.
La première me stupéfiant par sa technique (qu’elle contre-note dans Maria Stuarda) et la seconde apportant une émotion rare (Roberto Devereux).
Finalement je n’ai eu la chance que d’entendre sur scène Sutherland. Pour Sills c’est mon plus grand regret.
Beverly a eu une carrière extraordinaire. Comme elle, peu de chanteuses ont interprété sur scène la fameuse Trilogie Tudor de Donizetti.
Et encore moins de chanteuses ont interprété les 3 rôles sur une même saison.
Beverley Sills l’a réalisé, et en plus au sommet de sa voix.
Je ne résiste pas à vous donner ces principaux rôles en 1973 :
La fille du régiment, Lucia, Les contes d’Hoffmann, Traviata, Maria Stuarda (NYCO), Roberto Devereux (NYCO), Manon (NYCO), Norma, Anna Bolena (NYCO, première), I Puritani (NYCO).

Recherchez et écouter tous les enregistrements de Beverly jusqu’à 1976 compris et vous deviendrez comme moi un inconditionnel.
Bravo à elle.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Beverly Sills

Message par aroldo » 01 nov. 2017, 19:32

En revanche, c'est curieux, comme parfois elle devenait presque commune : sa Rosina ou sa Violetta de studio, c'est bien fait, professionnel, techniquement impeccable, mais vaguement ennuyeux, sans imagination, ni dans le phrasé, ni dans l'émotion et le timbre apparaît tout à coup bien terne et trémulant. Peut-être que les studio EMI ne l'inspiraient pas.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

operakohler
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 120
Enregistré le : 21 févr. 2008, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Re: Beverly Sills

Message par operakohler » 05 nov. 2017, 20:15

Pour le barbier je suis d’accord.
Il y a longtemps que je n’ai pas écouté l’enregistrement officiel mais il me reste le souvenir comme venant un peu tard, mais avec une véritable interprétation.
Il faut écouter son live avec Bruce Brewer en 1974 pour être convaincu qu’elle pouvait incarner un personnage non dramatique. Sa Rosine est pétillante à souhait. La voix est en très bonne forme et comme dans l’enregistrement officiel elle donne l’air supplémentaire (avec reprise et aigu à la fin). Cela peut être souligné car peu de cantatrice l’on fait.
Contrairement à ce que disait «Antoine Goléa» dans la tribune des critiques de disques consacrée au Barbier, elle n’a rien d’un vieux notaire. Dans le live, la voix a moins de vibrato que dans l’enregistrement officiel.
Soit dit en passant, Gedda a été critiqué mais je trouve qu’il ne s’en sort pas si mal dans l’enregistrement officiel. A cette époque il n’y avait pas beaucoup d’enregistrement du grand air d’Almaviva de l’acte II.
Bruce Brewer donne l’air du II : parfaite vocalisation dans la première partie, beau legato dans l’andante. Pour la partie rapide, Sills se substitue au ténor (je ne sais pas pourquoi mais c’est très jouissif : vocalises impeccables).
Après l’air du ténor nous avons droit à un final endiablé ou Sills et Bruce rivalisent de vocalises. Sills finissant par 2 aigus bien placés

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 25 invités