Poitriner dans le grave

Avatar du membre
Electre
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 103
Enregistré le : 22 janv. 2007, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Poitriner dans le grave

Message par Electre » 13 mars 2007, 13:54

Salut,
J'entends souvent critiquer les chanteuses qui poitrinent dans le grave.
Je m'y connais peu pour l'instant en technique vocale.
Mais personnellement ça ne me choque pas plus que ça!
En quoi un son poitriné dans le grave est il mauvais?
Il me semble que le son doit être au service de l'expressivité.Et peut importe si le son est poitriné ou pas dans le grave...
En quoi un son grave placé en voix de tête, est il meilleur qu'un son grave poitriné?
Il me semble qu'un grave placé en voix de poitrine est plus sonore et plus coloré , et plus ancré dans le corps,pourtant.Il exprime quelque chose d'ancestral qui me plaît bien.
Il me semble que La Callas dans le trio des cartes de Carmen poitrine ses graves non?
j'aimerais bien avoir quelques avis et explications.
Merci

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3388
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 13 mars 2007, 14:21

les sons poitrinés ont une connotation expressive très typée, très forte (désespoir profond, fureur contenue, ...).

on reproche parfois à certaines chanteuses d'en abuser pour forcer le trait de leur interprétation, on dit que c'est vulgaire. par exemple, Caballé dans la Gioconda en abuse à mon sens un petit peu, car elle en systématise l'usage même si ce n'est pas très pertinant d'un point de vue dramatique.

pour ma part je trouve qu'à bon escient ça peut avoir beaucoup d'impact (exemple Agnès Baltsa dans Azucena).

Avatar du membre
Batone
Alto
Alto
Messages : 405
Enregistré le : 26 sept. 2006, 23:00
Contact :

Message par Batone » 13 mars 2007, 15:05

La question est surtout de savoir si une note est poitrinée pour des raisons d'interprétation (pour obtenir un effet) ou si la chanteuse poitrine car c'est pour elle la seule manière de réussir à faire sortir cette maudite note grave. Dans ce cas, il s'agit d'une lacune technique à corriger ou alors d'un rôle à laisser de côté, alors que dans le premier cas, c'est tout-à-fait défendable, à condition de ne pas en abuser. Il faut qu'un effet reste un effet et ne devienne pas une habitude.
Ora tocca a me il sorbetto...

Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2798
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par raph13 » 13 mars 2007, 16:51

Callas lors de ses masterclasses en 1972 à la Juilliard School de NY disaient aux élèves qu'il était totalement normal de poitriner dans le grave.
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
Dapertutto
Baryton
Baryton
Messages : 1552
Enregistré le : 08 janv. 2006, 00:00
Localisation : Paris, 18
Contact :

Message par Dapertutto » 13 mars 2007, 17:39

Personellement je trouve qu'une note poitrinée peut passer à un moment pour exprimer un intention. Mais poitriner dès que les notes basses arrivent révèle comme le dit Batone, une grosse lacune, ou la démonstration des limites de la tessiture. Je pense toujours à Verrett dans Samson et Dalila qui, bien qu'elle soit une grande chanteuse, poitrine ses notes graves à outrance. Cela nuit au style, et je trouve qu'il est plus agréable d'écouter une chanteuse qui chante les notes "focus", comme Suzanne Lefort, par exemple.
"Dis papa! Tu peux mettre la poupée qui chante?"

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10764
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 13 mars 2007, 21:22

Merci à Electre d'avoir relancé ce sujet un peu tabou (prochaine étape : les ténors qui poitrinent dans l'aigu). Déjà, je ne suis pas sûr qu'on soit tout à fait d'accord sur la définition de poitriner. Je reste sceptique face à certaines affirmations. Les femmes n'ont pas de passage net entre la voix de poitrine et la voix de tête. On m'a affirmé ici que Julia Varady ne poitrinait jamais... pourtant j'ai du mal à imaginer ce qu'elle peut faire d'autre pour produire des sons pareils. Lorsque j'ai vu Michèle Lagrange en Lady, j'ai vraiment eu l'impression étrange qu'elle ne poitrinait pas... alors qu'elle dit elle-même le faire.

Théoriquement, il ne faut JAMAIS poitriner. Joan Sutherland dit que ça use la voix... mais sa collègue M.Horne, longtemps soprano avant de devenir contralto, poitrine, ce qui lui a assuré une longue et belle carrière.

En fait, je pense que certaines chanteuses auraient tort de se priver si elles peuvent poitriner sans dommage. C'est comme les suraigus : beaucoup de chanteuses ont eu le contre-fa étant jeunes (Hildegard Behrens, Maria Guleghina, Karita Mattila...) mais seules les vraies sopranos aiguës sont "autorisées" à le pratiquer sans risquer d'abîmer leur voix.

Les mezzo-sopranos qui ne poitrinent pas m'ennuient profondément. Alors bien sûr, c'est propre et joli, on ne peut critiquer ni leur style ni leur techniques mais qu'est-ce que c'est gentillet !
J'ai vu Ewa Podles il y a deux mois dans une oeuvre composée pour Galina Vichnevskaia. Elle poitrinait l'extrême grave et c'était absolument fantastique !

Avatar du membre
AddictedToOpera
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 245
Enregistré le : 18 mars 2007, 00:00
Localisation : Créteil
Contact :

Message par AddictedToOpera » 01 avr. 2007, 01:26

Ouééé! Chui bien d'accord! Vive les sons poitrinés! :lol: Quand c'est bien fait, c'est tellement beau à écouter (et tellement jouissif à produire!!)
Les larmes qu\\\'on ne pleure pas
dans notre âme retombent toutes,
et de leurs patientes gouttes
martèlent le coeur triste et las.

(Charlotte. Werther de Massenet)

obilya
Messages : 47
Enregistré le : 06 déc. 2006, 00:00
Contact :

poitrinés

Message par obilya » 10 mai 2007, 21:17

Bonsoir !! :D
j'ai justement abordé ce sujet avec ma prof de chant hier . . .
franchement je pense qu'il faut être prudent là-dessus au début, j'ai remarqué pour ma part que ça me fatiguait vite quand je travaillais les sons poitrinés, mais il y a tant de chanteuses qui s'en servent que ça me paraîtrait bizarre que ça soit vraiment destructif . . .
et puis tout dépend de la tessiture, une colorature prend sûrement plus de risques qu'une contralto qui s'investit au contraire dans les sons de poitrine . . . je suis partagée sur l'avis :?:
Et puis j'imagine qu'il y a plusieurs façons de les faire . . . un usage abusif n'est pas à mon sens très esthétique dans un spectacle, enfin pour de vrai je n'en sais rien sur le danger, qu'il existe ou non
en tout cas il y a des chanteuses qui arrivent à rendre un poitriné plein d'émotion (Renée Fleming dans Thaïs, par exemple, bien que les occasions soient rares) alors pourquoi pas ?

Bizzzz à tous !

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10764
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 13 juin 2008, 22:06

Bon, d'après Julia Varady, il faut poitriner si c'est "bequem".

Masco
Messages : 41
Enregistré le : 12 août 2010, 23:00

Message par Masco » 13 août 2010, 13:22

Le problème des sons poitrinés, c'est que, rarement beaux , ils donnent aux plus belles héroïnes des airs fugitifs de vaches laitières. L'autre problème, c'est que sur une scène, une chanteuse ne dispose que de ce moyen pour faire entendre ses graves, surtout s'il faut rivaliser avec un orchestre symphonique.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 12 invités