comment accelerer roulades, vocalises

Avatar du membre
Lohuli
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 208
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lohuli » 24 oct. 2008, 22:38

Un bon exercice est de simuler le démarrage d'une 2cv.
Il faut se mettre dans le centre de sa voix et faire un Ya-ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha à la vitesse la plus confortable fût-elle très faible au début, puis à cette même vitesse monter et redescendre sur une quinte toujours sur Ya ce qui donne par exemple Do-do-do-do-do-do-do-do-do-ré-mi-fa-sol-fa-mi-ré-do. Il ne faut pas y aller comme un bucheron mais le premier Ya doit être franc pour solliciter le diaphragme qui est encore plus que pour le reste du chant, le muscle clé pour ce genre d'exercice. C'est en le musclant spécifiquement pour les vocalises que celles-ci progressent. Il lui faut être souple et tonique ce qui peut paraitre contradictoire mais ne l'est absolument pas. Travailler les vocalises est de toute façon un excellent exercice même si on ne doit pas en chanter. Comme le dit batone, il faut ensuite accélérer petit à petit et enfin monter puis descendre dans la tessiture.
Rien ne sert en tout cas de chanter à un tempo dans lequel on est pas parfaitement à l'aise. Mieux vaut mille fois un tempo trop lent qu'un tempo adéquat avec un chanteur tout violet dont le public se demande à quelle mesure il va nous péter à la figure ?
Ceci dit, le mieux est tout de même une démonstration en Live par un professeur ou un(e) ami(e) chanteur(se).


Bon, en relisant mon message je me rends compte de la date du post initial. Ma réponse est peut-être obsolète alors, l'initiateur de ce sujet étant déjà à la retraite
:D
La terre n'est pas un cadeau de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent.

titania
Messages : 7
Enregistré le : 04 oct. 2006, 23:00
Contact :

Message par titania » 02 nov. 2008, 19:36

Réponse à Malibran :
Je ne suis moi-même pas très contente de mon message...c'est en effet tellement difficile à exprimer.

1) Je ne voudrais pas que l'on confonde le legato articulé avec de vrais Ha Ha que l'on entend quelquefois dans Bach (par exemple de vrais HA HA que le chef de choeur demande aux choristes pour arriver à une certaine clarté.)
Il n'y a pas vraiment de h aspiré (qui est en fait soufflé) mais une sorte de mouvement d'air intérieur, sous l'action du diaphragme comme le souligne Lohuli. Il y a une certaine "turbulence", un peu comme dans le trille, alors que dans le legato les notes sont fondues. Les deux sont soutenus bien sûr, même si la distribution de l'air ne se fait pas de la même manière.

2) Pour entraîner le diaphragme je suis d'accord avec les exercices de Lohuli.
On peut s'imaginer qu'on joue la peur ou qu'on fait semblant d'avoir froid, et produire un bruit en voix parlée mais en montant et descendant la gamme de la voix parlée . J'ai connu une chanteuse ( de la Scala de Milan) qui faisait cela avant de répéter le rôle d'Eboli.

3) Quand on écoute une chanteuse, bien remarquer quand elle passe du chant large aux vocalises. Il y a quelquefois aussi un léger changement dans la voyelle. Chez Schwartzkopf il me semble que les "a" deviennent moins "â".

4) Il faut en effet commencer au dessous du tempo désiré, et c'est pas parce qu'on y arrive une fois que c'est fini! Par exemple travailler à partir de 112 pour arriver à 120 à la noire. Mais par petits bouts car autrement un tempo trop lent pose d'autres problèmes!

Je crois cependant que certaines écoles n'admettent pas ce "legato articulé" (c'est encore le terme qui me semble convenir le mieux), sans doute pour des raisons d'ordre artistique mais il ne me paraît pas anti-physologique, ni dangereux pour la voix.
Ce message a pour but de faire continuer le débat, pas de donner des conseils!

carol7
Messages : 1
Enregistré le : 19 juin 2009, 23:00
Contact :

vocalises - legato articulé

Message par carol7 » 01 janv. 2011, 17:06

Le sujet des vocalises m'a particulièrement intéressée car effectivement pour certains c'est plus instinctif et évident que pour d'autres...
Ce n'est tj pas mon point fort, mais j'ai beaucoup progressé quand j'ai compris qu'il ne fallait pas partir d'un "vrai" légato, mais viser le légato articulé dont tu parles ; ça n'a rien à voir avec des h rajoutés en effet.
Moi, je dirais que c'est tout simplement l'articulation des cordes vocales (fermeture/ouverture) qui crée cette impression d'articulation/rupture dans le légato, notes cisellées ; évidemment, j'en suis convaincue aujourd'hui, c'est indispensable pour avoir la précision dès qu'on dépasse une certaine vitesse.
Et dans les vocalises plus lentes (Don Giovanni, air Mi tradi quel alma ingrata...), je n'applique du coup pas la même méthode (là, "vrai" légato).
Qu'en penses-tu?
Evidemment d'autres défauts peuvent bloquer la vocalise (machoire crispée, mauvaise place de la voix), mais ce n'est pas ce qui te préoccupe apparemment.
Cette méthode me semble la bonne, en tout cas, moi j'applique ça en ce moment avec de bons résultats (pas encore assez vite à mon goût, mais bon!). D'autre part, comme je l'ai vu écrit plus haut, il doit y avoir un certain "lâcher prise" au bout d'un moment, ne pas être trop intellectuel, pour vocaliser.
Si tu as d'autres conseils ou expériences à ce sujet, je suis intéressée!

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7981
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 02 janv. 2011, 04:27

titania a écrit :j'ai toujours entendu dire au conservatoire qu'il ne fallait pas faire hahaha, que c'était bon pour les teutons," incultes en bel canto".
savoureux ça! surtout quand on sait que la plupart des profs de chant dans les conservatoires de France et de Navarre sont eux-mêmes incultes en bel canto. D'ailleurs d'une manière générale, de tous les mauvais profs de chant de la planète, la France en a le pourcentage le plus abyssal.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités