Les barytons

Avatar du membre
alagnaflorez
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 232
Enregistré le : 08 déc. 2005, 00:00
Localisation : Suisse romande

Message par alagnaflorez » 09 févr. 2006, 15:42

C'est vrai que Hvorostovsky chante facilement les aigus. Il adore les la-bémol et les la, et pas seulement en studio: il rajoute plusieurs la à ses partitions (le la qu'il chantait dans les dernières mesures de "Avant de quitter ces lieux" au Met était sublime). Car sa voix reste parfaitement homogène lorsqu'il affronte ces notes, elle ne se détimbre jamais. Etait-ce aussi le cas de Cappuccilli (je pense)?
E il labbro mio mormorò un'ardente preghiera: Oh Dio ch'ella non sappia mai, non sappia mai, la mia vergogna! Ahimè!

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1736
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 09 févr. 2006, 15:53

Je viens de réécouter le "Avant de quitter ces lieux" de Cappuccilli et il reste homogène d'un bout à l'autre...
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1196
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 09 févr. 2006, 16:02

Dans "Avant de quitter ces lieux" c'est un sol et non un la...Et il n'y a pas de cadence admise par le compositeur et proposée par un interprète du temps de Gounod...

Avatar du membre
alagnaflorez
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 232
Enregistré le : 08 déc. 2005, 00:00
Localisation : Suisse romande

Message par alagnaflorez » 09 févr. 2006, 16:10

Hvorostovsky ajoutait pourtant à la fin un véritable la... même si Gounod ne l'a jamais écrit.
E il labbro mio mormorò un'ardente preghiera: Oh Dio ch'ella non sappia mai, non sappia mai, la mia vergogna! Ahimè!

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1736
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 09 févr. 2006, 16:24

alagnaflorez a écrit :Hvorostovsky ajoutait pourtant à la fin un véritable la... même si Gounod ne l'a jamais écrit.
Et après, on va dire que Gounod fait des fioritures partout et que sa musique est superficielle! :evil:
Mais si on la traîte comme ça, c'est forcé! :lol:
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1196
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 09 févr. 2006, 16:58

alagnaflorez a écrit :Hvorostovsky ajoutait pourtant à la fin un véritable la... même si Gounod ne l'a jamais écrit.
Si tu as vérifié en même temps je te fais confiance, je ne me souviens plus quelle est la tonalité de cet air, je vérifierai ce soir mais je me demande à quel moment de l'air il a rajouté un la...??? Ou alors il a demandé au chef volontairement de le chanter un ton audessus...

Avatar du membre
Geoffroy
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 168
Enregistré le : 08 avr. 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Geoffroy » 09 févr. 2006, 17:04

silvio a écrit :Si tu as vérifié en même temps je te fais confiance, je ne me souviens plus quelle est la tonalité de cet air, je vérifierai ce soir mais je me demande à quel moment de l'air il a rajouté un la...??? Ou alors il a demandé au chef volontairement de le chanter un ton audessus...

L'air est en mi bémol. Sauf à transposer en effet, je ne vois pas de moyen d'y interpoler un la autre que bémol, et encore faut-il ajouter une cadence quelque part !

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1196
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 09 févr. 2006, 17:07

D'où mon étonnement....Mais si cette note a été vérifiée...évidemment je ne conteste pas les compétences musicales de Alagnaflorez...
Mais même un la bémol, donc en respectant le ton original, je ne vois où il a pu le mettre tout en restant musical...Passons, ce qui est sûr avec Dmitri H. c'est que même si la voix manque un peu d'ampleur, le matériel est superbe et les aigus très faciles...

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 846
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 09 févr. 2006, 17:43

Lorsque les barytons insèrent le la bémol (ce qui est un non sens musical et interprétatif), ils le mettent dans la dernière phrase "O Roi des Cieux" et le font sur le Roi.

Ce qui donne avec le nom des notes la chose suivante:
Ô sur si bémol; Roi sur la bémol; des sur ré bécarre, et Cieux sur Mi bémol.

Petite précision musicologique; l'ai est en Mi bémol Majeur. Le la bémol (lorsqu'il est ajouté) n'est que la 7ème de dominante affirmant la tonalité de mi bémol. Une cadence parfaite conclue l'air de la façon la plus classique qui soit.

Musicalement, cela n'apporte rien. Cela permet simplement au baryton de montrer ses aigus (comme s'il n'y en avait pas assez dans cet air et dans le rôle).... Cet aigu termine l'air de façon vaillante alors qu'il convient de le terminer dans l'esprit d'une prière....

J'avoue éprouver un immense plaisir à chanter cet air magnifique, mais ô combien difficile.

Avatar du membre
Geoffroy
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 168
Enregistré le : 08 avr. 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Geoffroy » 09 févr. 2006, 17:58

PaoloAlbiani a écrit :Lorsque les barytons insèrent le la bémol (ce qui est un non sens musical et interprétatif), ils le mettent dans la dernière phrase "O Roi des Cieux" et le font sur le Roi.

Ce qui donne avec le nom des notes la chose suivante:
Ô sur si bémol; Roi sur la bémol; des sur ré bécarre, et Cieux sur Mi bémol.
C'est d'un goût parfait... Tant qu'à faire, je rajouterais un joli petit gruppetto sur "Ô".

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités