[Sondage] Votre R

Comment préférez-vous votre R ?

R apical (roulé)
24
44%
R uvulaire (français standard actuel)
11
20%
Avec de la crème fraîche
20
36%
 
Nombre total de votes : 55

Avatar du membre
Abigaille
Alto
Alto
Messages : 431
Enregistré le : 10 sept. 2004, 23:00
Localisation : Dans un bourg où la vie est cher...
Contact :

Message par Abigaille » 11 août 2005, 11:09

Oui, mais je voulais dire par là, que je connaissais pas le r uvulaire au niveau de l'écoute!

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 11 août 2005, 13:39

tuano a écrit :Uvulaire, c'est en forme d'oeuf, tel que le prononcent les poules.
Tu confonds avec le R ovulaire. Il y aurait beaucoup à dire sur l'ovulation du R chez les baroqueuses, mais j'arrête là de peur de m'attirer certaines foudres.

Je suis plutôt pour le R roulé, le compromis esquissé par Tom me semblant la sagesse même. Mais je voudrais souligner que ça dépend aussi de l'art avec lequel le R est roulé : nous discutons comme si on parlait de cas homogènes et ce n'est vraiment pas le cas. C'est un peu comme les liaisons, elles peuvent être affreusement ou merveilleusement faites. On peut du reste rouler le R dans la gorge ?

Remarque : je crois que le R roulé gêne en effet plus spontanément les gens du Nord. J'ai le souvenir d'avoir entendu une sommité dire à la radio que la prononciation dite restituée du français du XVIIe siècle, avec R roulés, était insupportablement "gasconne" à ses oreilles. C'est tout dire? Je ne parle même pas de certains jurés de concours qui à l'oral se foutent ouvertement de la gueule de candidats qui ont un accent du sud. Eux au moins ne mangent pas les E atones en lisant les vers, et n'écrivent pas "emprunt de gaieté" au lieu d'"empreint de gaieté", mais je m'égare ?

Remarque bis : le son du R était privilégié chez les classiques pour son effet expressif dans les passages éclatants ou teRRRRRRibles. Il y a des exemples célèbres dans les récits de tempête de l'Énéide. Dans ce cas, le R est souvent combiné au T, d'ailleurs. Ronsard souligne dans l'Abrégé de l'Art poétique que les R doivent être soigneusement cultivés par les poètes dans les genres nobles, parce qu'ils font "grande sonnerie et batterie aux vers". Or de tels effets ne produisent tout leur effet qu'en roulant le R. On pourrait donner des exemples très intéressants chez Racine, où certains vers construits sur une saturation en R sont édulcorés par une diction trop lisse. "Je crois voir de tes mains tomber l'urne terrible"?

Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1209
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par jeanch » 11 août 2005, 14:53

bajazet a écrit :Mais je voudrais souligner que ça dépend aussi de l'art avec lequel le R est roulé : nous discutons comme si on parlait de cas homogènes et ce n'est vraiment pas le cas. C'est un peu comme les liaisons, elles peuvent être affreusement ou merveilleusement faites. On peut du reste rouler le R dans la gorge ?
C'est exactement ce que je pense. Il n'y a pas 2 sortes de R mais une quantité de nuances et de façons de pouvoir prononcer cette lettre.
Remarque : je crois que le R roulé gêne en effet plus spontanément les gens du Nord. J'ai le souvenir d'avoir entendu une sommité dire à la radio que la prononciation dite restituée du français du XVIIe siècle, avec R roulés, était insupportablement "gasconne" à ses oreilles. C'est tout dire? Je ne parle même pas de certains jurés de concours qui à l'oral se foutent ouvertement de la gueule de candidats qui ont un accent du sud. Eux au moins ne mangent pas les E atones en lisant les vers, et n'écrivent pas "emprunt de gaieté" au lieu d'"empreint de gaieté", mais je m'égare ?
Excuse moi Bajazet mais je n'arrive pas à faire cette distinction (même si je l'entends). C'est trop me demander. Ma maman m'a pas appris à parler comme ça !
Par ailleurs, j'ai appris à dire du lait, des jouets (en disant è comme dans chouette) et pas é...
Désolé si on ne parle pas la même langue... :roll: :wink:

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 21 août 2005, 19:37

Juste un mot sur les différentes qualités de r. Valérie Millot, Brunehild à Montpellier, produisait des r uvulaires d'une qualité, d'une distinction, d'une clarté exemplaires. Rien que d'entendre ses r, on en pleurerait.
(Je vous rassure, c'est pareil pour Salut! Splendeur du jour! et surtout pour Avec ces fleurs.)

Quelqu'un aurait-il de plus amples renseignements sur cette chanteuse ?
(à part ceci : http://operabase.com/diary.cgi?lang=fr& ... e=20050318 )


Et tant que nous y sommes, Kate Royal, Woglinde du Rheingold de Rattle, donne-t-elle des récitals de lieder ? J'ai été stupéfait par l'intelligence de son articulation dans un rôle psychologiquement si étroit.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités