Question technique

Répondre
Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1260
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Question technique

Message par offenbach » 03 juin 2005, 08:33

J'ai une interrogation à soumettre aux odbiens:
mon prof me dit, pour les "o", de garder la même ouverture de la bouche du grave à l'aigu pour ne pas altérer la voyelle et faciliter la compréhension du texte aussi bien dans le grave que dans l'aigu.
Mais je travaille aussi avec un élève qui prépare son diplôme de prof et qui, lui, me dit, pour les "o", d'ouvrir la bouche en montant dans l'aigu, donc d'arriver à un o ouvert (comme dans "botte"), voire presque à un a.
C'est à dire que, dans une vocalise, le "o" de départ est "normal", fermé, comme dans le mot "hôte", et plus je monte, plus il me demande d'ouvir la bouche, jusqu'à arriver dans l'aigu à un o ouvert proche du a.
Je voulais savoir: quelle est la bonne façon de faire pour la voyelle "o"? Garder la même ouverture buccale du grave à l'aigu? Ou faire un "ô" dans le grave et le medium et un o ouvert proche du "a" dans l'aigu?
Merci bcp

Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Message par yves » 03 juin 2005, 08:42

voir "my fair lady" ou le "bourgeois gentilhomme" :roll: :oops:
"Dieux et dieux font cloître"
Traité d'arithmétique céleste, 1651, p. 78.

bajazet

Avatar du membre
Fiordiligi
Alto
Alto
Messages : 287
Enregistré le : 10 nov. 2004, 00:00

Re: Question technique

Message par Fiordiligi » 03 juin 2005, 10:13

offenbach a écrit :J'ai une interrogation à soumettre aux odbiens:
Je voulais savoir: quelle est la bonne façon de faire pour la voyelle "o"? Garder la même ouverture buccale du grave à l'aigu? Ou faire un "ô" dans le grave et le medium et un o ouvert proche du "a" dans l'aigu?
Merci bcp
Je te donne ma version de l'histoire, ça vaut ce que ça vaut: personnellement je trouve impossible de faire un O fermé dans l'aigu, il est indispensable d'ouvrir mais en gardant bien la verticalité (ma prof parlait de faire une bouche "en ogive"). Donc ça se transforme effectivement en O plus ouvert mais surtout pas trop vers le A qui finirait pas trop ouvrir le son.
Evidemment, étant soprano, mon aigu et le tien n'est pas vraiment dans la même zone (!), je ne sais donc pas ce que ces conseils valent pour une basse... En tous cas, pour une voix de femme aigue, je ne vois même pas comment il peut-être possible de "sortir" un aigu avec un O fermé... :?

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 13 janv. 2006, 09:16

Message de Divamary déplacé pour davantage de clarté

Coucou tout le monde!
J'ai une question:
En ce qui me concerne, lorsque je chante des vocalises en "ou" ou "o" je n'ai aucun problème de passage. Par contre en chantant un "a" je ne passe pas très bien de la voix mixte à la voix de tête! Ma voix n'est plus homogène! Comment chanter un "a" sur les notes de passage? Faut-il absolument "couvrir" ces notes en chantant presque un "o" puis repasser sur un "a" une fois le passage terminé?

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1057
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 13 janv. 2006, 10:55

Si je puis me permettre je pense qu'il ne faut pas penser comme cela...
Le son O doit etre celui exigé par le texte. Si tu dois chanter un O fermé comme ds Hôte ds ton texte il fo y arriver aussi bien ds le grave que ds l'aigu et la même chose pour le son ouvert.
Le principal problème est de ne pas quitter la place de la voix, faire reculer le son et l'engorger...
Le fait d'ouvrir trop la bouche sur un aigu est un signe auquel il fo preter attention...La voix quitte plus facilement la résonnance et on tombe sur la gorge. Bien sur il faut ouvrir la bouche sur un aigu (en tout cas plus que sur les graves) mais ce n'est pas le point principal...Ce n'est pas le fait d'ouvrir la bouche qui va faire de l'aigu une note sonore et timbrée...

paul
Alto
Alto
Messages : 409
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 13 janv. 2006, 10:58

Ma version des faits.....

Le "o" fermé (beauté) est une voyelle qui me semble particulièrement dangereuse et qui a tendance, en tout cas chez moi, à tout coincer car provoquant unne fausse couverture qui grossit le son en le "tubant", et à faire se relacher le soutien. Il faut privilégier le "o" ouvert (crotte), quite à dénaturer un peu la prononciation (mais à écouter Vanzo, Thill et autres dans le répertoire français, la "crotte" est plus présente que la "beauté" (ça me permet de "botter" en touche) :D )
Quand on monte dans la tessiture sur un "o" ouvert, l'ouverture de la bouche augmente, mais doit touujours rester très verticale, les commisures des lèvres légèrement tournées vers l'intérieur. Si le "o" ouvert veut désepérément devenir fermé, c'est en général chez moi un problème de manque de soutien, de fatigue générale... Pour faire le "a" à partir de ce "o" ouvert il "suffit" de "relacher" (mauvais verbe mais c'est le seul qui me vient) les commisures des lèvres. C'est ce "relachement" qui rend le "a" dangereux, car pouvant provoquer une ouverture horizontale de la bouche; c'est ce relachemennt qui fait aussi que le "a" est si beau.
Dans ma voix, ténor (fort), il est important de garder les sons ouverts jusqu'au passage (mon passage est sur fa#, les fa doivent rester généralement ouverts (suivant la phrase musicale), les mi toujours ouverts (dans d'autres voix, barytons (sauf barytons Verdi, me semble-t-il) il est possible de faire intervenir une couverture progressive des sons, je ne sais pas ce qu'il en est pour les voix féminines)).
Au dela, il faut "enclencher" la couverture: pivot du larynx et ouverture de l'arrière de la gorge. Cela se traduit (chez moi, comme je le ressens, hypersubjectivement, à prendre avec toutes les pincettes du monde :cry: ) par une réduction du débit d'air (ou en tout cas la volonté de le réduire, mais il est peut-être augmenté, je n'ai pas fait de mesure...), accolement plus "fin" des cordes vocales; les voyelles sont légèremennt déformées plus on monte dans la tessiture (sur un contre-ut, j'ai l'impression de faire la même voyelle sur un "i" et sur un "a", même si le résultat (que j'aimerais meilleur qu'il n'est actuellement, grrrrrrr....) est différent à l'extérieur). Ce qui marche bien chez moi: garder la posture buccale propre à chaque voyelle tout en pensant que la gorge prononce un "ou" (le "ou", contrairement au "o" fermé ne solliicite que très peu la partie avant de la cavité buccale et permet d'ouvrir l'arrière de la gorge).

Pour renchérir sur ce que dit silvio: l'ouverture de la bouche dans l'aigue doit être très progressive et le plus involontaire possible. Si on ouvre trop la bouche sur
un sol, on ne pourra plus l'ouvrir suffisamment plus sur un contre-ut, d'où engorgement, forçage, couac.... l'ouverture de la bouche est une conséquence de la production du son pas un moyen de le produire

En conclusion (ouf!): ne pas chercher la couverture des sons sur le "o" fermé, mais plus sur le "ou" et passer progressivement sur le "o" ouvert (le è ouvert est un bon intermédiaire). Avoir un semblant d'homogénéité sur le "o" et le "ou" et pas sur le "a" est probablement un problème sur le souffle. Pencher la tête en avant au moment du passage peut aider (regarder Carreras....)

Re-conclusion: un bon prof avec une bonne oreille, on en revient touujours au même pb :cry: :cry:

Bon courage à nous tous :D

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1057
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 13 janv. 2006, 14:53

Merci à Paul pour toutes ses impressions.
Pour ma part je pense que c'est beaucoup moins compliqué et moins "calculé " que ça...Le meilleur travail n'est pas le travail visuel ou physique mais le travail par sensations...Beaucoup plus facilement mémorisable (à condition d'être guidée par la bonne personne) que le travail visuel où un certain jour on se trouvera ouvrant trop la bouche et le lendemain pas assez ...! Garder ses bonnes sensations en mémoire est la clef. La meilleure sollution ( à mon humble avis) est de garder en tête la recherche de la résonnance, basée sur la décontraction la plus absolue...mais en étant tonique sur certains organes (notamment les muscles qui font travailler le souffle). Ma prof disait que le chant était une question de gestion d'effets paradoxaux...Rester élastiquement tendus par exemple signifie (pour le souffle) rester le plus large ouvert mais en restant tonique et surtout pas bloqué.
Pour l'ouverture de la bouche il faut que ça reste naturel, c'est le cerveau qui, en donnant les bons ordres et aux bons endroits fera que la voix sera guidée ds les résonnateurs...A partir du moment où on arrive à controller cette gestion de la résonnance, on arrive très bien à chanter n'importe quel o sur n'importe quelle note. La place de la voix, c'est ça la cle.

divamary
Messages : 25
Enregistré le : 05 janv. 2006, 00:00
Localisation : Alsace
Contact :

Message par divamary » 14 janv. 2006, 20:44

Merci pour ces réponses!! Mais alors techniquement il faut faire quoi lorqu'on a son passage en voix de tête? Q'est ce qu'on doit changer? Les garçons "couvrent" mais les filles doivent aussi couvrir ou non?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités