Comment passer de néophyte à amateur?

Vous êtes néophyte et vous n'osez pas poster sur les autres forums, ce forum est pour vous !

Villagna

Message par Villagna » 16 juil. 2006, 17:42

alagnaflorez a écrit : Je ne suis pas sûr que Faust et l'opéra français soient idéaux pour découvrir l'opéra (excepté Carmen).
J'ai cité Faust parce qu'il y a des airs que tout le monde a déjà en tête, comme dans Carmen d'ailleurs, même sans jamais être allé à l'opéra (la valse, le veau d'or, le choeur des soldats, les bijoux). Le "débutant" que j'étais il n'y a pas si longtemps peut y trouver des repères rassurants.
De plus, c'est en français. D'accord, nos chanteurs n'ont pas tous une diction parfaite, mais ça peut aider aussi.
Cordialement.

Alainjoel
Soprano
Soprano
Messages : 64
Enregistré le : 08 déc. 2005, 00:00
Localisation : Montrouge
Contact :

Message par Alainjoel » 17 juil. 2006, 21:41

Amateur de musique classique, j''ai acheté mon 1er disque d'opéra avec Orphée de Gluck vers 25 ans puis l'Orfeo de Monteverdi, Purcell, Haendel et je n'allais tjs pas en salle, un monde pour moi étranger.
Et c'est la vision du film de Losey-Liebermann, bien plus tard, qui en m'éblouissant m'a conduit à oser aller à l'opéra; et là je découvre la scène, les chanteurs, les décors, l'ambiance et j'entre dans la religion de l'opéra!
Il m'a manqué d'être conduit plus tôt au lycée, en fac. par des copains ....
L\'opéra, c\'est bien plus que l\'opéra.

Avatar du membre
Renard
Ténor
Ténor
Messages : 622
Enregistré le : 27 juin 2005, 23:00

Message par Renard » 16 mars 2007, 23:59

Commencer par Carmen, c'est une bonne idée. A la fin, tout dépend de tes préférences dramatiques: le plus important pour toi, est-ce la pureté et la beauté de la ligne vocale, est-ce le contenu dramatique, est-ce le langage musical qui te dit le plus? Personnellement, j'ai commencé par Les Noces de Figaro et, bien que ce fût une soirée très agréable avec un petit aller-retour à Londres, ça m'aurait fait rien si je n'avais jamais mis pied dans un théâtre d'opéra une deuxième fois. Par contre, si ça avait été Salomé, Elektra, La Bohème ou quelquechose de ces genres-là, je n'aurais jamais repris le train pour rentrer.

Lily
Ténor
Ténor
Messages : 535
Enregistré le : 09 juil. 2004, 23:00
Contact :

Message par Lily » 17 mars 2007, 07:50

alagnaflorez a écrit : J'adore l'opéra français, mais au tout début... j'avais un peu de peine avec. Sinon, pour commencer, Verdi bien sûr, Bellini (I Puritani), mais aussi -et je ne crois pas qu'il ait été cité- Rossini. C'est facile d'écoute, la musique est joyeuse, belle, enthousiasmante.
Oh ça, ça dépend vraiment des goûts ! :D J'adore Faust mais je suis toujours incapable d'écouter un opéra de Bellini au complet !
Remarque, je n'ai jamais eu l'occasion d'en entendre un sur scène...

Parce que je crois aussi qu'il est essentiel d'aller voir une représentation d'opéra pour entrer dans ce monde ! :D

paco
Basse
Basse
Messages : 7953
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Message par paco » 17 mars 2007, 11:11

tout à fait d'accord sur le fait que pour prendre goût à l'opéra il est impératif d'aller sur place. Le DVD est soporifique pour un néophyte (à vrai dire pour un amateur éclairé aussi...).

L'ambiance de la salle, la respiration des interprètes, l'électricité du spectacle, etc..., tout ceci est indispensable pour mordre et s'intéresser à ce qui se passe.

Pour le reste, il y a jeune et jeune. Jusqu'à l'adolescence, Mozart est un peu difficile (récitatifs), sauf peut-être la Flûte Enchantée.

Personnellement j'ai débuté à l'âge de 7 ans avec les Vêpres Siciliennes de Verdi, mais ce n'est pas forcément l'idéal, et rétrospectivement je pense que j'ai été bcp plus fasciné ce soir-là par les dorures de Garnier et les bravi qui saluaient Domingo et Arroyo... (l'amphi de Garnier tremblait de partout, un vrai stade de foot...).

J'ai souvent emmené des "jeunes" pour la 1ere fois à l'opéra. Quel que soit l'âge, Verdi plait à tous les coups, c'est parfait pour débuter : c'est concis, dynamique, électrisant. J'en dirais autant de certains Puccini, comme par exemple Tosca (curieusement La Bohême "passe" moins bien).

Cependant, j'ai aussi remarqué que dans la tranche 15-25 ans le XXe siècle séduit énormément, du moins certains ouvrages avec une action proche d'un scénario cinématographique. Je pense notamment à Cardillac, Katya Kabanova, Jenufa, Peter Grimes, Streetcar named desire, ...

Je dirais en résumé que pour débuter il faut :

- un spectacle pas trop long (3h y compris entracte)

- un livret riche en actions et rebondissements (Wagner est rhédibitoire pour un débutant...)

- une histoire qui nous parle, et dont le texte du livret, le style de la langue, ne soient pas complètement datés (de ce point de vue Faust a bcp de handicaps avec ses e muets et ses niaiseries stylistiques çà et là)

- une mise en scène qui "joue le jeu". Peu importe qu'il y ait transposition à notre époque ou non, mais il faut que ça bouge, qu'il y ait décors et costumes. N'oublions pas que la jeune génération est abreuvée d'Hollywood et ses effets spéciaux, une mise en scène minimaliste comme les adorent les metteurs en scène contemporains (genre une table et dix chaises...) ne leur parle pas du tout

- une construction dramaturgique bien foutue, avec crescendo dramatique. De ce point de vue, Verdi est idéal, mais également certains Janacek, Puccini, Donizetti, Tchaikowski, ...

- des chanteurs qui soient aussi de très bons acteurs (du genre Villazon, Uria-Monzon, Florez, Dessay, Antonacci, Domingo, Degout, etc...). Le style ténor la main sur la poitrine les yeux rivés sur le chef ne passe plus du tout auprès des 15-25...

- bref, il faut du spectacle !

Avatar du membre
trublionne
Messages : 20
Enregistré le : 30 juil. 2007, 23:00
Localisation : bordeaux
Contact :

Message par trublionne » 16 août 2007, 18:56

Je vais balancer plein de pavés dans la mare mais il me semble que pour se familiariser l'oreille, avant de se lancer dans deux heures et demie d'opéra, le mieux c'est un mix d'airs bien interprétés - style Opéra-Passion - à écouter chez soi. Parce qu'après, une fois dans la salle, le moindre point de repère musical que l'on retrouve au milieu d'un flux ininterrompu, on "accroche" beaucoup plus... C'est du vécu. Après ça, je suis totalement d'accord pour dire que la scène, c'est le mieux...
Autre moyen inégalable pour apprendre à aimer l'opéra, mais là ça dépend de l'endroit où l'on se trouve et des connaissances que l'on a : assister à des répétitions. Voir se construire l'oeuvre, repérer les difficultés vocales, et "enregistrer" les passages les plus marquants, ça permet d'en profiter dix fois plus quand on est en contact avec l'oeuvre dans sa version aboutie.
Dernier pavé : vaille que vaille, une très bonne opérette type Offenbach, c'est un pont de velours pour entrer dans la musique vocale scénique. Il y a une transition avec le théâtre - plus accessible - et en plus, si tout va bien, on se marre... Ce qui est encore un des meilleurs moyens qu'ait inventé la pédagogie pour ouvrir les portes... :D
Trublionne, trublion lyricophile
\"...L\'opéra, ce divertissement pour concierges dont on ne voudrait pas au casino de Romorantin\"
André Malraux

Avatar du membre
RLP312
Messages : 39
Enregistré le : 07 août 2007, 23:00
Localisation : PAU
Contact :

Message par RLP312 » 16 août 2007, 19:41

Une fois, parmi tant d'autres, je suis d'accord avec Trublionne, et je complète.

Si assister à une représentation "en vrai" reste le moyen le plus émouvant, le plus électrisant, le plus prenant d'éouter un Opéra, il n'en demeure pas moins qu'on ne profite jamais autant du spectacle que quand on connaît, voire maîtrise l'oeuvre. Ce que l'écoute multiple d'un CD dans son salon permet avantageusement.

Cependant, je conçois que le néophyte n'ait pas envie d'ingurgiter en boucle un opéra dans son entier avant de le voir sur scène. A ce titre, je recommande des opéras "faciles": Puccini (La Bohème par exemple) a fait ses preuves par l'efficacité et la concision du développement dramaturgique ainsi que la modernité de son style, un Verdi de 3 actes (Traviata). Pour ceux qui veulent absolument "comprendre ce qui se chante" Carmen me semble tout indiqué avec ses "tubes" régulièrement disposés dans l'Opéra.

Enfin, je souscris on ne peut plus entièrement au propos de Trublionne sur l'opérette, mais j'ajouterai pour faire de l'esprit (du mauvais) qu'une opérette très mauvaise (par sa mise en scène, ses interprètes, sa musique même...) peut également préter à riire. Le cas échéant, j'interroge: la pédagogie fonctionne-t-elle ? le pont est-il toujours de velours?
RLP312, Trublion Lyricophile
\"Tu as donc oublié les heures roses de Mazenredan ?\", Gaston leroux, Le Fantôme de l\'Opéra

Avatar du membre
trublionne
Messages : 20
Enregistré le : 30 juil. 2007, 23:00
Localisation : bordeaux
Contact :

Message par trublionne » 17 août 2007, 00:09

RLP312 a écrit : Enfin, je souscris on ne peut plus entièrement au propos de Trublionne sur l'opérette, mais j'ajouterai pour faire de l'esprit (du mauvais) qu'une opérette très mauvaise (par sa mise en scène, ses interprètes, sa musique même...) peut également préter à riire. Le cas échéant, j'interroge: la pédagogie fonctionne-t-elle ? le pont est-il toujours de velours?
Nous savons très bien ce que donne un Lopez avec costumes en velours du siècle dernier, chorégraphie niveau 5 ans et jeux de mots rajoutés façon almanach Vermot. (Si tu devais faire découvrir le cinéma à quelqu'un, est-ce que tu l'emmenerais voir "mon curé chez les ploucs"?)
Si j'ai cité Offenbach, c'est bien parce que c'est le genre d'auteur que tu peux monter avec un piano et trois bouts de ficelle, et ça reste génial. Personnellement, je tire mon chapeau à qui peut me planter un Offenbach (les Contes mis à part, bien sûr :wink: )
Trublionne, trublion lyricophile
\"...L\'opéra, ce divertissement pour concierges dont on ne voudrait pas au casino de Romorantin\"
André Malraux

Avatar du membre
adecambrai
Alto
Alto
Messages : 412
Enregistré le : 07 nov. 2006, 00:00

Message par adecambrai » 17 août 2007, 09:13

Les opéras "faciles d'accès" (très dynamiques, sans récitatifs...) sont les plus indiqués, mais j'ajouterai qu'il faut viser des opéras qui proposent des airs connus, rassurants pour certains néophytes.

Par exemple le Rigoletto offre le "Duca duca" (choeur utilisé dans des pubs de jambon) et la "donna e mobile" qu'il est difficile de ne pas connaître. En les entendant, on se dit "je connais, je ne suis donc pas trop nul(le)" et ça aide à entrer dans l'oeuvre.

Idem pour de nombreux airs de Carmen (du "Toréador prends-garde" à "l'amour est enfant de bohème" et j'en passe).

A éviter la Flûte Enchantée, car même si "Der Hölle Rache" est bien connu, un néophyte complet risque de s'ennuyer ferme avant cet air tant attendu.

Enfin, il faut effectivement que ça bouge et viser une mise en scène classique, simplement belle, avec grands décors et beaux costumes.


Concernant des DVD, ils peuvent être un excellent moyen d'entrer dans le monde lyrique (j'ai attiré pas mal de réticents à faire le déplacement à l'aide de ce support).

Mais attention aussi, car parfois l'on sélectionne une magnifique mise en scène, de grands artistes qui électrisent la scène et on se retrouve avec des mises en scènes laides à pleurer et des chanteurs plantés comme des piquets ou errant sans but entre deux poteaux. Le néophyte s'est construit un univers personnel autour de ce qu'il connaît au DVD, et est finalement un peu déçu de ne pas avoir retrouvé la même chose.

Avatar du membre
apoline
Alto
Alto
Messages : 369
Enregistré le : 23 févr. 2007, 00:00

Message par apoline » 17 août 2007, 09:30

adecambrai a écrit : Concernant des DVD, ils peuvent être un excellent moyen d'entrer dans le monde lyrique (j'ai attiré pas mal de réticents à faire le déplacement à l'aide de ce support).

Mais attention aussi, car parfois l'on sélectionne une magnifique mise en scène, de grands artistes qui électrisent la scène et on se retrouve avec des mises en scènes laides à pleurer et des chanteurs plantés comme des piquets ou errant sans but entre deux poteaux. Le néophyte s'est construit un univers personnel autour de ce qu'il connaît au DVD, et est finalement un peu déçu de ne pas avoir retrouvé la même chose.
C'est tout à fait vrai. Mais quand on a adoré un opéra en DVD, en général enregistré dans une salle mythique, on ne peut pas espèrer non plus retrouver la même chose dans une salle de province et c'est vrai que c'est malgré tout un peu décevant.
Pour ma part, c'est le DVD qui m'a permis de pousser les portes de ces vénérables établissements car rien ne vaut la salle, son ambiance, sa magie, même si c'est pas le niveau espéré.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 13 invités