Une question sur les ténors

Vous êtes néophyte et vous n'osez pas poster sur les autres forums, ce forum est pour vous !

Répondre
Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1247
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Message par offenbach » 11 mai 2006, 00:21

Ce que je trouve dommage aujourd'hui chez les ténors, c'est qu'ils ne fassent plus comme leurs ainés qui, lorsqu'ils rataient un aigu dans un de leurs airs, faisaient reprendre le chef et l'orchestre avant cet aigu, et ce jusqu'à réussite. Ou alors, comme Bonisolli en 83 à Barcelone qui rate son contre-ut de "Di quella pira" et qui, après cette scène, vient saluer à l'avant-scène sous les applaudissements modérés du public, et en profite pour couvrir les applaudissements avec un deuxième contre-ut (a cappella), parfait celui-ci, ce qui fait délirer la salle comme rarement.
Dommage que les ténors ne fassent plus cela aujourd'hui...

Avatar du membre
Josquin
Ténor
Ténor
Messages : 886
Enregistré le : 25 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Josquin » 14 mai 2006, 22:23

On s'en fou des contre ut. Un bon ténor n'est pas celui qui a les aigus!
Certes, il en faut, mais je privilègie la musicalité, le timbre, l'interprétation, le chant...

Avatar du membre
Dapertutto
Baryton
Baryton
Messages : 1306
Enregistré le : 08 janv. 2006, 00:00
Localisation : Paris, 18
Contact :

Message par Dapertutto » 14 mai 2006, 22:38

OUI!!!

J'ai entendu ce contre ut raté et refait magnifiquement à capella par le grand Franco Bonisolli. Y en a qui en 83 ont été chanceux entre ce Trouvère au liceu et surtout le concert de Bonisolli. J'attend toujours de voir une programmation d'un ténor en concert de la même qualité. (Hep monsieur Alagna vous qui êtes le "meilleur" ténor du moment pourquoi vous ne faites pas le même programme?)

Voici ce programme en détail
-Turandot: "Nessun dorma"
-La Favorite: "Una vergine, un angel di dio"
-L'Arlesianna: Lamento di Federico
-Rigoletto: "La donna e mobile"
-Andrea Chenier: "Un di all'azzurro spazio"
-Les Pêcheurs de Perles: "Je crois entendre encore"
-Otello: "Dio mi potevi scagliar"
-Guglielmo Tell: "O muto asil del pianto"
-Guglielmo Tell: "Corriam, corriam"
-"O sole mio"
-"Granada"

Avec tout ce qu'il a donné ce soir là inutile de vous décrire comment était le public barcelonais. Ca c'était un ténor qui ne faisait pas le glaçon sur scène, et qui en donnait au public sans marcher sur les mains.
"Dis papa! Tu peux mettre la poupée qui chante?"

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 14 mai 2006, 22:40

Bravo, Bien dit. Malheureusement, j'ai quand même l'impression que les directeurs de théâtres recrutent leurs artistes sur leur capacité à sortir un contre ut et/ou sur leur nom pour être sûr de remplir leurs salles.

Leila
Messages : 31
Enregistré le : 11 févr. 2006, 00:00
Localisation : Toulon

Message par Leila » 15 mai 2006, 10:21

A Salzbourg, en 2002,ayant "raté" le contre-ut du 3 ème acte au cours de la version concert de "Roméo et Juliette", Roberto ALAGNA est revenu ensuite de la coulisse pour le réémettre impécablement - et il s'est fait "descendre" pour cela par le critique du "Figaro" qui l'a taxé de "cabotinage"!; Lui-même expliquant plus tard l'avoir fait "par respect du public".Par contre,j'ai entendu Franco BONISOLLI rater son contre-ut du "Di quelle pira" sans le reprendre (mais c'est vrai qu'il était,je crois me rappeler, souffrant ce jour-là).
Ceci dit, pour moi non plus,le "contre-ut" n'est pas le plus important chez le ténor,je suis en cela tout à fait d'accord avec Jospin:la musicalité,le legato,le timbre,les nuances,les couleurs,l'expressivité,l'émotion transmise... me semblent beaucoup plus importants - c'est pour moi tout ce qui fait la valeur de Roberto ALAGNA - avec en plus une "impression" de naturel dans le chant et dans le jeu assez unique et qui va à l'encontre de la remarque de Calbo ("faire le singe en scène"):dans "l'elisir d'amore" de Lyon, toutes ses prestations "clownesques" s'intégraient parfaitement au personnage,à la mise en scène et à la musique, et n'empêchaient pas la sensibilité et l'émotion d'être présentes aussi.
Plus généralement, je n'ai jamais eu l'impression que Roberto ALAGNA "mettaient les oeuvres à son service plutôt que le contraire": peux-tu me donner des exemples? Comme tous les grands interprètes,sa personnalité rejaillit sur ses interprétations (qui ne m'ont jamais semblé ne pas respecter musicalement et dans le style,les oeuvres),mais c'est justement cela qui fait la richesse de l'opéra: je ne peux souhaiter un art lyrique où un même rôle serait toujours chanté de la même manière et c'est aussi ce que je reproche aux conceptions actuelles qui cataloguent un peu trop facilement les chanteurs dans certains emplois.

Avatar du membre
ziad
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 149
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Message par ziad » 15 mai 2006, 10:54

Leila a écrit : Ceci dit, pour moi non plus,le "contre-ut" n'est pas le plus important chez le ténor,je suis en cela tout à fait d'accord avec Jospin
Oui mais c'est avec un beau contre-ut qu'on gagne une campagne présidentielle !!!

victor
Soprano
Soprano
Messages : 79
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00
Localisation : Pays des montagnes, du chocolat et de la Fondue moitié moitié...
Contact :

Message par victor » 15 mai 2006, 12:31

Leila a écrit :A Salzbourg, en 2002,ayant "raté" le contre-ut du 3 ème acte au cours de la version concert de "Roméo et Juliette", Roberto ALAGNA est revenu ensuite de la coulisse pour le réémettre impécablement - et il s'est fait "descendre" pour cela par le critique du "Figaro" qui l'a taxé de "cabotinage"!; Lui-même expliquant plus tard l'avoir fait "par respect du public".Par contre,j'ai entendu Franco BONISOLLI rater son contre-ut du "Di quelle pira" sans le reprendre (mais c'est vrai qu'il était,je crois me rappeler, souffrant ce jour-là).
Ceci dit, pour moi non plus,le "contre-ut" n'est pas le plus important chez le ténor,je suis en cela tout à fait d'accord avec Jospin:la musicalité,le legato,le timbre,les nuances,les couleurs,l'expressivité,l'émotion transmise... me semblent beaucoup plus importants - c'est pour moi tout ce qui fait la valeur de Roberto ALAGNA - avec en plus une "impression" de naturel dans le chant et dans le jeu assez unique et qui va à l'encontre de la remarque de Calbo ("faire le singe en scène"):dans "l'elisir d'amore" de Lyon, toutes ses prestations "clownesques" s'intégraient parfaitement au personnage,à la mise en scène et à la musique, et n'empêchaient pas la sensibilité et l'émotion d'être présentes aussi.
Plus généralement, je n'ai jamais eu l'impression que Roberto ALAGNA "mettaient les oeuvres à son service plutôt que le contraire": peux-tu me donner des exemples? Comme tous les grands interprètes,sa personnalité rejaillit sur ses interprétations (qui ne m'ont jamais semblé ne pas respecter musicalement et dans le style,les oeuvres),mais c'est justement cela qui fait la richesse de l'opéra: je ne peux souhaiter un art lyrique où un même rôle serait toujours chanté de la même manière et c'est aussi ce que je reproche aux conceptions actuelles qui cataloguent un peu trop facilement les chanteurs dans certains emplois.
Merci. Je suis 100% d'accord.

Avatar du membre
ziad
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 149
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Message par ziad » 15 mai 2006, 13:26

C'est effectivement pas de très bon goût mais un peu de spontanéité dans un concert classique, c'est assez sympathique, je trouve.

Je suppose que les places au parterre étaient à 600 euros alors il fallait que le public en ait pour son argent !
Cela aurait été mieux si Alagna avait rechanté l'air en entier plutôt que le do.

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4078
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par Martine » 15 mai 2006, 13:36

ziad a écrit :C'est effectivement pas de très bon goût mais un peu de spontanéité dans un concert classique, c'est assez sympathique, je trouve.

Je suppose que les places au parterre étaient à 600 euros alors il fallait que le public en ait pour son argent !
Cela aurait été mieux si Alagna avait rechanté l'air en entier plutôt que le do.
C'était le final de l'acte 3. Il aurait fallu faire reprendre le Duc et le choeur.
Il a donc repris : "Je mourai mais je veux la revoiRRRR !" avec un ut dièse (précision donné dans un entretien paru dans Classica).

Martine

stephane
Messages : 6
Enregistré le : 16 déc. 2003, 00:00
Localisation : nice

Message par stephane » 15 mai 2006, 13:47

ziad a écrit :C'est effectivement pas de très bon goût mais un peu de spontanéité dans un concert classique, c'est assez sympathique, je trouve.

Je suppose que les places au parterre étaient à 600 euros alors il fallait que le public en ait pour son argent !
Cela aurait été mieux si Alagna avait rechanté l'air en entier plutôt que le do.
Je suis assez d'accord . le bon gout tue l'Opéra depuis bien longtemps!! Un chanteur aujourd'hui ne bisse plus, et bien sur ne s'autorise pas les fantaisies de mrs Bonissoli ou Alagna . Le bon gout c'est l'antidote du plaisir .

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités