SEMIRAMIDE Chatelet octobre 1990

Vous êtes néophyte et vous n'osez pas poster sur les autres forums, ce forum est pour vous !

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 853
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Message par Peleo » 16 déc. 2011, 19:43

Pas d'accord. Quand j'ai entendu la Semiramide de Caballé sur scène j'étais hypnotisé, quand j'ai écouté l'enregistrement j'ai trouvé qu'elle faisait n'importe quoi ou presque.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9265
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 16 déc. 2011, 20:04

Peleo a écrit :Pas d'accord. Quand j'ai entendu la Semiramide de Caballé sur scène j'étais hypnotisé, quand j'ai écouté l'enregistrement j'ai trouvé qu'elle faisait n'importe quoi ou presque.
Moi aussi j'ai été fasciné , mais on ne peut pas détacher cet état de grâce ni de Pizzi ni de Horne , ni du grand Ramey .

Ce soir là (TCE 30 nov 81) la grandiose Caballe n'était pas la plus hypnotisante :)


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 853
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Message par Peleo » 16 déc. 2011, 20:36

Certes, mais Horne et Ramey n'étaient pour rien et Pizzi pour pas grand chose dans l'effet qu'a produit sur moi Bel raggio lusinghier.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9265
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 16 déc. 2011, 20:42

jean-didier a écrit :Par la même occasion, je ne vais pas recréer un fil juste pour un petit détail, mais quelqu'un se souvient-il de la Somnambule de June Anderson à Paris dans les années 80. Avec Blake ? Au TCE ? en 86 ?
Oui en février 89 mais avec Raul Gimenez .

La mise en scène de Polixa n'était pas des plus subtiles ...mais on n'avait d'yeux ( et d'oreilles ) que pour June sublime avec sa veste de brocart :D

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8386
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 16 déc. 2011, 20:46

Peleo a écrit :Pas d'accord. Quand j'ai entendu la Semiramide de Caballé sur scène j'étais hypnotisé, quand j'ai écouté l'enregistrement j'ai trouvé qu'elle faisait n'importe quoi ou presque.
oui mais ça c'est la magie du timbre et la beauté de ses pianissimi qui en live direct faisaient grande impression et bouchaient les oreilles sur le plan technique.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9265
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 16 déc. 2011, 20:51

Peleo a écrit :Certes, mais Horne et Ramey n'étaient pour rien et Pizzi pour pas grand chose dans l'effet qu'a produit sur moi Bel raggio lusinghier.
Oui sublime , mais j'ai eu vraiment le sentiment que précisément dans cette représentation magique ,Caballe n'était pas comme d'habitude seule à faire ce qu'elle voulait : l'émulation , le concours de chant auquel se livraient ces montres sacrés les a poussé au mieux d'eux mêmes . C'est pour ça que je crois qu'il y a eu un moment particulier dans cette production qui les a tous fait se "transcender" .... même Araiza

( je n'ai pas écouté l'enregistrement de Sémiramis avec Caballe , donc je ne sais pas ce que ça donne au disque )

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9265
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 16 déc. 2011, 20:54

jerome a écrit :
Peleo a écrit :Pas d'accord. Quand j'ai entendu la Semiramide de Caballé sur scène j'étais hypnotisé, quand j'ai écouté l'enregistrement j'ai trouvé qu'elle faisait n'importe quoi ou presque.
oui mais ça c'est la magie du timbre et la beauté de ses pianissimi qui en live direct faisaient grande impression et bouchaient les oreilles sur le plan technique.
En l’occurrence , Jérôme c'étaient plus les roucoulades et le feu d'artifice que les pianissimi qui m'avaient rendu électrique .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8386
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 16 déc. 2011, 20:56

quetzal a écrit :En l’occurrence , Jérôme c'étaient plus les roucoulades et le feu d'artifice que les pianissimi qui m'avaient rendu électrique .
ben oui mais pourtant même si certains traits étaient réussis, y en a eu un paquet de passablement savonnés

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12673
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 17 déc. 2011, 00:00

quetzal a écrit :
jean-didier a écrit :Par la même occasion, je ne vais pas recréer un fil juste pour un petit détail, mais quelqu'un se souvient-il de la Somnambule de June Anderson à Paris dans les années 80. Avec Blake ? Au TCE ? en 86 ?
Oui en février 89 mais avec Raul Gimenez .

La mise en scène de Polixa n'était pas des plus subtiles ...mais on n'avait d'yeux ( et d'oreilles ) que pour June sublime avec sa veste de brocart :D

Bernard
On y a déjà répondu : Blake chantait la dernière.

BELLINI SONNAMBULA Anderson Blake Petkov Brown D. Zannini Bogart Catala Diederich T.C.E PARIS 05/03/1989
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9265
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 17 déc. 2011, 00:47

PlacidoCarrerotti a écrit :
On y a déjà répondu :
j'ai vu mais j'avais déjà répondu ... désolé ...je rattrape mon retard :wink:
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités