SEMIRAMIDE Chatelet octobre 1990

Vous êtes néophyte et vous n'osez pas poster sur les autres forums, ce forum est pour vous !

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8369
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 14 déc. 2011, 13:20

Lucas a écrit :Sinon, cela me fait plaisir de voir que Caballé vous faisait pleurer par la seule magie du timbre et de l'art du chant. Il en va de même pour moi quand j'écoute mes chanteuses préférées (Kiri Te Kanawa, Margaret et Leontyne Price, Caballé, Lisa della Casa, Elisabeth Grümmer, Gundula Janowitz, la jeune Ricciarelli, Leonie Rysanek, Anne-Sofie von Otter, Renée Fleming, Lucia Valentini terrani et bien d'autres). Mais quand on écrit cela, les gardiens du temple vous reprochent immédiatement d'être hédoniste et de céder à l'émotion facile. Pourtant, à mes yeux, le timbre fait partie intégrante de l'émotion musicale et il m'est impossible d'en faire abstraction.

Enfin, JdeB, il faudra m'indiquer où il est écrit que la Pasta et la Colbran avaient des voix laides. Et je ne vois pas pourquoi je devrais supporter Callas, Anderson ou Souliotis (vantée sur un autre fil) quand j'ai à portée de la main Gencer, Caballé ou Sutherland qui me comblent dans le belcanto...car elles ont aussi une bella voce.
1) Nous sommes tous sensibles aux belles voix (encore que cette notion soit très subjective et donc très personnelle! très franchement la voix d'Anderson est loin d'être laide et la voix de Suliotis est intrinsèquement magnifique et pour le coup bien plus belle que celle de Callas!)
2) La plupart des chanteuses que tu cites (et j'ai bien dit la plupart! pas toutes!) ne sont pas des belcantistes et ont fait leurs carrières respectives dans des répertoires qui, eux, exigent la beauté vocale et même l'hédonisme en paramètre prioritaire. Donc ne pas tout confondre!
3) Encore une fois personne n'a dit que Pasta et Colbran avaient des voix laides! Il n'y a pas que d'un côté de belles voix et de l'autre les moches! Il y a aussi des des voix ni belles ni laides mais qui ont des caractéristiques particulières. Et on sait que Colbran et Pasta avaient des timbres peu homogènes, un peu sauvages, assez irréguliers sur l'ensemble de la tessiture avec même des aspérités mais le tout était fascinant car il y avait un art du chant, une technique et une force interprétative qui emportaient tout.
4) Il est évident que tu aimes ce que tu as envie d'aimer! Mais il n'est pas interdit non plus de remettre l'église au milieu du village quant à l'échelle des exigences d'un répertoire.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1968
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lucas » 14 déc. 2011, 15:28

jerome a écrit :
4) Il est évident que tu aimes ce que tu as envie d'aimer! Mais il n'est pas interdit non plus de remettre l'église au milieu du village quant à l'échelle des exigences d'un répertoire.

Si "mettre l'église au milieu du village", c'est se prosterner devant les interprétations de Souliotis, et Anderson, j'aime autant qu'elle reste en dehors. Car même techniquement ces deux chanteuses n'arrivent pas à la cheville de :

- Montserrat Caballé dans la gestion du souffle, des diminuendi et des pianissimi : le jour où Anderson sera capable de chanter un Casta diva en apesanteur comme la Caballé à Orange, "les poules auront des dents". Et c'est pourtant tout aussi important dans l'interprétation du belcanto que des roucoulades parfaites ou des contre-ré spectaculaires. Bref, le belcanto, ce n'est pas seulement les jeux du cirque mais aussi de la musique.

- Joan Sutherland dans la perfection des trilles (personne n'a fait mieux qu'elle là dessus) et des vocalises. Et comme la dame a du gout, ce n'est jamais vulgaire comme chez Souliotis, qui, elle, a la distinction d'une poissonnière.

Avatar du membre
Snobinart
Baryton
Baryton
Messages : 1882
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00
Localisation : Paris 19
Contact :

Message par Snobinart » 14 déc. 2011, 17:01

Lucas en lisant ton message je me suis demandé si le zoo de Vincennes avait rouvert :lol:

romance
Ténor
Ténor
Messages : 708
Enregistré le : 25 mars 2010, 00:00
Contact :

Message par romance » 14 déc. 2011, 17:14

Et comme la dame a du gout, ce n'est jamais vulgaire comme chez Souliotis, qui, elle, a la distinction d'une poissonnière.
Pourtant, j'aurais juré qu'une poissonnière connaît l'étrille... :oops:

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12643
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 14 déc. 2011, 17:29

romance a écrit :
Et comme la dame a du gout, ce n'est jamais vulgaire comme chez Souliotis, qui, elle, a la distinction d'une poissonnière.
Pourtant, j'aurais juré qu'une poissonnière connaît l'étrille... :oops:
EXCELLENT !!!
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8369
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 14 déc. 2011, 17:53

Lucas a écrit :
jerome a écrit :
4) Il est évident que tu aimes ce que tu as envie d'aimer! Mais il n'est pas interdit non plus de remettre l'église au milieu du village quant à l'échelle des exigences d'un répertoire.

Si "mettre l'église au milieu du village", c'est se prosterner devant les interprétations de Souliotis, et Anderson, j'aime autant qu'elle reste en dehors. Car même techniquement ces deux chanteuses n'arrivent pas à la cheville de :

- Montserrat Caballé dans la gestion du souffle, des diminuendi et des pianissimi : le jour où Anderson sera capable de chanter un Casta diva en apesanteur comme la Caballé à Orange, "les poules auront des dents". Et c'est pourtant tout aussi important dans l'interprétation du belcanto que des roucoulades parfaites ou des contre-ré spectaculaires. Bref, le belcanto, ce n'est pas seulement les jeux du cirque mais aussi de la musique.

- Joan Sutherland dans la perfection des trilles (personne n'a fait mieux qu'elle là dessus) et des vocalises. Et comme la dame a du gout, ce n'est jamais vulgaire comme chez Souliotis, qui, elle, a la distinction d'une poissonnière.
Mais Lucas qu'est ce que tu mélanges tout ??? Et puis c'est quoi cette façon de faire dire aux gens ce qu'ils n'ont pas dit ?? Qui a parlé de se prosterner devant Suliotis ??? Pour Suliotis, je n'ai parlé que du timbre vocal et de rien d'autre! Alors ne me ramène pas autre chose!

Tu ne vas pas me faire l'article pour Sutherland quand même! C'est ma chanteuse préférée et j'ai tout ce qu'il est possible d'avoir avec elle!! Et si Anderson est à comparer à quelqu'un ce n'est pas à Caballé mais justement à Sutherland. Alors certes Anderson n'atteint pas l'absolue perfection de Sutherland mais depuis Sutherland, c'est tout de même celle qui a été la belcantiste la plus accomplie.
Le Casta diva de Caballé à Orange est très exceptionnel dans toute l'histoire de l'art lyrique de ces 100 dernières années mais même Caballé ne l'a plus jamais fait aussi bien que ce soir là (et c'est elle qui le dit!) et puis le belcanto ne se résume pas à Casta diva.
Anderson a été (et reste) une belcantiste extraordinaire avec une science du chant irréprochable (les vocalises et les contre-notes certes mais aussi le phrasé, la conduite du souffle,...) et un style totalement idoine et en cela elle est la digne héritière de Sutherland (sans tout à fait l'égaler c'est vrai mais en même temps on est à un tel haut niveau qu'on ne va pas faire la fine bouche).
M'est avis que tu n'as pas écouté beaucoup de choses avec Anderson.
En tout cas, il n'a jamais été question qu'elle nous fasse du Caballé et tant mieux!! parce que je te signale que Caballé faisait assez souvent n'importe quoi avec les partitions (les vocalises escamotées, les notes voire les mesures complètes non chantées, les valeurs de note modifiées selon l'humeur de la dame,...) et pourtant j'adore cette voix.

Pour en revenir à Semiramide, il y a eu 2 grandes titulaires du rôles: Sutherland et Anderson! Toutes les autres ont été certes passionnantes mais inférieures à des degrés plus ou moins élevés selon la chanteuse.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1968
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par Lucas » 16 déc. 2011, 12:39

jerome a écrit : Le Casta diva de Caballé à Orange est très exceptionnel dans toute l'histoire de l'art lyrique de ces 100 dernières années mais même Caballé ne l'a plus jamais fait aussi bien que ce soir là (et c'est elle qui le dit!) et puis le belcanto ne se résume pas à Casta diva.

Mouais...mais enfin la Norma de Caballé avec Cossotto et Domingo sous la baguette de Cillario reste l'un des sommets de la discographie de l'oeuvre (avec les premières versions Callas et Sutherland) et montre très clairement que la soprano catalane maitrisait tous les paramètres du personnage et pas seulement le Casta diva.

De surcroit, l'écoute du disque ci-dessous montre clairement que lorsqu'elle voulait s'en donner la peine, Caballé savait vocaliser très correctement :

Image


Finalement, il me semble que le carré d'as du belcanto reste : Callas-Caballé-Sutherland-Gencer et que la pauvre Anderson se situe 20 crans en dessous.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8369
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 16 déc. 2011, 17:03

Lucas a écrit :l'écoute du disque ci-dessous montre clairement que lorsqu'elle voulait s'en donner la peine, Caballé savait vocaliser très correctement :
Image
Finalement, il me semble que le carré d'as du belcanto reste : Callas-Caballé-Sutherland-Gencer et que la pauvre Anderson se situe 20 crans en dessous.
ce coffret est effectivement magnifique sauf que Caballé a été de ce niveau là très peu de temps!
Inutile d'être méprisant avec Anderson qui, quoi que tu en dises, a toute sa place parmi les plus grandes belcantistes du 20ème siècle.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12643
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 16 déc. 2011, 17:10

Et puis on parlait à la base des grandes interprètes de Semiramide à la scène ...
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9221
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Message par Bernard C » 16 déc. 2011, 19:25

Lucas a écrit :
Je parlais juste d'une tendance assez fréquente du type : "comment vous n'aimez pas Vickers ? Il faut le réécouter car il est insurpassable." Même remarque pour Callas. Pour ma part, je respecte parfaitement ceux qui aiment Vickers et Callas mais j'aimerais simplement que la réciproque soit vraie et qu'on ne hausse pas les épaules (je sais, ce n'est pas votre cas) quand je dis que ces deux voix me donnent mal au crâne et que je n'éprouve aucun plaisir à les écouter (je ne dois pas être le seul car un célébre critique avait écrit au sujet de la soprano grecque : "Formidable musicienne. Mais sa voix, c'est vraiment du vinaigre"). Car j'écoute avec mes oreilles (très subjectives, j'en conviens) mais pas avec celles des autres.

Sinon, cela me fait plaisir de voir que Caballé vous faisait pleurer par la seule magie du timbre et de l'art du chant. Il en va de même pour moi quand j'écoute mes chanteuses préférées (Kiri Te Kanawa, Margaret et Leontyne Price, Caballé, Lisa della Casa, Elisabeth Grümmer, Gundula Janowitz, la jeune Ricciarelli, Leonie Rysanek, Anne-Sofie von Otter, Renée Fleming, Lucia Valentini terrani et bien d'autres). Mais quand on écrit cela, les gardiens du temple vous reprochent immédiatement d'être hédoniste et de céder à l'émotion facile. Pourtant, à mes yeux, le timbre fait partie intégrante de l'émotion musicale et il m'est impossible d'en faire abstraction.

.
C'est très bizarre de voir cette série voulant illustrer la "belle voix" avec des côte à côte surprenant : je dirais qu'il y a quelques intrus : leontyne Price à côté de Montserat Caballe , Rysanek à côté de Ricciarelli , Janowitz à côté de Fleming , Kiri Te kanawa à côté de A.S. von Otter etc...
Toutes ces chanteuses que j'ai entendues au théâtre , à des titres divers je les ai adorées . Mais il ne me viendrait pas à l'esprit d'accoler leur voix, leur style pour illustrer belle voix/beau chant.

Quant à Anderson , il faut être inexpérimenté ( ne pas l'avoir entendue sur scène dans Rossini ou Bellini ) pour tenir des propos aussi faux .

Je dis bien faux , car nulle n'a aussi bien représenté ce répertoire à son époque .


MAIS j'admets très bien que Kraus, Vickers ,Anderson ,et même Rysanek passent parfois assez mal l'enregistrement audio .

Leur art est total . Il ne sont pas faits pour le seul disque . Alors que M. Caballé est tellement souvent mieux en disque qu'elle n'était au théâtre !

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 15 invités