Comment choisir un prof de chant ?

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1057
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 09 janv. 2006, 14:37

Pour en revenir à notre petit débat. Si tu te sens complètement à l'aise sur les notes aigues avec le son A, si ça te libère c'est très bien...Pour moi c'est un peu dangereux jusqu'à ce qu'on ne soit pas très expérimenté et que la place des sons de bougent pas même sur un A. Je préfère faire ma voix sur des "oui" et sur des "o" qui sont les meilleures pour assouplir la voix avant de chanter et surtout timbrer la voix à son maximum qui est le but recherché pour l'échauffement. Mais il y ades exceptions partout et peut etre que toi tu ne perds pas ta place de voix même à l'echauffement et même sur des sons a.

ColOli
Soprano
Soprano
Messages : 60
Enregistré le : 05 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par ColOli » 09 janv. 2006, 23:19

j'étais bloqué au fa3 ... puis un jour elle a testé le A (en fait un jour ou elle a pensé que j'étais pret) et résultat tout c'est décoincé jusqu'au contre ut du jour au lendemain.
Ce qui était exceptionnel (le contre ut) est devenu qq mois après régulier.

Et depuis régulièrement , les aigus deviennent de moins en moins forcés et donc plus aisé, la couleur est celle d'un ténor.
Résultat même si je monte pas très haut ... (çà fait que 1 an et demi que j'en fait, faut il préciser) tout laisse à penser que je suis ténor.

Après je ne suis pas du tout technicien.

(les morceaux quelle me donnent sont très progressifs , et deviennent de + en + aigus ... en fait je vient de faire pour la 1° fois un morceau réellement pour ténor).

Avatar du membre
Fabino
Messages : 24
Enregistré le : 27 août 2004, 23:00
Localisation : Nouvelle Calédonie
Contact :

Message par Fabino » 10 janv. 2006, 02:13

Bonjour,

Je connais un ténor (ou se croyant tel) qui lui apprécie beaucoup se chauffer avec des vocalises uniquement sur un [a], et qui a une voix parfaitement engorgée qu'il est le seul à apprécier, pas comme toi Olivier :wink:

On peut écouter des chanteurs professionnels (basse comme ténor) qui transforment sur les notes graves, parfois très nettement et très systématiquement, les [o] en [a] : c'est très moche et très incorrect à mon avis. Mais il faut croire que ce [a] leur permet d'assurer et d'asseoir davantage leurs sons graves.

Je pense qu'avec le même exercice on peut aboutir aussi bien à une chose qu'à son contraire selon la manière de l'exécuter. D'où l'intérêt de le faire avec la validation d'un professeur. L'une de mes prof me disait que sur les voyelle [o] et [a], les cordes vocales sont disjointes. Alors que sur [é] et , par exemple, elles se rapprochent. D'où l'intérêt dans une vocalise d'alterner par exemple [o] et [é], pour ne pas faire travailler les cordes vocales uniquement dans un sens et éviter de les fatiguer.

J'ai déjà vu un prof (ténor) faire travailler des vocalises en utilisant presque uniquement le [o]. Personnellement, j'aime assez vocaliser en utilisant le [o], qui a l'avantage par rapport au [a] de pouvoir se faire nettement de façon fermée (comme dans "ohm" et "haume") ou de façon ouverte (comme dans "homme"). Mais c'est mieux de l'alterner avec d'autre voyelles. Trop privilégier une voyelle dans ses vocalises c'est forcément négliger ce que peuvent apporter les autres voyelles.

Au début, comme c'est certainement souvent le cas chez le chanteur débutant, j'avais tendance à fermer de façon quasi systématique mes voyelles. Ce qui aboutit à une couverture excessive du son, limitant son expansion dans l'aigu et sa résonnance. Bref, on assure, on ne prend pas de risque, mais à terme ça devient une mauvais habitude et ça limite le développement de la voix.

Par ailleurs, c'est tout aussi important de travailler et de varier les consonnes dans ses vocalises, utilisées pour attaquer le son et qui déterminent le placement des voyelles qui leurs succèdent. Voir pour cela les vocalises, nombreuses, disponibles sur le site chanteur.net ou celles indiquées dans le livre de Richard Miller.

Il vaudrait peut-être mieux créer un autre topic là dessus...

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1057
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 10 janv. 2006, 13:09

bon ben apparemment on se connait...
Content que tu sois en partie d'accord avec moi...Mais je crois qd même que pour l'échauffement de sa voix, la son O est mieux que le son A. Mon prof avait une méthode d'échauffement et des princicpes qu'elle faisait respecter à ses élèves : des vocalises tres simples, les premières sur oui et le reste sur O ou OU selon l'élève....juste pour assouplir, réveiller le corps et l'appareil phonatoire....ensuite une fois que tous les exercices (3 ou 4) ont été accomplis, il fallait trouver des phrases courtes et simples extraites d'ouvrages que nous connaissions bien, pour continuer à s'échauffer la voix...Je le faisais beaucoup sur des récitatifs Mozartiens ou Belliniens...Des toutes petites phrases courtes qui ne montent pas ds l'aigu et qui réveillent, assouplissent la voix, le cou, les épaules ...
Pour un débutant, et même pour qqun d'expérimenté, je pense qu'il est qd meme dangereux de se faire des vocalises sur A...Le danger, tu le sais bien, est de mettre la voix bien sur la gorge, et ce n'est absolument pas le but recherché...mais combien de gens sentent, entendent qd la voix est sur la gorge....

Avatar du membre
Fabino
Messages : 24
Enregistré le : 27 août 2004, 23:00
Localisation : Nouvelle Calédonie
Contact :

Message par Fabino » 10 janv. 2006, 21:55

silvio a écrit : Mon prof avait une méthode d'échauffement et des princicpes qu'elle faisait respecter à ses élèves : des vocalises tres simples, les premières sur oui et le reste sur O ou OU selon l'élève....juste pour assouplir, réveiller le corps et l'appareil phonatoire....ensuite une fois que tous les exercices (3 ou 4) ont été accomplis, il fallait trouver des phrases courtes et simples extraites d'ouvrages que nous connaissions bien, pour continuer à s'échauffer la voix...Je le faisais beaucoup sur des récitatifs Mozartiens ou Belliniens...Des toutes petites phrases courtes qui ne montent pas ds l'aigu et qui réveillent, assouplissent la voix, le cou, les épaules.
...ça a l'air bien comme échauffement. La prof que j'ai eu pendant 6 ans, en guise d'échauffement avant même de faire une vocalise ou d'attaquer un air, faisait souvent faire un échauffement en moito. Généralement elle demandait tout d'abord d'être capable de faire en moito l'air à travailler pour le cours, pour s'échauffer et repérer les difficultés de placement. J'arrivais difficilement à m'échauffer de cette façon mais c'est paraît-il très efficace une fois la technique et l'habitude acquises.

Son mari, prof lui aussi, faisait également beaucoup travailler en moito : j'ai assisté une fois à l'un de ses cours qui pendant près d'une demi heure s'est passé de bouche à oreille en utilisant cette méthode... C'est assez impressionnant à voir parce que justement, contrairement à une vocalise, ce n'est pas impressionnant du tout : on n'entend pas grand chose. Le moito ne consiste pas à chanter mais à utiliser uniquement la vibration placée au niveau du palais et des résonateurs, en émettant un son très faible. Une fois le placement de la vibration acquis, avec les qualités qui sont celles du chant (maintien, souplesse, lié), cela facilite le travail à pleine voix.

C'est une technique à conseiller en guise de rééducation quand on sort d'une période d'indisposition vocale (bronchite, etc.), mais qui peut être pratiquée de façon systématique pour s'échauffer et s'entraîner.

Avatar du membre
silvio
Baryton
Baryton
Messages : 1057
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00

Message par silvio » 11 janv. 2006, 11:45

Ok ok est ce que le moino ressemble au chant "bouche fermée"?
Ma prof utilisait ça aussi lorsqu'un élève n'arrivait pas à trouver la place précise d'une note....ça n'a jamais vraiment fonctionné sur moi (j'ai peut etre un problème d'anatomie parce qu'apparemment c'est assez efficace !!!).
En tout cas sur certaines phrases le chant bouche fermée souligne plus facilement la resonnance ds le masque comme on dit et en mémoraisant la sensation on arrive à chanter de façon normale en conservant la place du son en bouche fermée....Mais je suis sûr que pour arrivez au même résultat, il doit y avoir plusisuers moyens différents...
Au fait nous connaissons nous Fabino?
A plus tard....

Avatar du membre
Geoffroy
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 149
Enregistré le : 08 avr. 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Geoffroy » 11 janv. 2006, 12:04

Le moito (je me demande quelle est l'origine de ce mot !) est émis bouche ouverte, mais en collant le haut de la langue au voile du palais, exactement comme quand on prononce le n de "king".

A noter que Natalie Dessay a découvert cet exercice lorsqu'elle faisait sa rééducation après ses opérations des cordes vocales, et qu'elle a vanté son efficacité pour retrouver sa voix. Elle a dit avoir appris à cette occasion que Christa Ludwig ou Edita Gruberova le pratiquaient quant à elles depuis toujours.

Avatar du membre
Fabino
Messages : 24
Enregistré le : 27 août 2004, 23:00
Localisation : Nouvelle Calédonie
Contact :

Message par Fabino » 11 janv. 2006, 12:59

Oui, c'est ça, le moito se fait sur un "ng". Cela ressemble au chant bouche fermée, mais ce n'est pas du chant et cela se pratique autant que possible bouche ouverte :)

Ma prof me disait que cela devait venir du mot "mugir", mais je n'y crois pas trop. Cela semble être un mot espagnol. Je n'ai jamais très bien trouvé une position confortable sur ce "ng", et il m'arrivait de vanner ma prof en lui disant : "Je ne peux pas faire de moito aujourd'hui, j'ai oublié mon casque à la maison...". Mais c'est je pense une question de persévérance et avec la pratique cela devient très profitable.

Une amie m'a dit qu'elle s'était mise à pratiquer sérieusement le moito, 1h par jour, après une grosse laryngite, sur les conseils de son professeur alors qu'elle avait toujours refusé cette technique jusqu'alors. Elle n'avait plus qu'un tout petit filet de voix et ne pouvait plus chanter grand chose. Mais en s'exerçant régulièrement en moito elle s'est apperçu qu'il y avait "un passage où le son est plus facile à placer", sans avoir besoin de forcer. Quand elle a retrouvé ses moyens vocaux elle a continué à commencer par bosser ses airs en moito avant de le faire à pleine voix, et pour elle cela facilite beaucoup le travail.

Je pense que c'est une technique dont on parle peu parce qu'elle n'est pas très démonstrative : pas d'explosion vocale, pas d'envolée lyrique, juste un travail au niveau de la vibration de façon presque silencieuse, et aucun risque de s'y péter une corde vocale. D'ailleurs le fait que Natalie Dessay l'ait utilisé pour sa rééducation est assez probant.

A part ça, je ne pense pas te connaître Silvio, mais puisque je ne te connais pas, comment le savoir ?

divamary
Messages : 25
Enregistré le : 05 janv. 2006, 00:00
Localisation : Alsace
Contact :

Message par divamary » 11 janv. 2006, 14:02

Coucou!
En ce qui me concerne, lorsque je chante des vocalises en "ou" ou "o" je n'ai aucun problème de passage. Par contre en chantant un "a" je ne passe pas très bien de la voix mixte à la voix de tête! Ma voix n'est plus homogène! Comment chanter un "a" sur les notes de passage? Faut-il absolument "couvrir" ces notes en chantant presque un "o" puis repasser sur un "a" une fois le passage terminé?

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1260
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Message par offenbach » 21 mars 2007, 22:03

silvio a écrit :Déjà d'entrée un professeur qui ne fait pas faire des vocalises et des exercices sur des voyelles à son élève est à fuir de toute évidence. Ainsi qu'un professeur qui pratique ses vocalises sur le son A. Rien de plus dangereux pour mettre une voix en gorge immédiatement et du coup d'avoir les mauvaises sensations.
Je me rends compte que le travail des voyelles est différent d'un prof à l'autre et d'une époque à l'autre.
Lilli Lehmann, elle, écrit dans son ouvrage "Mon art du chant", que "jadis, les études ne se faisaient que sur a. C'était la règle chez les vieux maîtres italiens; ma mère avait été instruite avec a et faisait chanter ses élèves, pendant les premiers mois, sur cette même voyelle."
Alors, vous avouerez qu'il y a de quoi s'y perdre...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités