Votre découverte de l'opéra

D'ou tu viens, pourquoi t'es là et autres civilités.
Avatar du membre
Rigoletto01
Messages : 14
Enregistré le : 27 nov. 2009, 00:00

Message par Rigoletto01 » 01 mai 2011, 17:07

Buon giorno !! J'ai 20 ans et je te souhait (assez tard) la bienvenue !
Moi, je suis passionnée d'opéra italien (entre autres) depuis 2006 ! J'ai découvert cette passion un peu par hasard.. J'avais depuis qq temps un DVD du Barbier de Séville, datant de 1988.... Peu à peu, je me suis rapprochée de ces interprêtes, mes touts premiers (dont j'ai retrouvé le Figaro par Facebook) !! Et depuis, je m'amuse beaucoup à faire des films en play-back (et oui), à recopier les livrets (en entier) pour compenser ma surdité (ce qui n'empêche pas du tout de se passionner pour l'opéra, avec des chanteurs qui ont de la voiiiix) !! Et aujourd'hui, j'apprécie beaucoup de compositeurs et je suis à la trace quelques chanteurs (surtout barytons) à travers le monde (virtuel, pas fou, non !) et à guetter les programmes des opéras alentour !! Y aurait-il qq un d'aussi fou que moi pour faire des films en play-back ?? Ca me rassurerait....
Allez, bonne journée à tous les fans !! :D

utania27
Soprano
Soprano
Messages : 59
Enregistré le : 02 mars 2011, 00:00
Contact :

Message par utania27 » 13 mai 2011, 07:59

Bonsoir,
je découvre le sujet “votre découverte de l’opéra” sur le forum et j’emboîte la pas...

J’ai 2 souvenirs précis qui me font sourire aujourd’hui lorsque j’y repense: le premier c’est que lorsque j’avais 9-10 ans, et que je me retrouvais seule chez moi (je ne voulais pas qu’on sache cela, allez savoir pourquoi...) je mettais la main sur l’intégrale de Carmen avec Callas que mes parents avaient, et j’écoutais le début..... c’est à dire l’ouverture, puis jusqu'au coeur "avec la Garde montante", et stop! j’arrêtais là, car après, les autres voix, cela me barbait un peu....
Le 2e, c’est que lorsque j’ai passé mon bac de français, je suis tombée sur un prof qui m’a interrogée sur le poème de Nerval, dans lequel le poète dit qu’il donnerait tout Rossini, tout Mozart et tout Weber etc... Le prof m’a demandé si je pouvais lui citer quelques oeuvres de Rossini. J’en étais alors bien incapable et je lui ai répondu qu’il avait composé des ouvertures!
En fait, j’écoutais à l’époque ce qu’écoutaient la plupart de mes camarades, c’est à dire de la musique pop, j’étais plutôt fan des Beatles, de CSN&Y, Pink Floyd, Bob Marley (j’aime toujours!). Chez moi on ne pratiquait pas la musique, mais mes parents étaient des mélomanes, et lorsque j’entendais de la musique classique, cela ne me faisait pas fuir , bien au contraire, elle me plaisait . En classe de CM1 ou CM2, en cours de musique, on nous faisait écouter des émissions à la radio, dont le principe était simple: on nous passait des oeuvres de musique “classique”, d’abord en nous donnant le titre de l’oeuvre et le compositeur, puis après on nous les redonnait dans le désordre et sans le nom des auteurs, et à nous de retrouver de quoi il s’agissait. J’avais adoré ça, et à Noël, j’avais demandé, à l’étonnement général de mon entourage, les enregistrements de ce que j’avais sans doute le plus apprécié (il y avait le Requiem de Mozart et la Symphonie en Ut de Bizet, plus un 3e disque dont ne ne me souviens plus) .
Et voilà, c’était à peu près toute mon expérience musicale jusqu’à mes 17 ans!
Ah oui, j’adorais aussi certaines comédies musicales américaines !
Environ 2 ans plus tard, un soir de juillet, j’ai regardé, un peu par hasard, une retransmission télévisée du Festival d’Aix (à l’époque il arrivait assez souvent au service public de diffuser de tels programmes aux heures de grande écoute!). Il s’agissait de Cosi fan tutte.
Ce fut le choc, le truc qui vous tombe dessus !
Dès le lendemain je n’avais qu’une chose en tête, me précipiter à la Fnac pour acheter le disque! Bien naïvement je demandais s’il existait un enregistrement avec au moins un ou deux des chanteurs que j’avais entendu la veille! Je ne savais pas alors que le Festival d’Aix s’est plutôt fait une spécialité de faire entendre de jeunes chanteurs, souvent à l’orée d’un belle carrière, mais n’ayant pas encore les honneurs du disque. On m’a orientée vers la version dirigée par Colin Davis, avec Caballe, Baker, Cotrubas, Gedda. Pas mal pour vous former l’oreille! J’ai écouté cet enregistrement jusqu’à le connaitre par coeur, musique et livret... Je continue d’ailleurs à lui vouer une affection particulière, même si j’ai découvert et aimé d’autres versions après. A la suite j’ai voulu connaitre d’autres opéras de Mozart, et retrouver ces interprètes que j’avais aimé dans d’autres enregistrements (ces quatre là ouvraient sur un répertoire assez vaste!), et ainsi de suite... en accompagnant le tout de nombreuses lectures , bref la passion était là et se nourrissait d’elle même.
Voilà! Il ne restait plus qu’à prendre le chemin de l’Opéra Garnier! C’était la fin des années 70 et Rolf Liebermann en était encore le directeur; il fut suivi par Bernard Lefort : années de légende! Pendant plus d’une décennie j’ai pratiquement tout vu, tout entendu. Les distributions étaient incroyables ! La liste est longue, des grands noms de l’art lyrique qui ont chanté à Paris, que se soit à Garnier, à l’Opéra comique ou au TCE où l’Opéra s’était temporairement délocalisé, et dans des rôles où la plupart ont laissé un fort souvenir .
Cela laisse des traces : depuis, pratiquement 30 années ont passé, et je suis toujours une passionnée!


De temps en temps il m’arrive de penser à ce prof de français, qui devait, j’en suis sûre, être un passionné d’art lyrique : j’aimerais tant parler de nouveau de Rossini avec lui!

Voilà mon expérience. Pardon d’avoir été si bavarde, mais vous êtes tous bien placés pour savoir que les passionnés, on ne les arrête plus ! :bye1:

zoeyok
Alto
Alto
Messages : 280
Enregistré le : 05 juil. 2006, 23:00
Localisation : ile-de-france
Contact :

votre découverte de l'opéra

Message par zoeyok » 13 mai 2011, 18:13

Bonjour! j'ai découvert l'opéra avant ma naissance car mes parents-musiciens tous les deux-en écoutaient beaucoup, et en chantait des airs.
Ensuite, j'ai bercé dedans toute mon enfance, faisant moi-même du piano et du chant.
1° contact direct à Garnier, à 8 ans environ, avec Le Chevalier à la rose et le Prince Igor.
Voilà, pour faire court...
Zoe

ric
Messages : 7
Enregistré le : 23 déc. 2005, 00:00

Message par ric » 08 nov. 2011, 01:56

J’ai découvert l’opera très tôt, enfant ma mère m’emmenait régulièrement à l’Opera de Marseille. Plusieurs fois par mois, c’était l’époque ou de septembre à juin, l’Opera jouait en permanence, opera ou operette, grâce notamment à une troupe sédentaire. Mon premier spectacle a été Faust suivi dans la foulée par Carmen.
Je suis d’une génération qui a vu sur scène les Corelli, Del Monaco, Christoff, Tito Gobbi, …et pour les Français ou Francophones Regine Crespin, Renée Doria, Janine Micheau, Rita Gorr, Renée Esposito, René Bianco, Ernest Blanc, Michel Dens, Robert Massard, Tony Poncet, Henri Legay, Georges Liccioni, Albert Lance…
Les décors et les mises en scène étaient peu élaborés mais il y avait les voix… !
C’était une époque où l’opéra était grâce a des prix peu élevés (les places de poulailler étaient du niveau de celles d’un cinéma de quartier) un spectacle populaire.
J’ai beaucoup aimé aussi les discussions acharnées aux entractes et la compétence du public. Public d’habitués, connaisseurs et impitoyables avec les chanteurs et les chefs qui n’étaient pas au niveau, alors qu’aujourd’hui je suis souvent désolé de constater à quel point le public d’opéra gobe n’importe quoi. Et accepte n’importe quoi pourvu que le chanteur soit connu et célèbre.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités