Quand par passion on en oublie la politesse...

D'ou tu viens, pourquoi t'es là et autres civilités.
eustochium
Messages : 29
Enregistré le : 03 févr. 2016, 23:30

Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par eustochium » 24 oct. 2016, 00:26

Oh là, là, je me rends compte que je suis inscrite depuis plusieurs mois et que je ne me suis toujours pas présentée, la politesse... Et je ne peux même pas invoquer une erreur de jeunesse, j'ai 27 ans... :oops:
Enfin, reprenons depuis le début...

J'ai découvert l'opéra à l'age de 11 ans par une Carmen catastrophique (Genève, décembre 2000) et pour une raison que je ne m'explique pas, je suis tombée dans la marmite.
La même année, j'ai découvert Tosca et ça a été un véritable coup de foudre. J'ai découvert de nombreuses œuvres et de nombreux compositeurs depuis, mais Tosca reste mon premier amour et...on n'oublie jamais un premier amour !

L'année suivante, j'ai eu mon premier abonnement lyrique (il existait alors des abonnements 3 spectacles pour les adolescents) que j'ai inauguré avec... Götterdammung... je ris beaucoup aujourd'hui en imaginant ce que les spectateurs on pensé en voyant débarquer une si jeune fille toute seule à un opéra de Wagner :D

Je suis depuis devenue gravement atteinte, au point d'aller voir des opéras en sachant que ce sera mauvais juste pour avoir ma dose...

Je suis dans l'incapacité totale 1) de faire une liste de mes opéras préférés (même si Tosca, Ariodante et Werther reviennent toujours) 2) de m’empêcher d'acheter une nouvelle version de Tosca (j'en ai 4, mais...).

J'ai une admiration irrationnelle pour Philippe Jordan (parce que j'avais une admiration irrationnelle pour Armin Jordan).
Je rêve d'une Bohème qui réunirait Carreras, Freni, Tezier (je suis très très fan de Tézier) et Dessay.

Ah, et j'ai découvert le Forza la saison dernière et toutes mes certitudes ont été remises en questions...

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1567
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par Adalbéron » 24 oct. 2016, 19:19

Formidable ! Bienvenue !

[Ce n'est pas ici qu'on s'extrait de son addiction à l'opéra, et bien souvent les admirations sont puissamment irrationnelles hihi]
« Dans l'édifice de la pensée, je n'ai trouvé aucune catégorie sur laquelle reposer mon front. En revanche, quel oreiller que le Chaos ! » — Cioran

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20546
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par JdeB » 25 oct. 2016, 08:42

oui, bienvenue ! en effet, tu as le profil type pour te reconnaître dans notre communauté d'agités du vocal
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3370
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par jean-didier » 26 oct. 2016, 08:31

Bienvenue sur le forum !

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 722
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par Piero1809 » 28 oct. 2016, 19:39

Oh oui Bienvenue!

Formidable de commencer avec Tosca, c'est la manière la plus efficace de s'inoculer le virus....à condition évidemment de ne pas trouver fades les opéras suivants....mais ce n'est pas le cas puisque tu as apprécié Haendel ou Wagner!

eustochium
Messages : 29
Enregistré le : 03 févr. 2016, 23:30

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par eustochium » 31 oct. 2016, 10:14

Merci pour l'accueil :D

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6563
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par MariaStuarda » 06 nov. 2016, 11:18

Bienvenu à toi :)
Et rassures toi pour les versions de Tosca, j'ai renoncé à les compter comme celles de Traviata, de Lucia et de Don Carlo.
Quel sera ton terrain de chasse (géographique), si je puis dire ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8836
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par HELENE ADAM » 06 nov. 2016, 12:05

Tosca fut mon premier opéra. Une entrée en matière qui marque durablement à 10 ans. :wink:
Bienvenue sur ce forum !
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

paco
Basse
Basse
Messages : 7732
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par paco » 06 nov. 2016, 12:44

eustochium a écrit :J'ai découvert l'opéra à l'age de 11 ans par une Carmen catastrophique (Genève, décembre 2000) et pour une raison que je ne m'explique pas, je suis tombée dans la marmite.
Ca je peux tout à fait le comprendre, j'ai baigné mon enfance dans pas mal de navets (c'était l'époque où les opéras en Flandres fonctionnaient encore sous le format "Répertoire", un opéra différent chaque semaine, on ne jouait que le vendredi soir et le dimanche après-midi, toiles peintes et orchestre aux couacs des cuivres anthologiques, les choristes étaient quasiment bénévoles et le pharmacien du coin de la rue était baryton le dimanche et chantait alternativement Figaro ou Alphonse, le ténor écornait souvent les aigus mais était la coqueluche de ces dames d'un certain âge dans le public, de temps en temps une vedette "de l'Opéra" comme on disait à l'époque venait, avec son propre costume et ses propres coupures aménagées dans la partition, ou encore un Philippe II "du Bolchoi", pour qui on aménageait une version très abrégée de Don Carlo afin de lui laisser la vedette, grosso modo l'opéra s'appelait presque "Philippe II"-, etc.)...
Et pourtant j'adorais et j'ai attrapé le virus !! Bon, certes, mes parents prenaient soin d'alterner ces après-midi pittoresques par des week-ends d'un tout autre niveau à l'Opéra de Paris de Liebermann ou à Covent Garden, mais néanmoins je prenais beaucoup de plaisir à voir ces navets.
Comme quoi on n'a pas besoin de transposer Mozart et Verdi dans l'anecdotique du XXe siècle pour donner l'envie de l'opéra, le sujet est bien plus complexe et totalement irrationnel... :wink:

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8520
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Quand par passion on en oublie la politesse...

Message par Bernard C » 06 nov. 2016, 12:53

Même sans remonter à une telle antiquité , Paco , l'Amato donnait des choses comme ça...et il y avait une passion incontestable dans cette atmosphère.
Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités